Mathod

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mathod
Mathod
Le château de Mathod et ses dépendances.
Blason de Mathod
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Jura-Nord vaudois
Communes limitrophes Champvent, Suscévaz, Épendes (VD), Orbe, Valeyres-sous-Rances, Rances
Syndic Eliane Piguet
NPA 1438
No OFS 5919
Démographie
Gentilé Les Mathoulons
Population
permanente
611 hab. (31 décembre 2018)
Densité 93 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 46′ 02″ nord, 6° 33′ 56″ est
Altitude 442 m
Superficie 6,59 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Mathod
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud
Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Mathod
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Mathod
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Mathod
Liens
Site web www.mathod.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Mathod est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district du Jura-Nord vaudois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Mathod était situé à l'embranchement pour Pontarlier de la route romaine Orbe-Avenches. Des vestiges (tuiles et chaux) d'un probable établissement romain y furent découverts. Mathod fut mentionné en 1141 sous le nom de Mastod. Au Moyen Âge, la localité dépendit de l'abbaye du Lac de Joux, puis fut rattachée à la seigneurie de Champvent et enfin à celle de la Mothe. Elle fit partie du district d'Yverdon de 1798 à 2007[3].

L'église de Mathod (Saint-Martin), filiale de la paroisse de Saint-Christophe, fut paroissiale entre 1285 et 1558, puis annexe de Champvent. Agrandie en 1738, désaffectée en 1938, elle a été remplacée par un nouvel édifice construit à l'entrée du village (avec une œuvre du peintre Louis Rivier). Le château date de l'époque bernoise ; son corps principal (XVIIe siècle) s'est agrandi, au XVIIIe siècle, de deux ailes et d'un grand escalier couvert d'inspiration palladienne. Longtemps commune purement agricole, Mathod a bénéficié de l'assèchement des marais de la plaine de l'Orbe pour se spécialiser dans les cultures maraîchères. Elle a retrouvé son dynamisme au début du XXIe grâce à sa situation entre les sorties des autoroutes A1 et A9 (développement du commerce et de l'artisanat)[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Mathod se situe dans la plaine du Mujon, affluent de la Thièle[3].

Localisation[modifier | modifier le code]

Patrimoine bâti[modifier | modifier le code]

Le château du XVIIIe siècle ainsi que ses dépendances sont inscrits comme biens culturels suisses d'importance nationale[4].

Temple protestant (rue de Suscévaz), 1937, par l'architecte Paul Lavenex avec vitraux contemporains de Casimir Reymond[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

Mathod compte 40 feux en 1416 puis 229 habitants en 1764, 350 en 1803, 382 en 1850, 358 en 1900, 368 en 1950, 459 en 2000[3] et 611 au 31 décembre 2018[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidante permanente au 31 décembre, nouvelle définition, Vaud », sur Statistiques Vaud (consulté le 25 juillet 2019)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. a b c et d Philippe Heubi, « Mathod » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  4. [PDF] L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Vaud
  5. Guide artistique de la Suisse : Jura, Jura bernois, Neuchâtel, Vaud, Genève, vol. 4a, Berne, Société d'histoire de l'art en Suisse, , 642 p. (ISBN 978-3-906131-98-6), p. 357.
Mathod.

Sur les autres projets Wikimedia :