Champvent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Champvent
Champvent
Blason de Champvent
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Jura-Nord vaudois
Localité(s) Champvent, Essert-sous-Champvent, Villars-sous-Champvent
Communes limitrophes Vuitebœuf, Suscévaz, Mathod, Rances, Baulmes
Syndic Olivier Poncet
NPA 1443
No OFS 5905
Démographie
Gentilé Les Chanvannais
Population
permanente
691 hab. (31 décembre 2019)
Densité 76 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 46′ 56″ nord, 6° 34′ 17″ est
Altitude 517 m
Superficie 9,04 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Champvent
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud
Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Champvent
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Champvent
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Champvent
Liens
Site web www.champvent.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Champvent est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district du Jura-Nord vaudois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Toponyme[modifier | modifier le code]

Le nom du village de Champvent apparaît dans les documents dès le XIe siècle sous les formes inter Chanvent et Mornens (1011) ; in terram de Chanuento (1050) ; Chanvent (1228). En dépit de diverses hypothèses avancées depuis le début du XXe siècle, le nom de Champvent, en l’état actuel de la recherche, ne peut être expliqué de manière satisfaisante. Il renvoie probablement à une origine prélatine, dont la signification et la forme sont inconnus[3].

Armoiries[modifier | modifier le code]

Palé d'argent et d’azur à la fasce haussée de gueules brochante.

En 1919, la commune reprend les armoiries de la famille de Grandson-Champvent, éteinte au XIVe siècle[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, Champvent faisait partie de la seigneurie de Grandson. Au XIIIe siècle, il en est détaché au profit d’un cadet de la famille de Grandson qui prend les noms de cette terre et y construit son château fort. Vers 1225 en effet, Henri, le deuxième fils du seigneur Ebal de Grandson, reçoit la seigneurie de Champvent, qui comprend alors les villages de Champvent, Mathod, Suscévaz, Essert et Villars-sous-Champvent, Orges, Vugelles-La Mothe, Vuiteboeuf, Sainte-Croix et Bullet. Henri de Champvent meurt en 1266 après avoir commencé la construction du château[5].

Après la disparition de la famille des seigneurs de Champvent, la seigneurie vint en 1336 à la Maison de Neuchâtel, en 1373 à Marguerite de Vufflens et après son mariage à la famille bourguignonne de Vergy. Parce que le seigneur du château avait des liens avec le duc Charles le Téméraire, les confédérés ont incendié le château en 1475. Après la conquête de Vaud par Berne en 1536, la seigneurie de Champvent appartenait au bailli d'Yverdon. De 1611 à 1731, la seigneurie appartenait à la Famille de Diesbach, dont il est venu à Johann Rudolf Tillier de la Famille von Tillier par mariage.En 1769, Louis-Rodolphe Doxat acquit le château. Il fut la propriété de la Famille Doxat jusqu'en 1929[6],[7]. Aujourd'hui le château appartient à Madame Leister.

Panorama sur le château de Champvent.

Le , les anciennes communes de Champvent, d'Essert-sous-Champvent et de Villars-sous-Champvent ont fusionné pour former la nouvelle commune de Champvent[8].

Monuments[modifier | modifier le code]

La commune compte deux monuments classés comme bien culturel d'importance nationale : le manoir de Saint-Christophe et le château[9].

Photo aérienne (1949).

Varia[modifier | modifier le code]

Le , le chef de chœur et homme de Radio André Charlet créa à Champvent la première Schubertiade.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la statistique (consulté le )
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le )
  3. Florence Cattin (et al.), Dictionnaire toponymique des communes suisses, Neuchâtel, Frauenfeld, Lausanne, Centre de dialectologie, Université de Neuchâtel et Huber, , 1102 p. (ISBN 3-7193-1308-5), p. 230.
  4. Olivier Dessemontet et Louis F. Nicollier, Armorial des communes vaudoises, Lausanne, Spes, , 270 p., p. 238
  5. Eugène Mottaz, Dictionnaire historique, géographique et statistique du canton de Vaud : Jable-Yvorne, t. I, Genève, Slatkine, réimpression de l’édition de 1921, , 866 p. (ISBN 2-05-100437-4), p. 349
  6. Actes de mariages, de naissances et de décès de la Famile Doxat;
  7. De Mestral, Notice sur la Famille Doxat, Bibliothèque de Lausanne, , 12 p. (lire en ligne), p. 8
  8. Fusions dans le canton de Vaud après l'entrée en vigueur de la nouvelle Constitution
  9. [PDF] L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Vaud

Sur les autres projets Wikimedia :