Lignerolle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Lignerolles.
Lignerolle
Blason de Lignerolle
Héraldique
Église et centre-ville.
Église et centre-ville.
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Jura-Nord vaudois
Communes limitrophes
(voir carte)
L'Abergement, Les Clées, Ballaigues, France
Syndic Olivier Petermann
NPA 1357
N° OFS 5755
Démographie
Gentilé Lignerollois(e)
Population 405 hab. (31 décembre 2016)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 44′ 24″ nord, 6° 27′ 22″ est
Altitude 760 m
Superficie 1 066 ha = 10,66 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Lignerolle

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Lignerolle

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Lignerolle
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Lignerolle est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district du Jura-Nord vaudois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le centre de Lignerolle est situé à 760 mètres d'altitude et à 6 km à vol d'oiseau d'Orbe (Vaud) et à 14 km du chef-lieu de district Yverdon-les-Bains. La commune, d'une superficie de 10,6 km2, est située sur le versant sud du Suchet au nord de la vallée de l'Orbe. Le point le plus haut de la commune est à 1 415 mètres d'altitude, au Bel Coster. La Bessonaz est un lieudit de Lignerolle situé à 1 090 mètres d'altitude.

Le territoire communal est placé en partie sur le Jura vaudois et s'étend au nord-ouest vers le pied du massif, dans une région boisée (Les Fourmillières et Montoulevet) ou se trouvent les hauts-pâturages caractérisés par des épicéas. Au sud-ouest, le territoire communal atteint la rivière de l'Orbe qui coule dans une profonde vallée.

En 1997, 4 % du territoire est constitué de terrain constructible et 47 % de forêts ; les 49 % restants sont consacrés à l'agriculture.

Les communes voisines de Lignerolle sont Ballaigues, Les Clées et L'Abergement dans le canton de Vaud et Jougne en France voisine.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite de Lignerolle apparait en 1160 sous la forme Lineroles. Au Moyen Âge, Lignerolle appartenait à la seigneurie des Clées. En 1536, Lignerolle est intégrée par la force à la Confédération et elle fera partie du bailliage d'Yverdon jusqu'à la création de la république helvétique en 1798. De 1798 à 2006, Lignerolle appartint au district d'Orbe[3].

Politique[modifier | modifier le code]

La commune de Lignerolle est dotée d'une municipalité de cinq membres (exécutif) et d'un conseil communal de vingt-cinq membres (législatif), tous deux élus au suffrage universel pour une période de cinq ans. Les élections se déroulent selon le système majoritaire.

Population[modifier | modifier le code]

Les habitants sont francophones à 94,6 %, italophones à 0,9 % et germanophones à 3,0 %. La population s'élevait à 308 habitants en 1900. La commune n'enregistrait plus que 262 habitants en 1980 et enregistre depuis une forte augmentation de sa population.

Lignerolle était marqué principalement par l'agriculture jusqu'à la deuxième moitié du XXe siècle. Aujourd'hui, la production laitière, l'agriculture et la sylviculture prédominent dans la structure de la population active. De petites entreprises locales fournissent également quelques emplois. Beaucoup d'actifs sont des travailleurs pendulaires, qui travaillent notamment à Orbe et Yverdon-les-Bains.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est facilement accessible par une route principale depuis Orbe, Vallorbe ou encore depuis le col de Jougne en direction de Pontarlier (France). Avec l'ouverture de l'autoroute A9 en 1989, le centre du village a été déchargé d'un important trafic en transit. Les Cars postaux desservent régulièrement la commune sur la ligne Orbe-Vallorbe.

Patrimoine bâti[modifier | modifier le code]

Le château de Lignerolle est en fait une maison fortifiée, construite au XVIIe siècle[4].

L'ancienne église Saint-Vit, probablement construite au IXe siècle, est attestée par les documents dès 1228. Le chœur est couvert d'une voûte d'ogives vers 1400. Le portail occidental et les voûtes d'ogives de la nef sont édifiées dans le troisième quart du XVe siècle. Adjonction de la chapelle sud du chœur dans le premier tiers du XVIe siècle. Sur la quatrième travée de la nef, on a construit la tour du clocher vers le milieu du XVIe siècle, celle-ci est surélevée en 1696 par Daniel Thiébaud, puis à nouveau en 1741. Création de nouvelles fenêtres au XVIIIe siècle. Restauration 1950-1952. Vitrail de 1952 par Jean Gagnebin[5]. Note 2 au recensement architectural du canton de Vaud, soit "Intérêt régional"[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Suzanne Marguerite Nicolet *1748 à Lignerolle, fille de Colin Nicolet et de Jeanne Françoise Leresche. Quitte la Suisse en 1780 pour épouser, la même année, le chef militaire et explorateur sud-africain Robert Jacob Gordon *1743 à Doesburg - +1795 Le Cap. Au décès de ce dernier, elle revient en Suisse avec ses enfants, dont James Charles Gérard GORDON officier des gardes suisses à Paris, + v.1847 à Lausanne.
  • Jacques Nicolet (politicien) Agriculteur, municipal, Conseiller national 2015-2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidente permanente au 31 décembre 2016 », sur Statistiques Vaud (consulté le 5 septembre 2017)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. « Ligneroles » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  4. « Château de Lignerolle », sur swisscastles.ch (consulté le 13 septembre 2010).
  5. Guide artistique de la Suisse, vol. 4a, Société d'histoire de l'art en Suisse, (ISBN 978-3-906131-98-6), p. 338.
  6. « Fiche de recensement 22 », sur recensementarchitectural.vd.ch

Sur les autres projets Wikimedia :