Louis Skorecki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Louis Skorecki
Naissance (77 ans)
Camp de Gurs (France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Critique de cinéma, cinéaste, écrivain
Site internet http://skorecki.blogspot.com/
Médias
Presse écrite Cahiers du cinéma (1964-1967, 1976-1983)
Libération (1983-2007)

Louis Skorecki, né le dans le camp d'internement français de Gurs, est un critique de cinéma, cinéaste et écrivain français. Il a également écrit sous le pseudonyme de Jean-Louis Noames.

Il commence à écrire dans les Cahiers du cinéma dans les années 1960 en partant aux États-Unis avec son ami Serge Daney pour réaliser des entretiens avec de grands réalisateurs américains comme Raoul Walsh ou Leo McCarey. Au début des années 1980, il rejoint Serge Daney à Libération pour y rédiger les pages cinéma. Il rédige de nombreux articles, en particulier au sujet de Jacques Tourneur. les années 1990, il s'intéresse à la télévision et se distingue par une chronique lapidaire dans laquelle il critique avec désinvolture les films de cinéma qui passent à la télévision. Il quitte le quotidien en 2007 après l'arrivée de Laurent Joffrin à la direction du journal.

Au cinéma, il a réalisé des films destinés à un public restreint, notamment une série intitulée Les Cinéphiles.

Il a reçu le prix Sade pour son roman Il entrerait dans la légende.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est un ami de lycée de Serge Daney avec qui il a travaillé par la suite aux Cahiers du cinéma et à Libération[1].

En 1962, il crée avec Serge Daney la revue Visages du cinéma. Seuls deux numéros ont été publiés. Le premier est consacré à Howard Hawks et le second à Otto Preminger[2],[3].

Il a écrit aux Cahiers du cinéma dans les années 1960 sous le pseudonyme de Jean-Louis Noames[2],[4].

En 1978, il publie dans les Cahiers un pamphlet célèbre intitulé « Contre la nouvelle cinéphilie »[2],[5].

Il écrit dans Libération à partir de 1983[6].

À partir de 1996, il tient une chronique intitulée « Le Film » consacrée aux films diffusés à la télévision dans un style très personnel et provocateur[6],[7]. Dans le magazine Technikart, Léonard Haddad qualifie Louis Skorecki de « ciné-critique le plus incorrect de France »[8]. Dans le même magazine, Nicolas Santolaria qualifie son style comme « un style merveilleux de musicalité où se côtoient la hache et le scalpel, le swing et l’uppercut »[9]. Même Éric Rohmer a fait l'éloge de son travail. Dans un entretien aux Cahiers du cinéma en 1998, il explique : « C'est un esprit très paradoxal, plein d'humour, et ce qu'il écrit actuellement est vraiment très bien. Il fait à sa manière une sorte de révision générale de l'histoire du cinéma, qui est évidemment très contestable mais très réjouissante[10] ». Ses chroniques ont été publiées aux PUF en 2000 dans un ouvrage intitulé Les Violons ont toujours raison[1].

À la suite de la publication en 2002 de son roman Il entrerait dans la légende, son éditeur, Leo Scheer, a été condamné par le tribunal de Carpentras à une amende de 7 500 euros au motif que le roman contient un« message à caractère violent ou pornographique […] susceptible d’être vu par un mineur ». Cette condamnation a donné lieu à un débat public sur l'introduction d'une « exception littéraire » à la loi concernée. Une pétition a été proposée dans Le Monde du pour modifier la loi[11].

Après avoir travaillé pendant 25 ans à Libération, il décide de quitter le journal en 2007, au moment où Laurent Joffrin le réorganise. Peu avant son départ, il demande à Raphaël Girault de filmer la réorganisation du quotidien pour en faire un film qui deviendra Skorecki déménage[12]. Il est alors renvoyé[13].

Il fonde ensuite une société de production, Les films d’occasion[14].

Il produit le film de Nathanaelle Viaux La Pimbêche à vélo (2012)[15]. Du 7 au , il tourne la suite de Skorecki déménage intitulée Skorecki devient producteur[16]. Skorecki devient producteur a été entrepris avec Marie Anne Guerin dans le rôle de Marie. Le film a été projeté deux fois aux Rencontres européennes de Brive en [17]

En , il intègre le comité de rédaction du mensuel So Film et y tient une chronique avec Luc Moullet intitulée « Moullet vs Skorecki »[18].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Il défend une conception désacralisée du cinéma : « Un film, ça n’est pas si important, on n’a pas à passer des années dessus, ni à s’exciter sur le cadre ou la direction d’acteurs, qui sont deux choses qui ne me semblent plus avoir le moindre intérêt. N’importe qui peut faire un cadre et la direction d’acteurs c’est une blague. Les acteurs se dirigent eux-mêmes[14]. »

En 2005, il prend aussi la défense du cinéaste français Jean-Claude Brisseau condamné pour harcèlement sexuel sur des actrices qui ont travaillé avec lui. Louis Skorecki défend dans le journal Libération que « le tournage cinématographique comme sanctuaire artistique » devrait être au-dessus des lois et de la justice : « On n'aurait jamais dû juger Brisseau[19]. »

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

  • 2009 : Skorecki déménage, de Raphaël Girault
  • 2013 : La Pimbêche à vélo, de Nathanaëlle Viaux

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles de périodiques[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Noames, "Entretien avec Samuel Fuller " (1re partie), Présence du cinéma n° 19, -
  • Jean-Louis Noames, "Entretien avec Samuel Fuller" (2e partie), Présence du cinéma n° 20, mars-
  • Jean-Louis Noames, « Fuller », Cahiers du cinéma n° 153,
  • Jean-Louis Noames, « Entre deux plans, conversation avec William Clothier », Cahiers du cinéma n° 154,
  • Jean-Louis Noames, « Entretien avec Raoul Walsh », Cahiers du cinéma n° 154,
  • Jean-Louis Noames, « Trois Tourneur », Cahiers du cinéma n° 155,
  • Jean-Louis Noames, « Jean Renoir », Cahiers du cinéma n° 155,
  • Jean-Louis Noames, « Nouvel entretien avec Fritz Lang », Cahiers du cinéma n° 156,
  • Serge Daney et Jean-Louis Noames, « Sirk à Munich », Cahiers du cinéma n° 156,
  • Jean-Louis Noames, « Crème de marrons », Cahiers du cinéma n° 157,
  • James R. Silke, Serge Daney et Jean-Louis Noames, « Entretien avec Howard Hawks », Cahiers du cinéma n° 160,
  • Jean-Louis Noames, « Lettre des U.S.A. », Cahiers du cinéma n° 160,
  • Serge Daney et Jean-Louis Noames, « Rencontre entre l'ordre et le désordre », Cahiers du cinéma n° 160,
  • Jean-Louis Noames, « Le discours de la méthode », Cahiers du cinéma n° 161-162,
  • Serge Daney et Jean-Louis Noames, « Leo et les aléas », Cahiers du cinéma n° 163,
  • Jean-Louis Noames, « L'art et la manière de Leo McCarey », Cahiers du cinéma n° 163,
  • Jean-Louis Noames, « La panthère noire », Cahiers du cinéma n° 168,
  • Jean-Louis Noames, « 7 fois Lewis », Cahiers du cinéma n° 172,
  • Jean-Louis Noames, Serge Daney, Michel Caen et Stacy Waddy, « La seconde chance », Cahiers du cinéma n° 166-167, mai-
  • Serge Daney et Jean-Louis Noames « Un humour sérieux », Cahiers du cinéma n° 166-167, mai-
  • Serge Daney et Jean-Louis Noames, « Rencontres avec un solitaire », Cahiers du cinéma n° 168,
  • Jean-Louis Noames « Monk’s Dream », Jazz Magazine, n° 306, , 1re publication en 1965
  • Jean-Louis Noames, « Leçons d'un combat », Cahiers du cinéma n° 177,
  • Serge Daney et Jean-Louis Noames, « Projets politiques », Cahiers du cinéma n° 181,
  • Serge Daney et Jean-Louis Noames, « Entretien avec Douglas Sirk », Cahiers du cinéma n° 189,
  • « Douze Ford », Trafic n°56,

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Serge Kaganski, « La prose de Louis Skorecki en extraits », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne, consulté le 28 février 2012)
  2. a b et c Baptiste Liger, « Louis Skorecki - L'écailler du cinéma », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne, consulté le 28 février 2012)
  3. « Visages du cinéma », sur Revues de cinéma (consulté le 9 mars 2012)
  4. Axelle Ropert, « Serge Daney, anatomie d'un succès », La bibliothèque du film,‎ (lire en ligne, consulté le 8 mars 2012)
  5. Louis Skorecki, « contre la nouvelle cinéphilie », Cahiers du cinéma, no 293,‎ (lire en ligne, consulté le 28 février 2012)
  6. a et b Florian Guignandon, « La cinéphilie selon Louis Skorecki », Critikat,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2019)
  7. Patrice Blouin, « Louis Skorecki ou le cinéphile contrarié », Critique, nos 692-693,‎ , p. 75-85 (lire en ligne, consulté le 4 mars 2012)
  8. Léonard Haddad, « Louis Skorecki », Technikart, no 27,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2012)
  9. Nicolas Santolaria, « Rester vivant (la méthode) », Technikart, no 46,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2012)
  10. Antoine de Baecque et Jean-Marc Lalanne, « À mes acteurs, je serai fidèle toute ma vie : Entretien avec Éric Rohmer », Cahiers du cinéma, no 527,‎
  11. Nathalie Heinich, « Les limites de la fiction », L'Homme, nos 175-176,‎ , p. 57-76 (lire en ligne, consulté le 9 mars 2012)
  12. « Louis Skorecki déménage et s'invite à Brive », sur Le Monde.fr (consulté le 17 mai 2018)
  13. Jacky Goldberg, « "Skorecki déménage" : cartons critiques », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne, consulté le 28 février 2012)
  14. a et b Julien Gester, « Skorecki : entretien XXL », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne, consulté le 28 février 2012)
  15. Louis Skorecki, « la pimbêche à vélo (suite et fin) », club skorecki,‎ (lire en ligne)
  16. Louis Skorecki, « tournage de skorecki devient producteur (7/17 aout 2012) », club skorecki,‎ (lire en ligne)
  17. Marie Anne Guerin, « Une autre musique : Notes pour les enfants de Louis Skorecki et de Jean-Luc Godard », Trafic, no 77,‎
  18. « Sommaire », So Film, no 1,‎ , p. 6
  19. Louis Skorecki, « Brisseau le faux coupable », Liberation,‎ (lire en ligne, consulté le 25 octobre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur Louis Skorecki[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]