Five Obstructions

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Obstruction.

Five Obstructions (De fem benspænd) est un film danois réalisé par Jørgen Leth et Lars von Trier, sorti en 2003 et co-produit conjointement au Danemark (Zentropa) et en Belgique (Wajnbrosse Productions).

Synopsis[modifier | modifier le code]

Lars von Trier prétend que le court-métrage Det perfekte menneske de Jørgen Leth sorti en 1967 est son film préféré. Dans le but de lui rendre hommage, mais d'une manière perverse, à la fois manipulatrice et créatrice, il propose à l'auteur du film original, son compatriote Jørgen Leth, de détruire et de reconstruire autrement ce court-métrage. Il défie Leth d'en tourner cinq remakes. Pour chaque projet, il lui impose de nouvelles « obstructions », consignes, restrictions, interdictions plus ou moins arbitraires, l'obligeant à repenser l'histoire, l'esthétique et les personnages de son film. Il s'ensuit à chaque épreuve un feed back entre les deux hommes où Lars von Trier, dans une sorte de position de « directeur de conscience », à la limite de l'humiliation, semble prendre à cœur de déconstruire et détruire ce que Jørgen Leth a réalisé[1],[2].

Les cinq obstructions[modifier | modifier le code]

  1. Tournage à Cuba ; pas d'écran ; pas de plan de plus de 12 photogrammes (en théorie, pas de plan de plus d'une demi-seconde).
  2. Tournage dans l'endroit qui pour Leth est le plus misérable de la terre, mais qui ne doit pas apparaître à l'écran ; Leth doit incarner le rôle principal lui-même ; inclusion de la scène du repas, mais exclusion du personnage féminin.
  3. Lars von Trier est mécontent du deuxième court-métrage : Leth a selon lui trahi la consigne, puisqu'on voit l'environnement (le quartier des prostituées de Bombay) à l'écran. Il lui donne le choix, soit de retourner à Bombay pour refaire les prises, soit de réaliser le prochain remake en étant entièrement libre : il le "punit" en lui donnant entière liberté. Leth choisit la seconde option, tourne son film à Bruxelles avec Patrick Bauchau en utilisant la technique du split-screen.
  4. Tournage sous forme de dessin animé. Leth confie la transformation en cartoons d'images des films précédents à Bob Sabiston, qui avait employé la même technique sur le film A scanner darkly.
  5. La dernière obstruction atteint le comble de la manipulation. Lars von Trier écrit et réalise lui-même le court métrage mais Leth doit le signer et lire le texte de la voix off.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Prix obtenus[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Fiachra Gibbons, « Five Obstructions humiliate Perfect Human », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  2. Olivier Dick, L'aventure de l'éclipse: : Impressions cinématographiques, BoD, , 540 p. (ISBN 9782322116508, lire en ligne), p. 111

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]