Film interactif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le jeu vidéo
Cet article est une ébauche concernant le jeu vidéo.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) (voir l’aide à la rédaction).

Le film interactif est un type de jeu vidéo, sous-genre du jeu d'aventure, dans lequel le jeu est essentiellement composé de scènes cinématiques et de scripts. Il est souvent réalisé en full motion video de prises de vue réelles ou de séquences animées, on parle alors de jeux en FMV. Les scènes peuvent être jouées par de vrais acteurs, parfois par le biais de capture de mouvement.

Historique[modifier | modifier le code]

Apparition[modifier | modifier le code]

Le premier film interactif est Kinoautomat (1967) réalisé par Radúz Činčera[1]. Il est présenté à l'Exposition universelle de 1967 à Montréal. Un animateur se présentait régulièrement sur scène pour proposer les choix aux spectateurs. Une fois le choix fait par le public, la bobine correspondante était lancée.

Les jeux en FMV[modifier | modifier le code]

Article connexe : Full motion video.

En 1983 sort le jeu Dragon's Lair, dont les séquences animées en full motion video sont réalisées par Don Bluth, rencontre un grand succès malgré sa difficulté (liée au manque d'indication à l'écran sur les actions à entreprendre). Il ouvre la voie à la production d'autres jeux FMV[2].

Les fichiers vidéo étant lourds, c'est avec la démocratisation du CD-ROM comme stockage de jeux vidéo à la fin des années 1980 que les jeux en FMV sont diffusés sur PC et consoles, tout d'abord sur le Mega-CD sur lequel le genre est beaucoup représenté[2]. Le genre acquiert une mauvaise réputation à cause de productions de faible qualité laissant peu de place à la profondeur du gameplay[2],[3]. Leur budget de production est néanmoins coûteux, Night Trap a par exemple été produit pour 1,5 millions de dollars et Sewer Shark pour 3 millions de dollars[3].

Les jeux en FMV se développent sur PC à partir de 1993 grâce à la baisse de prix des lecteurs de CD-ROM et à l'augmentation des performances des machines[2]. On peut par exemple citer Lost in Time, Star Wars: Rebel Assault, The 7th Guest ou Gabriel Knight: The Beast Within. L'apparition des consoles 3D et des cartes graphiques au milieu des années 1990 rend les jeux en FMV moins attrayants[2]. Des consoles qui ont misé sur ce type de jeux comme la CD-i ou la 3DO sont des échecs commerciaux cuisants[2].

Pipomantis, journaliste de Canard PC, estime néanmoins que l'héritage des jeux en FMV se retrouve encore dans les jeux vidéo plus récents : le système de Quick Time Event, les jeux d'aventures limitant l'interactivité au profit de la mise en scène (Heavy Rain, The Walking Dead) ou encore le beat them all Asura's Wrath qui se définit comme « anime interactif »[2].

Les DVD interactifs[modifier | modifier le code]

Les jeux sur DVD (parfois appelés DVDi pour « DVD interactif ») sont de jeux pouvant être joués grâce à un lecteur DVD. On peut citer le jeu de société Scene It?, les petits jeux présents sur les DVD de films pour enfants (comme la série de film Harry Potter par exemple) ou Lara Croft Tomb Raider: The Action Adventure (un film interactif offert avec le jeu vidéo Tomb Raider : L'Ange des ténèbres). De nombreuses visual novels et eroges sont également portés depuis le PC sur DVD interactifs.

Critique[modifier | modifier le code]

Le game designer Chris Crawford dénigre le concept de film interactif, à part ceux destinés aux enfants étudiant en classes primaires, dans son livre Chris Crawford on Game Design[4]. Il écrit que le joueur qui choisit un chemin à un un point d'embranchement dans un film interactif est moins récompensé que le joueur qui fait des choix dans un jeu conventionnel, du fait du nombre limité d'embranchements disponibles.

Autres usages[modifier | modifier le code]

Certains studios ont hybridisé film interactif et autres types de gameplays. C'est le cas par exemple d'Origin Systems avec sa série Wing Commander à partir du troisième épisode Wing Commander III : Cœur de tigre.

D'autres jeux des années 1990 se réclamaient du film interactif comme BioForge par exemple parce qu'ils proposaient un scénario développé et étaient riches en mise en scène même si, en termes de gameplays, il n'avait pas à voir. Le terme reste ambigu depuis que de nombreux jeux vidéo suivent une trame narrative de manière similaire à ce que les films proposent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) David Oyarzun, Federico Peinado, R. Michael Young, Ane Elizalde, Gonzalo Méndez, « Interactive Storytelling », 5th International Conference, ICIDS 2012, Saint-Sébastien (Espagne), 12-15 novembre 2012.
  2. a, b, c, d, e, f et g Pipomantis, « Les Jeu en Full Motion Video - De la FMV aux QTE », dans Canard PC n°291, 15 février 2014, pages 58-59.
  3. a et b Ken Horowitz, « Rise and Fall of Full-Motion Video », sur sega-16.com, 19 juillet 2005.
  4. (en) Chris Crawford, Chris Crawford on Game Design, New Riders, , 81–87 p. (ISBN 0-88134-117-7)