Jeu vidéo otome

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Un jeu vidéo otome (乙女ゲーム, otome gēmu?) est un type de jeu vidéo qui s'est établi au Japon et vise principalement le public féminin. L'un des buts de ces jeux, en dehors de la trame narrative, est de développer une relation romantique entre le protagoniste féminin et des personnages non-joueurs. Il s'agit généralement de visual novels ou de jeux de drague.

Historique[modifier | modifier le code]

Le premier jeu otome généralement reconnu est Angelique de Koei sur Super Famicom, créé par une équipe de développement intégralement féminine et sorti en 1994. Le jeu s’adresse d’abord aux jeunes filles pré-adolescentes, mais devient rapidement très populaire auprès de publics féminins plus âgés, jusqu’à la vingtaine. Le jeu a quelques-unes des principales caractéristiques des otome : il se concentre sur la romance, a un système de jeu très simple et utilise différents supports multimédia[1].

En 2002, Konami publie Tokimeki Memorial Girl's Side (en), un jeu qui rencontre un grand succès commercial et démocratise le genre otome[1]. Il sauve ainsi le studio de la faillite[2]. En 2006, le top 20 des jeux de romance les plus vendus de Famitsu contient sept jeux otome. Les premiers jeux otome s’inspirent fortement des mangas Shōjo classiques, avec des héroïnes très féminines et des romances très innocentes dans un milieu confortable et stable. Avec l’expansion de la catégorie otome, d’autres jeux font leur apparition, dans lesquels il y a des combats, des actions plus spécifiques, et des histoires dans laquelle il s’agit non seulement de trouver l’amour, mais aussi de sauver le monde[1].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

L'otome est un jeu vidéo textuel et romantique dédié aux femmes qui se joue généralement sur mobile[3],[4].

Le personnage joué est généralement féminin et aura pour but de terminer l'histoire avec le garçon de son choix, en tissant des liens amoureux avec une ou plusieurs personnes[3]. Deux grandes tendances se dégagent : la première étant de faire choisir dès le début le garçon que le joueur devra séduire, la trame se créant autour de lui. La deuxième tendance est de faire avancer l'histoire avec tous les garçons et en fonction des réponses données, la joueuse finira le jeu avec celui avec lequel elle a le plus d'affinité[5]. L’héroïne est parfois invisible et on choisit son nom afin de mieux se projeter dans l’histoire[3]. Le jeu a une fin, lors de laquelle l’héroïne vit un moment avec le personnage dont elle s’est le plus rapprochée ; les décisions précédentes mènent à des fins alternatives, même avec le même personnage[2].

En général, le jeu se concentre sur la romance, a un système de jeu très simple et utilise différents supports multimédia. ll s’appuie sur l’esthétique des mangas Shōjo et Josei et accorde une grande importance aux doublages[1]. Il se rapproche des visual novels, avec du texte à faire défiler et des moments de décision[3],[2].

Modèle économique[modifier | modifier le code]

Sur mobile, les jeux ont généralement un modèle freemium, où il faut payer pour dépasser un certain nombre d’actions par jour[3].

Sous-types de jeux[modifier | modifier le code]

Les jeux otoge, contraction de otome et eroge, reprennent les codes otome mais ont une visée plus érotique[2].

Studios notables[modifier | modifier le code]

Au Japon[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) Hyeshin Kim, « Women’s Games in Japan: Gendered Identity and Narrative Construction », SAGE Publications, vol. 26, nos 2-3,‎ , p. 165–188 (ISSN 0263-2764, DOI 10.1177/0263276409103132)
  2. a b c d e et f « Otome Games : les jeux de drague pour filles », sur Pop Fixion (consulté le 28 juillet 2020)
  3. a b c d e et f Lucie Ronfaut, « Les «otome games», ces jeux vidéo qui réinventent les feuilletons romantiques », sur Le Figaro.fr, (consulté le 28 juillet 2020)
  4. « J'ai testé les Otome games, ces jeux japonais à l'eau de rose, et je suis « tombée amoureuse » de mon boss », sur L'ADN, (consulté le 28 juillet 2020)
  5. (en) « Tag: Otome Game », sur vndb.org (consulté le 1er avril 2017)