Digimon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Digimon
Image illustrative de l'article Digimon
Logotype Digimon utilisé en Amérique du Nord, en Amérique latine, et en Europe.
デジモン
(Dejimon)
Type Franchise
Genres Gadget éléctronique (Produit principal)
Jeu de cartes
Série d'animation
Jeu vidéo
Thèmes Monstres, langage informatique, réseau informatique, applications mobiles

Autre

Digimon [di.ʒi.mɔn], également présentée sous le titre de Digimon: Digital Monsters[2],[3],[4], est une franchise médiatique japonaise créée par Akiyoshi Hongō et distribuée par la société Bandai. Elle met en avant ses créatures numériques homonymes, habitantes du digimonde, un monde intégralement composé de données informatiques, parallèle au monde réel, et relié à distance à ce dernier par le biais de réseaux ou portails immatériels et de connexions Internet.

La franchise est initialement lancée en dans les marchés japonais avec la parution d'un virtual pet, un petit gadget électronique et vidéoludique destiné à être le pendant masculin du Tamagotchi et conçu pour l'élevage et les combats entre animaux de compagnie virtuels[5],[6]. Les créatures sont conçues pour avoir l'air mignon et emblématique, même sur les petits écrans de ces appareils ; les développements ultérieurs leur ont donné un style plus dur, influencé par les comics américains. Le premier modèle du virtual pet Digimon, sorti en 1997, se vend à 14 millions d'unités dans le monde, dont 13 millions au Japon et 1 million à l'étranger, en date de mars 2004[7]. En 2005, plus de 24 millions d'unités avaient été vendues à travers le monde[8].

Ces derniers se présentent l'année suivante, en 1998, sous la forme d'un premier jeu vidéo intitulé Digital Monster Ver. S: Digimon Tamers sur console Sega Saturn[9],[10]. La franchise prend de l'ampleur avec Digimon World, sorti en janvier 1999 sur console Sony Playstation avec 250,000 d'unités vendues sur le territoire japonais[11],[12]. Plusieurs séries d'animation et films produits par Toei Animation avec Bandai, basés à la fois sur le jeu vidéo et sur le virtual pet, sont lancés, dont sa première incarnation animée, Digimon Adventure ; le succès de son exportation et de sa diffusion en Amérique du Nord, lancée et distribuée la même année par la société américaine Saban Entertainment, amène Bandai à repenser sa stratégie pour étendre ses activités à un marché mondial[13], ce qui a permis à la série d'être diffusée dans plus de soixante pays[14]. Cette série d'animation en France rassemble 70 % à 75 % des audiences sur la chaîne télévisée hertzienne TF1 et du câble et satellite Fox Kids[15],[16]. Après deux saisons, Digimon en animation se caractérise en près d'une dizaine d'itérations indépendantes avec de nouveaux personnages et environnements, sans tenir compte de la cohérence entre les œuvres.

Digimon est généralement bien accueillie à l'échelle internationale, en particulier dans les points de vente, chez les jeunes enfants, adolescents et adultes, et dans une grande partie de la presse spécialisée. Cependant, elle est critiquée pour son incitation à la consommation[17], et est régulièrement perçue par le public comme une simple imitation de sa franchise rivale Pokémon[11]. Avec la parution du virtual pet, la diffusion d'une première saison et la commercialisation de divers produits dérivés — jeux vidéo, mangas, films d'animation, compilations musicales, magazines, jouets et cartes à jouer, entre autres — la franchise se répand aux quatre coins du monde, devenant ainsi un phénomène culturel et sociétal durant les années 2000[18]. Sa popularité lui permet de mieux s'établir en grande surface, avec un chiffre total de ventes dépassant les 25 milliards de yens (soit environ 219 millions d'euros) en mars 2002[19].

En 2001, la franchise médiatique Digimon tombe progressivement en désuétude auprès de ses premiers inconditionnels, qui grandissent[20],[21], et chute totalement au Japon — en ventes, audiences et au box-office — en 2002[22],[23],[21]. À cette période, 54 % des recettes de la franchise Digimon proviennent alors de l'exploitation hors des frontières japonaises, elle reste populaire à l'étranger jusqu'au milieu des années 2000[21].

Après plusieurs années d'accalmie, le lancement d'un reboot de la 1re génération animée Digimon devient un succès commercial synonyme d'essor général de la marque avec une hausse significative des ventes des produits dérivés, ce notamment en dehors du Japon et en Amérique du Nord en [24],[25],[26]. Dont de Digimon Card Game, la relance des cartes à jouer dérivées qui enregistre en décembre 2021 des ventes quatre fois plus importantes en Amérique du Nord et en Europe qu'au Japon[24]. C'est une génération plus âgée qui se manifeste dans les ventes de ces produits[27],[24],[28]. En août 2022, Digimon devient la troisième marque du studio Toei Animation à l'étranger, pour plus de 330 millions de yens de recettes[29].

Nom[modifier | modifier le code]

Digimon est la contraction de Digital Monsters, un wasei-eigo voulant dire « monstres digitaux Page d'aide sur l'homonymie[30] » par utilisation de l'anglicisme informatique, ou plus littéralement « monstres numériques ». En français, Digimon est un nom propre avec majuscule, et invariable (un Digimon, le Digimon, des Digimon)[30],[31], comme chaque nom d'une espèce fictionnelle (un Agumon, des Agumon)[32],[33].

Conception[modifier | modifier le code]

Création et développement[modifier | modifier le code]

Petit gadget de couleurs jaune et bleu, posé sur une table en bois dont l'image est prise de dessus.
Modèle de virtual pet, distribué dans les marchés japonais par Bandai[5], qui a permis la popularisation de Digimon au Japon, et vendu à 13 millions d'unités dans le monde entier en mars 2004[34].

Les tout premiers éléments historiques au développement de la franchise remontent à 1996, avec l'apparition des premiers gadgets Tamagotchi créés par Akihiro Yokoi, Aki Maita et Takeichi Hongo, employés des sociétés Wiz co. Ltd et Bandai, respectivement[9],[35]. Dès lors, un petit gadget similaire est développé puis commercialisé en [5],[6] sous le nom de DigiMon[1], une abréviation des mots « Digital Monsters »[36],[37], littéralement « monstres digitaux » en français. Ciblant un jeune public masculin, et créé par Akiyoshi Hongō (un possible pseudonyme utilisé par les créateurs et concepteurs du Tamagotchi[9]), ce petit gadget présente aux joueurs des animaux de compagnie virtuels exclusivement composés de données informatiques, conçus pour l'élevage et les combats[5],[1],[38],[39]. Initialement en virtual pet, ces créatures n'ont pas de noms, leur dénomination se base alors sur leur aspect comme Dinosaure (Greymon), Dragon (Airdramon), Limace (Numemon) ou Masque Noir (Devimon)[40],[5].

À cette même période, un CD-ROM au système de jeu similaire, intitulé DigiMon et compatible avec Windows 95, est développé par Rapture Technologies, Inc.[41]. Aussi, une première illustration, ou plus précisément un manga one-shot intitulé C'mon Digimon, d'Izawa Hiroshi et de Tenya Yabuno, est publiée au magazine japonais V Jump de la maison d'édition Shūeisha[42].

Une seconde génération de virtual pets est commercialisée six mois après la parution de la première, suivie d'une troisième en 1998[43]. Chaque joueur démarre en bas de l'échelle avec une créature numérique de niveau bébé possédant un nombre limité d'attaques et de transformations[44], qu'il doit nourrir et entraîner pour l'aider à grandir et devenir plus fort[5],[1] ; lorsque la créature réussit sa séance d'entrainement elle devient plus fort, mais devient plus faible lorsqu'elle échoue[5],[1]. Le gadget permet aux joueurs de se connecter les uns aux autres afin de combattre, un concept innovateur pour l'époque[5]. Cependant, une créature ne peut combattre que lorsqu'elle atteint le niveau disciple[5]. De nombreux lieux comme les métros et cours de récréation abritaient ces combats virtuels entre joueurs ; le virtual pet est cependant banni de certaines écoles asiatiques car considéré par les professeurs et parents d'élève comme trop bruyant et violent[45]. Les tout premiers Digimon sont créés par le designer japonais Kenji Watanabe, influencé par les comics américains ; les autres créatures, qui atteindront le nombre total de 279 pendant l'année 2000[46],[47], proviennent de longues discussions et de collaborations entre membres de la société Bandai[48].

Description[modifier | modifier le code]

La franchise met en avant des créatures, pour la majeure partie d'entre elles anthropomorphes[49], appelées Digimon[50], et inspirées par des éléments historiques comme la mythologie[51] ; ces créatures se composent exclusivement de données informatiques et vivent dans le digimonde[50].

Les Digimon ont été dépeints dans de nombreuses continuités différentes, mais le contexte de chacune d'entre elles diffère légèrement. Cela est dû au fait que les interprétations des Digimon diffèrent d'un créateur à l'autre. Dans le premier animé, les Digimon sont décrits comme des créatures qui existent depuis des temps très anciens et qui ont des liens avec les humains[51]. En revanche, dans les virutal pet et la série animée Digimon Tamers, les Digimon sont des entités distinctes qui évoluent par elles-mêmes et sont considérées comme des programmes d'intelligence artificielle dans un digimonde créé par les humains[52],[5]. Dans le jeu vidéo Digimon Survive, les Digimon sont appelés Kemonogami (Bêtes Divines) par les humains, sans avoir initialement de dénomination distincte, jusqu'à ce que leur identité de monstres de données digitales s'impose peu à peu.

Les Digimon naissent originellement à partir de digi-œufs[53], puis grandissent en créatures plus puissantes et plus imposantes, de niveaux supérieurs, grâce à un procédé initialement nommé « digivolution »[54] ; ce procédé s'effectue habituellement lors d'affrontements entre créatures[55].

Dans la franchise en général, les Digimon ne sont pas différenciés en mâle ou en femelle[56]. Ce bien que plusieurs espèces de Digimon aient une féminité ou une masculinité évidente dans leur nom d'espèce ou leurs caractéristiques annexes, ils restent agenrés[56].

Typologies et digivolutions[modifier | modifier le code]

La digivolution est divisée en plusieurs niveaux : d'abord en cinq étapes principales de développement naturel[40],[5], puis en six à partir du Digimon Pendulum de 1998[57]. Sauf indication complémentaire[(2020) 1], leurs dénominations proviennent de la localisation officielle française des cartes de jeu, distribuées depuis 1999 par la branche commerciale Bandai France. Les définitions sont tirées des instructions du virtual pet Digimon[55],[59], le produit initial commercialisé depuis par Bandai France.

  • Bébé[N 1], un nouveau-né qui n'est pas prêt à combattre.
  • Entraînement[N 2], le Digimon est prêt au combat, mais est encore jeune.
  • Disciple[N 3], le Digimon mûrit, développe son individualité et devient un peu plus fort.
  • Champion[N 4], la puissance d'attaque du Digimon devient plus forte.
  • Ultime[N 5], le niveau de croissance maximale du Digimon, uniquement sous certaines conditions.
  • Méga[N 6], le niveau excède le niveau de croissance maximale, avec une « puissance débridée »[56], dans des conditions encore plus difficiles que pour la forme ultime.

Notes :

  1. Bébé I, II (幼年期 I, II, Yōnenki I, II?), Enfant (成長期, Seichōki?), Adulte (成熟期, Seijukuki?), Ultime (完全体, Kanzentai?) et Méga (究極体, Kyūkyokutai?) au Japon[58].

Le concept des créatures Appmon est analogue à celui de Digimon et de ses niveaux de digivolution : Standard, Super, Ultime et Divin[60].

Les Digimon se digivolvent[N 7] dans des conditions variables : généralement par vieillissement, par récolte de données, par les combats gagnés ou par une aide externe d'un humain[56]. Alors que l'anime présente ces digivolutions comme conceptuellement cohérente, dans d'autres productions de la franchise, les Digimon se transforment également en fonction de la façon dont ils sont élevés : y compris leur réveil, leur combat, leur entraînement, leur repas et d'autres facteurs[61]. Un Agumon qui a été élevé correctement se digivolvera en un puissant Greymon, tandis qu'un Agumon qui aurait été affamé à mort se transformera en un Numemon faible et répugnant[61]. La digivolution peut être temporaire ou permanente selon les circonstances[56].

Il existe également d'autres types de digivolution, atteints grâce à une aide artificielle : la « surdigivolution » durant laquelle un Digimon de niveau disciple passe directement en sa forme la plus puissante, le niveau méga[53]. L'« hyper-digivolution » durant laquelle un Digimon affilié à un humain peut se transformer en une forme de niveau cuirassé à l'aide d'un artéfact spécial. La digivolution ADN, quant à elle, permet la digivolution de deux Digimon distincts en un Digimon hybride plus puissant[62]. La « bio-émergence » consiste en la fusion entre un Digimon et son partenaire humain. Et la « digi-fusion », est une fusion des parties corporelles et de puissance de deux ou plusieurs Digimon lors des combats[63].

Types

Chaque Digimon possède un type : virus, donnée et anti-virus[64]. Ces éléments ont un but similaire au jeu du pierre-feuille-ciseaux[65] ; dans les jeux de cartes, le type donnée prend l'avantage sur le type anti-virus, qui lui, prend l'avantage sur le type virus, qui à son tour, prend l'avantage du type donnée[66]. Néanmoins, ces types ne jouent aucun rôle important dans l'anime ; un Digimon se fait généralement vaincre seulement s'il est moins fort ou s'il possède moins d'expérience que son adversaire.

Cartes à jouer Digimon[modifier | modifier le code]

Logotype des cartes à jouer Digimon.

La franchise Digimon intronise sa première série de cartes à jouer et à collectionner au Japon en 1999. Cette première série de cartes est publiée sous le nom de Digital Monster Card Game, puis importée à l'international sous le nom de Digi-Battle Card Game ou Cartes à jouer Digimon en français.

Digimon doit une part de sa popularité à ces cartes à jouer qui s'avèrent être les mieux vendues dans les marchés japonais et américains au début des années 2000[13],[67], principalement ciblées par les enfants âgés entre 7 et 12 ans[68]. À cette période, des jeux vidéo tels que Digimon World 2 et son successeur[69],[70], font d'ailleurs la promotion de ces cartes. Aux États-Unis, les figurines et cartes Digimon se vendent significativement en 1999[68]. En Occident, la première saison Digimon Adventure fait la promotion de multiples produits dérivés dont les cartes de la franchise[71]. Les cartes Digimon sont également présentes dans une bonne partie des jeux vidéo et des séries d'animation de la franchise.

La franchise s'essouffle au Japon vers 2002 et échoue sa relance commerciale vers 2005[21],[72],[73], ce qui entraîne la stagnation de ce volet de la marque pendant plusieurs années.

Après plusieurs années d'accalmie, le jeu de cartes à jouer Digimon est relancé dans une nouvelle itération, Digimon Card Game, le au Japon et le en Occident. Profitant du lancement d'un reboot de la 1re génération animée Digimon qui devient un succès commercial, Bandai lance sur le marché six premiers starters et deux extensions de cette nouvelle itération, aux effigies du reboot[74]. Le jeu de cartes est en rupture de stock dès sa sortie internationale en [75] et enregistre en , quatre fois plus de ventes en Amérique du Nord et en Europe qu'au Japon[24]. Si la cible commerciale visée est les enfants, c'est une génération plus âgée qui se manifeste dans les ventes de ces produits[27],[24],[28]. En France, ces cartes sont introduites en anglais par Abysse Corp dans une poignée de détaillants spécialisés[76] et connaissent une distribution dans le magazine Maniak! comme cadeaux promotionnels[77].

Historique[modifier | modifier le code]

Expansion et succès international (1997-2001)[modifier | modifier le code]

Principaux médias :
Magasin Toys “R” Us de nuit.
Aux États-Unis, les magasins Toys “R” Us vendaient de nombreux produits Digimon, dont les stocks s'épuisaient très rapidement au début des années 2000[34].

À l'origine, la franchise était uniquement constituée du virtual pet, dont les ventes atteindront par la suite 13 millions d'exemplaires au Japon, exporté puis lancé pour la première fois en Occident à la fin des années 1990, le produit enregistre plus d'un million de ventes dans le reste du monde en mars 2004[34], À la suite de ce succès commercial, la société Bandai fait paraître le soft Digital Monster Ver. S: Digimon Tamers le [9], au gameplay reprenant le concept virtual pet, commercialisé sur console de salon Sega Saturn[9],[10].

La franchise prend de l'ampleur le avec un jeu vidéo intitulé Digimon World sur PlayStation, un jeu de rôle développé afin de faire la promotion du virtual pet, initialement lancé au Japon en 1997[11]. Il totalisera plus de 250 000 exemplaires vendus dans les marchés japonais en février 2000[11]. Le jeu est par la suite commercialisé en en Amérique du Nord, puis en sur le continent européen et distribué par la société française Infogrames en France. Il s'agit d'une première marque forte de la franchise, que la distribution des jeux Digimon Story (2006) en Amérique du Nord, notamment, reprend pour les commercialiser en tant qu'entrées de la série World[12]. Le premier opus de World reste à la postérité de la franchise vingt ans plus tard et continue de bénéficier d'une forte demande[78].

Entre-temps, les produits dérivés se multiplient dans les grandes surfaces locales et s'exportent hors des frontières[46],[79]. Néanmoins, en contraste à sa popularisation progressive, de nombreux articles de presse soulignent une certaine similitude avec Pokémon, qui mène à une grande rivalité entre partisans des deux franchises, à une importante concurrence commerciale, et à des divergences dans l'opinion publique générale[11],[80],[81],[82].

Peu de temps après, un court-métrage d'animation retraçant la première rencontre entre humains et monstres digitaux, intitulé Digimon Adventure, le film, sort au cinéma le samedi [83]. La série d'animation est lancée au Japon le sur la chaîne Fuji Television, avec la première saison Digimon Adventure[84] et contribue principalement à la popularité de la franchise Digimon[85],[86]. La popularisation de la franchise et l'audience croissante de la série[87] mènent à la production d'une deuxième saison et d'autres courts-métrages.

Ces séries d'animation sont conçues pour promouvoir différents produits dérivés[88],[89], comme le virtual pet, ici commercialisé sous l'appellation « digivice ». Les premiers Digivices mettent en avant les Digimon vedette de la première saison animée. Plus tard, les « D-3 »[Img. 1] de la deuxième saison sont commercialisés en cinq versions. Ces jouets ont tous été commercialisés en Europe par Bandai au début des années 2000.

Aux États-Unis, la série d'animation Digimon remporte un très fort succès chez les téléspectateurs âgés entre 6 et 11 ans, Fox Kids dépassant ainsi ses chaînes concurrentes ABC[90], Kids' WB, et Nickelodeon[91]. Le succès de cette exportation et de sa diffusion en Amérique du Nord, lancée et distribuée la même année par la société américaine Saban Entertainment, amène Bandai à repenser sa stratégie pour étendre ses activités à un marché mondial[13], « Plutôt que d'être un simple engouement de courte durée, nous avons la conviction que le boom Digimon à l'international fera de ces personnages des incontournables destinés à rester en place pendant longtemps »[13]. En Europe, la société Bandai lance la série d'abord sur les chaînes télévisées britanniques, espagnoles et portugaises, avant de les programmer pour les chaînes télévisées françaises, italiennes, allemandes, et pour les pays scandinaves, respectivement[13]. Le , Fox Kids Europe acquiert les droits exclusifs de Digimon auprès de Toei Animation pour notamment le Royaume-Uni et la France[92]. Cette série d'animation en France rassemble 70 % à 75 % des audiences sur la chaîne télévisée hertzienne TF1 et du câble et satellite Fox Kids dès septembre 2000[15]. Les cassettes vidéo et DVD sont éditées par TF1 Vidéo dès 2001[93].

La série se démarque particulièrement sur le continent nord-américain lorsque la maison d'édition Dark Horse Comics obtient les droits de licence pour une publication mensuelle en treize exemplaires d'un comic-book indépendant entre mai et septembre 2000[94], dont la continuité s'effectue en Allemagne, puis au Royaume-Uni par la maison d'édition Panini Comics. Plus de 7 000 sociétés spécialisées dans les jouets ou l'alimentaire telles que Toys “R” Us, Wal-Mart et Taco Bell, profitent de la popularité de la série en achetant sa licence afin de l'attribuer à leurs produits[13],[95]. En France, des compagnies comme Kellogg's[96], Bonux[97], Candia[98], Chupa Chups[99], Lutti[100], Oasis[101], la Vache qui Rit[102] ou les goûters LU[103] s'associent à la série animée. En , la société McDonald's France[104] propose également des jouets Digimon dans le cadre des menus Happy Meal[105].

En 2000, la Fox veut proposer un long métrage pour Digimon[106]. Toei Animation n'avait produit que des courts métrages pour une présentation pendant deux semaines au Toei Anime Fair[87] — un épisode pilote, Bokura no Uō Gēmu! et Chōzetsu Shinka!! Ōgon no Digimental[107],[108],[109] — respectivement de 20, 40 et 60 minutes. Le , Digimon, le film, issu d'une collaboration américano-canadienne, est distribué dans 1 700 salles de cinéma aux États-Unis par 20th Century Fox[110],[111]. Le long métrage de 85 minutes[112],[113] sort en France le d'une distribution Fox Kids et Pathé. Le film a été un succès au box-office, en rapportant plus de 16 millions de dollars dans le monde pour un budget de production de 5 millions de dollars[114]. En France, le film devient le 8e film d'animation japonais à licence dans le box office français (jusqu'en 2013[115])[116].

Rupture de continuité (2001-2003)[modifier | modifier le code]

Principaux médias :

Avec le succès croissant du dessin-animé, les troisième et quatrième saisons suivent en 2001 et 2002, avec deux nouveaux univers bien distincts[36].

Digimon Tamers est annoncée en 2001, avec un nouveau concept dans lequel les personnages perçoivent Digimon comme une franchise commerciale[88]. En raison de ses différences avec les deux premières séries, cette itération connaît un accueil mitigé des premiers spectateurs et la franchise Digimon fait face une érosion de popularité à partir de cette période[20],[21], la production doit être accélérée et le développement d'une nouvelle série est commandé en parallèle[22],[117]. Le Digivice « D-Power » est lancé à la rentrée 2002 en France[118]. Cette saison signe un 1er arrêt de l'adaptation francophone, du fait qu'elle ne fidélise vraisemblablement pas le public des premières saisons en France après un premier mois de diffusion sur Fox Kids[20],[119].

Ces séries deviennent de plus en plus difficiles à vendre à travers le monde[120]. Elles s'exportent dans un nombre de pays de plus en plus réduit par rapport aux premières saisons, principalement dans les pays anglophones, germanophones et hispanophones à travers les réseaux de télévision de Disney et de Fox Kids[121],[122].

Digimon Frontier en 2002, revient aux bases scénaristiques d'enfants embarquant pour le Digimonde, mais néanmoins, enregistre des taux d'audiences et des ventes des merchandising très faibles[21]. Le court-métrage de l'itération réalise un fiasco au box-office japonais[23]. La franchise chute totalement au Japon à cette période[21]. Après quatre ans de diffusion ininterrompue, Digimon quitte Fuji TV. Il faut attendre 2021 pour que la fin d'une série de la franchise Digimon soit suivie du début d'une autre[28].

En Europe, le troisième et dernier opus de la série de jeux World pour la PlayStation d'origine sort en 2002, en fin de vie de la console. Digimon World 2003 est le titre de la version européenne, World 2 n'étant pas paru sur ce territoire[123]. Ce soft de Bandai se distingue de ses prédécesseurs, en étant davantage proche du genre JRPG, une nouvelle orientation qui, aux yeux de certains critiques, présente des similitudes avec la franchise Pokémon[12].

Accalmie (2004-2007)[modifier | modifier le code]

En 2004, Bandai annonce un nouveau projet de long-métrage d'animation en 3D, diffusé le sous le titre de Digital Monster X-Evolution[34],[124]. Initialement annoncé comme étant destiné à une sortie cinéma, ce projet se concrétise comme un téléfilm pour la chaîne Fuji TV[125].

L'année 2006 marque un nouveau lancement commercial de Digimon au Japon après trois années d'accalmie[73]. La société Toei Animation décide de lancer une nouvelle saison, Digimon Data Squad, qui fait appel à un audimat plus large[126],[73] ; les producteurs décident de prendre une orientation scénaristique et graphique qui diffère très radicalement de ses prédécesseurs et d'y inclure Agumon, le Digimon emblématique connu des premiers adeptes de la série[126]. Par rapport aux séries précédentes, elle est moins présente dans les magazines et le développement des jouets et des produits dérivés a été moins conséquent ; il n'existe pas d'intégrale DVD, la série n'est disponible que sur dix-sept DVD unitaires au Japon[127]. Pour le scénariste, cette rupture stylistique était prématurée, la franchise parvenant difficilement à devenir intergénérationnelle[128]. La diffusion d'une nouvelle série Digimon sur l'antenne de Fuji TV ne se réalise ensuite qu'en 2020, avec un reboot de la première génération de Digimon.

En France, à cette période, les trois premières saisons sont toujours retransmises sur le câble jusqu'au tournant des années 2000 et commencent à être éditées en de nombreux DVD, unitaires et en coffrets, par LCJ Éditions jusqu'en 2011[129].

Relance internationale, nouvelles stratégies (2010-2014)[modifier | modifier le code]

Principaux médias :

Après plusieurs années d'accalmie, Digimon Fusion est annoncée en 2010 par Bandai[130],[131],[132]. À cette période, avec l'avènement des smartphones et objets portatifs chez les plus jeunes, les gadgets de poche caractérisant la franchise Digimon apparaissent comme désuet[133]. Contrairement aux Digivice dérivés précédents, le « Chargeur Fusion », dispose d'un écran couleur et fait également office de lecteur MP3. Cette itération lance également les « Couronnes-Code », une série de cartes mémoire SD qui permettent de transférer de nouvelles zones et de nouveaux Digimon dans l'objet[57].

Le scénario illustre à nouveau une équipe d'enfants et de préadolescents, à la différence de la proposition d'inclure des héros plus âgés faite par la saison précédente Digimon Data Squad. Digimon passe pour la première fois de Fuji TV, à un nouveau diffuseur, TV Asahi notamment en raison de la faillite de Lehman Brothers et des répercussions sur les ventes de produits dérivés et les sponsors des animes à cette période, Toei Animation avec Fuji TV préfère renforcer son activité promotionnelle autour de Dragon Ball Z Kai[134].

Après un bon démarrage en taux d'audience au Japon[135],[136], la première saison connaît ensuite de maigres résultats, si bien que la série frôle l'annulation[136]. Elle passe d'une visibilité à 19 h 30 en semaine, à un horaire à h 30 le dimanche[136]. Les reports d'épisodes deviennent fréquents, et cela empire avec le nouvel horaire, faisant passer un mois entier sans qu'un nouvel épisode soit diffusé[136]. La vente de jouets paraît alors la sauver[136]. La production d'une troisième partie est subitement mise en place pour maintenir la popularité de la série, avec le protagoniste Mikey accompagnant une nouvelle équipe de Combattants Fusion[137]. Considérée comme une série distincte[138],[139], Bandai ne lancera aucun produit autour de cette ultime saison[136]. Crunchyroll propose une version sous-titrée en anglais de cette série le [140].

Toei Animation Europe annonce Digimon Fusion Battles[141] en Italie, pour une diffusion à partir du sur Rai 2, la série est déprogrammée en catastrophe en [142],[143]. Ensuite, le projet d'exportation de la série devient international et est dirigée par Saban Brands pour la première fois en treize ans[144],[145] avec Marvista Entertainment, après avoir acquis les droits le [146],[147] avec une présentation du projet en octobre à Cannes pour vendre ce produit à de futurs distributeurs et/ou diffuseurs[147],[148]. La série est diffusée sur les chaînes CW et Nickelodeon en [149],[150]. En France, Digimon Fusion est acquise par le groupe Lagardère en décembre 2014 pour une diffusion sur la chaîne jeunesse du câble Canal J à partir de [151],[152] et devient, avec plus de 1 700 diffusions[153], une marque phare et multi diffusée du diffuseur[154],[153]. Il s'agit de la première saison Digimon diffusée en français en l'espace de dix ans depuis la troisième saison Digimon Tamers en 2002.

En 2011, Bandai célèbre la quinzième année d'existence de la franchise en quatre étapes[155]. La première étape relance sur console portable PlayStation Portable (PSP) Digimon World, avec Digimon World Re:Digitize, commercialisé en 2012[156] et qui reprend les principes du jeu original initialement commercialisé en 1999 sur console PlayStation et rend, en quelque sorte, hommage au premier opus de cette série. La seconde, sous la forme d'une application de cartes à jouer pour iPhone, Digimon Crusaders[155],[157]. La troisième étape comprend un second jeu sur PSP, Digimon Adventure, commercialisé le , retraçant les épisode de la première saison homonyme[155],[158] et regroupant pour l'occasion les doubleurs originaux[158],[159]. La quatrième et dernière étape comprend la suite du jeu Re:Digitize, Digimon World Re:Digitize Decode, annoncée le 21 février 2013 par le magazine V Jump[160], puis commercialisée le 27 juin 2013 sur Nintendo 3DS[161]. Une pétition est mise en ligne par des internautes pour une adaptation hors du Japon[161],[162]. En 2013, Digimon recense plus d'une centaine de franchisés[Quoi ?] à travers le monde[163].

Succès de Digimon Story (2015-2017)[modifier | modifier le code]

Principaux médias :

En 2015, Digimon Story : Cyber Sleuth sort sur PlayStation Vita et PlayStation 4 et est le cinquième volet de la série Digimon Story, un reboot pour consoles de salon. C'est le premier jeu de la série à sortir en Europe. Lors de son développement, les distributeurs étrangers ne sont initialement pas ouverts à l'idée de localiser ce jeu Digimon, pour des raisons de popularité, des pétitions permettent néanmoins une distribution avec une traduction anglaise[164]. En juillet 2019, un portage du jeu et avec sa suite, Digimon Story: Cyber Sleuth - Hacker's Memory, sur Nintendo Switch et PC sort le 18 octobre 2019, sous le nom de Digimon Story Cyber Sleuth: Complete Edition. En octobre de cette période, Bandai Namco annonce que la série Cyber Sleuth dépasse les 1,5 million de ventes, en tirage physique et en achat digital[165].

Pour célébrer le 15e anniversaire de la série Adventure, six films Digimon Adventure tri. sortent au Japon dès jusqu'à [166]. Il s'agit d'une suite relatant les principaux protagonistes désormais âgés de dix-sept ans et élèves au lycée[166]. Cette série de films, bien qu'elle n'ait pas été acclamée par la critique, a été un succès commercial au Japon[167].

En mars 2016, Digimon World: Next Order sort au Japon sur PlayStation Vita avec un gameplay similaire à celui de Digimon World, Re:Digitize, et Decode, à ceci près que le joueur possède un second partenaire Digimon à nourrir et à élever[168]. Un portage pour console de salon sur PlayStation 4 sort à l'international dont en France le après des années d’absence de la marque en Europe, en édition physique et en achat digital avec un doublage anglais intégrale et notamment, une traduction française[169].

La question du passage aux technologies numériques et les gadgets de poche étant tombés en désuétude, Toei Animation, Bandai et Bandai Namco veulent un projet qui s'harmonise avec leurs jouets et qui soit dans l'ère du temps[133], avec comme mot d'ordre de dé-digimonifier les dessins-animés dérivés de la franchise[133]. En 2016, le projet multimédia reposant sur un concept de monstres d'applications mobiles Digimon Appmon, incluant une gamme de jouets, des cartes à collectionner et une série animée pour TV Tokyo, est lancé en octobre[170]. Le développement d'objets accessoires exploré avec la précédente itération est repris[133]. Des « cartes Appmon » avec codes QR sont développées pour être insérées ou scannées dans le nouveau gadget de la série[133], ainsi que dans une gamme d'objets annexes[171],[172], et dans la console de jeu Nintendo 3DS[173],[174] avec le jeu vidéo associé.

En , Toei Animation présente la série animée à Cannes pour vendre son produit à de futurs distributeurs et/ou diffuseurs[175]. En 2017, le groupe Turner en acquiert les droits pour une exploitation sur les territoires francophones[176] et présente également cette production qui ne connaît pas de version retravaillée pour le marché international dans plus de quarante pays, dont le Royaume-Uni, l'Espagne et l'Allemagne ; le client français est, avec le Portugal, l'unique vente en Occident[177],[178]. En France, elle est la 1re série Digimon directement produite de la version japonaise par Toei Animation Europe[176]. Appmon est retirée de sa diffusion quotidienne en France après trente-neuf épisodes et disparaît de l'antenne de la chaîne jeunesse privée Boing un mois après sa conclusion.

En Europe, la franchise s'installe sur mobiles avec les jeux de loterie gacha Digimon Linkz (2017)[179] et Digimon ReArise (2019)[180].

Nouvel essor commercial ; parcours hésitant en France (2020-2022)[modifier | modifier le code]

Principaux médias :

Avec le succès de Digimon Adventure tri., deux projets d'animation se développent autour de la marque Adventure[181],[182]. D'abord en 2017, celui du long métrage Last Evolution Kizuna, une conclusion à la première saison télévisée pour son vingtième anniversaire[181]. Indépendamment de ce projet, Toei Animation désire le retour de Digimon sur Fuji TV le dimanche matin, un créneau prisé alors occupé par la série Dragon Ball Super[181].

Ces deux projets se concrétisent en 2020. Le long métrage en au Japon[183], réalise le plus gros week-end d'ouverture pour un film Digimon moderne avec 78 437 entrées en quatre jours d'exploitation[184]. Il s'agit du dix-septième film d'animation le plus rentable au Japon en 2020, période de pandémie de Covid-19, en rapportant 300 millions de yens de son exploitation nationale totale[185]. Le long métrage tire profit de la vague que suscite la réouverture des salles de cinéma liée à la pandémie dans différentes régions d'Asie[186],[187],[188] en se classant 46e place du box-office international la même année grâce à son exploitation en Chine[189] pour 24,2 millions de dollars de recettes mondiales en 2020[190],[191], il est le film étranger (non américain) de le plus lucratif du box-office général chinois[192]. Il connaît un succès plus modéré hors des frontières asiatiques[190] ; initialement prévue en Amérique du Nord, la sortie est annulée en raison de la pandémie et de son impact sur les cinémas.

En août 2022, Digimon devient la troisième marque du studio Toei Animation à l'étranger, pour plus de 330 millions de yens de recettes[29].

Digimon fait son retour à cette période sur Fuji TV deux mois plus tard, avec un reboot homonyme de la première saison. Si la série ne connaît pas un accueil favorable de la critique et du public sur son approche stylistique et de sa violence[28], la série Digimon Adventure: devient un succès commercial synonyme d'essor général de la marque avec une hausse significative des ventes des produits dérivés — dont de Digimon Card Game, la relance à succès des cartes à jouer dérivées[28],[24] — ce notamment en dehors du Japon et en Amérique du Nord en [24],[25],[26]. Cette itération est diffusée en simulcast dans une multitude de pays.

En France, une dynamique se lance — en plus du simulcast sur Anime Digital Network, Crunchyroll et la chaine de télévision J-One — avec la rééexploitation en video à la demande sur ADN des trois premières saisons et d'un inédit, Adventure tri. à partir de [193]. ADN fédère près de 400 000 spectateurs uniques le lors d'un marathon de l'intégrale de la première saison[196].

À l'avant-première de Last Evolution Kizuna au Grand Rex, Toei Europe fait part de sa volonté de pousser les titres de la franchise en France si l'accueil était favorable[197] ; cependant, de nombreux projets commerciaux sont ensuite avortés ou freinés dans leur élan[198],[199],[200].

Une dynamique française de la marque à l'occasion de la sortie nationale de Last Evolution Kizuna en septembre de cette période, avec le distributeur CGR Events[201] ; ce long métrage est soutenu par les critiques, principalement de médias sur l'animation japonaise. En revanche, la sortie divise le public français et ne rencontre pas les faveurs de son cœur de cible[202]. Ce film, proposée en version originale et avec un doublage ne reprenant pas les voix des séries d'origine, échoue à s'imposer au fil des années dans le parcours actif de la franchise en France[203]. Le site Manga-News lui attribue le statut d'« arlésienne »[198], les droits de Last Evolution Kizuna n'ayant jamais fait l'objet d'une acquisition par les éditeurs DVD et de la vidéo à la demande[198],[204].

En , le reboot télévisuel Digimon Adventure: prend fin et est suivi, pour la première fois depuis 2002 au Japon, d'une nouvelle série, Digimon Ghost Game[28]. Une itération parenthèse dans laquelle ses héros sont impliqués dans différentes affaires horrifiques[205]. L'équipe d'auteurs de cette production tente de s'adapter aux effets des nouveaux médias sur l'attention des enfants, en la concevant pour un format épisodique[206]. Le simulcast mondial continue également sur Crunchyroll, comme la diffusion française en télévision et sur la plateforme ADN.

En juillet 2022 est annoncée la sortie de Digimon Survive, un jeu vidéo de type roman vidéoludique qui a suscité une certaine attente en raison de difficultés budgétaires dans son développement, prévu en 2018, cette production frôle l'annulation[207]. Il sort sur consoles de huitième génération et sur PC[208]. Les joueurs y suivent le récit d'un groupe d'adolescents égarés dans un étrange monde où ses dangers mettent à l'épreuve leur capacité de survie. La sortie du jeu passe globalement inaperçue[209],[210], il connaît néanmoins un fort démarrage aux États-Unis après un début timide au Japon[211],[212],[213]. La branche commerciale Bandai Namco France choisit arbitrairement de ne pas commercialiser le jeu vidéo Digimon Survive en édition physique, un projet initialement présenté avec la promotion de Last Evolution Kizuna (2020) en France[200] ; le jeu parvient à se hisser 11e des ventes françaises du Nintendo eShop[214]. Il déçoit cependant ce public et la critique française, principalement en raison de sa composante narrative[215],[216].

En octobre 2022, le journal Ouest-France fait état de six années de nouvelles sorties Digimon en France, « aussi irrégulières que discrètes[215] ».

En 2022, les droits de Adventure: se vendent dans plusieurs pays, l'annonce d'une version française de ces productions télévisées demeure en suspens après les échecs de la série Appmon (2017) et de Last Evolution Kizuna, alors lancés en exclusivité internationale en France par Toei Europe[217],[218],[198]. Le catalogue français, initialement distribué autour du film, perdure sur ADN et est acquis par Pluto TV (Paramount) à l'été 2022[219].

À l'automne de l'année 2022, Bandai France mise sur un nouveau produit d'appel déployé en grande distribution, un virtual pet « rétro »[220] (le « Digimon X ») comparable aux modèles lancés en France vingt-cinq ans plus tôt ; après une année d'indécision de la filiale française concernant le lancement de plusieurs jouets Digimon, censés apparaître sur le marché en décembre 2021[199].

Thèmes[modifier | modifier le code]

Digimon se base principalement sur les thèmes des monstres, de la science-fiction, du langage informatique, et est fondamentalement inspirée par la spiritualité japonaise traditionnelle[221]. La première saison de l'anime conçoit l'idée d'humains accédant depuis la Terre à un monde numérique et électronique parallèle, une idée qui remonte aux années 1970[pas clair][110]. Ce monde parallèle, appelé digimonde, est dans un premier temps terne et gris[pas clair][51], mais évolue constamment au fil des saisons, en gardant, à un certain point, une atmosphère oppressante et des éléments post-apocalyptiques[Interprétation personnelle ?][222]. Les protagonistes sont souvent amenés à rejoindre la Terre, et ces scènes se déroulent en majeure partie au Japon, dans la ville contemporaine de Tokyo[51]. Dès la troisième saison, le scénario devient plus complexe, plus sombre, généralement axé sur la science-fiction, et définit l'interaction entre l'humanité entière et des formes de vie numériques[223]. Le concept change une nouvelle fois dans la quatrième saison, lorsque les protagonistes humains obtiennent la capacité de se transformer physiquement en Digimon pour combattre[224].

La plupart de ces monstres combattent aux côtés d'enfants ou adolescents humains élus afin de sauver le digimonde et le monde réel de diverses forces obscures[50].

Anime[modifier | modifier le code]

Les épisodes, toutes saisons confondues, sont produits et réalisés aux studios de Toei Animation, et se catégorisent dans les genres animation, action, aventure, comédie dramatique, fantastique, fantasy, et science-fiction[225],[226],[227], avec une petite pointe de violence[228] et des éléments visuels explicites tels que la nudité[229],[230]. Toutefois, ces éléments sont censurés ou supprimés dans la version américaine et de certains pays européens, dont la France, afin que la série puisse s'adapter à une très jeune audience[231],[232]. Les épisodes sont produits pour la promotion des produits dérivés tels que les figurines et les cartes à jouer[88],[89]. En 2012, la société américaine Saban Brands acquiert les droits internationaux de Digimon, à l'exception du Japon[233],[234] ; une entreprise fermée le [235]. À la suite de la redistribution de leurs propriétés, c'est Toei Animation qui distribue Digimon notamment en France[236].

Jusqu'à la cinquième saison, une série Digimon est lancée annuellement à la télévision japonaise sur la chaîne Fuji Television pour une diffusion le dimanche à h du matin, débutant au début du mois d'avril et se terminant à la fin du mois de mars. En 2010, la sixième saison passe sur le réseau TV Asahi pour une diffusion à partir de juillet et est initialement la première série à être diffusée régulièrement le mardi en prime time (19 h 30), neuf mois plus tard, elle est reléguée le dimanche à h 30 du matin. En 2016, la septième série se lance sur le réseau TV Tokyo à partir d'octobre le samedi matin à h, six mois plus tard, elle intègre la tranche horaire de h 30 jusqu'à fin septembre. Avec la neuvième saison, la série revient sur le réseau Fuji Television pour la première fois en treize ans depuis Data Squad.

En , la série recense un total de dix saisons qui regroupent chronologiquement Digimon Adventure, Digimon Adventure 02, Digimon Tamers, Digimon Frontier, Digimon Data Squad, Digimon Fusion, Digimon Adventure tri., Digimon Appmon, Digimon Adventure: et Digimon Ghost Game.

Tableau d'ensemble[modifier | modifier le code]

No. Titres des séries Épisodes Diffusion initiale Chaînes
Début Conclusion
1 Digimon Adventure (1999) 54 7 mars 1999 (1999-03-07) 26 mars 2000 (2000-03-26) Fuji TV
2 Digimon Adventure 02 50 2 avril 2000 (2000-04-02) 25 mars 2001 (2001-03-25)
3 Digimon Tamers 51 1 avril 2001 (2001-04-01) 31 mars 2002 (2002-03-31)
4 Digimon Frontier 50 7 avril 2002 (2002-04-07) 30 mars 2003 (2003-03-30)
5 Digimon Data Squad 48 2 avril 2006 (2006-04-02) 25 mars 2007 (2007-03-25)
6 Digimon Fusion 79 6 juillet 2010 (2010-07-06) 25 mars 2012 (2012-03-25) TV Asahi
7 Digimon Adventure tri. 26 (Int.) 21 février 2015 (2015-110-21) 5 mai 2018 (2018-05-05) Crunchyroll [237]
8 Digimon Appmon 52 1 octobre 2016 (2016-10-01) 30 septembre 2017 (2017-09-30) TV Tokyo [176]
9 Digimon Adventure: (2020) 67 5 avril 2020 (2020-04-05) 26 septembre 2021 (2021-09-26) Fuji TV
10 Digimon Ghost Game 55 (+ 1 SP) 3 octobre 2021 (2021-10-03) En cours [238]
Total 532 épisodes

Digimon Adventure[modifier | modifier le code]

Deux jeunes filles déguisées, l'une portant l'autre.
Costumes de Tai Kamiya (bas), et de Matt Ishida (haut), deux des principaux protagonistes de la première saison.

La toute première saison de la franchise, intitulée Digimon Adventure, est initialement diffusée à la télévision japonaise du au sur la chaîne Fuji Television[84],[163], au lendemain de la sortie d'un court-métrage homonyme dans le cadre du Toei Anime Fair[239]. La saison, composée d'un total de cinquante-quatre épisodes[130], est produite produite par Toei Animation, en coopération avec WiZ, Bandai et Fuji Television et réalisée par Hiroyuki Kakudo. Pendant sa diffusion, la série remporte un franc succès dans le monde entier[13].

Digimon Adventure relate les aventures d'un groupe de jeunes enfants aux côtés de leurs partenaires Digimon respectifs — Taichi « Tai » Kamiya et Agumon, Matt Ishida et Gabumon, Sora Takenouchi et Biyomon, Izumi « Izzy » Koushiro et Tentomon, Mimi Tachikawa et Palmon, Joe Kido et Gomamon, et T.K. Takaishi et Patamon — aspirés par un champ de force informatique depuis leur camp de vacances dans le monde réel, les menant directement vers un monde parallèle habité par une large variété de créatures numériques, le digimonde[110],[231]. Les protagonistes font connaissance et s'allient ensemble afin de combattre les diverses forces maléfiques — allant du Digimon maléfique Devimon jusqu'à un groupe de puissants antagonistes appelés Maîtres de l'ombre — prenant peu à peu possession du digimonde[110]. La série intronise par la suite un huitième enfant digisauveur, Kari Kamiya, la petite sœur de Tai, accompagnée de sa partenaire Gatomon[110],[240],[241].

Digimon Adventure 02[modifier | modifier le code]

À la suite du succès télévisuel de la première saison, une continuité directe intitulée Digimon Adventure 02 est initialement diffusée au Japon du au sur la chaîne Fuji Television[242]. Cette seconde saison, de nouveau produite par Bandai et la même équipe, est composée d'un total de cinquante épisodes[130].

Digimon Adventure 02 prend place trois ans après les événements de la première saison[224]. Une nouvelle génération de digisauveurs — composée de Davis Motomiya et Veemon, Yolei Inoue et Hawkmon, Cody Hida et Armadillomon, T.K. Takaishi et Patamon et Kari Kamiya et Gatomon — sont destinés à sauver une nouvelle fois le digimonde de divers antagonistes dont l'Empereur des Digimon (de son vrai nom Ken Ichijouji, qui rejoindra par la suite les digisauveurs accompagné de son partenaire Wormmon), et MaloMyotismon[36],[243],[224]. Se déroulant dans le même univers, Digimon Adventure 02 emploie des éléments similaires à la précédente saison tels que les aller-retours entre digimonde et monde réel et les altercations humoristiques entre personnages, notamment[244].

Digimon Tamers[modifier | modifier le code]

Guilmon, l'un des principaux protagonistes de Digimon Tamers[245].

Une troisième saison, intitulée Digimon Tamers, est initialement diffusée au Japon en un total de cinquante et un épisodes[130], du au sur la chaîne Fuji Television[110]. La saison marque une grande différence de concepts stylistiques et scénaristiques par rapport aux deux précédentes saisons[110],[88]. Ce changement dans la réalisation est accueilli d'une manière mitigée parmi les téléspectateurs, certains appréciant le changement, et d'autres considérant qu'il ne s'agirait plus de la série qu'ils appréciaient avant[245].

Dans Digimon Tamers, « Digimon » est perçu par les personnages comme une franchise commerciale représentée par de nombreux produits dérivés dont les cartes à jouer et les D-arc, principalement[88],[244],[245]. La saison intronise de nombreux nouveaux protagonistes humains et Digimon, les principaux étant Takato Matsuki et Guilmon, Rika Nonaka et Renamon, et Henry Wong et Terriermon[88],[246]. Digimon Tamers n'est en aucun cas liée aux événements des deux précédentes saisons, et l'action se déroule principalement dans le monde réel[244]. Les protagonistes se confrontent d'abord à une organisation gouvernementale secrète de lutte anti-Digimon, appelée Hypnos, puis parviennent plus tard à atteindre le digimonde dans lequel ils y rencontrent les Digimon souverains et y apprennent l'existence d'un virus informatique dévastateur appelé Système d'Éradication[244].

Digimon Frontier[modifier | modifier le code]

Une quatrième saison, intitulée Digimon Frontier, est initialement diffusée du 7 avril 2002 au 30 mars 2003 sur la chaîne Fuji Television en un total cinquante épisodes[247],[248]. Elle est produite par Fuji TV et Yomiko Advertising[248]. En été de la même année, son court-métrage, aux côtés de ceux de Kinniku-Man et Crash Gear Turbo, ne remportent approximativement que ¥ 800 millions ($ 6,8 millions) au box-office japonais[249],[250].

Le scénario inclut six nouveaux protagonistes humains d'âges différents — Takuya Kanbara, Koji Minamoto, J.P. Shibayama, Zoe Orimoto, Tommy Himi et, plus tard, Koichi Kimura —, accompagnés de leurs deux guides Bokomon et Neemon, et possédant la capacité de se transformer en Digimon à l'aide de petits gadgets nommés D-tectors afin de combattre diverses menaces dont l'antagoniste Cherubimon et ses sbires[224].

Digimon Data Squad (Savers)[modifier | modifier le code]

Une cinquième saison, intitulée Digimon Data Squad, est initialement diffusée du au sur la chaîne Fuji Television[251] en un total de quarante-huit épisodes, près de trois ans et demi après la diffusion de la quatrième saison. Cette saison, contrairement aux quatre précédentes, subit un changement scénaristique et graphique radical, en essayant à la fois de satisfaire les adeptes de la série et d'attirer un public plus large[126].

Digimon Data Squad se concentre principalement sur un protagoniste et adolescent bagarreur de rue nommé Masaru Daimon, et de son partenaire Digimon, Agumon, tous deux par la suite employés de la D.A.T.S. (Digital Accident Tactical Squad), une organisation spécialement conçue dans le but d'arrêter toute menace en provenance du digimonde sur Terre, accompagnés de deux autres membres nommés Thoma H. Norshtein et Yoshino Fujieda, et de leurs partenaires Lalamon et Gaomon[126]. Un quatrième et plus jeune membre du groupe, Ikuto Nogushi, accompagné de son partenaire Falcomon, les rejoint par la suite.

Digimon Fusion (Xros Wars)[modifier | modifier le code]

Une sixième saison, intitulée Digimon Fusion, est initialement diffusée du au [252],[130] en un total de cinquante-quatre épisodes, sur la chaîne TV Asahi près de cinq ans après la diffusion de la cinquième saison[253].

Une série distincte[138],[139], intitulée Toki o Kakeru Shōnen Hunter-tachi[254] et troisième arc de la saison, est diffusée du 2 octobre 2011 au [255],[256],[257]. En 2013, l'arc est nommé dans la catégorie « Meilleure animation » aux Emmy Kids Awards[258],[259].

Revenant dans un style « rétro » similaire aux quatre premières saisons, le premier arc de cette saison suit les aventures de Mikey Kudo, un jeune garçon sportif et insouciant, et des « Combattants Fusion », accompagnés d'un groupuscule de Digimon ayant la capacité de fusionner ensemble avec lesquels ils s'associent pour tenter de restaurer l'ordre dans un Digimonde fragmenté par le Lord Bagra et son armée[260].

Digimon Adventure tri.[modifier | modifier le code]

Une suite directe de la saga Digimon Adventure, intitulée Digimon Adventure tri., est produite en six longs métrages. Le premier film, Retrouvailles (再会, Saikai?) est sorti le et le dernier, Notre avenir (ぼくらの未来, Bokura no mirai?), le en salles au Japon.

Initialement ces six films ont été diffusés en dehors du Japon en version originale sous-titrée le jour même de leur sortie japonaise nationale, sous un format épisodique en quatre ou cinq épisodes chacun, permettant une distribution simultanée pour le public anglophone par Crunchyroll[261]. Cette diffusion inscrit Adventure tri. comme étant la septième itération de la franchise[237].

La série tri., réalisée par Keitaro Motonaga, écrit par Yuuko Kakihara, avec un chara-design de Atsuya Uki[262], suit les années lycée des huit protagonistes de la série originale[263].

Digimon Appmon[modifier | modifier le code]

Une huitième saison[176], intitulée Digimon Appmon, est initialement diffusée en cinquante-deux épisodes sur les chaînes du réseau TV Tokyo du au . Elle est produite par les sociétés Bandai, Bandai Namco Entertainment et Toei Animation[170] .

Digimon Appmon suit les aventures de trois écoliers, Haru Shinkai, Eri Karan et Torajirô « Astra » Asuka : les Appli Drivers, qui sont confrontés à divers phénomènes insolites, avec des créatures infectées par un virus — le virus L — propagé par l'antagoniste, Léviathan. Le thème et les origines des créatures fictionnelles Appmon tournent autour de la singularité technologique et de l'intelligence artificielle, et des dangers de la technologie lorsqu'elle est mal utilisée[264],[265].

Digimon Adventure:[modifier | modifier le code]

Une neuvième saison, intitulée Digimon Adventure: (2020), est initialement diffusée en soixante-sept épisodes du au sur Fuji Television. Ce reboot de la première génération de Digimon avec Tai, Agumon et tous les premiers digisauveurs[266] initie la franchise pour la première fois à une diffusion mondiale en simulcast et notamment en France, sur Crunchyroll, ADN et J-One[267],[268],[269] et relance l'exploitation des productions de la marque en France.

Digimon Ghost Game[modifier | modifier le code]

Une dixième saison, intitulée Digimon Ghost Game[238], depuis le sur Fuji Television et en simulcast et a succédé à Digimon Adventure: sur le même créneau horaire[270].

L'histoire met en scène Hiro, Kiyoshirō, Ruli et leurs partenaires Digimon impliqués dans divers phénomènes étranges.

Diffusions internationales[modifier | modifier le code]

Immeuble de TF1 à Boulogne-Billancourt.
En France, TF1 est l'une des premières chaînes télévisées à avoir diffusé Digimon Adventure[9],[271].

Hors des frontières japonaises, la série est diffusée à l'international, à commencer par le continent asiatique et des pays tels que Hong Kong, Taïwan, les Philippines, Singapour, l'Indonésie et la Corée du Sud[13]. En Inde, ce sont des chaînes de télévision telles que Cartoon Network[272], et Spacetoon Kids TV qui diffusent la série[273]. Aux Philippines, la série est diffusée sur Cartoon Network et ABS-CBN Amazing Morning[246]. En Océanie, la série est diffusée en Australie sur les chaînes Network Ten[274] et Go[275].

Sur le continent nord-américain, plus précisément aux États-Unis, la première saison est initialement diffusée le sur le réseau Fox[95]. Adaptée et éditée par Saban Entertainment pour l'audience américaine[224],[231],[276], la série, toutes saisons confondues, est diffusée sur de nombreuses chaînes télévisées dont Fox Kids[110],[276], UPN[223], ABC Family[277], Jetix[278],[279], Toon Disney/Disney XD[278], Cartoon Network[280], Nicktoons[281],[282], et CW Television Network[260],[283]. Au Canada, la version américaine éditée par Saban est diffusée sur YTV[13],[284] et Family Channel[285] ; dans la province du Québec, seules les deux premières saisons ont été diffusées sur Télétoon[286].

Sur le continent sud-américain, la série est diffusée en globalité par la chaîne télévisée Cartoon Network, qui acquiert les droits de diffusion pour Digimon Fusion en 2014[287],[288]. Au Brésil, la série est diffusée sur RedeTV![289],[290], TV Globo[291],[292],[293], Disney XD[291], TV Kids[291], et Fox Kids[294]. Dans les pays hispanophones du continent, la série est diffusée sur des chaînes télévisées telles que Fox Kids au Mexique[295], Televen au Venezuela[296], Televicentro au Honduras[297], Ecuavisa en Équateur[298], et Caracol Televisión en Colombie[299].

En Europe, la société Bandai lance la série d'abord sur les chaînes télévisées britanniques, espagnoles et portugaises, avant de les programmer pour les chaînes télévisées françaises, italiennes, allemandes, et pour les pays scandinaves, respectivement[13]. Au Royaume-Uni, la série est diffusée sur quelques chaînes dont Fox Kids[300], KIX[301], et ITV[302],[303]. En Espagne, ce sont les chaînes TVE[304], Fox Kids[305], FDF[306], Boing[307], et Disney XD[308] qui diffusent la série. Au Portugal, les saisons sont diffusées sur TVI[246], SIC[246], et Canal Panda[309] ou Panda Biggs[310]. En Italie, elle est diffusée sur la chaîne télévisée Rai 2[311]. En Allemagne, la série est diffusée depuis sa première parution en 2000 sur la chaîne télévisée RTL2[312],[313]. Aux Pays-Bas, elle est diffusée sur Fox Kids[84]. En Norvège et en Suède, ce sont les versions norvégienne et suédoise de TV3 qui diffusent pour la première fois la série dans ces pays[314]. En Pologne, elle est diffusée sur TV4[315], Fox Kids, Jetix, et TV6[84]. Au Moyen-Orient, la série est doublée en arabe, éditée au studio syrien Venus Production, renommée Digital Heroes, puis diffusée dans le continent sur la chaîne télévisée Spacetoon[316].

France

En France, Digimon réunit 70 à 75 % en audience[15] dès sur la chaîne télévisée du câble et satellite Fox Kids[317] et sur la chaîne hertzienne TF1 dans le bloc de programmes TF! Jeunesse[271],[318] ; les séries Digimon et Digimon 02 sont diffusées sur TF1 avec un taux de croissance comparable au taux atteint en 1996 pour l'animation japonaise[319], trois saisons sont diffusées Fox Kids[320], Jetix, ainsi que sur Tfou TV. Dès 2015, Digimon Fusion est diffusée sur la chaîne privée Canal J[151],[152] et en devient une marque multi diffusée jusqu'en [154],[153]. D' à , Digimon Appmon[176] est diffusée sur la chaîne privée Boing[321] et en disparaît peu après cette diffusion initiale ; cette première exploitation de la branche européenne de Toei Animation se limite ainsi à la France et au Portugal[178].

Dès 2020, Digimon est pour la première fois diffusée en simulcast à échelle mondiale[28] avec Digimon Adventure: et Digimon Ghost Game à travers la plateforme Crunchyroll en France et en Europe, ainsi qu'en Amérique du Nord, en Amérique centrale, en Amérique du Sud, aux Caraïbes, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en zones MENA et CEI et en Afrique du Sud[322] avec des sous-titres anglais, espagnol, français, portugais, arabe, italien, allemand et russe. En France, ces deux séries sont également dans une dynamique française[323],[324] sur la plateforme Anime Digital Network[268] et diffusées à la télévision sur J-One[269] ; le reboot en version originale est diffusée sur ADN TV+, un canal linéaire proposé sur les télévisions connectées et différents services, dès [325],[326]. Les trois premières saisons sont diffusées en français sur Pluto TV dès [327].

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Jeune mannequin prenant la pause dans un stand.
Présentation du jeu Digimon RPG et promotion de l'anime en Corée du Sud.

Il existe de nombreux jeux vidéo Digimon — notamment les sous-séries de jeux de rôle Digimon World et Digimon Story —, leur gameplay et leur conception ont souvent été comparés par la presse spécialisée à d'autres jeux vidéo tels que Super Smash Bros.[328],[329], Final Fantasy Crystal Chronicles[330], Persona[331] et Pokémon[332],[333]. Ces jeux, originaux ou dérivés des séries d'animation, se popularise grâce à une variante de genres proposés incluant action[334], aventure[335], combat[336], course[337], cartes[338], jeux interactifs sur PC[339], plateformes[340], RPG[341], simulation[335], simulation de vie[335], de roman[342] ou encore de la stratégie[335].

À la suite du succès phénoménal du gadget conçu et distribué en [34], des jeux vidéo voient le jour sur consoles de cinquième génération à commencer le , par Digital Monster Ver. S: Digimon Tamers distribué sur console de salon Sega Saturn, dérivé de l'objet et développé par la société japonaise TOSE[343]. Une transposition de l'objet sur un écran de télévision présentant des visuels retravaillés, par rapport au virtual pet et aux capacités de ce nouveau médium, les modifications apportées à la jouabilité étaient minimes[12].

En mars 2001, Bandai compte environ 1 million de jeux vidéo vendus dans le monde, dont 400 000 au Japon[344].

La série des Digimon World[modifier | modifier le code]

En 1999, la série de jeu de rôle Digimon World, développée par Bandai, est lancée sur la première console PlayStation. Sa première itération offre un mélange de simulation d'élevage dérivé de la première génération du gadget virtual pet de la franchise (avant la création de différents monstres, ou du niveau méga notamment) et d'une exploration semi-ouverte autour de l'île des Fichiers Binaires, afin de recruter de la main d'œuvre et de reconstruire la capitale File City[12]. Il faut élever son Digimon pour surpasser tous les défis qui apparaîtront au cours de l'aventure[12]. Les ventes sont estimées, en février 2000, à plus de 250 000 exemplaires dans les marchés japonais[11],[335],[345]. Connu pour sa difficulté et son aspect unique, ce premier opus de World continue de bénéficier d'une forte considération par les amateurs du genre[78],[12].

Dès lors, deux autres volets suivront sur PlayStation, en 2000 et 2002, avec Digimon World 2[346],[347] et Digimon World 3[348].

Le quatrième volet de la série Digimon World, intitulé Digimon World 4, est commercialisé le sur consoles PlayStation 2, Xbox, et GameCube[330],[349]. En 2011, Bandai annonce la sortie d'un premier nouveau jeu vidéo intégré au projet de célébration des quinze années de la franchise[155], sur PlayStation Portable (PSP), intitulé Digimon World Re:Digitize, en collaboration avec la société de développement Tri-Crescendo, inspiré du premier opus sur PlayStation, Digimon World[156]. Sa suite, Digimon World Re:Digitize Decode est annoncée en février 2013 au magazine japonais V Jump, puis commercialisée le sur console portable Nintendo 3DS[160],[350].

Il s'agit d'une première marque forte de la franchise, que la distribution des jeux Digimon Story (2006) en Amérique du Nord, notamment, reprend pour les commercialiser en tant qu'entrées de la série World[12].

La série des Digimon Story[modifier | modifier le code]

L'année 2006 marque l'arrivée de Digimon World DS, le premier jeu Digimon paru sur console de septième génération Nintendo DS[80],[351], suivi de Digimon World Dawn et Dusk en 2007[352], Digimon World Championship en 2008[353], Digimon Story: Lost Evolution en 2010[354], et Digimon Story: Super Xros Wars Red et Blue en 2011[355],[356]. En décembre 2013, Digimon Story : Cyber Sleuth, un jeu vidéo ciblant les adeptes adultes de la série[357], est annoncé sur PlayStation Vita courant 2015, comme une suite directe du jeu Digimon Story[358],[359] ; ce jeu sort en Occident le sur PSVita et PS4 et le sur Nintendo Switch et PC[360].

L'aventure Wonderswan[modifier | modifier le code]

Début 2000, sur la console portable éphémère de Bandai, WonderSwan, des jeux se démarquent tels que Digimon Adventure 02: Tag Tamers, avec 34 142 exemplaires vendus trois semaines après parution[361], et sur WonderSwan Color avec des jeux tels que Digimon Adventure 02: D1 Tamers, vendu à 14 459 exemplaires une journée après parution en 2000[362].

Les séries Rumble, Battle Spirit[modifier | modifier le code]

Le notable Digimon Rumble Arena, commercialisé en 2001 sur Playstation classique, est le premier jeu Digimon à tenter une approche en graphismes 2,5D[332]. La série fait sa transition sur consoles de sixième génération avec la sortie de Digimon Battle Spirit sur GameBoy Advance, développé par Dimps, et vendu à 25 296 exemplaires deux semaines après parution[363],[364], suivie d'un deuxième volet[365]. Entretemps, Digimon All-Star Rumble est annoncé le 31 juillet 2014 sur consoles PlayStation 3 et Xbox 360 pour une sortie initiale européenne en automne la même année[366],[367],[368].

Autres[modifier | modifier le code]

En 2002, un MMORPG gratuit, Digimon RPG, inspiré de la troisième saison Digimon Tamers, est mis en ligne pour les utilisateurs sud-coréens, puis pour les utilisateurs japonais[369],[370] ; le jeu est d'ailleurs classé à la première place des jeux les plus recherchés en 2008 sur le moteur de recherche chinois Baidu[371].

Sur Playstation Portable, le jeu intitulé Digimon Adventure, sort le , retraçant chaque épisode de la première saison homonyme[155],[158]. Il y a également plusieurs jeux mobiles comme Digimon Linkz, actif de mars 2016 à juillet 2019 et similaire aux jeux Story dans la mesure où le joueur élevait des Digimon dans une ferme et combattait les ennemis en utilisant des équipes de trois de leurs monstres ; un jeu mobile suivi par Digimon ReArise, lancé en juin 2018 au Japon et en octobre 2019 en Amérique.

Annoncé en 2018, le roman vidéoludique et RPG-tactique Digimon Survive se fait connaître pour son développement prolongé[372],[373],[342]. Le jeu vidéo sort que fin [208] sur PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch et PC[342]. Ce jeu annoncé pour une sortie en France dès 2018[374] et présenté en dynamique de la marque avec le film Digimon Adventure : Last Evolution Kizuna en 2020[375],[323], ne sortira en français qu'en version numérique pour des raisons non précisées[200].

Médias[modifier | modifier le code]

Avec la parution du virtual pet, la popularité de Digimon lui permet de mieux s'établir en grande surface, avec un chiffre total de ventes excédant les ¥ 25 milliards en mars 2002[19]. La franchise s'établit avec succès dans les marchés japonais sous forme de nombreux produits dérivés ciblant principalement un public enfant, mais également adulte, incluant jeux vidéo[376], jouets[46],[377], mangas[43],[224], films d'animation[43],[18], cassettes vidéo[378], DVD[378], singles[379], compilations musicales[379], magazines[43], comics[94], vêtements[380], chaussures[381], peluches[260], figurines[376], cartes à jouer[376], ballons de sport[382] et applications mobiles[260],[376]. Avec la contribution de Bandai dans le marché ludique international, la vente des produits Digimon augmente de 150 %, soit ¥ 10 milliards jusqu'à mars 2001 aux États-Unis[383].

Films[modifier | modifier le code]

En 2022, la franchise compte un total de vingt films, qu'il s'agisse de courts ou longs métrages, sortis au cinéma et diffusés à la télévision locale japonaise[43].

Courts ou moyens métrages diffusés en salon de Toei Animation
Titre Sortie initiale
Digimon Adventure 6 mars 1999 (1999-03-06)
Digimon Adventure: Bokura no Uō Gēmu! 4 mars 2000 (2000-03-04)
Digimon Adventure 02 Kōhen: Chōzetsu Shinka!! Ōgon no Digimental 8 juillet 2000 (2000-07-08)
Digimon Adventure 3D: Digimon Grand Prix! 20 juillet 2000 (2000-07-20)
Digimon, le film 6 octobre 2000 (2000-10-06) Film
Digimon Adventure 02 : Diablomon no Gyakushû 3 mars 2001 (2001-03-03)
Digimon Tamers: Bōkensha-tachi no Tatakai 14 juillet 2001 (2001-07-14)
Digimon Tamers: Bōsō no Dejimon Tokkyū 2 mars 2002 (2002-03-02)
Digimon Frontier: Kodai Digimon Fukkatsu! 20 juillet 2002 (2002-07-20)
Digital Monster X-Evolution 3 janvier 2005 (2005-01-03) TV
Digimon Savers 3D: Dejitaru Wārudo Kiki Ippatsu! 8 juillet 2006 (2006-07-08)
Digimon Savers: Kyūkyoku Pawā! Bāsuto Mōdo Hatsudō!! 9 décembre 2006 (2006-12-09)
Digimon Adventure tri. Chapitre 1 : Retrouvailles 21 novembre 2015 (2015-11-21) Film
Digimon Adventure tri. Chapitre 2 : Détermination 12 mars 2016 (2016-03-12) Film
Digimon Adventure tri. Chapitre 3 : Confession 24 septembre 2016 (2016-09-24) Film
Digimon Adventure tri. Chapitre 4 : Perte 25 février 2017 (2017-02-25) Film
Digimon Adventure tri. Chapitre 5 : Symbiose 30 septembre 2017 (2017-09-30) Film
Digimon Adventure tri. Chapitre 6: Notre avenir 5 mai 2018 (2018-05-05) Film
Digimon Adventure: Last Evolution Kizuna 21 février 2020 (2020-02-21) Film
Digimon Adventure 02: The Beginning En projet Film

Digimon, le film[modifier | modifier le code]

Le premier court-métrage de la liste s'intitule Digimon Adventure, sorti au cinéma le , une journée avant la diffusion de la première saison animée homonyme à la télévision[239]. Deux autres courts-métrages d'animation, originellement intitulés Bokura no Uō Gēmu! et Chōzetsu Shinka!! Ōgon no Digimental, suivent et sortent au cinéma en mars et juillet 2000[107],[108],[109]. À cette période, ce sont les deux premières saisons de la série télévisée adaptées sur grand écran. Par la suite, une collaboration américano-canadienne entre la chaîne télévisée Fox Kids et 20th Century Fox s'effectue pour la sortie, le , d'un film regroupant ces trois premiers courts-métrages lourdement édités, Digimon, le film dans 1 700 salles de cinéma américaines[110],[111],[384],[385] et en avril 2001 dans les salles de cinéma françaises[386] ; le film est d'ailleurs brièvement présenté par les personnages de la série d'animation Angela Anaconda[387].

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Les cinquième et sixième films s'intitulent originellement Bōkensha-tachi no Tatakai, sorti le 14 juillet 2001[388], et Bōsō Digimon Tokkyū sorti le 2 mars 2002[247],[389], et présentent les aventures des protagonistes de la troisième saison Digimon Tamers. Le 20 juillet 2002 sort le septième film d'une durée de 40 minutes, Digimon Frontier - Kodai Digimon Fukkatsu!, présentant les protagonistes de la quatrième saison Digimon Frontier[390]. En 2005, la société Bandai annonce un nouveau projet de long-métrage d'animation en 3D pour le [34]. Ce long métrage hors-série de 80 minutes, intitulé Digital Monster X-Evolution et réalisé aux studios Imagi Animation, est diffusé sur la chaîne Fuji Television le [391],[392]. Le neuvième court-métrage, intitulé Digimon Savers the Movie Kyuukyoku Power! Burst Mode Hatsudou!!, est sorti le 19 décembre 2006[393]. Deux autres courts-métrages en 3D stéréoscopique, Digimon Adventure 3D Digimon Grand Prix! et Digimon Savers 3D Digital World Kiki Ippatus!, sont diffusés le 3 octobre 2009, lors du Tobidasu 3D! Toei Animation Festival[394]. De juin à septembre 2012, chacun de ces films sont de nouveau édités puis commercialisés dans les marchés japonais[395].

Suites à la première série animée[modifier | modifier le code]

À l'occasion du 20e anniversaire de la franchise, le film Digimon Adventure: Last Evolution Kizuna, ultime volet de l'histoire originale, sort le 21 février 2020[183] au Japon. Last Evolution Kizuna sort le 24 septembre 2020 en France métropolitaine[201], en Belgique[396],[397], au Luxembourg[398] et à La Réunion[399],[400] par le distributeur CGR Events, en version originale sous-titrée et avec un doublage français produit en Belgique par Toei Animation Europe qui ne comportait pas les voix françaises originales. Le film n'a pas rencontré un accueil favorable de la part des spectateurs, si bien que le film n'a pas connu de commercialisation ; pour le Journal du Japon le , cette sortie a « divisé les fans de la franchise »[202]. Les droits d'exploitation de Last Evolution Kizuna font l'objet d'aucune proposition d'acquisition auprès d'éditeurs de services vidéos (DVD, VOD) ou de la télévision présents dans la chronologie des médias, ce long métrage est considéré comme une « arlésienne »[198]. La production de sa suite directe, Digimon Adventure 02: The Beginning[401], dérivée de cette deuxième saison est annoncée le [402] ; réalisé par Tomohisa Taguchi, l'histoire tourne autour de la rencontre de Davis et de la bande des digisauveurs avec Rei Owada, qui prétend être la première personne à s'être associée à un Digimon[198].

Cassettes, DVD, VOD[modifier | modifier le code]

La parution de cassettes vidéo et de DVD débute dans les marchés japonais pendant la diffusion de Digimon Adventure à la télévision. La première cassette vidéo composée de quatre épisodes est mise en location le 10 septembre 1999, puis à la vente le 21 janvier 2001[378], puis suivie par de nombreux autres volumes, et saisons sous format DVD[378]. Dans le continent voisin, du côté australien, c'est la société Madman Entertainment qui se charge de la vente des DVD[243],[403]. En France, les premières séries de cassettes vidéo et DVD éditées par TF1 Vidéo paraissent dès 2001[93], puis en 2007, avec de nombreux coffrets DVD des trois premières saisons édités par LCJ Éditions[404],[129].

Les marchés américains recensent les cinq premières saisons commercialisées en date de 2013[126],[245],[405],[406], éditées par les sociétés New Video Group[407],[408],[409], FUNimation[89], 20th Century Fox[410], et Buena Vista Home Entertainment[410], à commencer par la première cassette vidéo, Digimon: Digital Monsters - The Birth of Greymon, commercialisée le 2 novembre 1999[411]. Les épisodes et films sont régulièrement mis en ligne par ces sociétés de distribution. FUNimation et Crunchyroll proposent brièvement les versions originales sous-titrées des deuxième et troisième saisons[410]. Les sites Internet Amazon et Direct2Drive proposaient brièvement la vente d'épisodes de la deuxième saison en version originale sous-titrée[410],[412]. En 2011, le site Hulu présente la saison intégrale de la troisième saison[413]. En août 2013, Netflix ajoute les deux premières saisons en version japonaise sous-titrées en anglais à son catalogue de vidéos en-ligne[410],[414].

En France, Digimon intègre pour la première fois les catalogues à la demande avec sa sixième itération Digimon Fusion, sur la plateforme Netflix en [415],[416] et de GulliMax en [417]. Les trois premières saisons intègrent le catalogue de la plateforme Anime Digital Network, dès en version française[193] et les deux premières, de Crunchyroll en VOSTFr dès [418]. La première saison française fait l'objet d'une diffusion de vingt-trois heures ininterrompues sur la plateforme Twitch, du jusqu'au [419] par l'agence de communication EveryOne avec ADN[420],[194]. En plus des simulcasts, dont le contenu demeure disponible en AVOD après leur diffusion, Digimon Adventure tri.[263] et Digimon Data Squad[421] sont proposées pour la première fois en France sur la plateforme Anime Digital Network en 2020 et en 2022.

Jouets[modifier | modifier le code]

Jouet dérivé du digivice de la série.

Tandis que la franchise se popularise à la fin des années 1990, nombre de jouets dérivés sont commercialisés dans les marchés japonais, ciblant principalement les enfants et adolescents[377]. La vente de jouets s'étend par la suite à l'international jusqu'aux sols australien et en néo-zélandais[422],[423],[424]. Ces types de jouets incluent notamment les figurines[13],[339],[425], peluches[46],[13], et gadgets électroniques comme le digivice emblématique dérivé de la série télévisée[13],[426].

En France, en plus des jouets de la gamme Bandai, plusieurs marques s'associent pour produire divers produits à l'effigie des deux premières séries et de ses héros. Notamment Pogs[427], Majorette[428]. Des autocollants, des jouets, des images à collectionner, des concours avec McDonald's France[104],[429], Kellogg's[96], Bonux[97], Candia[98], Chupa Chups[99], Lutti[100], Oasis[101], la Vache qui Rit[102] ou les goûters LU[103] s'associent à la série animée.

Des jouets électroniques, des jeux de sociétés, des puzzles sortent chez Lansay, Ravensburger ou encore Joustra; et Mad Hatter's au Québec. Différentes publications paraissent chez Gallimard[430], Dargaud, Dino, Piccolia[431] ; ou encore Panini, avec également des albums qui peuvent être complétés par des autocollants[432] ; des albums similaires publiés par Magic Box en Belgique[433]. Ainsi que Zavico[434] pour des peluches, des réveils, Jemini[435] pour des peluches de différentes sortes, des sacs à dos et autres accessoires de rangements, Kid Maniak pour des cartables, Zeon pour des montres, pendules et des réveils, Loisiland pour des accessoires de bains, Stamp pour des bicyclettes, trottinettes, skateboard et accessoires de protections ou encore Rubie's France pour des déguisements. Des parures de lit, des aimants, des chewing-gums[436], des timbres, des tirelires, des plumiers, des cahiers scolaires, des chaussures, des fèves[437],[438], des pendentifs, des pin's ou encore des porte-clés sont également les nombreux objets mis sur le marché, notamment en France.

Aux États-Unis, plus de 7 000 sociétés commerciales spécialisées dans les jouets et l'alimentaire telles que Toys “R” Us et Taco Bell profitent de la popularité de la série en rachetant la licence afin de l'attribuer à leurs produits[13],[95],[439] ; jusqu'au 15 novembre 2000, Taco Bell, en partenariat avec Saban Entertainment, la société chargée de l'adaptation américaine des deux premières saisons, fait la promotion du film[440]. En 2001, la vente totale des jouets dérivés atteignent plus de 100 millions $ dans les marchés américains[13].

Au fil du temps, le digivice passe du simple jouet de combats en 2D, au lecteur MP3 avec écran couleur LCD tactile à reconnaissance vocale depuis la parution de la sixième saison[441].

Musiques[modifier | modifier le code]

Kōji Wada était le premier chanteur des génériques originaux de l'anime[442],[443]. Il mettra, néanmoins, sa carrière en suspens pendant deux ans, de 2011 à 2013, à la suite de complications liées à un cancer[443],[444],[445]. Il fait paraître, le , le générique de début de la première saison, intitulé Butter-Fly, sous forme de single commercial[446]. Ayumi Miyazaki et la chanteuse Ai Maeda sont également à l'origine de nombreuses chansons issues de l'anime. Le , un album en édition limitée recensant les meilleurs hits musicaux de la série, intitulé Digimon Adventure: Best Hit Parade, est commercialisé au Japon et distribué par le label discographique King Records[447]. À partir de 2006, puis définitivement en 2016, différents groupes et artistes leur succèdent.

Paul Gordon et Jasan Radford sont les premiers interprètes de la version occidentale de Digimon[448]. Claude Vallois est l'interprète français[448]. La bande originale du film américano-canadien Digimon, le film est commercialisée le 19 septembre 2000, et bien accueillie par AllMusic, avec une note de trois étoiles sur cinq, et présentant « un surprenant mélange de chansons rock modernes, dont The Impression That I Get de The Mighty Mighty Bosstones, le toujours présent The Rockafeller Skank de Fatboy Slim, et le toujours omniprésent Allstar de Smashmouth. La version de Kids in America de Len, One Week des Barenaked Ladies, et All my Best Friends are Metalheads de Less Than Jake font également partie des points forts de cette collection ska-punk-pop buzz[449]. »

Des CD drama tels que Digimon Adventure - Character Song - Mini Drama en trois volumes[450],[451],[452] se focalisent principalement sur les protagonistes de la série sous forme de drama audio.

Le paraît le double-album Digimon History 1999-2006 All The Best, composé d'intros, d'outros, et des musiques originales des cinq premières saisons, pour célébrer la dixième année de la série d'animation[453]. Depuis 2010, à l'occasion de la diffusion de Digimon Fusion, des CD maxi tels que We Are Xros Heart![442],[454] et Digimon Xros Wars Insert Song: Evolution and Digixros[455] sont commercialisés.

Mangas et ouvrages[modifier | modifier le code]

En été 1997, un chapitre one shot intitulé C'mon Digimon d'Izawa Hiroshi et de Tenya Yabuno, est publié dans le magazine japonais V Jump de Shueisha[42], celui-ci inspire par la suite le tout premier manga de la franchise, Digimon Adventure V-Tamer 01, qui parait dès 1998 dans le magazine puis en neuf tomes[456],[457]. Le manga met en scène Tai Kamiya[458], un personnage prototype du personnage homonyme qui est présenté dans la première saison Digimon Adventure. Ce personnage est aspiré dans le Digimonde, afin de rencontrer son partenaire Digimon Veedramon, qu'il surnommera Zeromaru[456].

  1. C'mon Digimon
  2. Digimon Adventure V-Tamer 01
  3. Digimon Chronicle
  4. Digimon Next
  5. Digimon Xros Wars
  6. Digimon World Re:Digitize
  7. Digimon World Re:Digitize Decode
  8. Digimon Story: Cyber Sleuth
  9. Digimon Story: Cyber Sleuth – Hacker's Memory
  10. Digimon Chronicle X
  11. Digimon Appmon
  12. Appmon Gakuen
  13. Digimon Dreamers

Plus tard, le manga Digimon Next, illustré par Takeshi Okano et Tatsuya Hamazaki en quatre tomes, est publié dans le mensuel V Jump dès 2005. De 2010 à 2012, un manga illustré par Yuki Nakashima, inspiré de la sixième saison Digimon Fusion, paraît dans le magazine et en quatre volumes[459],[460]. En deux tomes dès 2016, une adaptation de Digimon Appmon paraît également dans le magazine. Dans le Saikyo Jump paraissent Appmon Gakuen et Digimon Dreamers, des chapitres humoristique pour la cible du magazine.

La franchise ne se développe pas davantage dans ce secteur, des courtes créations comme Digimon Chronicle en 2004 et sa suite en 2018 font leur apparition à l'achat d'un Digivice. Une adaptation manga en deux chapitres, illustrée par Fujino Kouhei, du jeu vidéo Digimon World Re:Digitize est publiée à sa sortie en 2012 dans le V Jump[461],[462]. Suit également en 2015, des one shots pour les jeux Digimon Story Cyber Sleuth.

Hormis les mangas, des nouvelles[463], livres commémoratifs[464], guides touristiques[465],[466], et albums illustrés[467], ont également été publiés au Japon.

Hors des frontières japonaises, un manga illustré par l'auteur chinois Yuen Wong Yu, et distribué par la maison d'édition Tokyopop en partenariat avec Disney Publishing Worldwide, est annoncé puis prévu pour être commercialisé fin 2002[468],[469]. Publié en 2003, le manga se base sur les scénarios originaux des quatre premières saisons, bien que légèrement abrégés[470]. Outre-mer, aux États-Unis, la maison d'édition Dark Horse Comics obtient les droits de licence pour lancer la publication mensuelle, initialement en treize exemplaires, d'un comic-book homonyme indépendant entre mai et septembre 2000[94]. L'histoire est écrite par Daniel Horn et Ryan Hill, et illustré par Daniel Horn et Cara L. Niece[471]. En Europe, un comic-book similaire est créé en Allemagne, puis au Royaume-Uni via la maison d'édition Panini Comics, pour s'achever vers 2004. En France, cette adaptation est traduite depuis Issy-les-Moulineaux et parait mensuellement de 2000 à 2004[472].

Accueil[modifier | modifier le code]

Audience générale[modifier | modifier le code]

Digimon est généralement bien accueillie à l'échelle nationale et internationale[439]. Elle devient ainsi un phénomène sociétal et culturel chez un public majoritairement jeune[9],[18],[473], et se popularise en grande partie grâce à la diffusion de la première saison adaptée dans plus d'une soixantaine de pays[130]. Digimon se classe d'ailleurs à la 35e place des recherches effectuées sur Lycos en 2000[474]. La vice-présidente senior Trudi Hayward, des studios britanniques ITV Studios Global Entertainment, affirme que « Digimon est un franc succès télévisé international depuis déjà une décennie[475]. » Examiner partage cet avis en qualifiant Digimon de « géant du marketing » populaire et spécialisé dans les lignes de jouets, dans les films et les séries télévisées[476]. Durant l'achat de la sixième saison Digimon Fusion pour la chaîne Cartoon Network, le vice-président senior Kirk Bloomgarden, chargé du marketing à la société américaine Saban Entertainment, ajoute que Digimon fait partie de l'une des célèbres séries qui conviennent à la programmation de Cartoon Network[477]. Concernant la série, Neil Lumbard, rédacteur au site DVD Talk, affirme qu'il s'agit de « l'une des meilleures séries d'animation pour enfants, ainsi que l'une des rares à avoir fait battre le cœur des enfants et à être restée fidèle à son public pendant de nombreuses années de diffusion[405]. » Néanmoins, le site Common Sense Media accueille la série avec deux étoiles sur cinq, dont les points négatifs concernent la violence et l'incitation à la consommation[17].

En parallèle, la franchise est négativement perçue à la suite de controverses et de nombreux débats marquant son histoire avec celle de Pokémon[405],[478]. Cette première est souvent considérée par les médias et le public comme similaire ou comme une tentative de copier la popularité de Pokémon, pour diverses raisons comme notamment sa sortie tardive[36],[80],[81],[82],[224],[479],[480]. Le public occidental la considère, dès sa première apparition à la télévision, comme une vaine imitation de Pokémon, les deux séries présentant des protagonistes enfants combattant aux côtés de monstres[9],[223],[405]. En comparaison, la sortie initiale des deux premières cartouches Pokémon Rouge et Bleu s'est effectuée le [481], tandis que celle du virtual pet s'est effectuée le [44] ; néanmoins, sa conception a exigé deux ans avant sa sortie en grande surface[229]. Décrit comme « l'autre « mon » » par Juan Castro, rédacteur au site IGN, celui-ci souligne le succès incomparable de Pokémon comparé à Digimon, malgré un public déjà bien large pour ce dernier[79],[81]. Son collègue, Lucas M. Thomas, explique que la « compétition et la comparaison constante » entre ces deux séries « reposent sur la complexité du mécanisme de l'évolution comparé à celle de la digivolution[482]. » Certaines similitudes conceptuelles et stylistiques entre les deux franchises seraient d'ailleurs notées par certains sites tels que GameSpot[483]. Malgré ces points aussi négatifs soient-ils, Digimon réussit à surpasser à plusieurs reprises Pokémon en matière d'audience télévisée et de ventes de jouets depuis les années 2000[95],[439].

Classements et nominations[modifier | modifier le code]

La franchise apparaît dans quelques classements[pertinence contestée]. En 2005, l'anime est classé 54e dans le top 100 des animes diffusés sur TV Asahi[484]. La chanson Butter-Fly de Kōji Wada atteint la troisième place du « top 100 des meilleurs openings d'anime de tous les temps » sur 2channel en 2007[485].

La sixième saison, Digimon Fusion, est nommée 5e anime le plus attendu des japonais durant l'été 2010 d'après le centre de recherche japonais MMD[486]. En 2013, le second arc narratif de cette saison, intitulé Digimon Xros Wars: Toki o Kakeru Shōnen Hunter-tachi, est nommé dans la catégorie « Meilleure animation » aux Emmy Kids Awards[258], mais perd face à la série d'animation britannique Le Monde Incroyable de Gumball[259].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Bébé est tiré des cartes à jouer officielles de Digimon, traduites par Bandai France (1999-2000). Une révision finale de la localisation des V-Pet (Nouveau né), issue de la même compagnie. Le terme est notamment utilisé dans des séries animées et des jeux. Enfance I, Bébé I, En formation I... furent également utilisés dans les produits de Bandai.
  2. Entraînement est tiré des cartes à jouer officielles de Digimon, traduites par Bandai France (1999-2000). Une révision finale de la localisation des V-Pet (Débutant), issue des mêmes compagnies. Ce terme est notamment ensuite utilisé dans les séries animées et les jeux. Enfance II, Bébé II, En formation II... furent également utilisés dans les produits de Bandai.
  3. Disciple est tiré du vocabulaire du virtual pet Digimon, par Bandai France en 1997. Ce terme est repris dans les cartes à jouer officielles de Digimon et dans les séries animées et les jeux. Recrue est également utilisé dans les objets de Bandai.
  4. Champion est tiré du virtual pet Digimon de Bandai France, de 1997. Cette localisation reste inchangée dans le vocabulaire de ces objets, les cartes à jouer officielles de Digimon et les séries animées. Adulte est utilisé dans la traduction des séries simulcast (2020), Champion reste dans les produits localisés comme Digimon Survive ou Digimon Data Squad (2022).
  5. Ultime est tiré du vocabulaire du virtual pet Digimon de 1997, de Bandai France. Cette localisation reste inchangée dans les cartes à jouer officielles de Digimon et les séries animées. Ce terme est notamment ensuite utilisé dans les séries animées et jeux. Maximum fut aussi utilisé en V-Pet.
  6. Méga est tiré de la traduction des V-Pet de Bandai France, de 1998. Elle reste inchangée dans les différents produits V-Pet, les cartes à jouer officielles de Digimon, les jeux vidéo et les séries animées, aussi bien en VF qu'en version sous-titrée officiellement en français.
  7. Le terme Digivolution se conjugue par « se digivolve » (« il s'est digivolvé », « Agumon, digivolve-toi en ») en français. La francisation de ce terme par « Digivolue » a été tentée notamment à partir de la génération de Digimon Fusion (2015) par Bandai, Last Evolution Kizuna et Digimon Data Squad (2022) renouent néanmoins avec l'emprunt à l'anglais.
  1. « Image du D-3, produit dérivé » (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) Matt Richtel, « From Virtual Pet to Virtual Pit Bull: Fighting Cyber Toys », sur New York Times (consulté le ).
  2. Dejimon (デジモン, parfois typographié DigiMon[1] (en virtual pet de Bandai) ou DIGIMON?)
  3. « Digimon Digital Monsters (Marques) - Data INPI », sur data.inpi.fr.
  4. « DIGIMON (Marques) - Data INPI », sur data.inpi.fr
  5. a b c d e f g h i j et k (en) Pixelmood, « Pixelmood - Digimon », sur Tamatalk (consulté le ).
  6. a et b (en) « Radica Games Limited Announces Manufacturing Agreement For New Innovative Digimon Product », sur PR Newswire (consulté le ).
  7. (en) « New Digimon for 2005 », Anime News Network,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. « Bandai Unveils New Digimon Virtual Pets », Anime News Service,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  9. a b c d e f g et h Takato et GlassHeart, « Dossier (Digimon) — première page (Introduction) », sur manga-news.com, (consulté le ).
  10. a et b (en) Melissa King, « The Difference Between Pokémon and Digimon », sur eHow (consulté le ).
  11. a b c d e et f (en) IGN Staff, « Digimon World. Can this be the PlayStation's answer to Pokémon ? Bandai sure hopes so. », sur IGN, (consulté le ).
  12. a b c d e f g et h (en) « The Digimon World Trilogy: Looking Back at an Experimental Era of Digimon Games », sur SUPERJUMP, (consulté le )
  13. a b c d e f g h i j k l m n et o (ja) « Digimon and Gundam shoot to success overseas! » [PDF], sur Bandai.co.jp, (consulté le ).
  14. « Digimon, the Worldwide Blockbuster Anime Series Returns! Digimon Xros Wars Premieres July 6, 2010 (Tue.) on the TV Asahi Network (TOEI ANIMATION PRESS RELEASE) », sur web.archive.org, (consulté le )
  15. a b et c « Digimon: The movie », sur Allociné (consulté le ).
  16. Cedric Littardi, Encyclopédie des animés. volume 4, 1994-1999, (ISBN 978-2-37697-317-1 et 2-37697-317-1, OCLC 1344492571, lire en ligne)
  17. a et b (en) « Digimon: Digital Monsters », sur Common Sense Media (consulté le ).
  18. a b et c (en) Estrid Sørensen, The Materiality of Learning: Technology and Knowledge in Educational Practice, (ISBN 0521882087), p. 114.
  19. a et b (en) « Bandai wants more power from heroes. Japan's No.1 toy maker gears up in new business areas. », sur Market Watch, (consulté le ).
  20. a b et c Clément Cusseau, Japanime, (ISBN 978-2-38184-009-3 et 2-38184-009-5, OCLC 1225876545, lire en ligne)
  21. a b c d e f et g (ja) « 東映アニメーション株式会社 東映アニメーション株式会社 2005年3月期 2005年3月期 第3四半期決算 第3四半期決算 », Toei Animation,‎ (lire en ligne [PDF])
  22. a et b V Janpu Henshubu et Vジャンプ編集部, TV anime & gekijoban anime dejimon koshiki chozukan., Shueisha,‎ (ISBN 4-08-779240-4 et 978-4-08-779240-9, OCLC 675657186, lire en ligne)
  23. a et b (en) « Toei Summer Anime Fair a failure », sur Anime News Network,
  24. a b c d e f et g (ja) « 『デジモン』はワールドワイドなコンテンツへと“究極進化”できるか!? キーパーソンに聞く。ファンイベントや日米イラストレーションコンペが開催決定(ファミ通.com) », sur Yahoo!ニュース (consulté le )
  25. a et b (ja) « Toei Fiscal Quarter 3 (Ending in December) 2021 Report »
  26. a et b (ja) « Toei Fiscal Quarter 2 (Ending in September) 2021 »
  27. a et b (en) « For FY Ended March 31, 2021 (April 1, 2020 to March 31, 2021) » [PDF], sur Toei Animation
  28. a b c d e f et g (en-US) Alex Cline, « 'Digimon Adventure:' (2020) retrospective: A series both propelled and hindered by its own nostalgic foundation • AIPT », (consulté le )
  29. a et b (ja) « 東映アニメ、第1四半期の「ドラゴンボール」海外映像売上が364%増と急増 「デジモン」大幅増、「スラムダンク」版権売上は下げ止まり | gamebiz », sur gamebiz【ゲームビズ】 (consulté le )
  30. a et b John Whitman ; Simon Nouannipha (traduction), L'île des Digimon, Gallimard Jeunesse, , 96 p. (ISBN 2070546314), « On est des Digimon ! Des monstres digitaux ! lui répondent en chœur les six créatures ! » page 33
  31. « Les Digimon partenaires choisissent les ennemis à attaquer afin de remporter la victoire. » - Ligne de dialogue de Digimon World : Next Order, de 2017.
  32. Tristan Lapoussière (traduction), Digimon (magazine), Dino Entertainment, , « Lors de leur dernière aventure, ils étaient poursuivis par d'innombrables Numemon qui leur lançaient des crottes ! » - Page 2 (Résumé), numéro 7.
  33. Digimon Adventure: (2020), épisode 7 sur ADN ; JSICMF. « Vous jurez de ne pas être les alliés des Tuskmon ? ».
  34. a b c d e et f (en) « New Digimon for 2005 », sur Anime News Network, (consulté le ).
  35. Thierry Chèze, « Cinq choses à savoir sur Mamoru Hosoda », sur L'Express (consulté le ) : « [...] un film dérivé de la saga Digimon Adventure, sorte d'ancêtre des Tamagotchi. ».
  36. a b c et d (en) Dedpool, « DVD Review: Digimon Adventure – Volume 2 », sur beyondhollywood.com, (consulté le ).
  37. (en) « Pokémon, G-Boy Lead Parade of Toys at Fair », Billboard, vol. 112, no 13,‎ , p. 60 (lire en ligne, consulté le ).
  38. (en) David Zdyrko, « Digimon World. We promise not to say the word Pokemon at all in this entire review. », sur IGN, (consulté le ).
  39. Tiphaine Clotault, « Le nouveau Tamagotchi sera sexué. Une gamme pour assurer la rente du fabricant. », sur Libération, (consulté le ).
  40. a et b Raikoryu, « Point nostalgie : à la redécouverte des Digimon de notre enfance ! | Chartouni Blog » (consulté le )
  41. (en) Bandai Digital Entertainment Corp., « Bandai Digital Entertainment Ready To Rumble in June with DigiMon CD-ROM », sur The Free Library, (consulté le ).
  42. a et b (ja) « Digimon Ghost Game - Guide », Site officiel Digimon,‎ (lire en ligne [PDF])
  43. a b c d et e (en) Lesley Aeschliman, « Digimon », sur Bella Online (consulté le ).
  44. a et b (en) « DigiMon Virtual Pet Page », sur virtualpet.com (consulté le ).
  45. (en) The Video Game Explosion: A History from PONG to Playstation and Beyond, p. 218.
  46. a b c et d (en) Sarah Ryle, « Digital pests invade Britain », sur The Guardian, (consulté le ).
  47. (en) Ruki Sayid (MGN LTD), « Digimon's coming ; New monster toys may KO Pokemon », sur The Free Library, (consulté le ).
  48. (ja) « 『デジモンワールド リ:デジタイズ デコード』 イラストレーターインタビュー! », sur Famitsu,‎ (consulté le ).
  49. (en) Ken Derrick, « 8. The Digimon Could Talk », sur whatculture.com, (consulté le ).
  50. a b et c (en) GameAxis Unwired, (ISSN 0219-872X, lire en ligne), p. 36.
  51. a b c et d (en) Anime Classics Zettai!: 100 Must-See Japanese Animation Masterpieces, p. 105.
  52. (en) Chiaki J. Konaka, « Early planning - Tamers », sur konaka.com, (consulté le ).
  53. a et b (en) John Kaufeld et Jeremy Smith, Trading Card Games For Dummies (ISBN 0470044071, lire en ligne), p. 159-161.
  54. (en) Encyclopedia of Television Shows, 1925 through 2010, p. 261.
  55. a et b Bandai - Digimon Original Instructions (lire en ligne)
  56. a b c d et e (ja) « デジモンとは », sur デジモンウェブ | デジモン公式総合サイト (consulté le )
  57. a et b (ja) « 液晶玩具の歴史 », sur デジモンウェブ | デジモン公式総合サイト
  58. Refonte/Traduction officielle de ces termes par JSICMF (Digimon Adventure: : L'Attaque du Digimon ultime, Le Digimon Méga, War-Greymon).
  59. Bandai - Digimon X (lire en ligne)
  60. Traduction officielle de la version française de l'anime.
  61. a et b Elizabeth M. Hollinger, Digital Digimon monsters : Digimon world : Prima's official strategy guide, Prima Games, (ISBN 0-7615-3003-7 et 978-0-7615-3003-9, OCLC 44589010, lire en ligne)
  62. Romendil, « Digimon World 2003 - PlayStation », sur Jeuxvideo.com, (consulté le ).
  63. (en) « Digimon Fusion Anime Joins CW's Saturday Morning Lineup », sur Anime News Network, (consulté le ).
  64. (de) Petra Grimm, Sandra Horstmeyer et Jutta Weiss, Kinderfernsehen und Wertekompetenz, , 257 p. (ISBN 3-515-08365-0, lire en ligne), p. 103-108.
  65. Voir règles packs Digimon Booster Pack, première série, Bandai, France.
  66. (en) John Kaufeld et Jeremy Smith, Trading Card Games For Dummies, , 384 p. (ISBN 0-470-04407-1, lire en ligne), p. 160-161.
  67. (en) Jon Ledford, « 10 Best Trading Card Games », sur arcadesushi.com (consulté le ) : « Yu-Gi-Oh!, Digimon, and Pokémon may have each declined in popularity over the past decade [...] ».
  68. a et b (en) Bandai News, « Digimon and Gundam shoot to success overseas! Bandai's characters are smash hits abroad: Character merchandise is selling out as fast as we can supply it » [PDF], (consulté le ).
  69. GTK, « Digimon World », sur Gameworld (consulté le ).
  70. Romendil, « Digimon World 2003 - Playstation », sur Jeuxvideo.com, (consulté le ) : « Il faut dire que le soft intègre également un jeu de combats de cartes [...] ».
  71. (en) « Digimon: Digital Monsters », sur Common Sense Media (consulté le ).
  72. (en) « From Mostly Mass to Hobby Only Bandai Games in 2005 », sur ICV2, (consulté le ).
  73. a b et c (en) « Digimon CCG Placed on Hold. For Remainder of 2006. », sur ICV2, (consulté le ).
  74. (en-GB) Mathew Parkes, « Digimon TCG - A Closer Look At ‘Release Special Booster Ver.1.0’ », sur Ludkins Media, (consulté le )
  75. (en) « Prices for Digimon Card Game Soar Before Release », sur TCGplayer Infinite (consulté le )
  76. (en) « List of Stores that Carry Digimon Products − PRODUCTS|Digimon Card Game », sur Digimon Card Game (consulté le )
  77. « magazine Maniak ! vendu au numéro », sur www.info-presse.fr (consulté le )
  78. a et b (en-US) « Digimon Story Still in Development & Digimon World Port Under Consideration | RPGFan », sur www.rpgfan.com, (consulté le )
  79. a et b (en) Takako Aoyama et Tomoko Akashita, Anime Poster Art: Japan's Movie House Masterpieces, Cocoro Books (lire en ligne), p. 76, Digimon quickly established its own international fanbase.
  80. a b et c (en) Jack DeVries, « Digimon World DS Review. Waiting for Pokemon? This might tide you over. », sur uk.ign.com, (consulté le ).
  81. a b et c (en) Juan Castro, « E3 2005: Digimon World 4 », sur IGN, (consulté le ).
  82. a et b (en) Laurel Graeber, « Cover Story ; Masters of the Universe, Youth Division », sur The New York Times, (consulté le ).
  83. (en) « Digimon Adventure: Born of Koromon (movie) », sur Anime News Network (consulté le ).
  84. a b c et d (en) « Digimon Adventure (TV) », sur Anime News Network (consulté le ).
  85. (en) Jerry Beck, The Animated Movie Guide, Chicago, États-Unis, (ISBN 1-55652-591-5, lire en ligne), p. 63-64.
  86. « Digimon (Saison 1) », sur AnimeLand (consulté le ).
  87. a et b (en) « Digimon on Top in Japan », sur Anime News Network, (consulté le ).
  88. a b c d e et f (en) Chiaki J. Konaka, « Digimon Tamers. Concept Planning Notes », sur konaka.com, (consulté le ).
  89. a b et c (en) Carlos Ross, « Digimon S2: Digimon 02 », sur T.H.E.M. Anime Reviews (consulté le ).
  90. (en) « Digimon Moves to ABC », sur Anime News Network, (consulté le ).
  91. (en) « Fox Kids wins Broadcast Ratings », sur Anime News Network, (consulté le ).
  92. (en) Rick DeMott, « Fox Kids Europe Acquires Digimon », sur awn.com, (consulté le ).
  93. a et b « Digimon », sur Devildead, (consulté le ).
  94. a b et c (en) « Digimon Comic-Book Coming », sur Anime News Network, (consulté le ).
  95. a b c et d (en) « Digimon Licensees Sign as Ratings, Retail Success Grows », sur PR Newswire, (consulté le ).
  96. a et b « Digimon - Mini-visionneuse - Kellogg's - 2001 Dessins animés », sur Bibelotmania (consulté le )
  97. a et b « L'innovation à la rescousse des lessives », sur lsa-conso.fr (consulté le )
  98. a et b « Goodies », sur Digiduo (consulté le ).
  99. a et b « Boîte Sucettes Digimon ) », sur Boîte Sucettes Digimon - inventaire.proscitec.asso.fr (consulté le )
  100. a et b « La confiserie prend des airs de fête Salon », sur lsa-conso.fr (consulté le )
  101. a et b « OASIS-Orange drink-330mL-France », sur www.canmuseum.com (consulté le )
  102. a et b « Digimon - Vache qui rit Dessins animés TV / BD Télévision Tous », sur Paninimania (consulté le )
  103. a et b « Digimon - Lu - 2001 Dessins animés TV / BD Télévision Tous les », sur Paninimania (consulté le )
  104. a et b Par Claire Chantry et Laurence Le Fur Le 18 décembre 2000 à 00h00, « Pokémon contre Digimon : le match de Noël », sur leparisien.fr, (consulté le )
  105. « Mc Donald's Happy meal : Digimon | INA », sur ina.fr
  106. (en) Yumpu.com, « Boxoffice-September.2000 », sur yumpu.com (consulté le )
  107. a et b (en) The Animated Movie Guide, p. 64.
  108. a et b (en) « Digimon Adventure: Bokura no War Game (movie) », sur Anime News Network (consulté le ).
  109. a et b (en) « Digimon: The Golden Digimentals (movie) », sur Anime News Network (consulté le ).
  110. a b c d e f g h et i (en) Watching Anime, Reading Manga: 25 Years of Essays and Reviews, p. 339.
  111. a et b (en) « Digimon - The Movie (1999) », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  112. Beck, Jerry., The animated movie guide, Chicago Review, (ISBN 978-1-55652-683-1, 1-55652-683-0 et 1-55652-591-5, OCLC 191932886, lire en ligne)
  113. Patten, Fred, 1940-, Watching anime, reading manga : 25 years of essays and reviews, Stone Bridge Press, (ISBN 1-880656-92-2 et 978-1-880656-92-1, OCLC 55764479, lire en ligne)
  114. « Digimon: The Movie », sur Box Office Mojo (consulté le )
  115. Dépassé par Albator, corsaire de l'espace
  116. a et b « Cinéma et statistiques: une observation chiffrée du cinéma japonais d’animation dans les salles françaises – Néant Vert » (consulté le )
  117. (ja) yamaki_nyx, « 第39話回顧 3 », sur Digimon Tamers,‎ (consulté le )
  118. « Digimon : D. power - Fiche INA », sur INAthèque,
  119. Takato et GlassHeart, « Dossier (Digimon) — quatrième page (Introduction) », sur manga-news.com, (consulté le ).
  120. (en) Ryuji Kochi, directeur général de Toei Animation Europe, « Prise de parole à l'avant-première de Digimon Last Evolution Kizuna »,  : « I joined the compagny of Toei Animation 20 years ago, at that time I was trying to sell the Digimon titles all over the world, and then after [season] two, three or four, we had, you know, some sleep. »
  121. « Digimon Frontier (TV) - Anime News Network », sur www.animenewsnetwork.com (consulté le )
  122. « Digimon: Data Squad (TV) - Anime News Network », sur www.animenewsnetwork.com (consulté le )
  123. (en) Mykas0, « Digimon World 3 Walkthrough (PAL) », sur GameFAQs (Royaume-Uni), (consulté le ) : « the PAL version of the game "Digimon World 3", which was called "Digimon World 2003" since one of the Digimon games never reached here (Digimon World 2) »
  124. (ja) « バンダイ、「デジタルモンスター」新プロジェクト立ち上げ 長編フルCGアニメやゲームソフトなどを展開 », sur game.watch.impress.co.jp,‎ (consulté le ).
  125. (en) « Errata: Digital Monster X-Evolution », sur Anime News Network (consulté le ).
  126. a b c d et e (en) Neil Lumbard, « Digimon Data Squad Season 5 », sur DVD Talk, (consulté le ).
  127. (ja) « Digimon Savers Happinet »
  128. « 存在しない掲示板を呼び出しました », sur web.archive.org,‎
  129. a et b Ikkakumon, « Digimon Saison 1 - Coffret 1 », sur dvdanime.net, (consulté le ).
  130. a b c d e et f (en) « Digimon, the Worldwide Blockbuster Anime Series Returns! Digimon Xros Wars Premieres July 6, 2010 (Tue.) on the TV Asahi Network », sur Toei Animation, (consulté le ).
  131. (en) « Digimon's New Anime Titled & Dated: Digimon Cross Wars in July (Updated) », sur Anime News Network, (consulté le ).
  132. (ja) « TVA「デジモンクロスウォーズ~Digimon cross wars~」テレビ朝日にて2010年7月より放送スタート!(via 画像) TVA「デジモンクロスウォーズ~Digimon Cross Wars~」テレビ朝日にて2010年7月より放送スタート!(via 画像)を含むブックマーク Add Star », sur Moon Phase,‎ (consulté le ).
  133. a b c d et e (ja) Animedia September 2016 Issue,
  134. « ドラゴンボールリバイバルの陰で », sur sakuhindb.com (consulté le )
  135. (en) « Japan's Animation TV Ranking, March 7-13 », sur Anime News Network (consulté le )
  136. a b c d e et f (en-US) Nichole Pellow, « 25 Crazy Things Only Super Fans Knew About Digimon Fusion », sur TheGamer,
  137. Rainie G/rainmon, « 僕たちのデジタルワールド: [Otona Magazine] Interview with Sanjo-Riku(REVERSED) », sur 僕たちのデジタルワールド,‎ (consulté le )
  138. a et b (en) « Digimon Xros Wars - The Young Hunters Who Leapt Through Time », sur Crunchyroll
  139. a et b Dejimon Kurosu Wôzu Toki wo Kakeru Shounen Hantâ-tachi, Dentsu, TV Asahi, Toei Animation, (lire en ligne)
  140. (en) « Crunchyroll to Stream Digimon Xros Wars Anime », sur Anime News Network, .
  141. « Digimon Fusion Battles in Italy | TOEI Animation Europe », sur web.archive.org, (consulté le )
  142. (it) « Digimon Ritoneranno sul Mercato Italiano? », sur Xerat, (consulté le )
  143. (it) « Digimon Fusion Battles – Animanga Italia » (consulté le )
  144. (en) « Digimon Fusion Travels the World! » (consulté le ).
  145. (en) « Digimon Xros Wars (2010–2011) Trivia », sur Internet Movie Database (consulté le ).
  146. (en) « Saban Brands Acquires Digimon Anime Franchise », sur Anime News Network (consulté le )
  147. a et b (en) « Saban Brands Acquires Digimon Brand Will Debut New Digimon Fusion Season at MIPCOM. » [PDF], sur Saban Entertainment, (consulté le ).
  148. (en) « Nickelodeon dives into Digimon », sur Official Power Morphicon (consulté le ).
  149. (en) « Digimon Fusion Slated for CW, Nickelodeon This Fall », sur Anime News Network, (consulté le ).
  150. (en) « Digimon Fusion Premieres on Nick this September 7th », sur Jefusion, (consulté le ).
  151. a et b « L'anime Digimon Fusion arrive sur Canal J, 02 Janvier 2015 », sur manga-news.com (consulté le )
  152. a et b « Digimon Fusion », sur Canal J (consulté le ).
  153. a b et c Inathèque
  154. a et b « Avril 2016 - 14e Édition », SNPTV,‎ (lire en ligne)
  155. a b c d et e (en) « Digimon 15th Anniversary Project's 4th Part to Be Revealed on Thursday », sur Anime News Network, (consulté le ).
  156. a et b (en) « Digimon World 5 Announced For PSP As Re:Digitize », sur Video Games Blogger, (consulté le ).
  157. (en) « Digimon Crusaders Card RPG for iPhone Unveiled », sur Anime News Network, (consulté le ).
  158. a b et c (en) Egan Loo, « Digimon Adventure PSP to Cover All Episodes, 2nd Film », sur Anime News Network, (consulté le ).
  159. (ja) « 「デジモン」PSPゲーム、TV本編、劇場版「ぼくらのウォーゲーム」のエピソード完全収録 », sur animeanime.jp,‎ (consulté le ).
  160. a et b (en) Ishaan, « Digimon World Re:Digitize Decode Announced For 3DS », sur Siliconera, (consulté le ).
  161. a et b (en) Francesco Haseo-san, « Namco Bandai Games Europe & America: Localize Digimon World Re:Digitize Decode for 3DS », sur change.org (consulté le ).
  162. (en) Dean James, « Digimon World Re:Digitize Decode Localization Campaign Keeps Growing Namco Bandai weighs in again », sur Just Push Start, (consulté le ).
  163. a et b (en) « Get Set for the Digimon DVD Invasion with The Official Digimon Adventure Set: The Complete Second Season and Digimon Aventure: Volume 2 », sur Anime News Network, (consulté le ).
  164. (en-US) « Digimon Story: Cyber Sleuth’s Habu Kazumasa Talks About Its Influences and the Series' Future », sur Siliconera,
  165. (en-US) William D'Angelo, « Digimon Story: Cyber Sleuth Series Ships 1.5 Million Units », sur VGChartz, (consulté le )
  166. a et b (en) « Digimon Adventure Anime Returns Next Spring in High School Sequel », sur Anime News Network, (consulté le ).
  167. « « Digimon Adventure Tri » : quinze ans après, le retour des monstres numériques », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  168. « Digimon World -next 0rder- Storyline Detailed in September 2015 V Jump », sur Tamer Union (consulté le ).
  169. « Digimon World: Next Order : Une version PS4 physique et en Français ! », sur www.actugaming.net, (consulté le )
  170. a et b (en) « Digimon Universe: Appli Monsters cross-media project teased », sur Gematsu, (consulté le ).
  171. (en) « Appmon Seven Code Band (Character Toy) - HobbySearch Toy Store », sur Hobby Search Toy Store (consulté le )
  172. (en-US) « Bandai Digimon Universe Appli Monsters Appli Drive SP Set », sur Digivicemon (consulté le )
  173. (en-US) « Digimon Universe: Appli Monsters launches December 1 in Japan », sur Gematsu, (consulté le )
  174. « Détails et images de Digimon Universe : Appli Monsters – Cyber Arena », sur Nintendo Différence,
  175. (en) « TV Kids MIPCOM 2016 by World Screen - Issuu », sur issuu.com (consulté le )
  176. a b c d et e « LAST PRODUCTION APPMON LANDS ON SCREENS ! | TOEI Animation Europe », sur web.archive.org, (consulté le )
  177. « MYEBOOK - Total Licensing Winter 2018 », sur library.myebook.com (consulté le )
  178. a et b « DIGIMON APPMON INVADE PORTUGUESE SCREENS - Toei Animation », sur web.archive.org, (consulté le )
  179. « Digimon Linkz : Le jeu sort des frontières japonaises », sur Jeuxvideo.com (consulté le )
  180. « Digimon ReArise est disponible sur Android et iOS », sur Jeuxvideo.com (consulté le )
  181. a b et c (en) « Digimon Adventure: Last Evolution Kizuna Producer Yosuke Kinoshita », sur Anime News Network (consulté le )
  182. (ja) « 『デジモンアドベンチャー:』再び日曜朝に届ける意味、オメガモン登場、OP演出…制作陣が語る“20年の重み”と新作への志 », sur WHAT's IN? tokyo,‎ (consulté le )
  183. a et b (en) « Digimon Adventure Last Evolution Kizuna Anime Film's Promo Video Reveals Debut on February 21, 2020 », sur Anime News Network, (consulté le ).
  184. (ja) « 東映『デジモン』、前作興収比184%の出足 », sur 文化通信.com (consulté le )
  185. (en) « AJA Industry Report: 6.5% Fewer TV Anime Produced in 2020 », sur Anime News Network (consulté le )
  186. (en-CA) « China & Japan Continue To Keep Turnstiles Spinning; ‘Demon Slayer’ Tops $150M – International Box Office », sur ca.sports.yahoo.com (consulté le )
  187. (en-US) Nancy Tartaglione et Nancy Tartaglione, « China & Japan Continue To Keep Turnstiles Spinning; ‘Demon Slayer’ Tops $150M – International Box Office », sur Deadline, (consulté le )
  188. (en-US) « Hong Kong: A Beacon of Box Office Hope », sur Gower Street Analytics, (consulté le )
  189. « Top 2020 Movies at the International Box Office - Financial Information », sur The Numbers
  190. a et b « Digimon Adventure: Last Evolution Kizuna », sur Box Office Mojo (consulté le )
  191. « Boxoffice, China Boxoffice, China film Boxoffice, Weekly Boxoffice, Yearly Boxoffice-EntGroup », sur english.entgroup.cn (consulté le )
  192. (en) Liz Shackleton, « China box office topped North America in 2020 thanks to quicker post-lockdown recovery, strong local titles », sur Screen (consulté le )
  193. a et b « L’anime Digimon arrive en VF sur ADN le 21 février », sur AnimeLand, (consulté le ).
  194. a et b « ADN lance un marathon Dragon Quest, The Adventure of Daï, 15 Octobre 2021 », sur manga-news.com : « En effet, après le succès du marathon Digimon l’année dernière, la plateforme a voulu réitérer l’expérience ».
  195. « ADNanime - Saturday 19th September stream summary stats - SullyGnome », sur sullygnome.com (consulté le ).
  196. Le « Marathonmon » est un succès[194] en rassemblant 379 308 spectateurs uniques[195], pour une moyenne de 3 937 spectateurs[116] sur Twitch pendant vingt heures ininterrompues, avec un pic à 7 900 spectateurs, du 19 au 20 septembre 2020. (ADN et EveryOne)
  197. (en) « Prise de parole de Ryuji Kochi, directeur général de Toei Animation Europe à l'avant-première de Digimon Last Evolution Kizuna : Enregistrement »,  : « There are a lot of Digimon fans [...] especially here in France [...] we'll continue to pushing the Digimon series in France, I promise here, today maybe you may cry or you may laugh, I will see all the effects, what's going on for the French people, then I'll use this way to promote the new series in France but also please help us, we need everybody's help to push or to launch new titles, even though this title is good or not. »
  198. a b c d e et f « Nouvelles informations sur le prochain film Digimon, 05 Août 2022 », sur manga-news.com
  199. a et b « Bandai consolide ses marques emblématiques et joue la carte des licences à succès issues des plateformes Internet. », La Revue du Jouet, no 555,‎ , p. 39 (lire en ligne [PDF])
  200. a b et c fire_akuma, « Le plein d’images pour Digimon Survive en Français sur Nintendo Switch », sur Nintendo-Town.fr, (consulté le )
  201. a et b « Le film Digimon Adventure : Last Evolution Kizuna bientôt dans les cinémas français », sur manga-news (consulté le )
  202. a et b David Maingot, « Cinéma Japonais : le bilan des sorties 2020 en France », sur Journal du Japon, (consulté le )
  203. « Nouvelles informations sur le prochain film Digimon, 05 Août 2022 », sur manga-news.com (consulté le )
  204. 29 septembre 2022, « Anime : les séries à ne pas louper cet automne 2022 », sur IGN France
  205. Shueisha V-Jump - Novembre 2021
  206. Liar君, « 独家专访|「浪客剑心追忆篇」「BLEACH」脚本家十川诚志 », sur www.bilibili.com (consulté le )
  207. (en-US) « Digimon Survive Producer Talks About Development Challenges, Storytelling, and What Fans can Expect - One More Game », (consulté le )
  208. a et b « Digimon Survive sera disponible partout dans le monde fin juillet », sur www.gamekult.com, (consulté le )
  209. « Digimon World: Next Order revient en 2023 sur Nintendo Switch et PC », sur Nintendo-Master (consulté le )
  210. (es) Sergio Bustos, « Stray continúa imbatible en el top de ventas de Steam, aunque ya llega su principal amenaza », sur 3DJuegos, (consulté le )
  211. « Charts USA : un bon mois de juillet pour MultiVersus, Xenoblade Chronicles 3 et la PS5 » Accès payant, sur www.gamekult.com, (consulté le )
  212. (en-US) Ahmed Mansoor, « Bandai Namco Wants To Expand Dragon Ball, One Piece, And Gundam Overseas », sur eXputer.com, (consulté le )
  213. « Charts Japon : nouveau lancement record pour Xenoblade Chronicles 3 » Accès payant, sur www.gamekult.com, (consulté le )
  214. Spoudy, « Top des ventes sur l’eshop Nintendo Switch de la semaine (France) », sur Nintendo-Town.fr, (consulté le )
  215. a et b Loup LASSINAT-FOUBERT, « Ouest-France : Cinq jeux vidéo comme Pokémon pour s’occuper avant la sortie des versions Écarlate et Violet », sur Ouest-France.fr,
  216. « Digimon Survive, test et avis: accepter de laisser l’histoire prendre le dessus », sur sudinfo.be, (consulté le )
  217. « Planète Jeunesse - Digimon Appmon », sur www.planete-jeunesse.com
  218. kevin Lheritier, « R. Kochi (Toei Animation) : "L’animation japonaise permet d’ouvrir à un plus large public, plus adulte." », sur média+, (consulté le )
  219. « Encore de nouvelles chaînes sur Pluto TV », sur www.telesatellite.com
  220. « Catalogue de Noël », Jouéclub,‎ , p. 228
  221. Charlène Veillon, L'Art contemporain japonais: une quête d'identité (ISBN 2296596711, lire en ligne).
  222. (en) « Digimon Tamers », sur animesecrets.org, (consulté le ) : « The scenery actually resembles a post-apocalyptic world at points ».
  223. a b et c (en) Anime Classics Zettai!: 100 Must-See Japanese Animation Masterpieces, p. 106-107.
  224. a b c d e f et g (en) Anime Classics Zettai!: 100 Must-See Japanese Animation Masterpieces, p. 103-104.
  225. (en) « Bandai Enters the Digital World With Digimon: Digital Monsters ; Company to Introduce Complete Toy Line as Master Toy Licensee for Fox Kids Digimon Animated Series. », sur digitalanimators.com, (consulté le ) : « "Digimon" presents action, adventure and fun ».
  226. (en) « Digimon: Digital Monsters : Season 1 », sur Metacritic (consulté le ).
  227. (en) « Digimon: Digital Monsters (1999–2003) », sur Internet Movie Database (consulté le ).
  228. (en) Jim Rutenberg, « Violence Finds a Niche in Children's Cartoons », sur The New York Times, (consulté le ) : « In a recent episode of Digimon, Fox's most successful Japanese-style program, an evil character, Apocolymon, attacks the young heroes with razors. At one point, he uses a blast of energy to make their bodies disintegrate. ».
  229. a et b (en) Anime Classics Zettai!: 100 Must-See Japanese Animation Masterpieces, p. 108.
  230. (en) Jason Nimer, « Digimon: Digital Monsters - The Official Second Season (DVD) Review », sur The Gamer's Temple, (consulté le ).
  231. a b et c (en) darkdante14, « Digimon Season 1: Digital Monsters. Based on 54 of 54 EPS watched. », sur anime-planet.com (consulté le ).
  232. (en) « Digimon. A Parent's Guide to Anime. Rated: G. », sur abcb.com (consulté le ).
  233. (en) « Saban Acquires Digimon », sur License Mag, (consulté le ).
  234. (en) « Digimon Returns Via Saban », sur ICV2, (consulté le ).
  235. « Saban Brands Plans Layoffs Following Hasbro Acquisition | Los Angeles Business Journal », sur labusinessjournal.com (consulté le ).
  236. « Digimon Digital Monsters » (consulté le ).
  237. a et b « digimon_tv7 », sur animedigitalnetwork.fr (consulté le )
  238. a et b « Digimon Ghost Game - ADN », sur animedigitalnetwork.fr (consulté le ) : « Dixième saison de la franchise Digimon et réalisée par le célèbre studio Toei Animation »
  239. a et b (en) Allegra Frank, « Getting fired from a Miyazaki movie was ‘a good thing’ for this anime director », sur Polygon, (consulté le )
  240. (en) Mike, « Digimon DVDs Reviews », sur webegeekspc.com, (consulté le ).
  241. (en) dalmatianlover, « Digimon Adventure. A fan's retrospective of the first and most memorable season of Digimon. », sur Retrojunk (consulté le ).
  242. (en) « Digimon Adventure 02 (TV) », sur Anime News Network (consulté le ).
  243. a et b (en) Sam, « Madman Entertainment’s Release of Digimon: Digital Monsters 02 Collection 2 Incoming », sur otakustudy.com, (consulté le ).
  244. a b c et d (en) « Digimon, Old and New: A Review of Childhood », sur Mediaverum, (consulté le ).
  245. a b c et d (en) Neil Lumbard, « Digimon Tamers », sur DVD Talk, (consulté le ).
  246. a b c et d (en) « Digimon Tamers (TV) », sur Anime News Network (consulté le ).
  247. a et b (en) « Toei Confirms New Digimon Series », sur Anime News Network, (consulté le ).
  248. a et b (en) « Digimon Frontier (TV) », sur Anime News Network (consulté le ).
  249. (en) « Toei Summer Anime Fair a failure », sur Anime News Network, (consulté le ).
  250. (en) « Toei Fair was a Failure », sur Anime News Network, (consulté le ).
  251. (en) « The broadcast of the new series of Digimon starts at 9:00 a.m. on Apr. 2nd, 2006 on Fuji Television network. », sur Toei Animation, (consulté le ).
  252. (en) « Digimon Fusion (TV) », sur Anime News Network (consulté le ).
  253. (en) « New Digital Monsters / Digimon TV Anime's Image Posted », sur Anime News Network, (consulté le ).
  254. (en) « Digimon Xros Wars: Toki o Kakeru Shōnen Hunter-tachi Title Confirmed », sur Anime News Network, (consulté le ).
  255. (en) « Digimon Xros Wars Anime to Get 2nd Year This October », sur Anime News Network, (consulté le ).
  256. (en) « Digimon Xros Wars: Toki o Kakeru Shōnen Hunter-tachi (TV) », sur Anime News Network (consulté le ).
  257. (en) GekiDan, « Xros Wars: Digimon Hunters to End Soon », sur jefusion.com, (consulté le ).
  258. a et b (en) « Latest Digimon Anime Nominated for International Kids Emmy », sur Anime News Network, (consulté le ).
  259. a et b (en) « 2014 International Digital Emmy Awards Nominees », sur Emmy Kids Awards (consulté le ).
  260. a b c et d (en) « Get Digitized with More Digimon Fusion than Ever Before! », sur businesswire.com, (consulté le ).
  261. (en) « Crunchyroll to Stream Digimon Adventure tri. Anime on Friday », sur Anime News Network, (consulté le ).
  262. (en) « New Digimon Anime's Staff, Key Visual, Title Unveiled », sur Anime News Network (consulté le ).
  263. a et b « Digimon Tri et d’autres anime débarquent chez ADN en mai », sur AnimeLand, (consulté le ).
  264. (en) « Digimon Universe: Appli Monsters Announced As A New Cross-Media Project », sur Siliconera, (consulté le ).
  265. « Saison 1 - Épisode 1 Résultat de la recherche : Haru Shinkai ! Gatchmon fait son entrée », Télérama, .
  266. Crystalyn Hodgkins, « Un reboot confirmé pour l'anime Digimon », sur Anime News Network (consulté le )
  267. « Digimon Adventure: (2020) - Regardez sur Crunchyroll », sur Crunchyroll (consulté le )
  268. a et b (en-US) « Le nouvel anime Digimon en simulcast chez Crunchyroll et ADN », sur Anime News Network, (consulté le )
  269. a et b leblogtvnews.com, « Plusieurs séries animées inédites dès la semaine prochaine sur J-One (à J+1 du Japon). », sur Leblogtvnews (consulté le )
  270. (en) Rafael Antonio Pineda, « Digimon Ghost Game TV Anime Reveals Cast, Staff, October 3 Debut », sur Anime News Network, (consulté le )
  271. a et b Mickaël Frison, « Dominique Poussier : « TF1 a préparé l’après-Dorothée dès 1994 » », sur uneidole.fr, (consulté le ).
  272. (en) Indiantelevision.com Team, « Cartoon Network to telecast Digimon Adventures », sur indiantelevision.org.in, (consulté le ).
  273. (en) BOC Editorial, « Spacetoon Kids TV launched in India », sur Business of Cinema, (consulté le ).
  274. (en) « Ten Network Holdings Limited Annual Review 2001 24 : 7 » [PDF], sur Network Ten (consulté le ) : « Cheez TV has become a must-watch for younger viewers who enjoy the team’s unique style and exciting content including Pokemon, Digimon and Dragonball Z ».
  275. (en) « Digimon Adventures return to TV », sur toyhobbyretailer.com.au, (consulté le ).
  276. a et b (en) « Fox Kids Prepares New Friday Lineup », sur Anime News Network, (consulté le ).
  277. (en) « Digimon on ABC Family on November », sur 1UP.com, (consulté le ).
  278. a et b (en) « Digimon Movie on Jetix and Toon Disney », sur Anime News Network, (consulté le ).
  279. (en) « Toei Animation's Digimon Data Squad to Debut This Fall on Toon Disney's Jetix Block », sur Anime News Network, (consulté le ).
  280. (en) J.D. Considine, « Big in Japan, but Made in the U.S.A. », sur New York Times, (consulté le ).
  281. (en) PRNewswire, « Saban Brands Announces Nickelodeon as U.S. Broadcast Partner for Brand-New Digimon Fusion Series », sur PR Newswire, (consulté le ).
  282. (en) Bryan, « Digimon Fusion and T.U.F.F. Puppy Premieres Move to Nicktoons », sur Nick and More, (consulté le ).
  283. (en) « Digimon Fusion Anime Joins CW's Saturday Morning Lineup », sur Anime News Network, (consulté le ).
  284. (en) « Free Digimon Printable Activity Sheets, Digimon Fusion Show & New Toys! », sur snymed.com, (consulté le ) : « Digimon Fusion will return to YTV on Monday February 28th, 2014 at 7:30 am EST! ».
  285. (en) « Digimon Data Squad: Season 1 », sur ICV2, (consulté le ).
  286. Saliom, « Digimon Adventure : un nouveau trailer pour ce nouvel opus », sur Gamergen, (consulté le ).
  287. (en) « Saban's Power Rangers Megaforce, Power Rangers Super Megaforce And Digimon Fusion Coming To Cartoon Network Latin America », sur PR Newswire, Los Angeles, (consulté le ).
  288. (es) Luis Beltran Romero, « Digimon Fusion será negociado por Saban a finales de este mes », sur ANMTV (consulté le ).
  289. (en) « Toei Animation gets Saint Seiya, Digimon, and Dragon Ball Z to Latin America », sur toonbarn.com (consulté le ).
  290. (en) « Toei Animation, Backstage Revive Sailormoon », sur License Mag, (consulté le ) : « In other Toei Animation news, broadcast sales have been secured by Megavision TV in Chile for "Dragon Ball" and Rede TV in Brazil for "Digimon Frontier." ».
  291. a b et c (pt) « Digimon Frontier no TV Kids », sur henshin.uol.com.br, (consulté le ).
  292. (pt) Fábio Yabu, « Digimon - Digital Monsters », sur omelete.uol.com.br, (consulté le ).
  293. (en) Rebeca Duran, « Children's Television in Brazil », sur The Brazil Business, (consulté le ).
  294. (en) « Fox Kids (Brazil) », sur Anime News Network (consulté le ).
  295. (en) « Anime in Mexico details », sur Anime News Network, (consulté le ).
  296. (es) « Televen En Vivo », sur intertelevision.com, (consulté le ).
  297. (en) « Televisa Canal 5 », sur Anime News Network (consulté le ).
  298. (es) « Exclusivo: Ecuavisa: negociaciones para derechos televisivos de Dragon Ball Z Kai », sur anmtvla.com (consulté le ).
  299. (en) « Canal Caracol », sur Anime News Network (consulté le ).
  300. (en) « Media Briefs », sur Marketing Mag, (consulté le ).
  301. « Digimon Data Squad diffusé sur Kix », sur Toei Animation Europe, (consulté le ).
  302. (en) « ITV Takes on Saban’s Digimon Fusion », sur License Mag, (consulté le ).
  303. (en) « ITV to license and promote Digimon Fusion in the UK », sur key4communications.com, (consulté le ).
  304. (es) « Marzo en Clan, con el Carnaval y grandes estrenos: La invasión del Plancton, Slugterra, Digimon Fusion y La oveja Shaun », sur RTVE (consulté le ).
  305. (en) « FOX Kids España », sur Anime News Network (consulté le ).
  306. (es) « La serie de animación Digimon, por fin en Factoría de Ficción y 'Boing' », sur telecinco.es, (consulté le ).
  307. (es) Sherry Rey, « Digimon vs Ben 10 Alien Force (Boing/Telecinco) », sur listas.20minutos.es, (consulté le ).
  308. (es) « Disney XD: Estrenan nuevos capítulos de Digimon Data Squad », sur Taringa (consulté le ).
  309. (pt) « Portugal: estreias de março nos canais Panda e Biggs », sur anmtv.xpg.uol.com.br, (consulté le ).
  310. (pt) « 26 Março 2010 - Digimon Tamers », sur biggs.pt (consulté le ).
  311. (it) « I cartoni animati della stagione 2012/2013 su Rai 2 », sur tv.attualissimo.it, (consulté le ).
  312. (de) « Digimon Adventure auf RTL2! », sur news-anime.de.tl, (consulté le ).
  313. (en) « RTL2 acquires Digimon 5 », sur c21media.net, (consulté le ).
  314. (en) « Kids dig Digimon », sur orkla.com, (consulté le ).
  315. (en) « Digimon on Poland TV channel », sur Toei Animation, (consulté le ).
  316. (en) K.S. Ramkumar, « Jeddah summer fest full of fun and frolic », sur Arab News, (consulté le ).
  317. « Digimon », sur AnimeGuides (consulté le ).
  318. « Les bilans 2000 de France Télévision, TF1, M6, Canal + et Radio France », sur CSA, (consulté le ).
  319. « Bilan de la société privée TF1 - Année 2001 », CSA,‎ (lire en ligne [PDF])
  320. (en) Rick DeMott, « Fox Kids Europe Acquires Digimon », sur awn.com, (consulté le ).
  321. « Digimon Appmon arrive sur BOING », sur Manga News, (consulté le ).
  322. (en) Joseph Luster, « Digimon Adventure: Joins Crunchyroll's Spring 2020 Anime Lineup », sur Crunchyroll (consulté le )
  323. a et b mumitsu, « Digimon Evolution – Last Evolution Kizuna aura droit à une sortie au cinéma », sur Geek Generation,
  324. kevin Lheritier, « R. Kochi (Toei Animation) : "L’animation japonaise permet d’ouvrir à un plus large public, plus adulte." », sur média+, (consulté le )
  325. « ADN | Anime streaming en VOSTFR et VF », sur animedigitalnetwork.fr (consulté le )
  326. « ADN L'Attaque du Digimon ultime - Rakuten TV », sur rakuten.tv
  327. « Les nouveautés en juin sur les plates-formes de streaming en France », sur www.telesatellite.com (consulté le )
  328. « Digimon Battle Spirit », sur Jeuxvideo.com, .
  329. Romendil, « Digimon : Rumble Arena 2 - PlayStation 2 », sur Jeuxvideo.com,  : « Vous l'aurez deviné, cette suite m'a plutôt agréablement surprise, car pour un clone du génial Super Smash Bros Melee, Digimon Rumble Arena 2 s'en sort de manière assez convaincante. ».
  330. a et b (en) Juan Castro, « Digimon World 4. Dungeon crawling in the name of the Digi-lord. », sur IGN, (consulté le ).
  331. (en-US) « Digimon Story: Cyber Sleuth Salutes JRPGs Like Person », sur Siliconera,
  332. a et b (en) Fennec Fox, « Digimon Rumble Arena », sur GamePro, (consulté le ).
  333. (en) Marter, « Digimon Rumble Arena 2 », sur GameFAQs (consulté le ).
  334. (en) « Digimon Battle Spirit », sur Metacritic (consulté le ).
  335. a b c d et e (en) Miguel Lopez, « Digimon World isn't for everyone - only dedicated Digimon fans or fans of the monster-raising genre need apply. », sur GameSpot, (consulté le ).
  336. (en) « Digimon Rumble Arena », sur Metacritic (consulté le ).
  337. (en) « Digimon Racing », sur Metacritic (consulté le ).
  338. (en) « Digimon Digital Card Battle », sur metacritic.com (consulté le ).
  339. a et b (en) « Bandai America Unveils New Line Gundam and More », sur ICV2, (consulté le ).
  340. (en) Stephen Kline, Nick Dyer-Witheford et Greig de Peuter, Digital Play: The Interaction of Technology, Culture, and Marketing, Québec, Canada, McGill-Queen's University Press, (ISBN 077357106X, lire en ligne), p. 227.
  341. (en) « Digimon World 4 », sur Metacritic (consulté le ).
  342. a b et c « Digimon Survive se montre timidement dans un nouveau trailer », sur Nintendo-Master (consulté le )
  343. (en) « Digital Monster: Version S. », sur GameFAQs (consulté le ).
  344. Annual Report, Bandai, , 7 p. (lire en ligne) :

    « During the year ended March 31, 2001, domestic unit sales of Digitmon video-game software amounted to some 400,000, while global unit sales totaled approximately 1 million. »

  345. Romendil, « Digimon World - PlayStation », sur Jeuxvideo.com, (consulté le ).
  346. (en) David Smith, « Digimon World 2. Digimon World does Mysterious Dungeon, but the result is none too impressive. », sur IGN, (consulté le ).
  347. « Digimon World 2 », sur Jeuxvideo.com (consulté le ).
  348. « Digimon World 2003 », sur Jeuxvideo.com (consulté le ).
  349. (en) Ryan Davis, « Digimon World 4 Review », sur GameSpot, (consulté le ).
  350. (en) Laura, « Digimon World Re:Digitize Decode Is Almost A Sequel, Say Developers », sur Siliconera, (consulté le ).
  351. (en) « Digimon World DS », sur Metacritic (consulté le ).
  352. (en) EricBratcher, « Digimon World Dawn/Dusk review », sur GameRadar, (consulté le ).
  353. (en) Jack DeVries, « Digimon World Championship Review. A steaming digi-pile. », sur IGN, (consulté le ).
  354. (ja) « 【ゲームソフト販売本数ランキング TOP30】集計期間:2010年6月28日~7月4日 », sur Famitsu,‎ (consulté le ).
  355. (en) « Digimon Story: Super Xros Wars Red », sur GameFAQs (consulté le ).
  356. (en) « Digimon Story: Super Xros Wars Blue », sur GameFAQs (consulté le ).
  357. (en) Spencer, « Digimon Story: Cyber Sleuth Screenshots Show Digimon Running Around Japan », sur Siliconera, (consulté le ).
  358. (en) Sal Romano, « First look at Digimon Story: Cyber Sleuth. Namco Bandai's new Digimon game is really pretty. », sur Gematsu, (consulté le ).
  359. (en) « Digimon Story: Cyber Sleuth Announced for PS Vita With a New Trailer », sur animeshinbun.com (consulté le ).
  360. « DIGIMON STORY: CYBER SLEUTH », sur Bandai Namco Europe (consulté le )
  361. (ja) « 集計期間 8月21日~8月27日 », sur Famitsu (consulté le ).
  362. (ja) « ゲームソフト販売ランキング TOP30. », sur Famitsu,‎ (consulté le ).
  363. (ja) « ゲームソフト販売ランキング TOP30 », sur Famitsu,‎ (consulté le ).
  364. La rédaction, « Digimon Battle Spirit - Gameboy Advance », sur Jeuxvideo.com, (consulté le ).
  365. Logan, « Digimon Battle Spirit 2 - Gameboy Advance », sur Jeuxvideo.com, (consulté le ).
  366. « Namco annonce Digimon All-Star Rumble », sur Gamekyo (consulté le ).
  367. (en) « Digimon All-Star Rumble Game for PS3, Xbox 360 Announced. Game to ship in N. America on November 11, Europe & Australia this fall », sur Anime News Network, (consulté le ).
  368. (en) Adam « Kharakov » Kharatian, « Digimon All-Star Rumble launches November 11th », sur Nerdreactor (consulté le ).
  369. (en) « Digimon Battle MMORPG », sur Jefusion, (consulté le ).
  370. (en) Steven Hopper, « Defend the Digital World! Digimon Battle Launches », sur GameZone, (consulté le ).
  371. (en) « CDC Games’ Upcoming Digimon Online Game Rated No. 1 in China’s Most Popular Search Engine », sur Business Wire, (consulté le ).
  372. (en-US) « Digimon Survive is Developing an Elder Scrolls 6 Problem », sur Game Rant, (consulté le )
  373. (en) « Digimon Survive Delayed, What Happened, Timeline Explained » (consulté le )
  374. « Digimon Survive sera bien traduit en Français (Nintendo Switch) », sur Nintendo-Town.fr, (consulté le )
  375. « Digimon Adventure : Last Evolution Kizuna - La fin est bonne en toute chose - Actualité PSMag.fr », sur PSMag.fr (consulté le )
  376. a b c et d (en) « Digimon set to be top toys. », sur The Free Library (source originale : Coventry Newpapers), (consulté le ).
  377. a et b Les jouets.
  378. a b c et d (ja) « デジモン VHS ☆ », sur ob.aitai.ne.jp (consulté le ).
  379. a et b (en) « Posts Tagged Digimon Discography », sur magicsdigimonmusicdatabase.wordpress.com (consulté le ).
  380. (en) « Digimon Digi-Destined to Be Top Holiday Brand ; Toy Sales, Apparel Sales, TV Ratings & More All Tops Holiday '99. », sur The Free Library (source originale : PR Newswire), Los Angeles, (consulté le ) : « T-shirts and other Digimon: Digital Monsters apparel are experiencing reorders and even sellouts at many of America's largest retail chains ».
  381. (en) « Brown Shoe Licenses Digimon: Digital Monsters From Fox Kids Network; Rolls Out New Kids' Shoe Line. », sur The Free Library (source originale : PR Newswire), (consulté le ).
  382. (en) « Fotoball Signs Digimon Licensing Agreement; Announces New Vice President, Promotions and Marketing. », sur The Free Library (source originale : PR Newswire), (consulté le ).
  383. (en) IGN Staff, « Bandai, Takara and Tomy Step up Toy Sales. Bandai and Other look to sell more game-based toys universally. Watch out for the hype! », sur IGN, (consulté le ).
  384. (en) « Digimon - The Movie (comparison) », sur movie-censorship.com (consulté le ).
  385. (en) Lawrence Van Gelder, « Film in Review ; Digimon The Movie », sur The New York Times, (consulté le ).
  386. « Digimon : le Film », sur Planète Jeunesse (consulté le ).
  387. Darkjul, « Digimon Film », sur dvdanime.net, (consulté le ).
  388. (en) « Digimon Tamers: The Adventurers' Battle (movie) », sur Anime News Network (consulté le ).
  389. (en) « Digimon Tamers Movie 6: The Runaway Digimon Express », sur Anime News Network (consulté le ).
  390. (en) « Digimon Frontier Movie », sur Anime News Network (consulté le ).
  391. (en) « Digital Monster X-Evolution Release Date and Trailer », sur Anime News Network, (consulté le ).
  392. (en) « Digital Monster X-Evolution (movie) », sur Anime News Network (consulté le ).
  393. (en) « Digimon Savers the Movie - Ultimate Power! Burst Mode Invoke!! », sur Anime News Network (consulté le ).
  394. (en) « Bursting out of the Screen! Toei Animation 3D anime Festival in theaters on October 3, 2009 », sur Toei Animation, (consulté le ).
  395. (en) « Digimon Movies Being Re-released On DVD In Japan », sur WTW News, (consulté le ).
  396. « Anime: Digimon Adventure: Last Evolution Kizuna », sur Kinepolis (consulté le )
  397. « Digimon Adventure: Last Evolution Kizuna » (consulté le )
  398. « Anime: Digimon Adventure: Last Evolution Kizuna », sur Kinepolis (consulté le )
  399. « Digimon Adventure: Last Evolution Kizuna | Cine-Réunion (MauRéfilms) », sur cine-reunion.com (consulté le )
  400. « DIGIMON ADVENTURE : LAST EVOLUTION KIZUNA - VF » (consulté le )
  401. Daryl Harding, « Digimon Adventure 02 Anime Film Reveals 1st DigiDestined, Updated Character Designs », sur Crunchyroll (consulté le )
  402. « De nouveaux projets d'animation autour de Digimon, 10 Août 2021 », sur manga-news.com (consulté le ).
  403. (en) godofchaos, « Madman Announced Digimon Adventure 02 », sur WTW News, (consulté le ).
  404. « Anime - Serie. Digimon - Digital Monsters. », sur manga-news.com (consulté le ).
  405. a b c et d (en) Neil Lumbard, « Digimon Adventure: Volume 1 », sur DVD Talk, (consulté le ).
  406. (en) GekiDan, « Digimon Adventure Season 1 DVD to be Released by New Video Group », sur jefusion.com, (consulté le ).
  407. (en) « New Video Group to Release Digimon Adventure Season 1 on DVD », sur Anime News Network, (consulté le ).
  408. (en) « New Video Group to Release Digimon Adventure Season 2 on DVD », sur Anime News Network, (consulté le ).
  409. (en) « Digimon: Data Squad DVDs Listed by U.S. Retailers », sur Anime News Network, (consulté le ).
  410. a b c d et e (en) « Netflix Streams Both Digimon Adventure Seasons in Japanese », sur Anime News Network, (consulté le ).
  411. (en) « Digimon: Digital Monsters - The Birth of Greymon », sur Anime News Network (consulté le ).
  412. (en) « Precure, Digimon 02 Added to Direct2Drive Downloads (Updated) », sur Anime News Network, (consulté le ).
  413. (en) « Toei Animation Adds Gaiking, Digimon Tamers to Hulu », sur Anime News Network, (consulté le ).
  414. (en) Amerowolf, « Netflix Airs Digimon Season One and Two in English and Japanese », sur Bubblews, (consulté le ).
  415. (en) « MIPJunior 2015 Preview: Kids' Time », sur licenseglobal.com, (consulté le )
  416. MaFt.co.uk, « Digimon Fusion (2011) on Netflix UK :: New On Netflix UK » (consulté le )
  417. « GulliMax - Catalogue » (consulté le )
  418. GoToon, « ANNONCE : la première série de Digimon disponible sur Crunchyroll », sur Crunchyroll (consulté le ).
  419. (en) « ADNanime - Statistics », sur TwitchTracker.
  420. « EveryOne | passion commune "We are very proud of our clie… », sur EveryOne, (consulté le ).
  421. « L'anime Digimon Savers est disponible sur ADN, 06 Mai 2022 », sur manga-news.com (consulté le )
  422. (en) Annemarie Moody, « Toei Hires New Agent to Rep Digimon in Australia & New Zealand », sur awn.com, (consulté le ).
  423. (en) « Digimon Data Squad in Australia », sur Toonbarn, (consulté le ).
  424. (en) « Bandai Asia to Sell Digimon Toys in Australia », sur License Mag, (consulté le ).
  425. « Des figurines Digimon chez Megahouse », sur manga-news.com, (consulté le ).
  426. (en) « Digimon D-Tector Review », sur Kidzworld, (consulté le ).
  427. « Digimon - Pogs Magic Box Int. - 2000 Dessins animés TV / BD Télévision », sur Bibelotmania (consulté le )
  428. « L'épopée Majorette : Les Dune Buggys », sur Mininches (consulté le )
  429. « Fiche Publicité Mcdonald's Happy meal : Digimon : [Messages publicitaires du mois de Juin 2001 : du n° 769 au n° 865 »], sur INA
  430. Nouannipha Simon et Impr. Hérissey), L'île des Digimon, Gallimard jeunesse, (ISBN 2-07-054631-4 et 978-2-07-054631-2, OCLC 469173761, lire en ligne)
  431. [trad. de l'anglais], Le guide officiel Digimon, Piccolia, (ISBN 9782845400986, OCLC 1302149354, lire en ligne)
  432. « Digimon - Panini - 2000 Dessins animés TV / BD Télévision Tous », sur Paninimania (consulté le )
  433. « Digimon Digital Monsters - Sticker album Magic Box Int 2000 Dessins », sur Paninimania (consulté le )
  434. « Zavico », sur Zavico,
  435. « Wayback Machine », sur web.archive.org, (consulté le )
  436. « Digiduo - Goodies », sur archives.digiduo.fr (consulté le )
  437. « Digimon I - Fèves brillantes - 2002 Autres séries animées Télévision », sur Bibelotmania (consulté le )
  438. « Bougeoirs Digimon - Fèves Brillantes - Prime - 2002 Autres / », sur Bibelotmania (consulté le )
  439. a b et c (en) « Yo Quiero Taco Bell and Digimon », sur QSR Magazine, (consulté le ).
  440. (en) « Taco Bell Digimon Promotion », sur Anime News Network, (consulté le ).
  441. (en) « Review : Digi-Fusion Loader (Digimon Fusion) », sur shukuenshinobi, (consulté le ).
  442. a et b (ja) « 双子ユニット・twill、『デジモン』主題歌を生披露 », sur Oricon,‎ (consulté le ).
  443. a et b (en) « Digimon Singer Kouji Wada, 2 Years After Cancer Treatment: 'I'm Back' », sur Anime News Network, (consulté le ).
  444. (en) « Digimon Singer Kouji Wada Puts Career on Hold Due to Cancer », sur Anime News Network, (consulté le ).
  445. (ja) « 「急病による活動休止のお知らせ」 », sur 和田光司official,‎ (consulté le ).
  446. (en) « Digimon Discography - Digimon Adventure », sur Syldra.net (consulté le ).
  447. (en) « Digimon Adventure Best Hit Parade [Limited Edition] », sur The Music of Visual Arts and Games (consulté le ).
  448. a et b (en) Original Soundtrack - Digimon [Warner Bros.] Album Reviews, Songs & More | AllMusic (lire en ligne)
  449. (en) Heather Phares, « Original Soundtrack - Digimon [Warner Bros.] », sur AllMusic (consulté le ).
  450. (en) onkeikun, « Drama CD - Digimon Adventure: character song + mini drama 1 », sur Digital Scratch, (consulté le ).
  451. (en) onkeikun, « Drama CD - Digimon Adventure: character song + mini drama 2 », sur Digital Scratch, (consulté le ).
  452. (en) onkeikun, « Drama CD - Digimon Adventure: character song + mini drama 3 », sur Digital Scratch, (consulté le ).
  453. (en) godofchaos, « New Album - Digimon History 1999-2006 All The Best », sur WTW News, (consulté le ).
  454. (en) « Xros Wars Singles », sur magicsdigimonmusicdatabase.wordpress.com (consulté le ).
  455. (ja) « Digimon Xros Wars Insert Song: Evolution & Digixros », sur CD Japan (consulté le ).
  456. a et b (en) « Digimon V-Tamer (manga) », sur Anime News Network (consulté le ).
  457. Puyo, « Vattroller X confirmé sur GBA », sur Gamekult, (consulté le ) : « Illustré par Tenya Yabuno, qui se charge du manga Digimon Adventure - V-Tamer 01 [...] ».
  458. Tai Kamiya (V-Tamer) - P-012 P, de Digimon Card Game.
  459. « Digimon Xros Wars », sur Manga Sanctuary (consulté le ).
  460. (ja) « Vジャンプ6月特大号予告! », sur V Jump,‎ (consulté le ).
  461. (en) « Digimon World Re:Digitize PSP Game Gets 2-Chapter Manga », sur Anime News Network, (consulté le ).
  462. (en) godofchaos, « Digimon World Re:Digitize Manga in V-Jump », sur WTW News, (consulté le ).
  463. Hiro Masaki et まさきひろ., Ima bōken ga hajimaru., Shūeisha,‎ (ISBN 4-08-630029-X et 978-4-08-630029-2, OCLC 166535047, lire en ligne)
  464. Dejimon shirīzu memoriaru bukku : dejimon animēshon kuronikuru., Shin Kigensha, (ISBN 978-4-7753-0749-6 et 4-7753-0749-5, OCLC 534633186, lire en ligne)
  465. V Janpu Henshubu et Vジャンプ編集部, TV anime & gekijoban anime dejimon adobencha 02 koshiki daizukan., 集英社,‎ (ISBN 4-08-779076-2 et 978-4-08-779076-4, OCLC 675399274, lire en ligne)
  466. V Janpu Henshubu et Vジャンプ編集部, TV anime & gekijoban anime dejimon adobencha 02 koshiki daizukan., 集英社,‎ (ISBN 4-08-779114-9 et 978-4-08-779114-3, OCLC 676379043, lire en ligne)
  467. V Janpu Henshūbu, Vui Janpu Henshūbu et Vジャンプ編集部, TV anime & gekijōban anime dejimon kōshiki daizukan. 5, Dejimon teimāzu hen., 集英社,‎ (ISBN 4-08-779135-1 et 978-4-08-779135-8, OCLC 675308045, lire en ligne)
  468. (en) « Axny : Tokyopop », sur Anime News Network, (consulté le ).
  469. (en) « Tokyopop and Disney to release Digimon Manga », sur Anime News Network, (consulté le ).
  470. (en) S.A. Bennett, « Digimon (Tokyopop) », sur atomicavenue.com (consulté le ).
  471. (en) Daniel Horn et Ryan Hill, Digimon: Digital Monsters, Dark Horse Comics, (ISBN 1-56971-516-5).
  472. « Digimon : la BD de la série télé », sur bmvr.marseille.fr (consulté le ).
  473. (en) « A Grown-up’s Guide to Digimon », sur radford.edu (consulté le ).
  474. (en) « Internet Users Looking for Anime. Dragonball Nearly Takes it all. », sur ICV2, (consulté le ).
  475. (en) Michelle Clancy, « ITV to broadcast Digimon Fusion anime in 2014 », sur Rapid News TV, (consulté le ).
  476. (en) « Digimon Adventure Set (second season) and Volume 2 of Season 1 out today », sur Examiner, (consulté le ).
  477. (en) Gabriel Miramar-Garcia, « Power Rangers and Digimon set a course for Latin America », sur Rapid TV News, (consulté le ).
  478. (en) Fred Patten, « Anime – The Game Influence », sur Cartoon Research, (consulté le ).
  479. (en) « Princess Mononoke among Entertainment Magazine's best 10 of 2000 », sur Anime News Network, (consulté le ).
  480. (en) Laurel Graeber, « Cover Story ; Masters of the Universe, Youth Division », sur The New York Times, (consulté le ) : « Pokemon is aiming to remain the network leader despite the recent arrival on Fox Kids of what looks like a blatant imitation: Digimon, a Japanese animated series about, yes, evolving digital monsters. ».
  481. (en) « Related Games », sur GameSpot (consulté le ).
  482. (en) Lucas M. Thomas, « Cheers & Tears: DS Fighting Games », sur ign.com, (consulté le ).
  483. (en) Brad Shoemaker, « Digimon World 3 Review », sur GameSpot, (consulté le ).
  484. (en) « TV Asahi Top 100 Anime », sur animenewsnetwork.com, (consulté le ).
  485. (en) « 100 Best Anime Songs from Japanese anime forum - Anime News », sur yukianimereviews.com, (consulté le ).
  486. (ja) « オタラボ調査、「2010夏の新作アニメ」に関するアンケート調査結果を公開 / 株式会社 ビジュアルワークス », sur mmd.up-date.ne.jp,‎ (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 22 novembre 2014 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 22 novembre 2014 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.