Jeu 4X

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un « article de qualité ».

Un jeu 4X est un type de jeu vidéo de stratégie dans lequel le joueur contrôle un empire et dont le gameplay est fondé sur quatre principes : exploration, expansion, exploitation et extermination (« eXplore, eXpand, eXploit and eXterminate » en anglais). Les jeux 4X sont aussi parfois considérés comme des jeux de gestion. Le terme est pour la première fois utilisé par le journaliste Alan Emrich, en septembre 1993, dans son aperçu du jeu Master of Orion, pour le magazine Computer Gaming World.

Les jeux 4X sont réputés pour leur profondeur et leur système de jeu complexe. L'accent est mis sur le développement économique et technologique d'un empire virtuel que le joueur doit mener à la suprématie. Jouer une partie complète dure en général très longtemps, car la gestion d'un empire étendu demande beaucoup de micromanagement. Les jeux 4X ont d'ailleurs été souvent critiqués à cause de cet aspect très détaillé, même si de nombreuses tâches peuvent être automatisées.

Les premiers jeux 4X s’inspirent des jeux de plateau, des jeux vidéo textuels et des wargames sur ordinateur des années 1970. Ils sont alors exclusivement au tour par tour. Les jeux 4X en temps réel apparaissent plus tard, avec le développement des jeux de stratégie en temps réel. Le genre connait son apogée au milieu des années 1990 avant de décliner du fait de la concurrence avec d’autres genres de jeux de stratégie. Civilization de Sid Meier est certainement l'exemple le plus célèbre de cette époque, il est depuis le mètre-étalon du genre. Les années 2000 connaissent quelques sorties de jeux 4X ayant eu un succès critique et commercial. Initialement réservés aux ordinateurs personnels, le genre se porte peu à peu sur consoles.

Définition[modifier | modifier le code]

Les quatre X[modifier | modifier le code]

Capture d'écran de FreeOrion inspiré de Master of Orion

Le terme « 4X » apparait pour la première fois dans un aperçu du jeu Master of Orion, rédigé par Alan Emrich pour le magazine Computer Gaming World, dans lequel il classe le jeu « XXXX », un jeu de mot avec la classification XXX de la pornographie[1]. Il avait entendu ce terme pour la première fois par Tom Hughes avec qui il a écrit le guide stratégique de Master of Orion[2].

Les quatre « X » (prononcé « ex » en anglais) sont des abréviations pour eXplore, eXpand, eXploit, eXterminate (exploration, expansion, exploitation et extermination)[1],[3]. D'autres chroniqueurs de jeu vidéo ont adopté par la suite ce nom pour décrire un genre de jeu ayant un système de jeu possédant certaines spécificités[4],[5].

  • Exploration - Le joueur doit envoyer des éclaireurs dans les territoires non découverts environnants le lieu de départ du jeu.
  • Expansion - Le joueur doit agrandir son territoire en établissant de nouvelles colonies ou en étendant son influence sur des colonies existantes.
  • Exploitation - Le joueur doit récolter les ressources des zones qu'il contrôle et maximiser leur utilisation.
  • Extermination - Le joueur doit attaquer et éliminer ses rivaux que ce soit militairement ou par un autre moyen.

Ces quatre éléments représentent les quatre phases de jeu majeures d'un jeu 4X[6]. Ces phases ne sont généralement pas délimitées et se recouvrent, leur durée varie selon le game design du jeu. Par exemple, la série Space Empires ou Galactic Civilizations II: Dark Avatar proposent de longues phases d'expansion car il faut que le joueur investisse énormément dans la recherche pour pouvoir trouver de nouveaux territoires[7],[8],[9].

Limites[modifier | modifier le code]

Malgré cette définition, d'autres jeux de stratégie « classiques » utilisent un cycle similaire[10]. Ainsi, les spécialistes du jeu vidéo ont essayé de préciser la définition du jeu 4X au-delà de ses quatre X. Ils ajoutent par exemple que les jeux 4X se distinguent par la grande complexité et la taille de leur terrain de jeu ainsi que leur usage de la diplomatie par opposition à la dualité classique « ami / ennemi » des jeux de stratégie classiques[10],[11],[12],[13]. Certains pointent également la gestion de l'économie, bien plus poussée, au détriment des combats militaires, plus simples dans les jeux 4X que dans les jeux de stratégie[1],[11].

Un cinquième X ?[modifier | modifier le code]

En 2002, à l'occasion de la sortie de Master of Orion III, Alan Emrich propose l'ajout d'un cinquième X à sa définition : expérience (eXperience). C'est-à-dire qu'à partir d'un certain stade d'avancement de la partie, le joueur peut déléguer une partie de son autorité à des subordonnés virtuels gérés par des intelligences artificielles[2]. À chaque tour de jeu, le joueur doit utiliser de manière judicieuse son pouvoir impérial et déterminer quels sont les aspects de son empire requérant son intervention directe[14]. Néanmoins, Master of Orion III a reçu des critiques mitigées notamment sur ce principe, qui limite les possibilités de gestion données au joueur[15].

C'est lors de cette « phase d'expérience » que peuvent se manifester les insurrections populaires si le joueur ne parvient pas à combler les aspirations des citoyens de son empire[2]. Ceci reste propre à Master of Orion III même si la possibilité de révolte était déjà présente dans les autres phases et dans certains autres jeux 4X comme ceux de la série Civilization. Dans Galactic Civilizations, au fur et à mesure que l'empire du joueur évolue vers plus de démocratie, les colonies obtiennent plus de souveraineté et le joueur peut se retrouver en minorité dans le sénat galactique[16].

Game design[modifier | modifier le code]

Le game design des jeux 4X est conçu sur la base d'un jeu de stratégie en temps réel, au tour par tour ou en mettant en place un système de phases de jeu de manière à alterner phases en temps réel et phases au tour par tour[17].

Les mondes des jeux 4X sont généralement générés aléatoirement en début de partie[17].

Les jeux 4X se distinguent des jeux de stratégie classiques notamment par un système d'évolution des unités et des bâtiments par la progression du joueur dans un arbre des technologies, par des combats qui se déroulent dans une interface séparée de l'interface de gestion de l'empire et par une complexité des mécanismes de jeu plus importante. Par sa complexité, le 4X est un genre qui se destine généralement à un public de hardcore gamers[18].

Recherche et technologie[modifier | modifier le code]

Les jeux 4X utilisent généralement un arbre des technologies qui représente une série d'avancées que le joueur peut débloquer pour obtenir de nouvelles unités, de nouveaux bâtiments ou de nouvelles possibilités. Les arbres des technologies des jeux 4X sont généralement beaucoup plus développés que dans les autres jeux de stratégie, proposant une large palette de choix à faire au joueur[10],[19]. Les joueurs doivent allouer une part des richesses qu'ils amassent à la recherche technologique pour pouvoir débloquer les nouvelles découvertes[20]. Dans les jeux 4X, le pré-requis à la découverte d'une nouvelle technologie est la connaissance préalable d'une ou plusieurs technologies antérieures.

La recherche occupe également une place importante dans les jeux 4X parce que le progrès technologique est le moteur permettant les conquêtes[21]. L'issue des batailles est en partie déterminée par la supériorité technologique et par le nombre d'unités ; la tactique joue dans certains jeux 4X un rôle moindre que dans les jeux de stratégie classiques[22],[23]. Dans les jeux de stratégie, les unités de base peuvent dans la plupart des jeux être utilisées durant toute la durée d'une partie alors que dans les jeux 4X, les unités de base peuvent devenir obsolètes et ne peuvent alors plus être produites[24]. Dans certains jeux 4X comme Civilization, un joueur peut voler des technologies à un autre ou alors négocier avec lui pour en obtenir. Ceci permet de maintenir un relatif équilibre technologique entre les joueurs.

Combat[modifier | modifier le code]

Le combat est une composante importante des jeux 4X. En effet, il est possible de remporter la partie en exterminant tous les joueurs adverses, ou en conquérant une fraction cible de l’univers du jeu[25]. Dans certains jeux 4X, comme Galactic Civilizations, l’issue du combat est décidée automatiquement, dès que deux unités de camps adverses se rencontrent[26]. D’autres, tel Master of Orion, permettent au joueur de diriger la bataille sur un écran de combat tactique[26],[27]. Les jeux 4X se distinguent des jeux de stratégie davantage orientés sur le combat en insistant sur la recherche et l’économie[3],[11]. La recherche de nouvelles technologies donne accès à de nouvelles unités de combat. Certains jeux 4X permettent de plus de rechercher des composants d’unités. Ceci est plutôt typique des jeux 4X se déroulant dans l’espace, où le joueur assemble des vaisseaux spatiaux en sélectionnant des moteurs, boucliers et armements[26].

Compétition pacifique[modifier | modifier le code]

Les jeux 4X proposent des systèmes de diplomatie entre les différents empires. Les jeux de stratégie classiques permettent de faire des alliances entre joueurs. Les relations diplomatiques y sont globalement limitées à un choix binaire entre allié ou ennemi. Les jeux 4X proposent des relations plus complexes entre les rivaux ne faisant pas partie de la même équipe[10],[12]. Les joueurs peuvent par exemple faire de l'échange de ressources et d'informations avec leurs rivaux.

Il est possible de gagner une partie sans conquête, de manière pacifique[11]. Par exemple, des jeux 4X offrent la victoire au joueur ayant atteint un score élevé ou un high score au bout d'un certain nombre de tours de jeu ou d'un certain temps de jeu[28]. D'autres jeux offrent la victoire au premier joueur maîtrisant une technologie ultime, ayant accumulé une culture substantielle ou ayant accompli un fait grandiose[26]. Dans certains jeux, il est aussi possible de gagner en étant élu par ses rivaux ou en maintenant la paix pendant un nombre de tours ou un temps donné[28],[29],[30].

Complexité[modifier | modifier le code]

Exemple d'écran de jeu séparé pour gérer chaque base dans FreeCol

Les jeux 4X sont connus pour leur jouabilité complexe et leur profondeur stratégique[13],[31],[32]. Il est communément accepté que la jouabilité est prioritaire par rapport à l'aspect graphique[2],[19]. Là où les jeux de stratégie classiques s'intéressent surtout aux combats, la complexité des jeux 4X réside principalement dans la diplomatie, la gestion économique et la recherche[3],[11]. Cela force le joueur à mettre en pratique diverses stratégies simultanément et de planifier des objectifs à long terme[33].

Pour décrire le fonctionnement d'un empire étendu, les jeux 4X utilisent une gamme complexe de règles[13]. La productivité du camp du joueur est modulée par de nombreux aspects, comme la pollution[34],[35]. Le budget du joueur est modulé par des aspects réalistes comme la gestion des dettes[36] ou la gestion de coûts d'entretien des bâtiments ou unités[37]. Les jeux 4X modélisent également des enjeux politiques comme la gestion des guerres civiles[25],[35] ou le contrôle de chambres des représentants[38],[35].

Une telle complexité implique que le joueur doit manier de nombreuses informations notamment pour les opérations de micromanagement (gestion interne des bases, batailles...)[27],[26],[39]. Ces informations sont séparées dans différents écrans accessibles depuis l'environnement graphique ou via un basculement entre différents modes de visualisation[11]. La complexité de chaque écran peut être élevée au point qu'on peut les assimiler à des mini-jeux[33],[40]. Les jeux 4X en temps réel, par exemple, sont donc particulièrement différents de leurs homologues classiques. En effet, Dune II, qui a posé une bonne partie des conventions du jeu de stratégie en temps réel moderne a été conçu sur la base d'une « interface plate », sans écrans additionnels[41].

Micromanagement et durée des parties[modifier | modifier le code]

Vue de deux empires limitrophes avancés en 2D isométrique dans Freeciv

Comme un jeu 4X permet la gestion d’un large empire, les parties sont généralement plus longues que celles d’autres jeux de stratégie[11]. Elles peuvent demander plusieurs heures de jeu, ce qui peut poser problème pour des parties en multijoueur[42]. Par exemple, une courte campagne de Sins of a Solar Empire peut durer douze heures[13]. Cependant, les adeptes du genre s’attendent et adhèrent à de telles durées[43]. Les jeux 4X au tour par tour divisent souvent une partie en centaines de tours de jeu[33],[44].

En raison du côté répétitif des actions et de la durée des parties, les jeux 4X ont été critiqués pour leurs demandes trop importantes en micromanagement. Cet aspect ne pose généralement pas de problème en début de partie. Mais plus tard, gérer un empire implanté en plusieurs endroits peut demander au joueur plusieurs minutes par tour de jeu. Cela accroît la durée des parties, ce qui est particulièrement problématique pour le multijoueur[11]. Les jeux 4X ont proposé des gouverneurs gérés par intelligence artificielle pour automatiser le micromanagement d’une colonie. Toutefois, les joueurs ont critiqué ces gouverneurs pour leurs erreurs de décision. En réaction, les développeurs ont tenté de nouvelles approches pour diminuer les besoins en micromanagement[45]. Certaines ont été mieux appréciées que d’autres. Les critiques s’accordent à dire que Galactic Civilizations est une réussite sur ce point, ce qui est notamment attribué à la possibilité d’avoir des gouverneurs programmables par le joueur[46]. Sins of a Solar Empire a été conçu dans l’idée de rendre le micromanagement plus dispensable[47], et les critiques ont généralement trouvé que l’interface de jeu rend la gestion de l’empire plus élégante[39],[48]. D’un autre côté, Master of Orion III a réduit le micromanagement en limitant le contrôle du joueur sur son empire[14], aspect qui a rencontré des critiques partagées[49],[50].

Hybridation avec d'autres genres[modifier | modifier le code]

Le jeu King's Bounty, sorti en 1990, propose de contrôler un héros, un peu sur le mode du jeu de rôle. Ce héros explore la carte du monde, y collecte des ressources et affronte des armées ennemies dans des combats au tour par tour. Il n'y a pas de construction de ville mais le jeu est considéré comme l'un des précurseurs du 4X[51]. Il inspire les gameplays d'autres séries comme Heroes of Might and Magic et Age of Wonders dans lesquelles la gestion de cité est une composante à part entière[51]. Cette filiation fait que ces jeux sont classés dans le genre stratégie au tour par tour ou dans le 4X. On peut aussi parler de Heroes-like.

Le jeu Rise of Nations est quant à lui considéré comme un essai de mélange entre la stratégie en temps réel à la Age of Empires et le 4X à la Civilization[52].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Sid Meier, l'un des pères du jeu 4X

Les premiers jeux 4X naissent sous l'influence des jeux de société et les jeux vidéo textuels des années 1970[53]. Parmi les précurseurs du genre, le journaliste Bruce Geryk, du site GameSpot, cite tout d’abord Empire (1977), qu’il considère comme le premier jeu de gestion d’empire. Il souligne également l’importance d’Andromeda Conquest (1982), qu’il décrit comme le premier jeu d'expansion d'empire, et de Reach for the Stars (1983), qui d’après lui est le premier à créer une relation entre croissance économique, progrès technologique et conquête militaire[21]. Dans une rétrospective consacré aux jeux de stratégie au tour par tour publié dans le magazine Retro Gamer, Adam Barnes cite également Reach for the Stars, qu’il considère comme le premier jeu 4X de science-fiction. Il souligne également l’impact d’Utopia (1982) dont l’équilibre entre combats et gestion des ressources préfigure, d’après lui, le genre[51].

En 1990, Sid Meier crée Civilization et popularise la profondeur de jeu qui deviendra une base des jeux 4X[54]. Le jeu est inspiré de jeux de plateau comme Risk ou le jeu éponyme d'Avalon Hill Civilization, notamment pour ce qui est de l'importance de la diplomatie et du progrès technologique. Il est également influencé par les city-builders comme SimCity et les wargames comme Empire[55]. Civilization connaît un important succès critique et commercial et influence de manière significative les futurs jeux 4X[54].

En 1991, deux jeux 4X qui permettent de gérer un empire à l'échelle spatiale sont publiés, VGA Planets sous DOS et Spaceward Ho! sous Mac OS. Si les jeux 4X spatiaux sont finalement plus influencés par la complexité de VGA Planets, Spaceward Ho! rencontre un certain succès pour son système de jeu plus simple mais efficace[56],[27]. Ce dernier influence également un jeu majeur du genre, Master of Orion, publié en 1993[3],[57]. Master of Orion est également inspiré par Reach for the Stars[3],[58]. Il devient un classique qui défini un nouveau standard pour les jeux 4X[27],[42]. C'est d'ailleurs à sa sortie qu'Alan Emrich invente le terme 4X pour décrire le genre émergent[3]. Le terme est alors adopté par l'industrie vidéoludique et certains jeux sont qualifiés rétrospectivement de 4X[59].

Âge d'or et déclin[modifier | modifier le code]

À la suite du succès de Civilization et de Master of Orion, d'autres développeurs commencent à travailler sur des jeux 4X. En 1994, Stardock lance l'ébauche de Galactic Civilizations sur OS/2[60] et la série Space Empires commence sous forme de shareware. Ascendancy et Stars! sortent en 1995 et reprennent à leur compte le thème de la gestion d'empire et la profondeur stratégique des jeux 4X[59]. Pendant ce temps, les séries Civilization et Master of Orion s'enrichissent de nouveaux opus (Civilization II et Master of Orion II: Battle at Antares) et sont adaptées sur Macintosh. Sid Meier et son équipe produisent un série dérivée de Civilization, Colonization et Simtex Software, qui a réalisé Master of Orion, adapte son jeu dans un monde de fantasy avec Master of Magic.

La fin des années 1990 voit le marché dominé par les jeux de stratégie en temps réel, au détriment des jeux de stratégie au tour par tour[61]. Les développeurs de jeux 4X commencent à connaître des difficultés. Firaxis Games et Sid Meier sortent en 1999 Alpha Centauri, un spin-off de Civilization dans un univers de science-fiction. L'accueil critique est positif mais le jeu ne se vend pas bien[62]. Civilization III connaît des difficultés de développement et sort précipitamment en 2001[63]. Master of Orion III, sorti en 2003, reçoit des critiques très moyennes de la presse spécialisée[15]. Les éditeurs de jeux vidéo ne s'engagent plus dans le développement de jeux 4X, devenu trop risqué[31].

Histoire moderne[modifier | modifier le code]

L'histoire moderne des jeux 4X concerne principalement des jeux 4X en temps réel, leur précurseur majeur étant Imperium Galactica sorti en 1997[32]. En 2003, Stardock sort la version finale de Galactic Civilizations accompagnée en 2006 par sa suite Galactic Civilizations II: Dread Lords. Ils reçoivent tous deux un excellent accueil critique[64].,[65]. En 2008, Ironclad Games sort Sins of a Solar Empire qui rencontre un grand succès critique et commercial[66].

Les jeux 4X ne se sont pour autant pas éloignés de leur origine, à savoir les jeux de société. Master of Orion III s'est inspiré par certains aspects de Twilight Imperium[67]. Sins of a Solar Empire est lui inspiré du jeu de société Buck Rogers: Battle for the 25th Century[66]. Ce qui a changé, c'est que l'on voit aujourd'hui des jeux vidéo 4X adaptés en jeux de société à l'instar de Sid Meier's Civilization, transposé en 2002[68].

Parallèlement aux jeux en temps réel, des jeux 4X au tour par tour continuent de sortir régulièrement, notamment Civilization IV en 2005 qui reçoit un excellent accueil aussi bien critique[69] que commercial, marquant en 2009 avec la sortie d'une édition spéciale les plus de huit millions de jeux vendus par la série[70]. En 2008, Firaxis Games sort Civilization Revolution, une version spécialement adaptée pour de nouveaux marchés : les consoles et les casual gamers.

Ces récents succès marquent pour Brad Wardell du studio Stardock un retour en force du genre 4X[71], resté notamment très suivi par une communauté de fans ayant créé des jeux vidéo libres adaptés des grands succès du genre : Freeciv, FreeCol, FreeOrion ou C-evo.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Année Titre Développeur Thème Plate-forme (originale — adaptations)
1977 Empire Walter Bright Moderne PDP-10
1982 Andromeda Conquest Avalon Hill Science-fiction Apple IIAtari 8-bit, Commodore 64, DOS, TRS-80
1983 Reach for the Stars SSG Science-fiction Apple IIDOS, Mac OS, Commodore 64, Amiga, Windows
1984 Imperium Galactum SSI Science-fiction Apple IIAtari 8-bit, Commodore 64
1984 Incunabula Avalon Hill Historique DOS
1984 Strategic Conquest Peter Merrill, Delta Tao Software Historique Apple IIMac OS
1987 Anacreon: Reconstruction 4021 Thinking Machine Science-fiction DOS
1987 Empire: Wargame of the Century Northwest Software Moderne DOSAmiga, Atari ST, Apple II, Commodore 64
1990 Imperium Electronic Arts Science-fiction DOSAmiga, Atari ST
1990 Khalaan Chip Fantasy DOSAmiga, Atari ST
1990 King's Bounty New World Computing Fantasy DOSAmiga, Apple II, Commodore 64, FM Towns, Mega Drive
1990 Spaceward Ho! Delta Tao Software Science-fiction Mac OSAmiga, Windows
1991 Armada 2525 Interstel Corporation Science-fiction DOS
1991 Civilization MicroProse Historique DOSWindows, Mac OS, Amiga, Atari ST, Super Nintendo
1992 Pax Imperia Changeling Software Science-fiction Mac OS
1992 VGA Planets Tim Wisseman Science-fiction DOSLinux
1993 Empire Deluxe Mark Baldwin, Bob Rakowsky Moderne DOSWindows, Mac OS
1993 Master of Orion Simtex Software Science-fiction DOSMac OS
1993 Space Empires Aaron Hall Science-fiction Windows
1994 Colonization MicroProse Historique DOSWindows, Mac OS, Amiga
1994 Hammer of the Gods Holistic Design Fantasy DOS
1994 Master of Magic Simtex Software Fantasy DOS
1995 Ascendancy The Logic Factory Science-fiction DOSWindows
1995 Heroes of Might and Magic: A Strategic Quest New World Computing Fantasy DOSWindows, Mac OS, Game Boy Color
1995 Space Empires II Malfador Machinations Science-fiction Windows
1995 Stars! Jeff Johnson, Jeff McBride Science-fiction Windows
1996 Civilization II MicroProse Historique WindowsMac OS, PlayStation
1996 Deadlock: Planetary Conquest Accolade Science-fiction WindowsMac OS
1996 Emperor of the Fading Suns Holistic Design Science-fiction Windows
1996 Freeciv Freeciv team Historique WindowsMac OS, Linux
1996 Heroes of Might and Magic II: The Succession Wars New World Computing Fantasy WindowsMac OS, Game Boy Color
1996 Master of Orion II: Battle at Antares Simtex Software Science-fiction DOSWindows, Mac OS
1997 Fragile Allegiance Gremlin Graphics Software Science-fiction DOSWindows
1997 Heroes of Might and Magic II: The Price of Loyalty New World Computing Fantasy Windows
1997 Impérialisme Frog City Software Historique WindowsMac OS
1997 Imperium Galactica Digital Reality Science-fiction DOS
1997 Pax Imperia: Eminent Domain Heliotrope Studios Science-fiction WindowsMac OS
1997 Space Empires III Malfador Machinations Science-fiction Windows
1998 Alpha Centauri Firaxis Games Science-fiction WindowsMac OS, Linux
1998 Deadlock II: Shrine Wars Cyberlore Studios Science-fiction Windows
1998 Remember Tomorrow SoftWarWare Science-fiction DOS
1998 Star Wars: Rebellion Coolhand Science-fiction Windows
1999 Age of Wonders Triumph Studios, Epic Games Fantasy Windows
1999 Alien Crossfire Firaxis Games Science-fiction WindowsMac OS, Linux
1999 Civilization II: Test of Time MicroProse Divers Windows
1999 Civilization: Call to Power Activision Historique WindowsMac OS, Linux
1999 Heroes of Might and Magic III New World Computing Fantasy Windows
1999 Heroes of Might and Magic III: Armageddon's Blade New World Computing Fantasy Windows
1999 Imperialism II: Age of Exploration Frog City Software Historique WindowsMac OS
1999 Malkari Interactive Magic Science-fiction Windows
1999 Star Trek: The Next Generation - Birth of the Federation MicroProse Science-fiction Windows
2000 Call to Power II Activision Historique Windows
2000 Heroes of Might and Magic III: The Shadow of Death New World Computing Fantasy Windows
2000 Imperium Galactica II: Alliances Digital Reality Science-fiction Windows
2000 Space Empires IV Malfador Machinations Science-fiction Windows
2001 Civilization III Firaxis Games Historique WindowsMac OS
2001 Empire Deluxe: Internet Edition Killer Bee Moderne Windows
2002 Age of Wonders II: The Wizard's Throne Triumph Studios Fantasy Windows
2002 Civilization III: Play the World Firaxis Games Historique Windows
2002 Haegemonia: Legions of Iron Digital Reality Science-fiction Windows
2002 Heroes of Might and Magic IV New World Computing Fantasy WindowsMac OS
2002 Heroes of Might and Magic IV: The Gathering Storm New World Computing Fantasy Windows
2003 Age of Wonders: Shadow Magic Triumph Studios Fantasy Windows
2003 Civilization III: Conquests BreakAway Games, Firaxis Games Historique Windows
2003 Galactic Civilizations Stardock Science-fiction Windows
2003 Haegemonia: The SOLON Heritage Digital Reality Science-fiction Windows
2003 Heroes of Might and Magic IV: Winds of War New World Computing Fantasy Windows
2003 Master of Orion III Quicksilver Software Science-fiction WindowsMac OS
2004 Anacreon: Imperial Conquest in the Far Future George Moromisato Science-fiction Windows
2004 Empire Deluxe: Enhanced Edition Killer Bee Moderne Windows
2004 Galactic Civilizations: Altarian Prophecy Stardock Science-fiction Windows
2005 Civilization IV Firaxis Games Historique WindowsMac OS
2006 C-evo Steffen Gerlach Historique Windows
2006 Civilization IV: Warlords Firaxis Games Historique WindowsMac OS
2006 Galactic Civilizations II: Dread Lords Stardock Science-fiction Windows
2006 Galaxy on Fire Fishlabs Science-fiction iOS
2006 Heroes of Might and Magic V Nival Interactive Fantasy Windows
2006 Heroes of Might and Magic V: Hammers of Fate Nival Interactive Fantasy Windows
2006 Space Empires V Malfador Machinations Science-fiction Windows
2006 Sword of the Stars Kerberos Productions Science-fiction Windows
2007 Civilization IV: Beyond the Sword Firaxis Games Historique Windows
2007 Galactic Civilizations II: Dark Avatar Stardock Science-fiction Windows
2007 Heroes of Might and Magic V: Tribes of the East Nival Interactive Fantasy Windows
2007 Lost Empire Pollux Gamelabs Science-fiction Windows
2007 Sword of the Stars: Born of Blood Kerberos Productions Science-fiction Windows
2008 Civilization IV: Colonization Firaxis Games Historique WindowsMac OS
2008 Civilization Revolution Firaxis Games Historique Xbox 360PlayStation 3, Nintendo DS, iPhone
2008 Galactic Civilizations II: Twilight of the Arnor Stardock Science-fiction Windows
2008 Lost Empire: Immortals Pollux Gamelabs Science-fiction Windows
2008 Sins of a Solar Empire Ironclad Games Science-fiction Windows
2008 Sword of the Stars: A Murder of Crows Kerberos Productions Science-fiction Windows
2010 Armada 2526 Matrix Games Science-fiction Windows
2009 Galaxy on Fire 2 Fishlabs Science-fiction Windows
2009 Light of Altair SaintXi Science-fiction Windows
2009 Sins of a Solar Empire: Entrenchment Ironclad Games Science-fiction Windows
2009 Sword of the Stars: Argos Naval Yard Kerberos Productions Science-fiction Windows
2010 Civilization V Firaxis Games Historique WindowsMac OS, Linux
2010 Distant Worlds Matrix Games Science-fiction Windows
2010 Elemental: War of Magic Stardock Fantasy Windows
2010 Sins of a Solar Empire: Diplomacy Ironclad Games Science-fiction Windows
2010 Star Ruler Blind Mind Studios Science-fiction Windows
2011 Armada 2526: Supernova Matrix Games Science-fiction Windows
2011 Might and Magic: Heroes VI Black Hole Entertainment Fantasy Windows
2011 Sins of a Solar Empire: Rebellion Ironclad Games Science-fiction Windows
2011 Sword of the Stars 2: Lords of Winter Kerberos Productions Science-fiction Windows
2012 Endless Space Amplitude Studios Science-fiction WindowsMac OS
2012 Legends of Pegasus Kalypso Media Science-fiction Windows
2013 Eador: Masters of the Broken World Snowbird Games Fantasy Windows
2013 StarDrive Zero Sum Games Science-fiction Windows
2014 Age of Wonders III Triumph Studios Fantasy WindowsMac OS, Linux
2014 Civilization: Beyond Earth Firaxis Games Science-fiction WindowsMac OS, Linux
2014 Endless Legend Amplitude Studios Fantasy WindowsMac OS
2014 Horizon L3O Interactive Science-fiction Windows
2015 Civilization: Beyond Earth - Rising Tide Firaxis Games Science-fiction WindowsMac OS, Linux
2015 Galactic Civilizations III Stardock Science-fiction Windows
2015 Galactic Inheritors Crispon Games Science-fiction Windows
2015 Might and Magic: Heroes VII Limbic Entertainment Fantasy Windows
2015 Sid Meier's Starships Firaxis Games Science-fiction WindowsMac OS, Linux
2015 StarDrive II Zero Sum Games Science-fiction Windows
2015 Star Ruler 2 Blind Mind Studios Science-fiction Windows
2015 The Viceroy Goatee Games Science-fiction Windows
2015 Thea: The Awakening MuHa Games Fantasy Windows
2016 Civilization VI Firaxis Games Historique WindowsMac OS, Linux
2016 Endless Space 2 Amplitude Studios Science-fiction WindowsMac OS
2016 Master of Orion: Conquer the Stars Wargaming.net Science-fiction Windows
2016 Polaris Sector SoftWarWare Science-fiction Windows
2016 Stellaris Paradox Development Studio Science-fiction WindowsMac OS, Linux
2016 Unending Galaxy Anarkis Gaming Science-fiction Windows
2017 Stars in Shadow Ashdar Games Science-fiction Windows
NC Ascendancy 2 The Logic Factory Science-fiction Windows
NC FreeCol FreeCol Team Historique WindowsMac OS, Linux
NC FreeOrion FreeOrion Team Science-fiction WindowsMac OS, Linux

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Vahadar 2011, p. 208.
  2. a, b, c et d (en) Dan Quick, « Master of Orion III Developer Chat », sur GameSpy,‎ .
  3. a, b, c, d, e et f (en) Alan Emrich, « MicroProse' Strategic Space Opera is Rated XXXX », Computer Gaming World, no 110,‎ , p. 92-93.
  4. (en) J. "PyroFalkon" Habib, « Civilization IV: Warlords Guide », sur IGN,‎ .
  5. (en) « Ironclad Games - Sins of a Solar Empire Gameplay », sur le site officiel d'Ironclad Games.
  6. (en) Tom Chick, « PC Retroview: Master of Orion II », sur IGN,‎ .
  7. (en) « Space Empires III Manual v1.10 », sur le site officiel de Malfador Machinations,‎ .
  8. (en) Steve Butts, « Galactic Civilizations II: Dark Avatar Review », sur IGN,‎ .
  9. (en) Jeff Lackey, « Review - Galactic Civilizations II: Dark Avatar », sur GameSpot,‎ .
  10. a, b, c et d (en) Sean Molloy, « Sins of a Solar Empire Preview », sur 1UP.com,‎ .
  11. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « Previews: Sins of a Solar Empire », sur 1UP.com,‎ .
  12. a et b (en) « Sins of a Solar Empire Review (PC) », sur GameDaily,‎ .
  13. a, b, c et d (en) Earnest Cavalli, « Review: Sins of a Solar Empire - Sinfully Good », sur Wired,‎ .
  14. a et b (en) « MicroProse's Master of Orion III Takes Galactic Empire Building a Step Higher », sur le site officiel de Quicksilver Software,‎ .
  15. a et b (en) « Master of Orion III reviews », sur Metacritic.
  16. (en) « Galactic Civilizations: User Manual », sur le site officiel de Galactic Civilizations'.
  17. a et b Vahadar 2011, p. 209.
  18. Vahadar 2011, p. 215.
  19. a et b (en) Jason Dobson, « Joystiq interview: Ironclad talks 4X strategy with Sins of a Solar Empire », sur Joystiq,‎ .
  20. (en) Andrew Rollings et Ernest Adams, Game Design, New Riders Publishing, (ISBN 1592730019, lire en ligne), p. 321-345.
  21. a et b (en) Bruce Geryk, « History of Space Empire Games - The Early Years 1980-1992 », sur GameSpot,‎ .
  22. (en) Allen Rausch, « GameSpy Review - Galactic Civilizations », sur GameSpy,‎ .
  23. (en) Steve Butts, « Space Empires V Review », sur IGN,‎ .
  24. (en) Ron Dulin, « StarCraft for PC Review », sur GameSpot,‎ .
  25. a et b (en) Jeff Lackey, « Space Empires V Review », sur GameSpot,‎ .
  26. a, b, c, d et e (en) Barry Brenesal, «  Galactic Civilizations Review », sur IGN,‎ .
  27. a, b, c et d (en) Bruce Geryk, «  History of Space Empire Games - Master of Orion II: Battle at Antares », sur GameSpot,‎ .
  28. a et b (en) Michael Lafferty, « Space Empires IV Preview  », sur GameZone,‎ .
  29. (en) Sam Parker, « Review - Master of Orion III (PC) », sur CNET,‎ .
  30. (en) Steve Butts, «  Civilization IV: Beyond the Sword Hands On », sur IGN,‎ .
  31. a et b (en) « GameSpy's Game of the Year 2006 - 6. Galactic Civilizations II: Dread Lords  », sur GameSpy,‎ .
  32. a et b (en) Steve Butts, « Reviews - Sins of a Solar Empire », sur IGN,‎ .
  33. a, b et c (en) Jason Bates, «  Space Empires IV Review  », sur IGN,‎ .
  34. [PDF] (en) « Master of Orion - Game Manual » de Steve Barcia, MicroProse, 1993, page 62.
  35. a, b et c (en) « Sid Meier's Civilization II Instruction Manual » de Jonatha Caspian-Kaufman, MicroProse, 1996, pages 67-71 et 80-83.
  36. (en) Jason Ocampo, « Review: Galactic Civilizations II: Dread Lords Hands-On - The Spiritual Heir to Master of Orion II? », sur GameSpot,‎ .
  37. (en) Steve Butts, «  Preview: Civilization IV: Warlords », sur IGN,‎ .
  38. (en) Steve Butts, «  IGN Preview - Galactic Civilizations  », sur IGN,‎ .
  39. a et b (en) Neil Booth, «  Sins of a Solar Empire Review  », sur PAL Gaming Network,‎ .
  40. (en) William Abner, «  Galactic Civilizations II: Dread Lords Review  », sur GameShark,‎ .
  41. (en) Bruce Geryk, «  A History of Real-Time Strategy Games - Dune II  », sur GameSpot,‎ .
  42. a et b (en) Joshua Villines, « Master of Orion 3 preview for PC », sur Game Revolution,‎ .
  43. (en) Stardock, « Feature: Galactic Civlizations II Alien Races, Part IV », sur IGN,‎ .
  44. (en) Sam Parker, «  Master of Orion III Hands-On Preview  », sur GameSpot,‎ .
  45. (en) Steve Butts, « Galactic Civilizations Interview », sur IGN,‎ .
  46. (en) Tyler Sager, « Galactic Civilizations Review », sur Gaming Nexus,‎ .
  47. (en) Jeff Cork, « Game Informer: Thoughts On Sins - An Interview With Blair Fraser », sur Game Informer,‎ .
  48. (en) Dave VanDyk, « Sins of a Solar Empire Review », sur GameShark,‎ .
  49. (en) Sam Parker, «  Master of Orion III - Review  », sur GameSpot,‎ .
  50. (en) Bruce Geryk, « Master of Orion 3 rebuttal », sur Quarter of Three.
  51. a, b et c (en) Adam Barnes, « The Bluffer’s Guide to Turn-Based Strategy », Retro Gamer, no 133,‎ , p. 74-82.
  52. Pilou, « Test du jeu Rise of Nations », sur Jeuxvideo.com,‎ .
  53. (en) Dave Kosak, « Zdim Carlson of Looking Glass Studios: The History of Computer Games - Part I », sur GameSpy.
  54. a et b (en) Dave Kosak, « IGN Videogame Hall of Fame: Civilization », sur IGN.
  55. (en) Benj Edwards, « The History of Civilization », sur Gamasutra.
  56. (en) Bruce Geryk, « A History of Space Empire Games: VGA Planets and Spaceward Ho! », sur GameSpot,‎ .
  57. (en) Jason Ocampo, «  The Greatest Games of All Time: Master of Orion  », sur GameSpot,‎ .
  58. (en) Mark H. Walker, « Strategy Gaming: Part IV - In the Beginning », sur GameSpy,‎ .
  59. a et b (en) Bruce Geryk, «  A History of Space Empire Games - Introduction  », sur GameSpot,‎ .
  60. (en) « Galactic Civilizations Gold », sur Stardock.
  61. (en) Mark H. Walker, « Strategy Gaming: Part V - Real-Time vs. Turn-Based », sur GameSpy,‎ .
  62. (en) Greg Tito, « Alpha Centauri », sur The Escapist,‎ .
  63. (en) Kieron Gillen, « Making Of: Soren Johnson On Civ 4 », sur Rock, Paper, Shotgun,‎ .
  64. (en) « Galactic Civilizations », sur GameRankings.
  65. (en) « Galactic Civilizations II: Dread Lords - Gold Edition », sur GameRankings.
  66. a et b (en) Blair Fraser et Brad Wardell, « Postmortem: Ironclad/Stardock's Sins of a Solar Empire », sur Gamasutra.
  67. (en) « Master of Orion III - Designer's Diary », Quicksilver Software,‎ .
  68. (en) Andrew S. Bub, « Eagle Games' Glen Drover talks about Pirates, The Boardgame! », sur GameSpy,‎ .
  69. (en) « Civilization IV: Complete Edition », sur GameRankings.
  70. (en) « Grand Theft Auto series has sold 66 million units to date », sur GameIndustry.biz.
  71. (en) Alistair Wallis, «  Stardock's Wardell Talks GalCiv, Indie Power », sur Gamasutra,‎ .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Vahadar, « 4X : explore, expand, exploit, exterminate! », IG Magazine, no 15,‎ . 
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 9 février 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.