League of Legends

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
League of Legends
Image illustrative de l'article League of Legends

Éditeur
Développeur Riot Games
Distributeur Riot Games
Concepteur Christina Norman
Rob Garret
Steve «Guinsoo» Feak
Musique Christian Linke

Début du projet 2006
Date de sortie
Version 7.16
Genre MOBA
Mode de jeu Multijoueur en ligne
Plate-forme Windows, Mac OS X
Média Distribution numérique
Langue Multilingue
Contrôle Clavier, souris

Évaluation ESRB : T ?
PEGI : 12 ?
USK : 12 ?
Moteur Propre au jeu

League of Legends (abrégé LoL, anciennement nommé League of Legends: Clash of Fates) est un jeu vidéo de type arène de bataille en ligne (MOBA) gratuit développé et édité par Riot Games sur Windows[1] et Mac OS X. Fin janvier 2013, un nouveau client bêta pour Mac a été distribué par Riot Games[2]. Le jeu a été évoqué pour la première fois le 8 octobre 2008 et est entré en phase bêta le 10 avril 2009[3].

Deux concepteurs du mod très populaire de Warcraft III, Defense of the Ancients: Allstars (plus connu sous son abréviation DotA), Steve « Guinsoo » Feak et Steve « Pendragon » Mescon, ont rejoint Riot Games pour la réalisation de League of Legends, d'où une forte similitude avec DotA. Pendragon, le directeur des relations communautés chez Riot Games, a participé à la création du site Internet de DotA: Allstars ainsi qu'à ses forums.

League of Legends devient rapidement un véritable phénomène. C'est en 2013 qu'il devient l'un des jeux les plus joués au monde[4]. Il séduit aussi le monde du sport électronique en devenant l'événement eSport le plus regardé de l'histoire, avec plus de 32 millions de spectateurs en ligne et plus de 8,5 millions de vues simultanées lors de la finale de la saison 3 du championnat du monde en 2013[5]. Le record est de nouveau battu en 2015, lors de la saison 5, avec un total de 36 millions de spectateurs et un pic d'audience de 14 millions de spectateurs[6] puis en 2016, lors de la saison 6, avec un total de 43 millions de spectateurs et un pic d'audience de 14,7 millions de spectateurs[7].

Développement[modifier | modifier le code]

L'idée de créer un successeur spirituel à Defense of the Ancients mais qui serait un jeu à part entière avec son propre moteur, plutôt qu'un autre mode de Warcraft III, a commencé à prendre forme fin 2005[8]. League of Legends est né « quand deux membres très actifs de la communauté DotA ont jugé que le jeu était si amusant et si innovant qu'il contenait les germes d'un nouveau genre et méritait d'être traité professionnellement comme un vrai jeu commercial, avec des fonctions beaucoup plus avancées et des services plus nombreux. »[8]

Riot Games a été fondé par Brandon Beck et Marc Merrill. Ils se sont associés avec les concepteurs les plus importants de DotA: Allstars : Steve « Guinsoo » Feak[réf. nécessaire] et Steve « Pendragon » Mescon[8]. Riot Games a officiellement ouvert ses bureaux en septembre 2006 et compte aujourd'hui 1000 employés (juillet 2013), qui travaillent sur League of Legends, « y compris sa plate-forme technologique robuste pour faire tourner le jeu, ainsi qu'une équipe complète dédiée aux relations avec la communauté. »[8]

D'après Marc Merrill, lors de la création des différents champions du jeu, plutôt que de les laisser entre les mains d'une petite équipe, il a été décidé de laisser choisir tous les salariés de l'entreprise en votant pour les champions qui seraient finalement intégrés dans le jeu[9].

Distribution[modifier | modifier le code]

Riot Games a signé des accords de distribution en Asie, en Europe et en Amérique du Nord. Le jeu devrait également être lancé partout ailleurs dans le monde, y compris en Australie. Les serveurs de Turquie, Japon et de Chine ont aussi été créés.

En Asie, Tencent Inc., la plus importante société de services Internet à valeur ajoutée de Chine, plus connue pour son client de messagerie instantanée QQ sera responsable de la distribution du jeu auprès de sa base de plus de 300 millions d'utilisateurs en pleine croissance et via son portail QQ Game. Cet accord est l'un des rares partenariats visant à promouvoir des jeux en ligne développés aux États-Unis directement en Chine.

Pour la distribution du jeu en Europe, Riot Games avait signé un partenariat de licence international avec GOA, le département jeu vidéo d'Orange, et le plus important portail de jeux vidéo en Europe. Depuis mai 2010, GOA a rétrocédé les droits d'exploitations et de distribution à Riot Games à la suite de la décision d'Orange d'arrêter son activité d'éditeur et de distributeur de jeux (sous la marque GOA).

En Amérique du Nord, Riot Games assure l'édition ainsi que le fonctionnement du jeu et de tous les services associés.

Le , Riot Games a annoncé que l'accès à League of Legends serait gratuit, sans « faux frais »[10],[11]. Il est possible de télécharger une copie numérique du jeu, mais une version numérique Collector est également disponible à l'achat, laquelle offre des « skins » exclusifs, 10 $ de crédits pour acheter des points Riot, vingt champions accessibles immédiatement sans qu'il soit nécessaire de les déverrouiller dans le jeu et quatre runes « spéciales » ; le pack Collector est disponible aux États-Unis en précommande pour 29,99 $[12],[13]. Bien que le jeu soit gratuit, Riot Games « prévoit de continuer à ajouter du contenu (personnages, etc.) à intervalles réguliers et de conserver une équipe de développement complète ». Le jeu étant gratuit, Riot Games espère tirer ses profits du nombre de joueurs plutôt que par la publicité[14].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Dans League of Legends, le joueur contrôle un champion. Ce champion dispose d'une attaque de base et de 5 compétences. Ses compétences ont des effets très divers (soins, attaques de zones, buffs...) et sont uniques à chaque champion. Parmi ces compétences il y a un passif (le joueur ne lance par la commande) et un ultime (le R, sa touche d'activation) qui est une compétence suprême avec des effets très importants. Avant la partie, le joueur choisit deux sorts d'invocateurs, similaires aux compétences. Ils ne sont pas en rapport avec le champion utilisé.

Déroulement d'une partie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Bien que variable, une partie de League of Legends suit un scénario relativement classique. L'objectif est de détruire le Nexus de la base adverse (le bâtiment principal) tout en protégeant le sien. Pour ce faire, l'équipe devra réussir à faire tomber les différentes tourelles protégeant la base ennemie sur au moins une des voies afin d'atteindre le nexus. On peut distinguer trois grandes phases de jeu différentes dans une partie :

La première phase, le « early-game », voit les champions se répartir sur la carte selon un schéma classique basé sur la « métagame » populaire au moment où ceux-ci jouent (cette métagame, si elle est stable dans ses fondements comme le nombre de champions sur chaque voie, voit ses détails varier énormément de temps à autre). Dans la faille de l'invocateur, la métagame est généralement représentée par cette organisation : 1 en haut, 1 au milieu, 2 en bas et un champion restant dans la jungle (le jungler). Cette configuration reste néanmoins optionnelle et peut être modifiée par certains joueurs. Cette phase se caractérise par du « farming » intensif. Cela signifie que l'on essaye de prendre l'avantage sur l'adversaire en amassant plus d'or (et donc pouvoir acheter plus d'équipement) et d'expérience que lui en tuant un maximum de sbires et (encore dans la faille de l'invocateur) les monstres neutres de la jungle (rôle généralement du jungler), ou en tuant ses adversaires. Le jungler peut à tout moment intervenir sur les différentes voies et son action peut être décisive afin de dominer celles-ci.

Le « mid-game » voit les premiers rassemblements pour des combats de groupe (team fight) entre les champions. Ces escarmouches peuvent s'articuler autour de points stratégiques notamment le dragon et le baron Nashor dans la faille de l'invocateur ou les autels de la forêt torturée. Les champions continuent en parallèle la course aux revenus et aux équipements.

Le « end-game ou late-game » est la phase durant laquelle de nombreuses tourelles sont déjà tombées et où les champions ont pu acquérir un équipement conséquent. Les batailles se font quasi-systématiquement en équipe et visent la destruction de la base adverse ou le contrôle de certains objectifs clefs.

D'un point de vue général, League of Legends, comme la plupart des MOBA, s'oriente sur 3 aspects majeurs :

  1. la capacité du joueur à gérer son personnage, de récolter de l'or et de s'équiper efficacement ;
  2. la capacité de l'équipe à jouer de manière coordonnée et cohérente aussi bien au niveau de la composition, de la gestion que du contrôle de la carte, etc. ;
  3. la capacité de gêner les deux points précités chez l'équipe adverse pour dominer et gagner.

Les différents modes de jeux et les cartes peuvent faire varier cette organisation (ici c'est surtout le mode normal dans la faille de l'invocateur qui a été décrit), par exemple le mode ARAAM n'a qu'une seule voie.

Modes de jeux[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Il existe 5 principaux modes de jeu dans League Of Legends :

  • Le mode « Normal »
  • Le mode « Classé flexible », disponible au niveau 30 et si vous avez suffisamment de champions
  • Le mode « Dominion » qui se joue en 5c5 (supprimé le 22 février 2016)[15]
  • Le mode « ARAM » (All Random All Mid, littéralement « Tous aléatoires tous au milieu »).

Normal[modifier | modifier le code]

  • Le mode Aveugle : partie en 3c3 ou 5c5 sur deux cartes différentes où le but est de détruire le nexus ennemi. La sélection des champions est libre mais les champions qu'une équipe choisit ne sont pas visibles par l'autre. Il est impossible de prendre deux champions identiques dans la même équipe.
  • Le mode Draft : chaque équipe bannit 3 champions, de plus la sélection des champions se fait tour par tour en étant visible de tous, il n'est d'ailleurs pas possible de voir deux champions identiques s'affronter dans ce mode.
  • Les parties Classées est un mode réservé aux invocateurs de niveau 30 (plus haut niveau pouvant être atteint) ayant au minimum 16 champions disponibles. Les invocateurs sont répartis en 7 divisions en fonction de leur niveau (bronze, argent, or, platine, diamant, maître (créé en septembre 2014) et challenger. À noter que le mode challenger est limité à 200 places par serveur (50 avant la saison 4) et ne contient que des joueurs de très haut niveau, souvent professionnels[réf. nécessaire]. Chaque niveau contient 5 subdivisions (ex: Bronze 5,4,3,2,1) hormis Master et Challenger, le niveau master permet aux 200 meilleurs joueurs de monter challenger toutes les 24 heures et les joueurs qui seront en dessous du top 200 challenger seront rétrogradés. À l'issue d'une partie classée, l'invocateur gagne ou perd des points de ligues en fonction de la victoire ou de la défaite, ce qui lui permet de monter ou descendre dans les niveaux cités précédemment. Pour changer de subdivision, il faut avoir un total de 100 points dans chaque subdivision des niveaux et ensuite il suffit de gagner deux parties sur les trois qui vont suivre (best of 3). Pour changer de division (autre que le passage de master à challenger), il faut avoir un total de 100 points dans la plus haute subdivision du niveau et gagner trois parties sur les cinq qui vont suivre (best of 5). Il est également possible de descendre de niveau en perdant à plusieurs reprises lorsqu'on est à 0 point.
  • Les parties classé flexible fonctionnent de la même façon que les parties classées, mais possède un classement (ou Elo) différent, permettant aux joueurs de progresser différemment par rapport au mode parties classées.
  • Le créateur d'équipe : le mode de jeu où chacun choisit son poste et son rôle. (Supprimé)

Dominion (supprimé)[modifier | modifier le code]

Le mode Dominion, qui se joue en 5c5, consiste à capturer le plus de points de capture possible pour avoir un avantage sur l'équipe ennemie. Les points de vie du Nexus (500 PV) de l'équipe possédant le moins de points de capture sont alors drainés, et cela jusqu'à ce qu'elle reprenne le dessus. L'équipe qui mène en nombre de point de capture conserve ses points de vie. L'équipe perdante est celle qui, à la fin du match, voit son Nexus dépourvu de point de vie. Dans ce mode, les champions commencent au niveau 3 et le gain automatique d'or est trois fois plus rapide que dans le mode classique. L'expérience du champion augmente aussi avec le temps, ce qui évite de trop grands écarts de niveaux lorsqu'une équipe est dominée par l'équipe adverse.

De plus, des objets présents dans le mode normal sont indisponibles tandis que d'autres, nouveaux, sont ajoutés afin de correspondre au rythme plus rapide du mode Dominion.

Le 10 février 2016, Riot Games annonça officiellement sur son site le retrait futur du mode Dominion, planifié pour le Lundi 22 février 2016. Afin de compenser symboliquement les joueurs de Dominions pour la perte de ce mode, les joueurs ayant enregistré plus de 100 victoires dans des parties Dominion avec matchmaking reçurent une icone exclusive représentant un altar du mode dominion.

ARAM (All Random All Mid)[modifier | modifier le code]

Ce mode de jeu permet d'opposer, sur une carte spéciale , deux équipes (de 5 joueurs) avec des règles différentes de celles du mode de jeu normal :

  • Il est impossible d'utiliser le rappel, de se soigner dans la plateforme d'invocation ou d'acheter des objets tant que l'on est en vie (note : le joueur peut acheter des objets quand il revit, tant qu'il ne quitte pas la base) ;
  • Les champions sont choisis au hasard parmi les champions que le joueur a à sa disposition (champion possédé + champion disponible gratuitement) avec la possibilité de relancer le tirage jusqu'à deux fois. Cette option n'est pas disponible à chaque partie, il faut cumuler un certain nombre de « points de relance » gagnés à la fin de chaque partie de type ARAM, comme l'expérience ou l'argent, pour pouvoir bénéficier d'une relance (reroll en anglais), cependant on ne peut accumuler plus de deux relances (note : les invocateurs peuvent échanger les champions entre eux s’ils le désirent et à condition que les deux personnes concernées possède le champion de l'autre) ;
  • Des bonus pouvant rendre des points de vie et du mana apparaissent sur la carte ;
  • Il n'y a qu'une seule voie, similaire à la voie du milieu en partie normale.

Les initiales ARAM viennent du nom complet All Random All Mid, ce qui signifie en français « Tous Aléatoires Tous au Milieu », ce qui explique bien les règles principales du jeu (un champion aléatoire et tous sur la ligne du milieu). Dans une partie de ARAM, les champions ayant une grande portée ou un soin sont avantagés, et le but est de rester le plus longtemps vivant pour pouvoir gagner plus d'argent et d'expérience que les adversaires. Les parties sont rapides et parfois déséquilibrées à cause de la notion aléatoire dans le choix des champions. Notons que dans les parties personnalisées, le créateur de la partie a la possibilité de décider si les champions seront choisis aléatoirement ou non. « All random » (hasard) ou bien « blind pick » (les joueurs choisissent leur champion).

Ce mode de jeu est apparu bien avant que Riot ne publie la nouvelle carte spécifique, et se déroulait en partie personnalisée sur la carte 5c5 classique. Voyant que le genre devenait assez populaire auprès des joueurs, Riot a apporté quelques modifications à la carte du Tutoriel et l'a publiée sous le nom de « Centre d'entraînement » puis, plus tard, a créé une nouvelle carte « L'abîme Hurlant(Howling Abyss en anglais) » et son nouveau mode de jeu ARAM disponible depuis l'onglet PvP. La carte reprend tous les principes instaurés auparavant par les joueurs et permet de faire des parties sans craindre que de mauvais joueurs aillent sur d'autres voies, achètent des objets interdits, etc.

Modes temporaires[modifier | modifier le code]

Riot teste régulièrement de nouveaux modes de jeu, certains pouvant être implantés définitivement dans le jeu[16]

Le quatrième trimestre 2013 voit temporairement l'apparition de deux nouveaux modes de jeu :

  • L’Épreuve du Solstice permet de jouer en 1c1 ou 2c2 sur la carte de l'Abîme Hurlant. La victoire peut s'obtenir de trois manières différentes :
    • En tuant 100 sbires
    • En détruisant une tourelle
    • En tuant un champion en 1c1 ou deux champions en 2c2[17].
  • Le mode Un pour tous, qui consiste à choisir le même champion pour chacune des équipes sur le principe d'un vote par majorité. Ce mode exclusif a été retiré temporairement le 2 décembre 2013.

Durant l'année 2014 Riot teste d'autres modes de jeux :

  • Le mode Hexakill (en français Sextuplé) disponible du 20 février au 2 mars, qui permet de jouer en 6v6 sur la carte de la faille de l'invocateur[18] (en général avec un second jungler).
  • Le mode Ultra Rapid Fire (U.R.F., référence à Urf, projet de champion abandonné[19]), disponible du 1er au 15 avril[20], où tous les champions profitent de bonus dont une réduction des délais de récupérations des sorts de 80% et une jauge de mana infinie, ce qui cause des parties beaucoup plus intenses : par exemple, un champion qui doit normalement attendre pour utiliser une capacité particulièrement puissante peut alors l'utiliser très souvent[21].
  • Le mode Chambre de Magma "1v1 ou 2v2" était prévu pour l'année 2014, Ce mode fut dévoilé lors des All Stars 2013. Il fut annulé quelques semaines après la fin du mode de jeu « Snowdown Showdown »[22]
  • Le mode Ascension qui a été créé avant la sortie du nouveau personnage Azir et qui se déroulait sur la carte avant utilisée par le mode Dominion : la Brèche de Cristal, le but étant de capturer des reliques et être le plus puissant (bonus de PV, de dégâts et de puissance) en tuant Xerath, appelé alors "Transfiguré".
  • Le mode Hexakill dans la forêt torturée (en français Sextuplé) connu un bref retour entre le 24 octobre et 4 novembre. Durant cette période, il fut implanté sur la carte de la Forêt Torturée à la place de la carte de la faille de l'invocateur.
  • Le mode Doom Bots sur la faille de l'invocateur qui permet de s'opposer a des bots (personnages contrôlés par l'ordinateur) qui cependant disposent de sorts améliorés. On peut notamment voir des passifs activés durant toute la partie ou des sorts qui se multiplient rendant la tâche difficile pour le joueur. Ce mode est disponible selon 3 niveaux de difficultés. En 2016 le mode Doom Bots a été mis à jour. Il n'y a plus 3 mais 100 niveaux de difficulté.
  • Le mode Légende du Roi Poro, se déroulant dans l'Abîme Hurlant, où les champions ne disposent que de deux sorts d'invocateur : le premier, le « lancer de poro », inflige des dégâts à longue portée et marque un adversaire ; le sort peut être réutilisé dans la foulée pour permettre au champion de se téléporter sur l'ennemi. Si l'équipe totalise dix lancers de poro réussis, le Roi Poro est invoqué : ce tank inflige des dégâts de zone, soigne ses alliés et intercepte les lancés de poros adverses. Le deuxième sort d'invocateur permet à un champion de l'équipe ayant invoqué le Roi Poro de se téléporter sur lui. Il ne peut pas y avoir deux Rois Poro simultanément sur la carte.

Modes de jeu de l'année 2015 :

  • Le mode Draft des Némésis, disponible depuis le 12 février 2015 et se déroulant sur la faille de l'invocateur. Il s'agit là d'un draft inversé, chaque équipe bannit 3 champions puis choisit les champions que l'équipe adversaire va jouer.
  • Le mode Ultra Rapid Fire (U.R.F., référence à Urf le lamantin, projet de champion abandonné[19]), disponible du 1er au 15 avril[23], où tous les champions profitent de bonus dont une réduction des délais de récupérations des sorts de 80% et une jauge de mana infinie, ce qui cause des parties beaucoup plus intenses : par exemple, un champion qui doit normalement attendre pour utiliser une capacité particulièrement puissante peut alors l'utiliser très souvent. C'est le poisson d'avril de League of Legends.
  • Le mode Hexakill dans la forêt torturée (en français Sextuplé) connu un retour du 28 mai au 11 juin à nouveau dans la carte de la Forêt Torturée.

Modes de jeu de l'année 2016

Chaque week-end : du Vendredi midi au Lundi midi est disponible un mode de jeu supplémentaire, variant en fonction des semaines.

Modes présents:

- Hexakill

- URF

- One for all (Un pour tous en français), chaque personne de l'équipe vote pour un champion qui, s'il est élu, sera joué par tous les membres de l'équipe. Ce mode de jeu dispose également de bannissements.

- La Légende du Roi Poro : une ARAM où l'on choisit son champion et où l'on peut invoquer le Roi des Poros.

- L'Ascension : jeu sur la Brèche de Cristal où l'on doit capturer le plus de reliques pour gagner. Une relique est égale à 3 points. (Le total étant de gagner 100 points). De plus, on peut tuer un monstre neutre à l'effigie du champion Xerath pour gagner des points et des bonus.

Cartes[modifier | modifier le code]

Il existe au total 4 cartes :

  • La Faille de l'Invocateur : Cette carte destinée au combats 5c5, est constituée de 3 voies et de 2 jungles séparées par une rivière, entourant la voie centrale.
  • La Forêt Torturée : Il s'agit d'une forêt obscure accueillant des combats 3c3 avec 2 voies et 1 jungle.
  • L'Abîme Hurlant : Une carte destinée aux combats en mode ARAM 5c5 avec 1 voie, une atmosphère polaire et dépourvue de jungle.
  • La Brèche de Cristal (temporaire): Cette carte était utilisée en mode Dominion ; elle est constituée de 5 cristaux répartis de manière circulaire par rapport au centre de la carte ; cette carte a été supprimée depuis le 22 février 2016, puis a été réactivée pour le nouveau mode de jeu temporaire Ascension.

Chaque carte est symétrique et composée d'une ou plusieurs voies avec entre elles une jungle. Les voies sont formées d'un inhibiteur et de plusieurs tourelles.

Chaque équipe dispose d'une base, c'est à l'intérieur que se trouvent les inhibiteurs (les tourelles qui les protègent se trouvent en bordure de les base), les tourelles de nexus et le nexus lui-même. Chaque base dispose d'une fontaine, c'est la zone ou le champion apparaît et peut acheter des objets, tant qu'il reste dedans il a une régénération de vie et de mana boosté. Si un champion ennemie entre dans la fontaine un rayon provenant d'une tourelle dans la fontaine le vise immédiatement et il perd très rapidement de la vie (il mourra très rapidement s'il ne sort pas).

La Faille de l'Invocateur[modifier | modifier le code]

La première carte annoncée, la Faille de l'Invocateur (5c5), est similaire à la carte de DotA. La carte est divisé en deux via un axe de symétrie Nord Ouest-Sud Est (elle est représentée par une rivière). Chaque camps est composé de trois voies avec chacune trois tourelles. Le nexus est protégée par deux tourelles qui doivent toutes les deux êtres détruites pour pouvoir l'attaquer.

Ces voies sont reliées entre elles par un espace neutre appelé « jungle » dans lequel se trouvent des mobs (monstres) dit « neutres ». Ces monstres n'attaque jamais le champion à moins que celui ci l'attaque, comme les sbires ils octroient de l'or, de l'expérience et parfois des bonus temporaires plus ou moins importants (par exemple la Sentinelle Bleue (buff blue) qui apporte une régénération de mana accrue et une réduction de délais de récupération ou le Roncier Rouge (buff red) qui permet d'appliquer un ralentissement et des dégâts lors des attaques de base).

La rivière fais partie de la jungle, ont y retrouve deux monstres épiques : les dragons et le Baron Nashor. Les tuer rapporte de l'or; de l'expérience et un bonus à toute votre équipe.

Les différents dragons apparaissent toutes les 6 minutes et y reste jusqu'à être tué ou remplacé par un autre dragon. Les tuer rapportent l'enchantement Tueur de Dragons à toute l'équipe. Depuis le patch 6.9, les dragons ont été retravaillés en plusieurs types élémentaires[24].

Nom Élément Bonus
Dragon infernal Feu Dégâts d'attaques et puissance
Dragon des montagnes Terre Dégâts bruts aux monstres épiques et aux tourelles
Dragon des océans Eau Régénération de la vie et du mana
Dragon des nuages Air Vitesse de déplacement en dehors des combats

Le dragon ancestral apparaît à partir de la 35e minute puis toutes les 10 minutes. Quand il est tué il donne pendant 2 minutes une amélioration des buffs des dragons élémentaires et permet aux attaques de bases et aux sorts de brûler l'ennemie. Le Baron Nashor est précédé du Hérault de la Faille. Le Baron est le monstre le plus difficile à tuer, mais il donne un buff important sur les sbires, les statistiques et le rappel est plus rapide.

La Faille de l'Invocateur a été retravaillée en plusieurs versions : « été », « automne » (version Halloween) et « hiver » (version Noël). Seuls les graphiques change, l'architecture de la carte reste inchangée. Spécialement pour l'hiver 2011, La Faille de l'Invocateur version hivernale est réapparue, avec quelques modifications[25].

La Faille de l'Invocateur fut l'objet de critiques car elle n'était pas parfaitement équilibrée. En effet, en avril 2014, l'équipe bleue avait 57% de chance d'y gagner, contre 43% pour l'équipe violette[26], ce qui pourrait être, pour certains non pas à cause de la carte, symétrique, mais à cause de la caméra en vue isométrique ou de l'interface située en bas de l'écran : aucune cause n'est pour le moment établie avec certitude.

En décembre 2014, la Nouvelle Faille de l'Invocateur a fait son apparition dans les serveurs publics. Elle a été totalement retravaillée (jungle, architecture des bases, tourelles, sbires...).

La Forêt Torturée[modifier | modifier le code]

La Forêt Torturée (3c3) est une carte plus petite que la Faille de l'Invocateur. Elle ne dispose que de deux voies, chacune composés de trois tourelles, de l’inhibiteur, le nexus n'est protégée que par une tourelle. C'est une carte très technique du fait de sa forme et surtout du nombre de joueurs. En effet, une erreur en 5c5 est bien moins grave qu'une erreur en 3c3 qui pourra modifier totalement le cours de la partie. C'est pourquoi, dans ce mode, adopter la prudence ou attaquer en groupe très tôt sont des tactiques efficaces. Cette carte possède deux autels, un de chaque côté de la carte qui devra être capturé pour obtenir un buff (+3 pièces d'or par ennemi tué pour un autel possédé, +10 % d'attaque pour le second autel et +10% de puissance si les deux autels sont possédés). Les parties en forêt torturée (généralement 20 à 30 minutes) durent en moyenne moins longtemps que les parties en faille de l'invocateur (souvent de l'ordre de 30 à 45 minutes) et fut aussi beaucoup utilisée pour les parties personnalisées en 1c1 jusqu'à ce que le Centre d'Entrainement sorte, suivi de l'Abîme hurlant. Le Baron de Nashor n'est pas présent sur cette carte mais est remplacé par une araignée géante (Vilemaw) qui une fois vaincu donne à toute l'équipe de l'or et un buff de 10 % de vitesse d'attaque et de la réduction des délais de récupération.

L'Abîme Hurlant[modifier | modifier le code]

En début d'année 2012, Riot Games annonce qu'une nouvelle carte sera disponible : Centre d'Entrainement, mais uniquement pour les parties personnalisées. C'est la carte du tutoriel du jeu, légèrement modifiée pour correspondre au mode de jeu ARAM. Certains objets ne sont pas achetables et d'autres règles existent sur cette carte. Un an plus tard, Abîme hurlant, une nouvelle carte introduite à la version 3.6 du jeu remplaça le Centre d'Entraînement. Un matchmaking spécial fût instauré dans le même patch, avec un système de relance, pour échanger aléatoirement le champion accordé au début de partie. Cette carte se compose d'une seule voie créant un chemin entre les deux bases, composées de deux tours, d'un inhibiteur, deux tourelles du nexus, et d'un Nexus pour chaque camp. L'histoire du jeu indique que le pont qui enjambe l'Abîme hurlant se situe aux endroits les plus profonds de Freljord, un monde de League of Legends.

La Brèche de Cristal (temporaire)[modifier | modifier le code]

En septembre 2011 est apparue une nouvelle carte : la Brèche de Cristal. Celle-ci offre un tout nouveau mode de jeu appelé Dominion[27], basé sur la capture de points stratégiques. Il existe cinq points de capture en tout sur la carte : la raffinerie, l'ossuaire, la carrière, la foreuse et le moulin. Contrôler plus de points que l'adversaire endommagera son nexus. La première équipe dont les PV du nexus atteignent zéro perd la partie. Le style de jeu de cette carte est beaucoup plus frénétique, l'or et l'expérience sont gagnés plus rapidement, le temps passé mort est réduit. Une partie dans la Brèche de Cristal dure environ 15 minutes à 25 minutes. La balise de base est remplacée par un objet permettant de ressusciter instantanément en échange d'une charge (des charges sont ajoutées en fonction du niveau du champion et il ne peut y avoir que deux charges par objet). Le rappel est aussi plus rapide que pour la faille de l'invocateur.

Le mode de jeu Dominion a été supprimé durant l'année 2016. Quelques mois plus tard, un nouveau mode de jeu temporaire est apparu : L’ascension (voir dans les modes de jeu temporaires), qui a permis de rouvrir cette carte.

PNJ et bâtiments[modifier | modifier le code]

Les PNJ dans League of Legends sont essentiellement les monstres neutres de la jungle, ceux ci attaquent dès qu'un champion le blesse, il le poursuit sur une certaine distance puis revient là où il était. Certains champions (par exemple Heimerdinger) créent également des PNJ.

Sbires et tourelles[modifier | modifier le code]

Ces PNJ contrairement aux autres servent directement l'équipe.

Les sbires sont des petits humanoïdes en capes, ils apparaissent régulièrement depuis la base et avance continuellement sur la voie où ils apparaissent (ils n'iront jamais dans la jungle)[28]. Ils en existent trois types, certains attaquent avec des épées au corps à corps, d'autres attaquent à distance tels des magiciens, les sbires de sièges ont des sortes de canons et sont surtout efficaces contre les tourelles[29].

Les tourelles (ce ne sont pas de personnages à proprement parler) sont des tours avec un cristal qui envoie régulièrement des décharges qui font beaucoup de dégâts.

Ces deux éléments partagent la même IA, ils préfèrent attaquer les sbires (c'est votre chair à canon pour attaquer les tourelles) et les bâtiments (tourelles, inhibiteurs, nexus). Ils attaquent la même cible continuellement (les attaquer ne changera rien) jusqu'à la tuer ou qu'elle soit hors de portée. Cependant si un champion blesse un autre champion alors tous les sbires (et la tourelle éventuelle) à proximités vont attaquer le champion.

Principes de jeu[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs modes de jeu : le mode normal PvP, le mode Draft, les parties d'entraînement face à l'IA, l'ARAM (champions aléatoires sur une seule lane), un mode entraînement ainsi qu'un mode PVP en trois contre trois et parfois, des modes temporaires.

Le jeu se décompose en sessions, avec deux équipes qui s'affrontent par le biais de champions invoqués par les joueurs, lesquels incarnent des invocateurs[11],[30].

Cosplay du personnage de Sejuani (AnimeFest de Brno, 2014).

Au début de chaque bataille, chacun des joueurs peut choisir un champion qui va le représenter au combat. Il peut choisir parmi plus de cent-trente champions (dont dix gratuits changés chaque mardi) et « acheter plus de 200 objets uniques » pour créer des combinaisons efficaces au combat. League of Legends comprend trois paliers d'objets[13],[31]. Il y a les objets de base (potions, élixirs ou balises de vision qui offrent des bonus temporaires ou permettent aux champions de se régénérer), les objets du deuxième palier offrent des améliorations permanentes (caractéristiques ou des capacités de combat), enfin, le dernier palier regroupe les objets légendaires, créés en combinant plusieurs objets des paliers inférieurs[31]. De plus, 3 objets différents (appelées reliques) qui servent (directement ou non) à déterminer la position des champions ennemis, sont disponibles. Cependant, ces balises ne sont pas disponibles dans tous les modes de jeu. Une grande partie de ces objets confèrent des effets passifs ou actifs souvent plus complexes qu'une simple augmentation de statistiques (ralentissement des ennemis touchés par un sort, saignement, révélation d'une partie de la carte, etc.)

League of Legends comprend un élément persistant, l'invocateur, qui sert à représenter le joueur à la manière d'un avatar et à déterminer les statistiques et les scores de celui-ci. Au cours de sessions temporaires de jeu, l'invocateur fait intervenir des champions qui influencent l'issue de la partie de façon dynamique[30]. Les champions peuvent gagner des niveaux d'expérience sur les champs de bataille (alias les « Champs de justice »), jusqu'au niveau 18 maximum (le champion peut cependant aller jusqu'au niveau 30 dans le mode de jeu U.R.F (Ultra Rapid Fire)). Chaque champion dans League of Legends offre un style de jeu différent, allant du champion spécialiste du soutien (« support ») au mage infligeant des dégâts élevés en une courte période de temps (« nuker »)[32]. Au fur et à mesure que le champion gagne des niveaux, il voit ses caractéristiques, ses points de vie et son mana augmenter. Il gagne également des points de compétence qui lui permettent d'apprendre de nouvelles compétences ou d'en améliorer : ces compétences sont au nombre de 4, et sont uniques et différentes pour chaque champion. Les champions gagnent également de l'or, acquis principalement en tuant les champions ennemis, ainsi que les monstres et sbires contrôlés par l'IA ou en détruisant des tours. Cet or peut être dépensé à la boutique située à la base pour acheter de nombreux objets qui confèrent des talents ou des bonus particuliers à votre champion sur le terrain.

Invocateur[modifier | modifier le code]

L'invocateur est l'élément persistant du jeu, a contrario des sessions de jeu qui sont du même style que DotA[30]. Un joueur dans League of Legends incarne un invocateur : un lanceur de sorts talentueux qui a le pouvoir de faire intervenir un champion qui le représente sur les champs de bataille de Valoran. L'invocateur contrôle le champion lors du combat, mais il influe également sur le résultat de la partie grâce, notamment, à ses sorts et à ses runes.

Lorsqu'un combat est terminé, l'invocateur gagne des points d'expérience et d'influence. Les points d'expérience permettent à l'invocateur de monter de niveau (jusqu'au niveau 30) et d'accroître ses pouvoirs[33], tandis que les points d'influence (PI) lui permettent d'accéder à de nouveaux champions et à des runes (citées plus haut) supplémentaires pour les combats à venir[34]. Il est aussi possible d'acheter des « Riot Points » (RP) (moyennant de l'argent réel) qui permettent d'acquérir de nouveaux champions et « skins » (modifications de l'apparence du champion)[11]. On notera que le niveau de l'invocateur n'influe pas directement sur la puissance des champions en jeu et sert plus à représenter l'expérience du joueur.

Le joueur dispose d'un profil d'invocateur qui lui permet de garder la trace de ses victoires/défaites/abandons, expérience, niveau, runes, historique des matches, statistiques en mode classé, champions possédés et disponibles, ainsi que des champions les plus joués[11]. Plusieurs options de recherche et de tri sont disponibles pour accéder aux champions et en acheter[11].

Les sorts d'invocateur peuvent être utilisés lors des sessions de jeu, mais seuls deux sorts peuvent être utilisés pendant une même partie[11]. Ces sorts influent sur le jeu et sont liés à un délai de réutilisation, à la différence de ceux des champions qui réclament du mana, de l'énergie ou encore des points de vie[11].

L'invocateur peut utiliser des runes qui améliorent les capacités de combat de leur champion[11]. Il existe quatre types de runes : les glyphes (runes magiques, 9 au niveau 29), les marques (runes offensives, 9 au niveau 27), les sceaux (les runes défensives, 9 au niveau 28) et les quintessences (runes surpuissantes et polyvalentes, 3 au niveau 30)[11]. Il y a trois paliers de runes : plus le palier est élevé, plus l'effet de la rune est puissant[11]. Les invocateurs peuvent utiliser une rune par niveau de puissance dans League of Legends et ils conservent leurs runes dans un livre de runes. Avant le début du match, un invocateur peut choisir parmi au maximum 20 configurations de runes différentes qu'il possède déjà dans son livre de runes[11]. Les runes peuvent être achetées avec des points d'influence (PI) (gagnés dans le jeu)[35].

Chaque invocateur possède également un arbre de talents personnalisable et ses maîtrises[11]. Il y a plusieurs catégories de maîtrises : Férocité, Ingéniosité, Volonté (anciennement offensives, défensives et utilitaires[36]). Le joueur peut modifier son arbre de maîtrises selon ses besoins[11]. Depuis fin mai 2011, il est possible de sauvegarder plusieurs pages de maîtrises.

Champions[modifier | modifier le code]

Liste de personnages[modifier | modifier le code]

Nombre de champions actuels : 134

Classes et sous-classes[modifier | modifier le code]

Les champions sont répartis en plusieurs classes et sous-classes : tanks (initiateurs, gardiens), combattants (colosses, blitzers), tueurs (assassins, escarmoucheurs), mages (mages à burst, mages de combat, mages artilleurs), contrôleurs (enchanteurs, piégeurs), tireurs[37].

Sport électronique et scène compétitive[modifier | modifier le code]

Compétition masculine[modifier | modifier le code]

Saison (année) Équipe championne du monde Équipe finaliste
1 (2011) Fnatic Europe Against All Authority Drapeau de la France
2 (2012) Taipei Assassins (en) Drapeau de la République de Chine Azubu Frost (en) Drapeau de la Corée du Sud
3 (2013) SK Telecom T1 (en) Drapeau de la Corée du Sud Star Horn Royal Club (en) Drapeau de la République populaire de Chine
4 (2014) Samsung Galaxy (en) Drapeau de la Corée du Sud Star Horn Royal Club Drapeau de la République populaire de Chine
5 (2015) SK Telecom T1 Drapeau de la Corée du Sud Koo Tigers (en) Drapeau de la Corée du Sud
6 (2016) SK Telecom T1 Drapeau de la Corée du Sud Samsung Galaxy Drapeau de la Corée du Sud

League of Legends connaît un grand succès sur la scène compétitive. En 2010, la finale des World Cyber Games à Los Angeles accueille un tournoi pour League of Legends mettant aux prises des équipes du monde entier (Chine, Europe et Amérique). La victoire revient à l'équipe américaine Counter Logic Gaming, qui gagne le prix de 7 000 dollars[38].

Un palier est franchi dans la scène e-sport lors des championnats de la saison 1 à la DreamHack, en Suède en juin 2011. L'équipe européenne Fnatic bat des équipes d'Europe, des États-Unis et d'Asie pour gagner les 50 000 dollars de récompense du tournoi (qui offrait en tout 100 000 dollars de récompenses)[39]. Durant cette compétition, plus d'1,6 million de personnes ont regardé la retransmission sur internet, avec un pic à 210 000 spectateurs pour la simple demi-finale[40].

Le succès de la saison 1 a poussé l'éditeur à annoncer un total de 5 000 000 dollars de prix pour la saison 2[41].

Un match au Gamescom 2014.

Le 13 octobre 2012, l'équipe de Taiwan Taipei Assassins bat l'équipe sud-coréenne Azubu Frost 3 à 1 en finale des championnats de la saison 2, et reporte le prix d'un million de dollars[42]. La finale réunit plus de 8 000 spectateurs dans un stade à Los Angeles, et est suivie par plus de 8,2 millions de spectateurs sur Internet[43].

En France, le tournoi Tales of the Lane organisé par Chips et Noi en novembre 2012 regroupe les meilleures équipes européennes. Sa particularité était l'utilisation de la production communautaire pour son financement[43]. Un autre tournoi, la Lyon E-Sport, est aussi organisé à Lyon depuis 2011[44].

En 2013, après diverses qualifications, la saison 3 regroupe 8 équipes européennes et 8 équipes nord-américaines dans deux championnats hors-ligne. Des championnats asiatiques sont aussi créés, ainsi que d'autres championnats par région ou pays. Chaque joueur et structure reçoit un salaire. À la fin de la saison, les 14 meilleures équipes disputent la phase finale mondiale des LCS au Staples Center à Los Angeles, du 15 septembre au 4 octobre 2013. À cette occasion, le Département d'État des États-Unis a reconnu les grands joueurs de sport électronique comme sportifs professionnels afin de faciliter leur obtention des visas nécessaires pour se rendre à la compétition[45]. L'équipe vainqueur remporte un million de dollars et il est annoncé un total de 8 millions de dollars de prix pour l'ensemble de la saison 3[46].

Le tournoi des All Stars a été organisé à la mi-saison [Laquelle ?] par Riot Games [pas clair] les fans devaient sélectionner les meilleurs joueurs à chaque poste sur les continents américain, européen, chinois, coréen et taïwanais. Les vainqueurs ont été les Coréens. Ils sont ainsi récompensés par l'obtention d'une place en plus, et donc une équipe supplémentaire pour représenter la Corée lors de la grande finale au Staples Center. Le tournoi réunit plus de 18 millions de téléspectateurs via les plates-formes de streaming[47]. Depuis la saison 5 (2015), ce tournoi est remplacé par le Mid Saison Invitational, un tournoi qui réunit chaque meilleure équipe par région de la première partie de saison.

Le championnat de la saison 3 se déroulant devant 13 000 spectateurs au Staples Center de Los Angeles est remporté par l'équipe coréenne SK Telecom 1 3 à 0 contre l'équipe chinoise Royal Club[48] ; il est diffusé en France sur la chaîne Nolife. Plus de 32 millions de personnes ont suivi la finale à travers le monde[49], ce qui en fait l'événement le plus regardé de l'histoire du sport électronique[50].

Depuis la saison 3, Riot verse un salaire aux équipes des LCS. Les gains de joueurs professionnels peuvent s'élever à plus de 600 000 euros par an pour les meilleurs, en comptant récompenses, salaire fixe et marketing[51].

Du 8 au 11 mai 2014, les All Stars ont eu lieu au Zénith de Paris et réunissent plus de 6 000 spectateurs ainsi que plusieurs millions en streaming sur internet[52].

Le championnat du monde de la saison 4[53] s'est déroulé du 18 septembre au 19 octobre 2014 à Taipei (Taïwan) et Singapour pour les matchs de groupe, la ville de Busan (Corée) a accueilli les quarts de finale. Les demi-finales et la finale ont été jouées à Séoul (Corée du Sud). La grande finale a été disputée au stade de la Coupe du monde de Séoul devant 40 000 spectateurs et remportée par l'équipe coréenne Samsung Galaxy White 3 à 1 contre l'équipe chinoise Star Horn Royal Club.

En 2016 les Worlds ont été remporté par SKT T1 en battant les Samsung Galaxy en finale 3 à 2 ce qui a fait de SKT T1 la team triple championne du monde et reste invaincue en championnat.

En France, le PSG annonce en octobre 2016 la création d'une section sport électronique, le Paris Saint-Germain eSports, avec Yellowstar, ancien joueur professionnel de League of Legends, comme directeur[54],[55]. La structure, qui dispose d'un budget de plusieurs millions d'euros, comprend une équipe FIFA et projette la création d'une équipe League of Legends[56].

Compétition féminine[modifier | modifier le code]

Comme dans d'autres disciplines majeures de l'esport en équipe, par exemple Counter-Strike: Global Offensive, les équipes de League of Legends sont très rarement mixtes, bien que les tournois soient en théorie ouverts à tous les genres sans distinctions. La première joueuse à se qualifier aux LCS, en théorie mixtes, est Maria "Remilia" Creveling[57]. Lorsqu'elle annonce vouloir quitter l'équipe Renegades avant le début des LCS, elle subit des pressions du propriétaire de l'équipe, qui sera sanctionné pour "maltraitance de joueur" par Riot[58]. Une nouvelle joueuse, Audrey "AudreyLaSapa" Coent, rejoint l'équipe mixte européenne Unicorns of Love en 2016, en tant que support remplaçante[59].

Une étude d'ESPN auprès de joueurs professionnels européens et américains trouve que 27% des sondés émettent une réserve au fait d'ajouter une joueuse à une équipe mixte, en particulier pour éviter qu'elle soit un "quota" et non un choix plus compétent que ses concurrents masculins ainsi que pour éviter toute attirance romantique qui pourrait nuire à la cohésion de l'équipe[59].

Accueil et critique[modifier | modifier le code]

League of Legends a reçu des critiques globalement favorables. Il détient en février 2015 un score Metacritic de 78 sur 100, basé sur 37 critiques[60].

Le jeu a fait l'objet de critiques pour le manque de fiabilité des serveurs ainsi qu'un gameplay non modéré (joueurs agressifs, harcèlement)[réf. souhaitée]. Cependant, un système de signalement (ou de report) a été mis en place, principalement lors de harcèlement verbal, de perturbation intentionnelle de jeu, de rester AFK pendant de longues périodes de temps ou de quitter le jeu en pleine partie. Le cumul de « reports » entraîne à terme la fermeture du compte du joueur à travers un système à plusieurs étapes passant par des avertissements et des fermetures temporaires. De plus, un système de liste noire permet d'ignorer les joueurs malpolis ou injurieux.

Le même système inclut également la possibilité d'« honorer » un joueur pour son comportement positif durant la dernière partie.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le , dans un message adressé aux joueurs des différentes plates-formes, le Président de Riot Games annonça que le jeu avait atteint un niveau sans précédent d'inscrits. En effet, il compte plus de 30 millions d'inscrits, dont 4 millions d'actifs. Aux moments de grande affluence, plus de 500 000 personnes jouent simultanément, et chaque seconde 10 parties sont créées[61].

En juillet 2012, Xfire a publié un rapport indiquant que League of Legends a été le jeu PC le plus joué en Amérique du Nord et en Europe, avec 1,3 milliard heures de connexion par les joueurs utilisant Xfire et League of Legends simultanément entre juillet 2011 et juin 2012[réf. nécessaire].

En mars 2013, Riot Games annonce 5 millions de connexions simultanées et que le nombre moyen d'heures jouées à League of Legends à travers le monde est de 1 milliard par mois[62]. En octobre 2013, Riot Games annonce 70 millions d'inscrits, dont 32 millions d'actifs[63]. Début 2014, Riot Games annonce que 67 millions de joueurs jouent à League of Legends chaque mois et jusqu'à 7,5 millions de joueurs simultanément[64]. En 2016 riot Games annonce 100 millions de joueurs actifs.

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Date Récompense Catégorie Résultat
IGN PC Best Strategy Game 2009 Readers' Choice Vainqueur[65]
GameSpy Gamers' Choice Awards 2009 PC Gamers' Choice Vainqueur[66]
1st Game Developers Online Choice Awards Audience Award Vainqueur[67]
Golden Joystick Award Online Game Of The Year Vainqueur[68]
Golden Joystick Award Meilleur Free to play Vainqueur[69]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.leagueoflegends.com/.
  2. Bêta de League of Legends pour Mac en environnement de test (PBE) https://support.leagueoflegends.com/entries/23004278-beta-de-league-of-legends-pour-mac-en-environnement-de-test-pbe.
  3. http://forums.leagueoflegends.com/board/showthread.php?t=2918.
  4. League of Legends, le jeu-vidéo qui séduit le monde.
  5. Un championnat, 32 millions de spectateurs
  6. « Worlds 2015 Viewership | League of Legends », sur euw.leagueoflegends.com (consulté le 20 mars 2016)
  7. « Chiffres du Championnat du monde 2016 | League of Legends », sur euw.leagueoflegends.com (consulté le 11 décembre 2016)
  8. a, b, c et d (en) Ford, Suzie, « League of Legends: Marc Merrill Q&A », WarCry Network, (consulté le 19 juillet 2009).
  9. (en) 2.o, Sir-G, « E3 '09: League Of Legends: Clash of Fates - Riot Games Founder Inteview », True Game Headz, (consulté le 19 juillet 2009).
  10. (en) « League of Legends is Free », Riot Games, (consulté le 19 juillet 2009).
  11. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m http://euw.leagueoflegends.com/fr/site/2016-season-update/preseason.html
  12. (en) « League of Legends is Free thread page 12 », Riot Games, (consulté le 19 juillet 2009).
  13. a et b (en) « Pre-Order the League of Legends Digital Collector's Pack », Riot Games, (consulté le 19 juillet 2009).
  14. (en) « League of Legends is Free Forum page 13 », Riot Games, (consulté le 19 juillet 2009).
  15. « Fin du mode Dominion | League of Legends », sur euw.leagueoflegends.com (consulté le 20 mars 2016)
  16. http://euw.leagueoflegends.com/fr/news/game-updates/features/apercu-des-modes-de-jeu-duree-limitee
  17. Agahnon, « L'épreuve du Solstice est disponible sur League of Legends », sur http://www.jeuxonline.info, (consulté le 5 avril 2014)
  18. Brackhar, « Arrivée du Sextuplé ! », sur http://euw.leagueoflegends.com, (consulté le 5 avril 2014)
  19. a et b [1]
  20. Pabro, « le futur d'Ultra Rapid Fire », (consulté le 5 avril 2014)
  21. Ayasta, « L'Ultra Rapid Fire, le poisson d'avril de League of Legend », sur http://hitek.fr, (consulté le 5 avril 2014)
  22. Showdown & Magma Chamber Info
  23. Pabro, « le futur d'Ultra Rapid Fire », (consulté le 5 avril 2015)
  24. « Changement du Dragon en Saison 6 - League of Legends », sur www.millenium.org (consulté le 11 juillet 2017)
  25. Annonce sur le forum officiel francophone faite le 16 septembre 2010
  26. Pourcentages de victoire de l'équipe bleue contre l'équipe violette
  27. http://dominion.leagueoflegends.com/fr
  28. « Guide du débutant | League of Legends », sur gameinfo.euw.leagueoflegends.com (consulté le 11 juillet 2017)
  29. Ils disposent tous d'effets bénéfiques faces aux tourelles.
  30. a, b et c (en) « League of Legends FAQ », Riot Games (consulté le 19 juillet 2009).
  31. a et b (en) « League of Legends FAQ », Riot Games (consulté le 19 juillet 2009).
  32. (en) « League of Legends Champions », Riot Games (consulté le 19 juillet 2009).
  33. Notamment par le biais d'un arbre de maîtrises et l'obtention de nouveaux emplacements de runes.
  34. En détail : les points d'influence sont gagnés à la fin de chaque match sur les champs de justice. La récompense varie en fonction de la durée de jeu, de l'issue du match, du score, et du « bonus de première victoire ».
  35. (en) « Riot Games Summoner FAQ Page », Riot Games, (consulté le 19 juillet 2007).
  36. « Mise à jour de la saison 2016 », sur euw.leagueoflegends.com (consulté le 20 mars 2016)
  37. Modification des sous-classes, site officiel. Consulté le 18 jullet 2017.
  38. (en) WCG 2010 prize money + distribution revealed .
  39. (en) Fnatic hxd Harry Wiggett, « FnaticMSI.LoL are DHS Champions! Winning $50,000 », FNATIC.com, (consulté le 7 décembre 2011).
  40. (en) John Funk, « The Escapist : News : League of Legends Championship Draws 1.69 Million Viewers », The Escapist, (consulté le 7 décembre 2011).
  41. (en) « League of Legends Season 2 » (consulté le 31 décembre 2011).
  42. (en) « Taipei Assassins triumph in 'League of Legends' world finals » (consulté le 14 octobre 2012).
  43. a et b Paris : les joueurs de League of Legends s'offrent un tournoi, Figaro.fr, publié le 12 novembre 2012.
  44. DM, « League of Legends : le rendez-vous à Gerland », sur francetvinfo.fr, (consulté le 16 mars 2016)
  45. http://www.polygon.com/2013/7/12/4518936/competitive-gaming-recognized-in-u-s-as-a-pro-sport
  46. http://www.polygon.com/2013/7/11/4514840/league-of-legends-season-3-world-championship-final-staples-center
  47. http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/08/27/la-video-nouvel-enjeu-du-jeu_3467149_651865.html
  48. Culture Geek : quand le jeu vidéo se transforme en sport de haut niveau - 08/10, Reportage BFM TV.
  49. L'audience de la finale de la saison 3 a dépassé les 32 millions, Thunderbot.
  50. 32 million viewers: League of Legends boasts 'most watched esports event in history', The Wired, publié en novembre 2013.
  51. League of Legends : 600 000 euros par an pour l'un des meilleurs joueurs, PcInpact, mis en ligne le 22 octobre 2013.
  52. Adrien Pécout, « Profession champion de jeux vidéo », sur Le Monde.fr, (consulté en octobre 2014)
  53. « Programme des championnats du monde 2014 », sur League of Legends France, (consulté le 3 novembre 2014)
  54. Sébastien Nieto, « E-sport : voici l'équipe 2.0 du PSG ! », sur Le Parisien.fr, (consulté en octobre 2016)
  55. William Audureau, « Ce sera intéressant de voir le PSG et Monaco s’affronter en e-sport » (interview), sur Le Monde.fr, (consulté en octobre 2016)
  56. Paul Arrivé, « Bora «Yellowstar» Kim : «Quand tu signes au PSG, tu te dois de faire des résultats» », sur L'Équipe.fr, (consulté en octobre 2016)
  57. (en) Yannick LeJacq, « The League Of Legends Championship Series Has Its First Woman Player », Kotaku,‎ (lire en ligne)
  58. (en) « New details emerge on banned League of Legends team Renegades », pcgamer,‎ (lire en ligne)
  59. a et b « LCS : Sondage sur les salaires & joueuses - League of Legends », sur www.millenium.org (consulté le 16 juin 2017)
  60. (en) « League of Legends for PC », sur Metacritic (consulté le 13 février 2015)
  61. Word from de President & Executive Producer Marc Merrill, sur le site officiel.
  62. http://www.riotgames.com/articles/20130312/700/league-legends-players-summit-new-peak
  63. http://uk.ign.com/articles/2013/10/18/league-of-legends-infographic-highlights-eye-popping-numbers
  64. http://www.cachem.fr/league-legends-67-millions-joueurs-mensuel/
  65. (en) « PC Best Strategy Game Readers' Choice 2009 », IGN, (consulté le 28 mai 2011).
  66. (en) « PC Gamers' Choice 2009 », GameSpy, (consulté le 28 mai 2011).
  67. (en) « Riot's League of Legends Leads Game Developers Choice Online Award Winners », Gamasutra, (consulté le 28 mai 2011).
  68. (en) « GJ10: Online Game Of The Year is... », sur http://www.computerandvideogames.com, (consulté le 25 mars 2014).
  69. (en) « Portal 2 Tops Golden Joystick Winners », Gamasutra, (consulté le 22 octobre 2011).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]