Jana Bittnerova

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jana Bittnerova
Image dans Infobox.
Jana Bittnerova en 2012
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Jana Bittnerova (ou Jana Bittnerová selon la graphie slovaque) est une comédienne et actrice franco-slovaque née le à Zlaté Moravce en Tchécoslovaquie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Jana Bittnerova naît dans une famille qui éveille son goût pour l’art dès sa plus tendre enfance. Elle débute sur les planches dans sa ville natale de Zlaté Moravce en Tchécoslovaquie (actuelle Slovaquie) à l’âge de 10 ans. Après huit ans passés dans une compagnie locale de théâtre amateur, elle s’inscrit en 1981 à la Faculté de théâtre de l’Académie d’Art Dramatique et de Musique de Bratislava. Les deux premières années, elle étudie dans la classe du professeur Karol L. Zachar (sk), artiste national. Parmi ses pédagogues figurent de nombreux comédiens de renom tels que Ladislav Chudík (en), Dušan Jamrich (sk) et Božidara Turzonovová (en).

Débuts et révélation[modifier | modifier le code]

Dès sa première année d’études, Jana Bittnerova apparaît dans les cabarets Rýchlokurz geniality (« Cours intensif du génie ») et Fujarová šou (« Spectacle de chalumeau ») sous la direction de Lanny Jánošov. À partir de 1981, elle joue également dans de nombreuses pièces de théâtre télévisées, notamment sous la direction du très connu Jozef Bednárik (sk). En quatrième année d’études, elle est invitée à jouer pour la première fois sous la direction de Karol Spišák (sk) au Théâtre Andrej Bagar de Nitra. En juin 1985, elle rejoint sa troupe en tant que membre permanent.

Succès au théâtre[modifier | modifier le code]

Au sein de la troupe permanente du Théâtre Andrej Bagar de Nitra, Jana Bittnerova interprète des dizaines de rôles. Elle apparaît aux côtés des comédiens reconnus comme Eva Pavlíková (en), Marián Slovák (sk), Ján Gallovič (sk), Adela Gáborová (en), Marta Sládečková (sk), Jozef Dóczy (sk), Ivan Vojtek Jr. ou Robert Roth. Les spectateurs peuvent la voir dans des pièces comme La Petite Catherine de Heilbronn, où elle incarne le personnage principal de Catherine, ou Le Conte du tsar Saltan, où elle interprète le rôle de l’impitoyable Militris. Elle joue également Sonetka, un des personnages principaux de Lady Macbeth du district de Mtsensk, ainsi que Nicole dans la fameuse pièce de Molière Le Bourgeois gentilhomme. Parmi ses rôles importants, il ne faut pas oublier Florence dans Čudná pani Savageová (The Curious Savage (en)), Hanka dans la pièce Pacho sa vracia (« Pacho est de retour ») du réalisateur slovaque Martin Ťapák ou le personnage de la Charmante Li dans l’adaptation de J. Bednárik (sk) d’un grand classique de la littérature chinoise Jin Ping Mei, présenté au Théâtre Andrej Bagar comme Pôvabné ženy v bohatom dome alebo Ťin pching mei (« Femmes charmantes dans une maison luxueuse ou Jin Ping Mei »).

En 1989, Jana Bittnerova figure parmi les membres fondateurs du collectif indépendant Teatro Tatro, un projet artistique unique en son genre. Sous la direction d’Ondrej Spišák, elle y interprètera notamment le double rôle de la mère dans la pièce Sire Halewyn du dramaturge belge Michel de Ghelderode. En tant que personnage principal du monodrame Salomé de Jana Juráňová, Jana Bittnerova apparaîtra dans pas moins de 150 représentations à travers toute la Tchécoslovaquie entre 1989 et 1992.

Grâce à son métier de comédienne, elle voyage beaucoup. Sa troupe est régulièrement invitée à jouer à Bratislava et à Prague mais les passionnés de théâtre ont la possibilité de la voir également à Budapest, Cracovie, Zakopane, Saint-Pétersbourg ou Moscou.

Premiers pas à la télévision[modifier | modifier le code]

Parallèlement à sa carrière prometteuse au théâtre, Jana Bittnerova fait ses premiers pas à la télévision, notamment grâce aux pièces de théâtre télévisées particulièrement à la mode en Tchécoslovaquie de l’époque. Elle apparaît également dans les téléfilms Živý sen (« Rêve lucide ») et Májový víkend (« Un week-end de mai ») de Miloš Pietor, Nábrežie (« Quai ») et Dúhová cesta (« Route irisée ») de Peter Opálený, où elle incarne le personnage principal Hanka. Elle interprète le rôle de Marta dans le téléfilm Miesto pre dvoch osamelých cyklistov (« Une place pour deux cyclistes solitaires ») de Dodo Banyák. Sous la direction de Soňa Valentová (en), elle joue Mária dans le téléfilm Plánka (« Pommier sauvage »). Jana Bittnerova apparaît aussi dans de nombreux contes télévisés réalisés par Jozef Bednárik (sk) comme Zbojnícke fašiangy (« Carnaval des bandits ») et Noc pred Kračúnom (« La Nuit avant le solstice d’hiver ») ainsi que Dunajské rozprávky (« Contes de Danube »), une histoire qui se déroule en trois parties. Elle joue également le rôle de Jiřina dans le téléfilm …kone na betóne (sk) (« …les chevaux sur le béton ») de Stanislav Párnický, une suite libre du grand classique tchécoslovaque Pásla kone na betóne (sk) (« Elle faisait paître les chevaux sur le béton », sorti en anglais sous le titre She grazed horses on concrete).

Départ en France et nouvelle famille théâtrale[modifier | modifier le code]

En 1992, Jana Bittnerova part en France pour effectuer un stage au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris. Elle intègre la classe de Stuart Seide et Mario Gonzalez. Ce séjour artistique dans la Ville Lumière lui plaît tant qu’elle décide de s’installer durablement à Paris. À partir de 1996, elle joue dans différents théâtres à Paris et en Île-de-France. Elle trouve ses marques dans l’ambiance familiale du Théâtre de la Tempête, où elle apparaîtra, sous la direction de Philippe Adrien, dans plusieurs pièces telle qu’Ivanov de Tchekhov ou dans le projet collectif Théâtre à vif : Rêves. Sous la direction de Laurence Renn Penel, elle incarne Aglaé dans la pièce Misterioso-119 de l’auteur contemporain ivoirien Koffi Kwahulé. Au fil du temps, Jana Bittnerova commence à jouer dans les plus grands théâtres parisiens, notamment au Théâtre du Châtelet, au Théâtre des Champs-Élysées, au Théâtre national de Chaillot ou dans les fameux opéras Garnier et Bastille.

En tant que comédienne-mime, elle travaille avec les réalisateurs et metteurs en scène mondialement connus tels que Richard Jones (en), Bob Wilson, Yánnis Kókkos, Fanny Ardant, Zabou Breitman, Martin Duncan ou James Gray. Elle n’oublie pas pour autant ses racines : en 2018, en collaboration avec la compagnie An Telenner, elle prépare une représentation de la pièce Liberté, égalité, électricité ou Jules Verne en Tchécoslovaquie de Viliam Klimáček (sk), que ce dramaturge slovaque a écrite en français à l’occasion du centenaire de la fondation de la Première République tchécoslovaque. Cette lecture-concert a symboliquement lieu au Centre tchèque de Paris dans le 6e arrondissement, à l’endroit-même où le document fondateur de cette première Tchécoslovaquie a été signé.

Séries télévisées et apparition sur grand écran[modifier | modifier le code]

Le talent de Jana Bittnerova ne tarde pas à attirer l’attention des réalisateurs TV et cinéma en France et à l’étranger. Depuis 2002, on peut la voir non seulement à la télévision française mais aussi dans les cinémas à travers le monde. Parmi les séries les plus connues où elle apparaît, il faut citer Léa Parker, Avocats et Associés, L’Homme de la situation, Le Bureau des légendes (où elle incarne le personnage d’Angela), ou Femmes de loi (où elle joue le rôle de l’assistante du docteur Persan). Elle travaille avec des acteurs français de renom, tels que Jean-Pierre Darroussin, Michel Jonasz, Natacha Amal ou Sonia Rolland. Côté téléfilms, il ne faut pas oublier Un homme parfait de Didier Bivel, où Jana Bittnerova apparaît aux côtés de Loïc Corbery de la fameuse Comédie-Française.

De plus en plus souvent, le public l’aperçoit également sur grand écran. Elle joue dans les films comme Merci Docteur Rey, Lesní chodci (« Promeneurs forestiers »), Paradise Found (sorti en France sous le titre Gauguin), Camille redouble, Dans la maison, Les Yeux jaunes des crocodiles, Microbe et Gasoil, Dheepan, La Mélodie, Miss ou L’Étreinte, qui devrait sortir prochainement. Jana Bittnerova travaille sous la direction des réalisateurs de renom tels qu'Andrew Litvack, Mario Andreacchio, Yann Gozlan, Jean-Pierre Mocky, François Ozon, Michel Gondry, Jacques Audiard, Ruben Alves ou encore Benoît Delépine et Gustave Kervern. Elle apparaît aux côtés des grandes stars de cinéma, à savoir Jane Birkin, Nastassja Kinski, Michel Vuillermoz, Fabrice Luchini, Kristin Scott Thomas, Emmanuelle Seigner, Audrey Tautou, Camille Cottin, Lambert Wilson, Kad Merad ou Emmanuelle Béart. Dans Telle mère, telle fille, Jana Bittnerova incarne la professeure de ballet qui donne des cours à Mado (Juliette Binoche) et Charlotte (Stéfi Celma). Dans I Feel Good, qu’elle est venue présenter en personne au festival du film francophone de Bratislava Crème de la crème, Jana Bittnerova joue le rôle de Béatrice, une comptable un peu fofolle tellement marquée par la vie qu’elle a oublié son rêve d’enfance – devenir actrice. Heureusement, elle rencontre Jacques (Jean Dujardin) et sa sœur Monique (Yolande Moreau) qui l’entraîneront dans une série d’aventures incroyables et transformeront sa vie en une véritable comédie.

Jana Bittnerova apparaît également dans plusieurs courts métrages, dont Le Cri du homard de Nicolas Guiot, qui a reçu le César du meilleur court métrage en 2013. Elle y joue aux côtés de Miglen Mirtchev, Tatiana Gontcharova et Anton Kouzemin. Dans le film documentaire 1905, l’année lumière, elle incarne la mère d’Einstein, Pauline. L’actrice ne manque pas non plus d’expérience dans le domaine de la musique – on peut la voir dans les vidéoclips des chansons Millénaire (One Shot) et You Don’t Have to Tell me (Slow Joe and the Ginger Accident).

Radio[modifier | modifier le code]

Grâce à sa voix sonore et sa diction professionnelle, Jana Bittnerova se fait valoir également à la radio française. Les auditeurs de France Culture et France Inter ont la possibilité de l’entendre depuis plusieurs années dans différentes adaptations radiophoniques des pièces de théâtre, contes, nouvelles et romans. Elle a prêté sa voix aux personnages de nombreuses pièces radiophoniques, notamment L’Horreur se joue à guichets fermés, Ivan le Terrible, Automne à Berlin, Passé recomposé, Les Passagers du Roissy-Express ou Orson Welles dans la ruelle d’or, qui raconte le voyage de ce réalisateur américain à Prague. Jana Bittnerova a joué aussi dans l’adaptation radiophonique du Château de Franz Kafka ou dans celle de La Supplication : Tchernobyl, chroniques du monde après l’apocalypse, qui a valu le Prix Nobel de littérature à son auteure Svetlana Aleksievitch en 2015.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

  • 2018 : Le Créneau (Bumper) de Nirina Ralantoaritsimba : Madame Martin, monitrice d’auto-école
  • 2014 : Les Nautres d’Olivier Duchêne : secrétaire
  • 2012 : Le Cri du homard (César du meilleur court métrage en 2013) de Nicolas Guiot : Olga

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]


Clips vidéo[modifier | modifier le code]

Théâtre (liste non-exhaustive)[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Drame[modifier | modifier le code]

Opéra, ballet et autres[modifier | modifier le code]

En Slovaquie[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Pièces radiophoniques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]