The Bassarids

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’opéra ou l’opérette image illustrant la musique classique
Cet article est une ébauche concernant l’opéra ou l’opérette et la musique classique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

The Bassarids est un opéra en un acte de Hans Werner Henze sur un livret de W. H. Auden et Chester Kallman d'après la pièce Les Bacchantes d'Euripide (-405). Il est créé au festival de Salzbourg le dans une traduction allemande par Maire Basse-Sporleder sous la direction de Christoph von Dohnányi avec Kerstin Meyer. La version en anglais est créée en 1968 par le compositeur, même si la version allemande continue aujourd'hui à être jouée. L’œuvre est aujourd'hui l'un des opéras les plus joués de la seconde moitié du XXe siècle.

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Dionysos, ténor
  • Tiresias, ténor
  • Cadmus, basse
  • Agaue, mezzo-soprano
  • Beroe, contralto
  • Capitaine de la garde, baryton
  • Pentheus, roi de Thèbes baryton
  • Autonoe, soprano
  • Chœur de gardes, servantes, citoyens, bassarides.

Instrumentation[modifier | modifier le code]

Argument[modifier | modifier le code]

À Thèbes, le vieux roi Cadmus a cédé le pouvoir à son petit-fils Penthée, austère et rigoureux. La ville est en proie au doute : la fille de Cadmus, Sémélé, a-t-elle été unie à Jupiter ? En est-il né un nouveau Dieu, Dionysos? C'est ce que pensent de nombreux Thébains, dont le devin aveugle Tirésias, d'autres sont plus indécis (Cadmus ou la mère de Penthée, Agaue), mais le roi Penthée interdit qu'un culte soit rendu à Dionysos et à Sémélé. Quand paraît un étranger, il entraîne avec lui une bonne partie du peuple thébain avec lui pour célébrer le nouveau culte bacchique. Amené devant Penthée qui menace de le mettre à mort, l'étranger le trouble au point que Penthée, déguisé en femme, part assister au culte. Il est mis à mort par les Bacchantes, dont sa propre mère, Agaue. L'étranger n'est autre que Dionysos lui-même, venu se venger du sort fait à sa mère et à lui-même. Cadmus, Agaue et sa sœur Autonoe sont exilés.