Jacques Le Brun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacques Le Brun
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Jacques Marie Albert Le BrunVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
René Pintard (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jacques Le Brun (né à Paris le et mort dans la même ville le ) est un historien des religions français, moderniste et spécialiste de l'histoire et de la littérature catholiques du XVIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Le Brun fait ses classes préparatoires au lycée Henri-IV à Paris, puis obtient l'agrégation de lettres classiques et commence par enseigner en lycée[1]. Ses premiers travaux portent sur Bossuet avec un diplôme de l'École pratique des hautes études, intitulé Bossuet et les psaumes. Il participe dès le début des années 1960 au Groupe de la Bussière qui regroupe de jeunes historiens cherchant à refonder la recherche en matière d'histoire religieuse. Il soutient en 1971 une thèse de doctorat intitulée La Spiritualité de Bossuet[2], sous la direction de René Pintard (de) à la Sorbonne.

Jacques Le Brun est maître de conférences à l'université de Poitiers[3], puis il enseigne à l'école pratique des hautes études, section des Sciences religieuses, de 1978 à 2000. Il est nommé directeur d'études, titulaire de la chaire d'histoire du catholicisme moderne[4]. . Parallèlement à ses recherches, il est également éditeur scientifique des œuvres et correspondances de Fénelon et consacre des ouvrages biographiques à divers mystiques comme Angelus Silesius[3].

Il a également été membre de l'École de psychanalyse Sigmund Freud[3].

Jacques Le Brun meurt de la Covid-19 le à l’âge de 88 ans[5].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Bossuet, Paris - Bruges, Desclée de Brouwer, 1970.
  • Les opuscules spirituels de Bossuet : recherches sur la tradition nancéienne, Nancy, Berger-Levrault, 1970.
  • La spiritualité de Bossuet, Paris, C. Klincksieck, 1972 ; rééd. remaniée et augmentée, 2002 sous le titre La spiritualité de Bossuet prédicateur.
  • Le pur amour de Platon à Lacan, Paris, Éditions du Seuil, 2002.
  • La jouissance et le trouble : recherches sur la littérature chrétienne de l'âge classique, Genève, Droz, 2004.
  • Le pouvoir d'abdiquer : essai sur la déchéance volontaire, Gallimard, 2009.
- Prix Monseigneur-Marcel 2010 de l’Académie française
  • Sœur et amante : les biographies spirituelles féminines du XVIIe siècle, Genève, Droz, 2013.
  • Dieu, un pur rien : Angelus Silesius, poésie, métaphysique et mystique. Éditions du Seuil, 2019.
  • Le Christ imaginaire au XVIIème siècle, Éditions Jérôme Millon, 2020.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Kalifa, « L’historien Jacques Le Brun rejoint ses mystiques », Libération 7 avril 2020.
  2. Jean Orcibal, « J. Le Brun. La spiritualité de Bossuet », Revue de l'histoire des religions, vol. 185, no 1,‎ , p. 91-93 (lire en ligne, consulté le 8 avril 2020).
  3. a b et c Dominique Kalifa, « L'historien Jacques Le Brun rejoint ses mystiques », Libération, 7 avril 2020.
  4. Voir sa notice biographique sur le site des Éditions du Cerf.
  5. Nicolas Turcev, « Coronavirus: décès de l'historien Jacques Le Brun », Livres Hebdo, 6 avril 2020.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Impensable qui fait penser : Histoire, théologie, psychanalyse, sous la direction de Pierre-Antoine Fabre, Annie Tardits et François Trémolières, Le Genre humain, no 48, éditions du Seuil.

Liens externes[modifier | modifier le code]