Maxence Caron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caron.
Maxence Caron
Description de cette image, également commentée ci-après
Maxence Caron, en 2009.
Naissance
Marseille
(Bouches-du-Rhône)
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français

Œuvres principales

  • Heidegger - Pensée de l'être et origine de la subjectivité (2005)
  • Microcéphalopolis (2009)
  • La Vérité captive - De la philosophie (2009)
  • Pages (2009)
  • Le Chant du Veilleur (2010)

Maxence Caron, né en 1976 à Marseille, est un écrivain, philosophe, poète et musicologue français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Agrégé de philosophie en 1999 et docteur en philosophie en 2003[1], il est l'auteur de textes littéraires (Pages...), de poèmes, de plusieurs ouvrages sur la pensée allemande (Heidegger, Hegel) ou sur saint Augustin. Enfin d'un ouvrage dans lequel il développe un système philosophique[2] faisant une large place à la littérature[3].

Il a reçu le prix Biguet de l'Académie française en 2006 pour Heidegger - Pensée de l'être et origine de la subjectivité[4],[5] .

Maxence Caron est catholique. Il affirme l'importance de l'Église catholique romaine pour la pensée[6],[7] .

Il fut éditeur au Cerf pendant dix ans [8] où il publia plusieurs œuvres du répertoire classique de la philosophie (La Métaphysique d'Aristote de Ravaisson, les Discours sur les Psaumes de saint Augustin, dont il signe entre autres les préfaces) et plusieurs livres de penseurs contemporains (Jean-François Marquet, Rémi Brague...). Il fonda et dirigea au Cerf la collection « Les Cahiers d'histoire de la philosophie » dont parurent quatorze titres avec, à leur tête, Jean-Marie Vaysse, Jocelyn Benoist, Jean-François Courtine, Claude Romano, Chantal Delsol, Pierre Magnard, Thierry Gontier, Camille Riquier, Thierry-Dominique Humbrecht, Julie Casteigt. La collection a pour but "d'établir un état des lieux et des recherches" sur les auteurs majeurs de l'histoire de la philosophie[9]. De 2006 à 2014, elle rassemble en d'imposants ouvrages collectifs [10]plus de cent-cinquante auteurs parmi des spécialistes nationaux et internationaux d'un sujet donné. La plupart des titres de la collection sont disponibles mais celle-ci est demeurée en suspens après que Maxence Caron eut quitté le Cerf en 2014[11]. Il est depuis 2013 éditeur pour la collection « Bouquins » chez Robert Laffont[12].

Pianiste et musicologue, Maxence Caron est diplômé de différents conservatoires nationaux de musique (Rueil, Cergy, Paris) en plusieurs domaines[13]. Il en achève les cursus en 1990[14]. Ses textes musicaux portent essentiellement sur la musique allemande de Jean-Sébastien Bach à Gustav Mahler[15].

Candidat à l'Académie française le , au fauteuil de Jean Dutourd[16], il ne recueille aucun suffrage à chacun des trois tours[17].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Maxence Caron-Parte, Lire Hegel, Paris, Ellipses, coll. « Philo-sup », , 94 p. (ISBN 978-2-7298-0012-3, notice BnF no FRBNF37109268).
  • Maxence Caron, Saint Augustin : La Trinité, Paris, Ellipses, coll. « Philo-textes », , 94 p. (ISBN 978-2-7298-2110-4, notice BnF no FRBNF39230883).
  • Maxence Caron (préf. Jean-François Marquet), Heidegger, pensée de l'être et origine de la subjectivité, Paris, Éditions du Cerf, coll. « La Nuit surveillée », , 1753 p. (ISBN 978-2-204-07732-3, notice BnF no FRBNF39947137)
    Version remaniée d'une thèse de doctorat en philosophie, soutenue en 2003 devant l'université Paris I, sous le titre « Heidegger et l'origine de la subjectivité ».
  • Maxence Caron, Introduction à Heidegger, Paris, Ellipses, coll. « Philo-sup », , 94 p. (ISBN 978-2-7298-2420-4, notice BnF no FRBNF40005548).
  • Maxence Caron (préf. Bernard Mabille), Être et identité : méditation sur la logique de Hegel et sur son essence, Paris, Éditions du Cerf, coll. « Passages », , 365 p. (ISBN 978-2-204-08024-8, notice BnF no FRBNF40122270).
  • Maxence Caron, La Vérité captive - De la philosophie : système nouveau de la philosophie et de son histoire passée, présente et à venir, Paris, Éditions du Cerf, , 1119 p. (ISBN 978-2-204-09003-2, notice BnF no FRBNF42085426)
    Coédition : Fribourg, Ad Solem, (ISBN 978-2-940402-52-6). [présentation en ligne][18].
  • Maxence Caron, Pages : le sens, la musique et les mots, Biarritz, Séguier, , 427 p. (ISBN 978-2-84049-589-5, notice BnF no FRBNF42121749).
  • Maxence Caron, Microcéphalopolis : roman, Versailles, Via Romana, , 48 p. (ISBN 978-2-916727-43-1, notice BnF no FRBNF41421695)[présentation en ligne]
  • Maxence Caron, La Pensée catholique de Jean-Sébastien Bach : la “Messe en si”, Versailles, Via Romana, , 273 p. (ISBN 978-2-916727-68-4, notice BnF no FRBNF42157058).
  • Maxence Caron, Le Chant du veilleur : poëme symphonique, Versailles, Via Romana, coll. « Via Cantica » (no 1), , 264 p. (ISBN 978-2-916727-87-5, notice BnF no FRBNF42328536)
    Le titre de l'ouvrage recourt à la typographie « poëme », ordinairement remplacée, au moins depuis le XXe siècle, par la graphie « poème ».
  • Maxence Caron (postface Chantal Delsol), Philippe Muray, la femme et Dieu, Perpignan, Artège, , 155 p. (ISBN 978-2360400447, notice BnF no FRBNF42548159)
  • Maxence Caron, L'Insolent, Éditions Nil, coll. « Les Affranchis », , 602 p. (ISBN 978-2841115679).
  • Maxence Caron, Journal inexorable, Via Romana, coll. « L'absolu », , 780 p. (ISBN 979-1090029309).
  • Maxence Caron, Improvisation sur Heidegger, Paris, Éditions du Cerf, coll. « Passages », , 224 p. (ISBN 978-2204097802).
  • Maxence Caron (préf. Alfred Eibel), Bréviaire de l'Agnostique, Paris, Ed. Pierre-Guillaume de Roux, , 154 p. (ISBN 978-2363710642, notice BnF no FRBNF43826825)
  • Maxence Caron, Le Contrepoint de Hegel, Paris, Vrin, coll. « Problèmes & Controverses », , 176 p. (ISBN 978-2711625383, notice BnF no FRBNF43774570).
  • Maxence Caron, La Satire Foutre, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Tibi », , 160 p. (ISBN 978-2251690032, notice BnF no FRBNF43778212).
  • Maxence Caron (postface Romain Debluë), Portrait de l'Artiste en Glenn Gould - Tractatus de Musica, Paris, Ed. Pierre-Guillaume de Roux, , 213 p. (ISBN 978-2363710949, notice BnF no FRBNF43885990)
  • Maxence Caron, De l'Art comme Résistance à l'Implication Politique, Paris, Editions Séguier, , 624 p. (ISBN 978-2840496885).
  • Maxence Caron, La Transcendance offusquée (De la philosophie, II), Belles Lettres, 2018.
Direction d'ouvrages

Contributions[modifier | modifier le code]

  • Passion du Fils et impassibilité du Père : la solution de Hegel et ses limites, in Revue des Sciences philosophiques et théologiques, Tome 89, n°3, Vrin, 2005.
  • Le Principe chez saint Augustin, in Bernard Mabille (dir.), Le Principe, Vrin, 2006.
  • Préface de Ravaisson, Essai sur la Métaphysique d'Aristote, Ed. du Cerf, 2007.
  • Sur la question du corps dans la pensée de Heidegger - De Sein und Zeit aux Séminaires de Zollikon, in Archives de Philosophie, Tome 71, 2008.
  • La lecture heideggerienne de Kant, in Jean-Marie Vaysse (dir.), Kant, Ed. du Cerf, 2008.
  • Préface de Saint Augustin, La vraie religion, Via Romana, 2010.
  • Chant de l'âme dans le Corps mystique (poème), in La confiance, POESIEDirecte, n° 17, 2010.
  • Hymne au Nom du Seigneur (poème), in Le Nom, POESIEDirecte, n° 18, 2011.
  • Regard dans l'avivement futur (poème), in Jacques de Guillebon (dir.) L'homme a-t-il besoin du Christ?, Via Romana, 2011.
  • La pensée catholique de J.-S. Bach, in Revue L'Infini, n° 115, Gallimard, 2011.
  • Âme, musique et apocalypse chez Céline, in Revue L'Infini, n° 121, Gallimard, 2012.
  • Le désir d'avenir, c'est maintenant !, in L'Atelier du Roman, n° 73, Flammarion, 2013.
  • Verbe et vie de saint Augustin, préface de saint Augustin, Sermons sur l'Ecriture, Robert Laffont, coll. « Bouquins », (ISBN 978-2221138182, notice BnF no FRBNF43809958), p. I à LIX.
  • Muray chez sosialistes et rathées, in La Revue littéraire, n° 57, éd. Léo Scheer, 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice SUDOC.
  2. Voir la longue étude de J.-J. Flammang, Un nouveau système de la philosophie et de son histoire, paru dans la Warte du Luxemburger Wort le 3 décembre 2009. Voir aussi l'analyse de J.-L. Vieillard-Baron in Revue philosophique, n° 2/2011.
  3. Maxence Caron, La Vérité captive - De la philosophie, Les Éditions du Cerf, (ISBN 978-2-204-09003-2)
  4. « Prix Biguet »
  5. Le Monde des religions, 16/12/2010
  6. « Le seul espoir vient de l’Église, qui ex cathedra voit en la foi et la raison les deux ailes du Saint-Esprit », entretien avec Jacques de Guillebon, dans La Nef, février 2010.
  7. Le Monde des religions, Henri de Monvallier, "Maxence Caron, du doute à la foi", 29/10/2013
  8. Voir ici cette page d'informations sur l'auteur
  9. Voir l'avant-propos et la 4e de couverture du premier volume, Heidegger, paru en 2006.
  10. 550 pages en moyenne, le maximum pouvant atteindre 800 pages.
  11. Voir les informations sur ce site.
  12. Voir les informations du site des éditions Robert Laffont.
  13. « Fiche de Maxence Caron », Séguier
  14. Voir cette archive
  15. Maxence Caron, Pages : Le Sens, la musique et les mots, Séguier, (ISBN 978-2-840-49589-5)
  16. Académie française
  17. Election de Michael Edwards
  18. à écouter sur ce thème, l'entretien avec Raphaël Enthoven, Etre et temps 5/5, sur http://www.franceculture.fr/emission-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance-etre-et-temps-55-la-verite-comme-devoilement-2011-0

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]