Menahem Macina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Menahem Macina
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (81 ans)
Nationalité
Activité

Menahem Macina, né le , aussi connu sous le nom de Menahem Robert Macina, est un chercheur et auteur français spécialisé dans les domaines du judaïsme, du christianisme et dans l’histoire des relations judéo-chrétiennes Il a été animateur de sites web sur les relations judéo-chrétiennes et sur l’actualité politique de l’État d’Israël, notamment du site de l’Union des patrons et des professionnels juifs de France (UPJF).

Biographie[modifier | modifier le code]

Menahem Macina est licencié d’histoire de la Pensée juive à l’Université hébraïque de Jérusalem. Il a été chercheur et maître de conférences invité dans plusieurs universités et institutions françaises et belges, notamment sur les relations entre judaïsme et christianisme dans l’histoire[1]. Il est l’auteur de nombreux articles spécialisés, essentiellement consacrés à l’étude des conceptions eschatologiques et messianiques dans le judaïsme et le christianisme.

Il a publié plusieurs ouvrages théologiques principalement consacrés à la spécificité et à la complémentarité des confessions de foi juive et chrétienne, et rédigés d’un point de vue chrétien. Ses analyses mettent en regard les sources et les traditions juives et chrétiennes et puisent abondamment dans l’Ancien Testament, le Nouveau Testament, ainsi que dans l’exégèse rabbinique et les écrits des Pères de l’Église grecs, latins et syriaques (exégèse nestorienne).

Intellectuel engagé, il a été le premier à dénoncer publiquement la présence de passages antijudaïques dans l’édition de 1994 de la Bible des Communautés chrétiennes[1],[2]. L’épiscopat français reconnut cette erreur et cette édition fut finalement retirée de la vente[1]. Menahem Macina est aussi un des animateurs de plusieurs sites web dédiés au judaïsme. Ses contributions portent tant sur la théologie que sur l’histoire des relations judéo-chrétiennes. Chroniqueur politique controversé[3], il commente également l’actualité de l’État d’Israël et plus particulièrement la perception qu’en ont les nations occidentales. Il a ainsi été plusieurs années responsable éditorial du site de l’Union des patrons et professionnels juifs de France. Il est aussi à l’origine du site Riv Tsion qui rassemble de nombreux documents sur le thème des relations entre Juifs et Chrétiens et sur la place particulière que tient Israël dans celles-ci[4],[5].

En 2009, à la fin de son ouvrage Chrétiens et juifs depuis Vatican II, paru en 2009, Menahem Macina donne un témoignage sur son propre cheminement. Celui-ci, d’après Jean Duhaime et Michel Remaud apporte un éclairage singulier sur ses recherches et engagements[4],[5]. Baptisé dans l’Église catholique par sa mère non pratiquante, il est profondément touché, humainement et spirituellement, à 22 ans, par le drame de la Shoah, qu’il découvre sous un jour nouveau grâce au livre Le bréviaire de la haine de Léon Poliakov. Ce drame personnel se traduit, d’après son propre témoignage, par un renouvellement de sa relation à Dieu et une volonté de réparation pour ce drame du génocide commis contre les Juifs. Dans les années 1970, il part vivre en Israël. Il s’y convertit, en 1977, à la religion juive. Toutefois, sans renier son identité religieuse juive, il assume aussi son identité chrétienne. Il l’exprime ainsi dans cet ouvrage : « Ma foi chrétienne en la messianité du Christ est totalement indissociable de ma foi juive dans “le Royaume qui vient, de notre père David” (cf. Marc 11,10). Ma foi chrétienne dans l'accomplissement des Ecritures et des prophéties dans le Christ est totalement inséparable de ma foi juive dans le rétablissement du peuple juif et de la royauté messianique (cf. Ac 1, 6). »[4],[6].

Quelques thèmes de recherche et questions disputées[modifier | modifier le code]

Les travaux de l’auteur[7] abordent librement diverses questions controversées, afférentes au contentieux doctrinal et historique multiséculaire entre Chrétiens et Juifs:

  • La personnalité énigmatique d’Élie le prophète et son rôle eschatologique[8],[9],[10].
  • Le millénarisme et le réalisme du Royaume eschatologique sur la terre, dont certains Pères décrivent les modalités[11],[12].
  • Shoah : repentance et non-repentance chrétiennes[13],[14],[15],[16].
  • Contentieux non apuré concernant l'attitude de l'Eglise et de ses fidèles à l'égard des Juifs, durant la Seconde Guerre mondiale[17].
  • L’abus de l’apologétique dans la défense du rôle de l’Église en faveur des Juifs durant la Solution finale[18],[19],[20].
  • Les différends théologiques et les questions controversées qui opposent encore Juifs et Chrétiens[21],[22].
  • La persistance de motifs antijudaïques dans les commentaires chrétiens de l'Ecriture[23].
  • Persistance d'une théologie de la substitution, malgré les avancées de Vatican II[24].
  • Les Chrétiens et leur clergé sont-ils toujours persuadés que le peuple juif doit se convertir à la foi chrétienne pour être sauvés[25] ?
  • Les aspects positifs du dialogue entre Chrétiens et Juifs[26],[27].
  • Pierres d'attente pour une théologie chrétienne du Judaïsme[28].

Point de vue sur Israël et webmestre de upjf.org[modifier | modifier le code]

Menahem Macina est un chroniqueur politique engagé[5] et polémique[3] du conflit israélo-palestinien. Il a été plusieurs années webmestre du site upjf.org et administre deux sites personnels: rivtsion.org (« La cause de Sion ») et debriefing.org, où il commente notamment le sujet[29]. Il est également blogueur sur The Times of Israel[30].

Sur le site de l'upjf, Menahem Macina déclare qu'à « l’UPJF, nous ne cachons pas nos convictions. Nous défendons bec et ongle Israël. Même si parfois nous nous montrons critiques envers sa politique, nous faisons bloc »[31]. Le MRAP a critiqué Menahem Macina dans ce contexte, « cité en tant que témoin de moralité (sic) au procès du responsable d'un des sites contenu dans la nébuleuse liberty-web/sos-racaille, amisraelhai.org[32], qui avait appelé au lynchage des 'mauvais juifs' » et qui « lors du procès qui a abouti sur une forte condamnation d'Alexandre Attali, a refusé de se prononcer sur la nature du site fasciste CPIAJ, qui propose de faire 'partir les palestiniens en fumée noire', CPIAJ étant pour lui un site collègue juste un peu turbulent »[33].

Il peut également être virulent. En avril 2004, il attaque l'auteur d'un blog pro-palestinien. Il écrit que « la dérision est une manière élégante d’évacuer, sur la tête de ceux qui les provoquent, les diarrhées causées par leurs galimatias » et dénonce « le Robespierre d’un Weblog qui (...) mène à la guillotine de l'opinion publique - à laquelle il donne en pâture les « usual suspects » d’islamophobie et de philo-israélisme -, une petite charretée de sites et organisations qui osent soutenir l’État-bouc émissaire de tous les péchés du monde, qui porte le nom honni d’Israël. »[34].

En mars 2009, Menahem Macina est au centre d'une polémique. Il publie sur le site de l'UPJF un article intitulé : « Sur Mars comme sur la terre: photos exceptionnelles de la planète ! ». Le dernier de ces clichés présente un groupe de martiens manifestant sous la banderole : « Musulmans, restez chez vous. »[35],[31]. En réaction, l'hebdomadaire Marianne dénonce qu'il considère être une « blague douteuse » et se plaint de l'aplomb de Menahem Macina, webmestre du site[35] qui confirme être le seul responsable de la publication et son texte nuancé : « C’est écrit “Restez chez vous” et pas “Rentrez chez vous” ». Et de poursuivre : « La France a perdu la tête. Aujourd’hui, vous pouvez rouler le pape dans la merde, mais vous ne pouvez pas toucher une plume de l’islam. C’est pourquoi je veux bien reconnaître une faute de goût, mais je précise que, dans le 'contexte actuel', qui est un contexte de peur, l’islamophobie est devenue le nouveau mantra »[35]. L'article est retiré quelques jours plus tard[31]. Par la suite, Menahem Macina dénonce l'attitude de Marianne2 sur un autre site de réinformation : « Marianne2 a réussi son pari: mettre le feu à une partie de l’opinion publique avec une caricature inoffensive qui est restée en ligne environ 48 heures. Il suffit de parcourir la centaine de commentaires purulents recopiés ci-dessous, qui figurent à la suite de l’article qui nous prend à partie, pour percevoir quelque chose de la puanteur de la haine qui s’exhale de ces éructations. Triste à vomir »[36].

Dans la recension de son livre « Chrétiens et juifs depuis Vatican II », Michel Remaud écrit que Menahem Macina « dénonce à juste titre les calomnies dont l’État d’Israël fait l’objet, mais ne prend pas toujours assez de distance par rapport aux aspects critiquables de la politique israélienne »[5].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles de recherche[modifier | modifier le code]

Articles divers[modifier | modifier le code]

Tribunes sur le site Times of Israel

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Christian Laporte, « Un séminaire original à l’UCL, dialogue judéo-chrétien : une première européenne », Le Soir, 1er septembre 1997, p. 11.
  2. François Devinat, « Une édition de la Bible reprend les poncifs de l’antijudaïsme »[1], Libération.fr, 20 mars 1995. Consulté le 3 mars 2011.
  3. a et b Gérald Andrieu, « Polémique : l’Union des patrons juifs de France remet le couvert », Marianne 2, 24 décembre 2009 (consulté le 3 mars 2011).
  4. a, b, c et d « Menahem MACINA, Chrétiens et juifs depuis Vatican II. État des lieux historique et théologique. Prospective eschatologique », recension de livre par Jean Duhaime, International Council of Christians and Jews
  5. a, b, c, d et e « Michel Remaud : une recension du livre de Menahem Macina “Chrétiens et juifs depuis Vatican II” »
  6. Menahem Macina, Chrétiens et juifs depuis Vatican II. État des lieux historique et théologique. Prospective eschatologique, Éditions Docteur Angélique, décembre 2009, p. 357.
  7. Accessibles en ligne sur le site Academia.edu.
  8. « Jean le Baptiste était-il Élie ? Examen de la Tradition néotestamentaire », Riv Tsion – La cause de Sion, 12 janvier 2006.
  9. « Élie et la conversion finale du peuple juif, à la lumière des sources rabbiniques et patristiques », ibid., 23 juillet 2006.
  10. « Rôle eschatologique d’Élie - Attentes juives et chrétiennes », ibid., 20 août 2006.
  11. « La croyance en un Règne du Messie sur la terre : patrimoine commun aux Juifs et aux Chrétiens ou hérésie millénariste ? », ibid., 21 janvier 2006.
  12. « Le “millénarisme” d’Irénée a-t-il été condamné par le Catéchisme de l’Église catholique ? », ibid., 3 octobre 2008.
  13. « Safran-Journet : une leçon talmudique de repentance chrétienne », ibid., 26 avril 2006.
  14. « Benoît XVI : la voix de Pie XII “s’est élevée en faveur des victimes”. Texte et commentaire critique », ibid., 10 octobre 2008.
  15. « La réserve diplomatique de Pie XII face à la persécution des Juifs fut-elle coupable ? », ibid., 18 octobre 2008.
  16. « L’indifférentisme de Pie XII entre l’agresseur et la victime et les leçons à en tirer », ibid., 10 novembre 2008.
  17. Commission d’experts Eglise et Guerre mondiale. Dossier de la controverse
  18. « “On lapide en l’honneur de Lapide” : polémique et insulte plutôt que dissentiment respectueux », Riv Tsion – La cause de Sion, 14 septembre 2007.
  19. « Pie XII, “pape de Hitler” ? Certainement pas, mais “Juste des nations”, c’est pour le moins prématuré », ibid., 30 septembre 2007.
  20. « “Pie XII et les Juifs, le Mythe du Pape d’Hitler”, du rabbin Dalin, est-il un livre fiable ? », ibid., 30 septembre 2007.
  21. « Caducité ou irrévocabilité de la 1re Alliance dans le Nouveau Testament ? », Riv Tsion – La cause de Sion, 5 novembre 2005.
  22. « Chrétiens et Juifs : pour aller plus loin », Théologiques, vol. 11, no 1-2, 2003, p. 285-320.
  23. Faux en Ecritures ou faux pas théologique ; Les Intouchables. Des commentaires bibliques à relents antijudaïques ; 87 passages antijudaïques de la ‘Bible des Communautés Chrétiennes
  24. ‘La Bible des Peuples’ : des commentaires dans l’esprit de la théorie de la ‘substitution’ ; L'attribution de l'«israelitica dignitas» aux chrétiens est-elle un concept substitutionniste ?
  25. Prier pour la conversion du «peuple de Dieu de l'ancienne Alliance jamais révoquée par Dieu» ?
  26. Chrétiens et Juifs : pour aller plus loin
  27. Belief in a Messianic Reign on earth: common legacy for Jews and Christians alike, or millenarian heresy ?»
  28. Arrière-fond juif de l’Anamnèse eucharistique
  29. Section Israël-Palestine sur rivtsion.org].
  30. Blog de Menahem Macina sur The Times of Israel]
  31. a, b et c Menahem Macina, Marianne2 a semé le vent: il récolte la tempête qu'il a probablement voulue, upjf.org, décembre 2009.
  32. Xavier Ternisien, Un site Internet fait le lien entre sionistes radicaux et extrême droite, Le Monde, 22 août 2002 fournit une description de la polémique autour de ce site.
  33. Menahem Macine, L'UPJF et son responsable éditorial diffamés par le MRAP, upjf.org, 14 février 2004.
  34. Menahem Macina, Guillotine médiatique pour des sites pro-israéliens, upjf.org, 5 avril 2004.
  35. a, b et c Gérald Andrieu, Polémique: l’Union des patrons juifs de France remet le couvert, Marianne, 29 décembre 2009.
  36. Menahem Macine, Marianne2 a semé le vent: il récolte la tempête qu’il a probablement voulue, debriefing.org, 27 décembre 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]