Gilles Dreu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gilles Dreu
Description de cette image, également commentée ci-après
Gilles Dreu sur la croisière Âge tendre en 2017.
Informations générales
Nom de naissance Jean-Paul Chapuisat
Naissance (86 ans)
Dreux (France)
Activité principale chanteur
Activités annexes comédien, musicien
Genre musical Variété française
Instruments Guitare
Années actives Depuis 1959
Labels Universal
Site officiel gillesdreu.fr

Gilles Dreu, de son vrai nom Jean-Paul Chapuisat, est un chanteur français né le à Dreux en Eure-et-Loir.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Son père est franc-comtois, sa mère est bretonne. Il naît à Dreux (Eure-et-Loir). Au gré des affectations de son père, militaire de carrière, il passe son enfance au Mali, en Guinée, en Martinique et à Marseille.

Jeune, il pratique l'athlétisme et le rugby. Il n'a alors aucune ambition pour une carrière musicale; il rêve d'une carrière de sportif tels ses idoles de l'époque qui font partie du monde du sport. Ainsi, il commence des études de professeur d'EPS. En 1955, il les interrompt étant appelé pour faire son service militaire d'une durée de 27 mois en Algérie pendant la guerre.

Débuts[modifier | modifier le code]

Fin 1959, il impressionne le patron du Tire-Bouchon, un cabaret montmartrois, par son interprétation du titre Quand on a que l'amour, de Jacques Brel[1]. Ce dernier décide de l'employer pour interpréter régulièrement des chansons dans son cabaret. Il y rencontre François Deguelt, qui le prend sous son aile. C'est à cette époque, que Jean-Paul Chapuisat devient Gilles Dreu, clin d'œil à sa ville natale.

Il écume ensuite les cabarets de la Rive gauche comme l'Échelle de Jacob, le Don Camillo, La Colombe et la Villa d'Este. Il fréquente divers artistes, confirmés ou débutants, tels que Bernard Dimey, Daniel Prévost, Pierre Richard, Victor Lanoux, François Deguelt ou encore le jeune Serge Lama.

En 1963, il signe son premier contrat chez Riviera et sort son premier disque avec notamment la chanson Filles de Garches, enfants de Puteaux. À cette époque, il débute au cinéma, où il fait du doublage, mais également quelques petits rôles dans des films populaires. En 1967, il apparaît dans le film Les Cracks réalisé par Alex Joffé, film à succès avec en vedette Bourvil et Robert Hirsch.

Succès[modifier | modifier le code]

En 1966, il rencontre Norbert Saada, producteur d''Hugues Aufray dont il est fan, qui décide de produire ses prochains disques. Son titre Alouette sort au moment de Mai 68 et s'écoule à plus de 150 000 exemplaires[2]. Ce succès est une reprise du thème musical de La peregrinación, issu de l'album d'Ariel Ramírez Misa Criolla. En octobre 1968, il est la vedette américaine d'Ivan Rebroff à L'Olympia de Paris.

En 1970, il partage avec Marie Laforêt la scène de Bobino, à Paris. En 1971, il interprète Dans la montagne, générique de la série télévisée, ainsi que la bande originale du film Un aller simple, de José Giovanni, sur la musique de François de Roubaix et dont les principaux acteurs sont Jean-Claude Bouillon et Nicoletta.

En 1972, il enregistre, avec Nicole Croisille, le titre Moïse. La même année, il connaît un nouveau succès avec le titre Descendez l'escalier, qui s'écoule à plus de 100 000 exemplaires[3].

En 1973, il anime sa propre émission intitulée Jamais Dreu sans trois, sur la chaîne Télé Monté-Carlo. Il part ensuite en tournée en France, mais également en Belgique, en Suisse, au Canada et en Afrique, où il a grandi une partie de son enfance.

En 1978, il joue dans le film Chaussette surprise, de Jean-François Davy, aux côtés de Michel Galabru, Anna Karina, Bernadette Lafont ou encore Michel Blanc.

En 1983, il sort Si j'entends l'oiseau, chanson écrite par Éric Charden et Didier Barbelivien.

En 1987, il tourne sous la direction de Claude Chabrol, en faisant une apparition dans le film intitulé Le cri du hibou, qui réunit notamment Mathilda May et Christophe Malavoy.

En 1988, il écrit et publie son premier livre, intitulé La forme facile.

En 1989, il réenregistre son tube Alouette dans une version modernisée.

À partir des années 1990[modifier | modifier le code]

Durant la décennie 1990, il continue à enregistrer plusieurs albums, notamment en collaboration avec Didier Barbelivien.

En 1996, il enregistre un album, Les chansons de mes 20 ans. Il y reprend plusieurs succès de la chanson françaises de l'après-guerre et quelques-uns de ses succès réenregistrés. Cette année-là, il chante à plusieurs reprises sur le plateau de Pascal Sevran dans l'émission la Chance aux chansons.

En 2004, il foule à nouveau la scène de l'Olympia, à l'occasion du Festival de la Rose d'or aux côtés notamment de Julie Pietri, Daniel Guichard, Nicole Croisille et Michel Mallory.

Gilles Dreu et Alain Turban sur la scène de L'Olympia en 2013.

En 2006, il participe à la première saison d'Âge Tendre, la tournée des idoles, avec laquelle il parcourt les plus grandes salles de France, de Belgique et de Suisse jusqu'en février 2007, devant plus de 400.000 spectateurs.

En 2008, il participe à la première croisière de cette même tournée, qui réunit sur le MSC Fantasia plus de 30 artistes et de 4.000 personnes sur la Méditerranée pendant huit jours. Il poursuit ensuite ses concerts solos, accompagné de ses musiciens.

En 2010, il lance un nouveau spectacle, Ce soir, on improvise, avec ses amis François Deguelt et Nicole Rieu, avec qui il parcourt la France en chansons.

Le , il est invité par Alain Turban à se produire à l'Olympia, lors du concert de ce dernier.

En 2014, à l'occasion de ses 80 ans, il publie une compilation intitulée Quatre fois 20 ans, dans laquelle figure une chanson inédite, du même titre que l'album, écrite par Didier Barbelivien.

Le trio des Vieilles fripouilles avec Alain Turban, Jean Sarrus et Gilles Dreu.

En 2017, s'inspirant du trio Les Vieilles Canailles, il crée avec ses amis Alain Turban et Jean Sarrus le trio musical Les Vieilles Fripouilles, qui sillonne la France avec un spectacle musical et humoristique.

En novembre de cette même année, il participe à nouveau à la croisière Âge Tendre.

En février 2020, il participe au spectacle La Nuit de la Déprime, créée par Raphaël Mezrahi, aux Folies Bergère, aux côtés notamment d'Eddy Mitchell, Vianney, Maxime Le Forestier, Olivia Ruiz, ou encore Les Chevaliers du Fiel.

Le 30 octobre 2020, à l'occasion de ses 60 ans de carrière, il sort un nouvel album, intitulé Le comptoir des amis. Ce dernier est composé uniquement de chansons inédites, chantées en duos avec certains de ses amis. L'album réunit autour de l'artiste, Serge Lama, Gérard Lenorman, Didier Barbelivien, Pierre Billon, Stone, Fabienne Thibeault, Frédéric Zeitoun, Alain Turban, Jean-Paul Cara, David-Alexandre Winter, Marcel Amont, Elisa Delubac, Ciramarios. L'album est distribué par Universal.

Vie privée[modifier | modifier le code]

D'une première union, Gilles Dreu a eu deux enfants.

De sa seconde union avec Monique Tarbès, est né Baptiste, en janvier 1966[4].

En 1978, il rencontre Yolande Gervaise, photographe, sur le plateau de l'emission Top Club, animée par Guy Lux. Cinq ans plus tard, le couple se marie. En 1997, le couple traverse une terrible épreuve, la perte du fils unique de Yolande, Benjamin, à l'âge de 26 ans, dans un accident de voiture. De ce deuil, Yolande Gervaise-Chapuisat publie Tu seras un ange, mon fils, sorti en 2017, dédicace de Jacques Séguéla et préface de Gilles Dreu, aux éditions Librinova .

Gilles Dreu vit actuellement à Vals-les-Bains avec son épouse.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • 1993 : Terre de lumière
  • 1997 : Les chansons de mes 20 ans
  • 2002 : Chanter pour elles
  • 2016 : Gilles Dreu chante la Saint-Valentin
  • 2020 : Le comptoir des amis

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Gilles Dreu : "J'ai perdu trois enfants" - France Dimanche », sur www.francedimanche.fr (consulté le 18 octobre 2020)
  2. Ventes de 1968
  3. Ventes de 1972
  4. Paris-Presse, L'Intransigeant, 9 février 1966, p. 12

Liens externes[modifier | modifier le code]