Fantominus et ses évolutions

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Spectrum.

Fantominus et ses évolutions

Fantominus
Nom japonais ゴース
Nom anglais Gastly
Types Spectre / Poison
Génération Première
Pokédex no 092
Taille 1,3 m
Poids 0,1 kg
Spectrum
Nom japonais ゴースト
Nom anglais Haunter
Types Spectre / Poison
Génération Première
Pokédex no 093
Taille 1,6 m
Poids 0,1 kg
Ectoplasma
Nom japonais ゲンガー
Nom anglais Gengar
Types Spectre / Poison
Génération Première
Pokédex no 094
Taille 1,5 m
Poids 40,5 kg

Fantominus (ゴース, Ghos?, dans les versions originales en japonais) et ses évolutions, Spectrum (ゴースト, Ghost?) et Ectoplasma (ゲンガー, Gangar?), sont trois espèces de Pokémon de la première génération.

Issus de la célèbre franchise de médias créée par Satoshi Tajiri, ils apparaissent dans une collection de jeux vidéo et de cartes, dans une série d'animation, plusieurs films, et d'autres produits dérivés. Ils sont imaginés par l'équipe de Game Freak et dessinés par Ken Sugimori et leur première apparition a lieu au Japon en 1996, dans le jeu vidéo Pokémon Vert. Fantominus, Spectrum et Ectoplasma ressemblent à des êtres venus de l'au-delà. Ils sont du double type spectre et poison et occupent respectivement les 92e, 93e et 94e emplacements du Pokédex national, l'encyclopédie qui recense les différentes espèces de Pokémon.

Ils constituent les seuls Pokémon de type spectre jusqu'à la sortie de la deuxième génération, avec l'arrivée de Feuforêve.

Création[modifier | modifier le code]

La franchise Pokémon, développée par Game Freak pour Nintendo et introduite au Japon en 1996, tourne autour du concept de capture et d'entraînement de 150 espèces de créatures appelées Pokémon, afin de les utiliser pour combattre des Pokémon sauvages et ceux d'autres dresseurs Pokémon, qu'il s'agisse de personnages non-joueurs ou d'autres joueurs humains[1]. La puissance des Pokémon au combat est déterminée par leurs statistiques d'attaque, de défense et de vitesse et ils peuvent apprendre de nouvelles capacités en accumulant des points d'expérience ou si leur dresseur leur donne certains objets[2].

Conception graphique[modifier | modifier le code]

La conception de Fantominus et Spectrum est le fait, comme pour la plupart des Pokémon, de l'équipe chargée du développement des personnages au sein du studio Game Freak. Contrairement au reste de sa ligné d'évolution, Ectoplasma est d'abord apparu dans Capsule Monsters, une franchise développée avant Pokémon par Satoshi Tajiri[3],[4]. Leur apparence est finalisée par Ken Sugimori pour la première génération des jeux Pokémon, Pokémon Rouge et Pokémon Vert, sortis à l'extérieur du Japon sous les titres de Pokémon Rouge et Pokémon Bleu[5],[6].

Ectoplasma pourrait avoir été inspiré du chat du Cheshire.

Nintendo et Game Freak n'ont pas évoqué les sources d'inspiration de ces Pokémon. Selon les fans, l'apparence de Fantominus, de Spectrum et d'Ectoplasma semble basée sur les fantômes de cartoon[7],[8]. En plus de cette inspiration, Ectoplasma pourrait être la déformation d'une ombre humaine ou un hommage au chat du Cheshire d'Alice au pays des merveilles[9].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Fantominus, Spectrum et Ectoplasma sont initialement nommés Ghos (ゴース, Gōsu?), Ghost (ゴースト, Gōsuto?) et Gangar (ゲンガー, Gengā?) en japonais. Gen (?) peut être traduit par « fantôme » ou « illusion »[9]. Ces noms sont ensuite adaptés dans trois langues lors de la parution des jeux en Occident : anglais, français et allemand ; le nom anglais est utilisé dans les autres traductions du jeu.

Nintendo choisit de donner aux espèces Pokémon des noms « astucieux et descriptifs », liés à l'apparence ou aux pouvoirs des créatures, lors de la traduction du jeu ; il s'agit d'un moyen de rendre les personnages plus compréhensibles pour les enfants, notamment américains[10]. Ghos est renommé « Gastly » en anglais, « Nebulak » en allemand et « Fantominus » en français ; Ghost devient « Haunter » en anglais, « Alpollo » en allemand et « Spectrum » en français et Gangar s'appelle « Gengar » en anglais et en allemand et « Ectoplasma » en français. En anglais, ces Pokémon avaient, à l'origine, des noms différents, respectivement « Spirit »[11], « Spectre »[12] et « Phantom »[13], que l'on peut traduire en français par « esprit », « spectre » et « fantôme ». Gaslty est un mot-valise des mots anglais « ghastly » (horrible en français) et « ghost » (fantôme)[11]. L'origine du nom de Gengar pourrait être la contraction de doppelgänger (sosie)[9]. Selon Pokébip, le nom français de Fantôminus est un mot-valise entre les mots « fantôme » et « minus », celui de Spectrum, découle de « spectre » et celui d'Ectoplasma est un mot-valise composé des mots « ectoplasme » et « plasma »[14].

Il y a également une similitude entre la prononciation anglaise d'Ectoplasma (Gengar) et le mot danois « genganger » qui désigne un esprit qui rôde parmi les vivants sous forme de fantôme et qui pourrait être traduit littéralement par le « nouveau marcheur »[9].

Description[modifier | modifier le code]

Ces trois Pokémon sont l'évolution les uns des autres : Fantominus évolue en Spectrum puis en Ectoplasma. Dans les jeux, ces évolutions surviennent, respectivement en atteignant le niveau 25 et en échangeant le Pokémon avec un autre dresseur[15],[N 1]. Pour évoluer en Ectoplasma, Fantominus est obligé en premier lieu d'évoluer en Spectrum.

Comme pratiquement tous les Pokémon, ils ne peuvent pas parler : lors de leurs apparitions dans les jeux vidéo tout comme dans la série d'animation, ils ne peuvent pas parler et ne sont seulement capables de communiquer verbalement en répétant les syllabes de leur nom d'espèce en utilisant différents accents, différentes tonalités, et en rajoutant du langage corporel.

Images externes
Fantominus sur le site officiel Pokémon
Spectrum sur le site officiel Pokémon
Ectoplasma sur le site officiel Pokémon

Fantominus[modifier | modifier le code]

Décrit comme un gaz[16], Fantominus évoque un fantôme d'un mètre trois pour cent grammes[16], composé uniquement d'une tête et d'un gaz. La tête ronde et de couleur noire – ou bleu-violet pour un Fantominus chromatique[15] – affiche deux grands yeux blancs avec une petite pupille à l'intérieur et une bouche ne comportant que deux canines pointues descendantes, à la manière des vampires. Le gaz entourant la tête est de couleur violet d'évêque – ou bleu bleuet pour un chromatique. Il est constamment en lévitation.

Selon le Pokédex, Fantominus est un Pokémon composé à 95 % de gaz[17], il peut ainsi se dissimuler n'importe où[18]. Néanmoins le vent peut l'emporter, c'est pourquoi à ces moment-là, il se réfugie sous des abris[19]. Il apprécie les maisons en ruines[20]. Lorsque Fantominus attaque, il propulse des orbes[21], il peut asphyxier[22] ou endormir[23] quelqu'un facilement en quelques secondes, et disparait en enlevant les Pokémon[24].

Fantominus est un Pokémon du double type spectre et poison et occupe la quatre-vingt-douzième (nonante-deuxième) place du Pokédex[15].

Spectrum[modifier | modifier le code]

Décrit comme un gaz[16], Spectrum évoque un fantôme d'un mètre six pour cent grammes[16].

Ectoplasma[modifier | modifier le code]

Décrit comme une ombre[16], Ectoplasma évoque un fantôme d'un mètre cinq pour quarante kilogrammes cinq[16].

Apparition[modifier | modifier le code]

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Fantominus, Spectrum et Ectoplasma apparaissent dans la série de jeux vidéo Pokémon. D'abord en japonais, puis traduits en plusieurs autres langues, ces jeux ont été vendus à près de 200 millions d'exemplaires à travers le monde[25]. Ils font leur première apparition le 27 février 1996, dans les jeux japonais Pocket Monsters Aka (ポケットモンスター 赤, Poketto Monsutā Aka?, Pocket Monster Rouge) et Pocket Monsters Midori (ポケットモンスター 緑, Poketto Monsutā Midori?, Pocket Monster Vert) (remplacé dans les autres pays par la version Bleue[26]). Néanmoins du fait de son évolution spécifique, Ectoplasma n'y est disponible que par échange[27]. Depuis la première édition de ces jeux, Fantominus, Spectrum sont réapparus et peuvent être capturés sans échange dans les versions jaune, or, argent, cristal, rouge feu, vert feuille, diamant, perle et platine[15],[28]. Spectrum est le seul Pokémon capturable dans X et Y[28] ; et Ectoplasma peut être capturé sans échange dans la version platine[27].

Fantominus, Spectrum et Ectoplasma apparaissent dans d'autres jeux de la franchise Nintendo. Ils font une apparition en tant que stage bonus dans Pokémon Pinball[29]. Ectoplasma est le chef de l'équipe de vilain composée d'Abo et de Charmina dans Pokémon : Donjon mystère - Équipe de secours rouge et bleue[30].

Série télévisée et films[modifier | modifier le code]

La série télévisée Pokémon ainsi que les films sont des aventures séparées de la plupart des autres versions de Pokémon et mettent en scène Sacha[31] en tant que personnage principal. Sacha et ses compagnons voyagent à travers le monde Pokémon en combattant d'autres dresseurs Pokémon. Après le générique de la série télévisée au premier épisode, Le Départ, Ectoplasma est le premier Pokémon avec Nidorino à être révélé, il s'agit d'un combat télévisé entre deux dresseurs[32]. Il s'agit d'une allusion aux deux premières versions des premiers jeux vidéo Pokémon Rouge et Vert.

Fantominus apparait pour la première fois dans l'épisode Le Fantôme de la jeune fille[33]. Fantominus, Spectrum et Ectoplasma jouent un rôle principal dans l'épisode La Tour de la terreur. Les trois Pokémon spectre font des blagues à ceux qui vont dans la tour de la terreur, dont Sacha et la Team Rocket. Après avoir extrait l'âme de Sacha et de Pikachu, s'être amusé avec et lui rendre son corps, Spectrum décide de suivre Sacha[34]. Dans l'épisode suivant, La Revanche, Spectrum bat avec le rire, le Kadabra de la championne d'arène de type psy Morgane[35]. Deux épisodes auparavant, elle avait battu le Pikachu de Sacha.

La famille d'évolution apparait avec des rôles mineurs dans d'autres épisodes, dont Esprit maléfique !.

Réception[modifier | modifier le code]

Selon certains fans, Ectoplasma est la partie sombre du Mélodelfe ; ils ont à peu près la même taille, et le même poids et ne se montrent jamais à la population. Il existe la possibilité que le Mélodelfe soit mort[36] et que son âme erre comme un fantôme ou qu'il s'agisse d'un morceau d'âme de Mélodelfe. Cependant Spectrum ne rentre pas en compte. La dernière possibilité est que le Spectrum rende fou un Mélodelfe à le poursuivre et lorsqu'il est fortement affaibli, Spectrum prend possession de son corps[37].

Depuis la première génération, Ectoplasma est le Pokémon préféré de Ken Sugimori, concepteur graphique des espèces de Pokémon[38]. Parmi les cent Pokémon les plus populaires d'IGN, Ectoplasma arrive le 17e, il est dit comme un « pilier, pur et simple » car c'est un des premiers Pokémon qu'on échange pour le faire évoluer[39], Spectrum se place 56e et est décrit comme « assez cool »[40] et Fantominus ferme le classement en prenant la centième et dernière position, il a ainsi l'« honneur d'être le premier Pokémon de type spectre »[41].

Ectoplasma apparaît, parmi neuf autres Pokémon, dans le jeu Pokémon: Type Wild, un jeu de combat créé par un fan à la manière de Street Fighter[42].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ni la notion de niveau d'évolution, ni celle d'échange entre dresseur pour faire évoluer n'est présente dans les séries et les films.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Game Freak, op. cit., pp. 6-7
  2. (en) Game Freak, Pokémon Red and Blue, Instruction manual, Nintendo,‎ 30 septembre 1998
  3. (en) Tomisawa, Akihito, ゲームフリーク 遊びの世界標準を塗り替えるクリエイティブ集団 (ISBN 4-8401-0118-3)
  4. « Ectoplasma », Puissance Pokémon (consulté le 5 août 2012)
  5. (ja) (ja) Équipe Nintendo, « 2. 一新されたポケモンの世界 », sur Nintendo.com, Nintendo (consulté le 10 septembre 2010), p. 2
  6. (en) Stuart Bishop, « Game Freak on Pokémon ! », CVG,‎ 30 mai 2003 (consulté le 2 juillet 2008)
  7. « Gastly », Tabkam (consulté le 5 août 2012)
  8. « Haunter », Tabkam (consulté le 5 août 2012)
  9. a, b, c et d « Gengar », Tabkam (consulté le 5 août 2012)
  10. (en) Howard Chua-Euan, « PokéMania », TIME,‎ 22 novembre 1999 (lire en ligne)
  11. a et b « Gastly », IGN (consulté le 5 août 2012)
  12. « Haunter », IGN (consulté le 5 août 2012)
  13. « Gengar », IGN (consulté le 5 août 2012)
  14. « Étymologies dans Pokémon », Pokébip (consulté le 31 juillet 2012)
  15. a, b, c et d « Fantominus », Puissance Pokémon (consulté le 5 août 2012)
  16. a, b, c, d, e et f Pokédex de Pokémon Rouge et Bleu, Game Freak, Nintendo, 8 octobre 1999, Game Boy.
  17. Pokédex de Pokémon Rouge Feu, Game Freak, Nintendo, 9 septembre 2004, Game Boy Advance.
  18. Pokédex de Pokémon Or, Game Freak, Nintendo, 6 avril 2001, Game Boy.
  19. Pokédex de Pokémon Rubis et Saphir, Game Freak, Nintendo, 25 juillet 2003, Game Boy Advance.
  20. Pokédex de Pokémon Jaune, Game Freak, Nintendo, 16 juin 2000, Game Boy.
  21. Pokédex de Pokémon Ranger : Nuit sur Almia, Game Freak, Nintendo, 21 novembre 2008, Nintendo DS.
  22. Pokédex de Pokémon Platine, Game Freak, Nintendo, 22 mars 2009, Nintendo DS.
  23. Pokédex de Pokémon Vert Feuille, Game Freak, Nintendo, 9 septembre 2004, Game Boy Advance.
  24. Pokédex de Pokémon Ranger, Game Freak, Nintendo, 6 avril 2007, Game Boy Advance.
  25. « Pokémon : Or HeartGold - Pokémon : Argent SoulSilver », sur afjv.com (consulté le 1er mai 2010)
  26. « Official Japanese Pokémon website » (consulté le 24 mai 2007)
  27. a et b « Ectoplasma », sur pokedex.p-pokemon.com (consulté le 30 mai 2014).
  28. a et b « Spectrum », sur pokedex.p-pokemon.com (consulté le 30 mai 2014).
  29. The Miz, « Les niveaux bonus », Pokémon Trash (consulté le 28 août 2012)
  30. « Chapitre 2 : Le quotidien d'une équipe de secours », Puissance Pokémon (consulté le 21 septembre 2012)
  31. « Résumé de l'anime Pokémon », Psypokes.com (consulté le 25 mai 2006)
  32. « Le départ », Pokémon France (consulté le 4 août 2012)
  33. « Le Fantôme de la jeune fille », Pokébip (consulté le 5 août 2012)
  34. « La Tour de la terreur », Pokébip (consulté le 5 août 2012)
  35. « La Revanche », Pokébip (consulté le 5 août 2012)
  36. « Les hypothèses des fans - Les chaînes d'évolution supposées », Pokébip (consulté le 6 août 2012)
  37. « Docteur Mélodelfe et Mister Ectoplasma », Pokémon Trash (consulté le 4 août 2012)
  38. Laurent pn, « Pokémon : Ken Sugomori nous parle déjà de la 7ème génération », sur p-nintendo.com,‎ 2013 (consulté le 5 novembre 2013)
  39. « Top Pokémon : Gengar », IGN (consulté le 4 août 2012)
  40. « Top Pokémon : Haunter », IGN (consulté le 4 août 2012)
  41. « Top Pokémon : Gastly », IGN (consulté le 4 août 2012)
  42. (en) Dan Ryckert, « Pokemon Meets Street Fighter In Impressive Fan-Made Game », Game Informer,‎ 2012 (consulté le 4 août 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]