Élekid et ses évolutions

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Élekid et ses évolutions

Élekid
Nom japonais エレキッド
Nom anglais Elekid
Type Électrique
Génération Deuxième
Pokédex no 239
Taille 0,6 m
Poids 23,5 kg
Élektek
Nom japonais エレブー
Nom anglais Electabuzz
Type Électrique
Génération Première
Pokédex no 125
Taille 1,1 m
Poids 30,0 kg
Élekable
Nom japonais エレキブル
Nom anglais Electivire
Type Électrique
Génération Quatrième
Pokédex no 466
Taille 1,8 m
Poids 140 kg

Élekid (エレキッド, Elekiddo?, dans les versions originales en japonais) et ses évolutions, Élektek (エレブー, Eleboo?) et Élekable (エレキブル, Elekible?), sont trois espèces de Pokémon. Élektek, tout comme Magmar, est apparu avec la première génération de jeux vidéo Pokémon et a été doté d'une pré-évolution avec la deuxième et d'une évolution avec la quatrième.

Création[modifier | modifier le code]

La tête d'Élekid évoque la forme des prises de courant japonaises.

Propriété de Nintendo, la franchise Pokémon est apparue au Japon en 1996 avec les jeux vidéo Pocket Monsters Vert et Pocket Monsters Rouge. Son concept de base est la capture et l'entraînement de créatures appelées Pokémon, afin de leur faire affronter ceux d'autres dresseurs de Pokémon. Chaque Pokémon possède un ou deux types – tels que l'eau, le feu ou la plante – qui déterminent ses faiblesses et ses résistances au combat. En s'entraînant, ils apprennent de nouvelles attaques et peuvent évoluer en un autre Pokémon[1].

La conception d'Élekid et Élektek, comme la plupart des Pokémon, est l’œuvre de l’équipe de développement des personnages du studio Game Freak ; leur apparence a ensuite été finalisée par Ken Sugimori[2]. Ils ont été tous deux imaginés lors du développement de Pokémon Rouge et Bleu ; cependant, le nombre de Pokémon créés étant trop important, une quarantaine de Pokémon fut écartée, dont Élekid[3]. Seul Élektek figure donc dans la première génération de Pokémon, où il porte le numéro 125.

Élekid est repris dans la seconde génération, comme la pré-évolution d'Élektek, et fait sa première apparition en 1999 dans les jeux Pokémon Or et Argent. Ces jeux introduisent le système des bébés Pokémon : les Pokémon peuvent désormais se reproduire en pondant un œuf, qui contient la forme de base du Pokémon : ainsi, un œuf issu de deux Dracaufeu contient un Salamèche ; cependant, pour certains Pokémon, l'œuf ne contient pas la forme de base mais une forme pré-évoluée, généralement appelée « bébé ». Sept familles de Pokémon issues de la première génération[N 1] se voient dotées d'un bébé, dont le design rappelle celui du Pokémon de base avec des traits plus arrondis, enfantins : pour Élektek, le bébé est Élekid[4]. Il porte le numéro 239 dans le Pokédex.

Élekable est créé avec la quatrième génération comme l'évolution d'Élektek.

Le nom français de ces trois Pokémon est basé sur l'électricité.

Description[modifier | modifier le code]

icône image Images externes
Élekid sur le site officiel Pokémon
Élektek sur le site officiel Pokémon
Élekable sur le site officiel Pokémon

Élekid[modifier | modifier le code]

Élektek[modifier | modifier le code]

Élektek est un Pokémon de type électrique. Il est bipède est jaune rayé de noir. Il a deux antennes sur la tête lui permettant d'envoyer de l'électricité. En cas d'orage il se regroupe en hauteur. En faisant circuler le courant dans son corps, il devient intouchable, sinon c'est l'électrocution. Il vit près des centrales électriques et peut provoquer des pannes de courant. On les utilise parfois comme paratonnerres.

Élekable[modifier | modifier le code]

Apparitions[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Élekid, Élektek et Élekable apparaissent dans la série de jeux vidéo Pokémon. D'abord en japonais, puis traduits en plusieurs autres langues, ces jeux ont été vendus à près de 200 millions d'exemplaires à travers le monde[5]. Dans les versions rouge et bleue, Élektek ne se trouve que dans la centrale et se montre rarement.

Série télévisée et films[modifier | modifier le code]

La série télévisée Pokémon et les films qui en sont issus narrent les aventures d'un jeune dresseur de Pokémon du nom de Sacha, qui voyage à travers le monde pour affronter d'autres dresseurs ; l'intrigue est souvent distincte de celle des jeux vidéo[6].

Réception[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alvin Haddadène et Loup Lassinat-Foubert, Générations Pokémon : 20 ans d'évolutions, Third éditions, , 327 p. (ISBN 9791094723203), p. 95 Chapitre V - Les mécaniques de jeu
  2. (en) Stuart Bishop, « Game Freak on Pokémon ! », CVG, (consulté le 2 juillet 2008)
  3. Haddadène & Lassinat-Foubert 2015, p. 29
  4. Haddadène & Lassinat-Foubert 2015, p. 158
  5. « Pokémon : Or HeartGold - Pokémon : Argent SoulSilver », sur afjv.com (consulté le 1er mai 2010)
  6. Haddadène & Lassinat-Foubert 2015, p. 291-292

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]