Au-delà

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le français image illustrant la philosophie image illustrant la spiritualité
Cet article est une ébauche concernant le français, la philosophie et la spiritualité.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) ; pour plus d’indications, visitez le projet Langue française et Francophonie.

«au-delà» (avec trait d'union) ou en delà (sans trait d'union) est une locution adverbiale de la langue française, employée seule, ou en corrélation avec « en deçà de » ou « de par deça ».

Origine[modifier | modifier le code]

Signification[modifier | modifier le code]

Cette locution est destinée à mettre l'accent sur un rapport de valeur symétrique par rapport à un point de repère qui lui est inférieur exprimé en temps (avant) ou en espace (au-dessous).

"Je vais au-delà des bornes quand je loue Corneille , et en deçà quand je le critique", Voltaire, Correspondance avec d'Alembert lett. 09.

Utilisation[modifier | modifier le code]

L'utilisation de au-delà est documentée dans le Recueil de lettres anglo-françaises (1265-1399) [1] et figure dans le Dictionnaire du Moyen Français (1300-1500 apJC)

Si le terme est aujourd'hui qualifiable de suranné, il n'en reste pas moins explicite et inégalé, tant en Français littéraire qu'en Français moderne.

Utilisation académique[modifier | modifier le code]

La plus célèbre de ses utilisation est sans aucun doute la locution proverbiale de Pascal: "Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà"[2], illustrant la relativité de tout jugement de valeur ou approche d'une réalité quelle qu'elle soit.

Utilisation vulgaire[modifier | modifier le code]

Par extension l'au-delà de la vie prend le sens de la mort, voir aussi Séjour des morts et l'au-delà des perceptions vise le surnaturel.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. publié dans la Revue Historique des Presses Universitaires de France par F.-J. Tanquerey, revu par Ch.-V. Langlois, T. 126, Fasc. 1 (1917), p. 103-105 URL: http://www.jstor.org/stable/40941892
  2. Blaise Pascal, Pensées, 1670, V, 294