Doppelgänger (folklore)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Un doppelgänger est un mot issu de l’allemand signifiant « sosie » ou « double d'une personne vivante ». Il est présent dans la fiction, le folklore, ou encore dans la mythologie germanique et mythologie nordique.

Mythologie et folklore[modifier | modifier le code]

Figurant dans de nombreux folklores et croyances, notamment dans la mythologie germanique et la mythologie nordique, le doppelgänger se présente toujours comme une copie, un double d'un individu ou bien sa version alternative souvent maléfique. Par ailleurs, le concept d'alter ego est très commun dans de nombreuses autres cultures et croyances.

Selon les légendes, l'apparition d'un doppelgänger est un mauvais présage, annonçant des malheurs ou la mort de l'individu croisant son double.

Le Doppelgänger est similaire au concept de « contrefacteur » dans le gnosticisme.

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Le terme Doppelgänger, emprunté au folklore allemand, est popularisé par les frères Grimm. Ce thème angoissant est souvent employé dans la littérature romantique. Il apparaît dans le roman Siebenkäs de Jean Paul (1796), dans Les Élixirs du Diable d'Ernst Theodor Amadeus Hoffmann (1815-1816), dans le lied Der Doppelgänger du cycle Schwanengesang de Franz Schubert (1828) d'après un poème de Heinrich Heine.

Hors d'Allemagne, le thème est utilisé par Edgar Poe dans la nouvelle William Wilson (1839), par Fiodor Dostoïevski dans son roman justement titré Le Double, par Robert Louis Stevenson dans L'Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde (1886), par Agatha Christie dans À l'hôtel Bertram (1965), par Oscar Wilde dans Le Portrait de Dorian Gray (1890–1891), par l'écrivain turc Orhan Pamuk dans Le Château blanc (1985), par le Portugais José Saramago dans L'Autre comme moi (O homem duplicado, 2002), par Yoshihiro Togashi dans Hunter x Hunter (1997-20..), par Atsushi Ōkubo dans Fire force(2015-2022).

Dans la science-fiction, le thème du double peut être associé à celui du robot, dans le film Metropolis de Fritz Lang (1927), ou de l'univers parallèle, dans le roman L'Univers en folie de Fredric Brown (1949). Au-delà, dans la saga Star Wars, on observe plusieurs fois la représentation maléfique d'un reflet du héros. Elle est illustrée par un double maléfique ayant embrassé le côté obscur de la Force : pour Luke Skywalkerdans L'Empire contre-attaque, ainsi que Rey dans le dernier volet, L'Ascension de Skywalker. En 2003, Doppelgänger (Dopperugengâ), film japonais réalisé par Kiyoshi Kurosawa, aborde le même thème.

En juillet , Archspire, un groupe de death metal technique, annonce son retour en retour en studio Flatline avec le producteur Dave Otero pour l'enregistrement d'un nouvel album prévu pour [1]. À cette période, le titre n'est pas encore officiellement choisi, mais le groupe hésite entre Involuntary Doppelgänger, Relentless Mutation, et From Solitude to Infamy[2]. Finalement, c'est Relentless Mutation qui est retenu.

Le thème du double est repris tout au long de la série télévisée Vampire Diaries (2009-2017). Il est expliqué par le fait que des sorciers se sont rendus immortels durant la Grèce antique et que la Nature, pour une question d'équilibre, a créé des doubles mortels à leur image pendant 2000 ans, dont Elena Gilbert, le personnage principal de la série.

Plus récemment, le film Us de Jordan Peele, sorti en 2019, reprend cette légende. Lors d'une semaine de vacances au bord de la mer, les membres d'une famille tentent de survivre à leurs doubles maléfiques.

En 2020, le terme de Doppelgänger est utilisé à nouveau dans la série télévisée dramatique surnaturelle italienne créée par Ezio Abbate appelée Curon.

En 2020 également, dans la mini-série dramatique américaine The Outsider.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Archspire bientôt de retour en studio », sur Horns Up Webzine, (consulté le ).
  2. (en) « Archspire To Enter The Studio, Announces Tour Dates », sur Metal Underground (consulté le ).