Europoïde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le terme Europoïdes, ou caucasoïdes ou caucasiens désigne un groupe humain parfois désigné par le terme « race blanche », qui a été historiquement utilisé pour décrire le type physique ou biologique des populations d'Europe, d'Afrique du Nord, du Moyen-Orient, mais aussi de certaines populations de la Corne de l'Afrique, d'Asie centrale ou d'Asie du Sud. Ce terme a été utilisé dans l'anthropologie biologique sans nécessairement prendre en compte la blancheur de la peau. Bien que la validité du terme est contestée par de nombreux anthropologues, le terme « caucasien » ou « caucasoïde » est encore utilisée, en particulier dans le domaine de l'anthropologie médico-légale.

Origines du terme[modifier | modifier le code]

Le terme « caucasien » a été introduit par un anthropologue, Johann Friedrich Blumenbach (1752–1840), professeur à l’Université de Göttingen. Il l'utilise pour désigner les peuples à peau claire d’Europe, d’Asie de l'Ouest, de la Corne de l'Afrique et d’Afrique du Nord[1]. C'est suite à des études de crânes qu'il vient à cette conclusion et qu'il explique : « J’ai emprunté le nom de cette variété à la chaîne du Caucase, parce que ses alentours (...) abritent la plus belle des races humaines, j'entends les Géorgiens, et parce que (…) c’est dans cette région, s’il en est une, que nous devrions placer, avec une probabilité maximale, les autochtones (les formes originelles) de l’humanité. »[2]

Le mot « europoïde » est un terme apparu dans la première moitié du XXe siècle[3]. Il tend aujourd'hui à remplacer les termes souvent critiqués de caucasien et caucasoïde employés au sujet de l'Anthropologie physique (index de corps, circonférences de taille, rapport taille-hanche, craniologie, génétique, etc.). Néanmoins, on emploie toujours l'expression « caucasien » pour désigner les humains aux caractéristiques anthropologiques qui caractérisent la majeure partie des populations européennes et celles ayant les mêmes caractéristiques (Europe, Corne de l'Afrique, Afrique du Nord, Moyen-Orient, etc).

Les désignations « europoïde » et « type européen » sont régulièrement utilisées dans les comptes-rendus et rapports de recherches sur le développement de l'homme ainsi que dans l'analyse anthropologique de restes humains. Les termes n'indiquent pas nécessairement une identité précise mais des similitudes.

Relations avec la blancheur[modifier | modifier le code]

Dans sa classification raciale, Christoph Meiners met en avant que les Caucasiens avaient « la peau la plus blanche, la plus épanouie et la plus délicate », il considérait que les Européens qui avaient la peau foncée étaient des « blancs sales » mélangés aux Mongols. Ces considérations étaient typiques des tentatives scientifiques à faire une classification hiérarchisée des races où la pigmentation de la peau était considérée comme principale critère à la différenciation des races. Cette idée est aussi partagée par l'anthropologue français Julien-Joseph Virey, qui pensait que seul les Européens qui avaient une peau très claire pouvaient être considérées comme caucasiens. A l'époque, Meiners et Blumenbach ont popularisé l'idée selon laquelle les races étaient fondés sur les couleurs, les caucasiens feraient partis de la « race blanche », les asiatiques feraient partis de la « race jaune », les austronésiens feraient partis de la « race marron », les éthiopiens feraient partis de la « race noire » et les amérindiens feraient partis de la « race rouge ».

Anthropologie physique[modifier | modifier le code]

Selon la théorie de l'angle facial de Petrus Camper, les traits caucasiens pouvaient être reconnus par une mince ouverture nasale, des lèvres plutôt fines et un angle facial de 90-100°. Les anthropologues des derniers siècles tels que Pritchard, Pickering, Broca, Topinard, Morton, Peschel, Seligman, Bean, Ripley, Haddon ou encore Dixon sont venus à l'idée de reconnaître d'autres traits caucasiens comme l'arcade sourcilière proéminente. La couleur de peau chez les caucasiens varie grandement de blanc pâle, blanc rosé, olive jusqu'à des teintes plus foncées.

Classification[modifier | modifier le code]

Considéré comme une des grandes races au côté de la race négroïde et de la race mongoloïde, ce dernier a été classifié en plusieurs sous-races. Les caucasiens ont été longtemps divisés en trois groupes pour des raisons linguistiques : les aryens (peuples de langue indo-européenne), les sémites (peuples de langue sémitique) et les hamites (peuples de langues berbères et couchitiques, ainsi que les peuples parlant des variantes de l'égyptien ancien).

La classification des sous-races dépend fortement de l'auteur mais les caucasiens étaient généralement divisés en : sous-race méditerranéenne (Européens du Sud, Berbères, Levantins et certains Britanniques), la sous-race nordique (peuples scandinaves, germaniques et slaves), la sous-race atlantide (intermédiaire entre les méditerranéens et les nordiques), la sous-race alpine (Français, Italiens du Nord, Suisses et autres descendants des celtes), la sous-race arménoïde (Turcs d'Anatolie, Arabes du Levant, Iraniens de l'Ouest, Arméniens, Azéris, Kurdes, Juifs mizrahim), la sous-race dinarique (Autrichiens, peuples des Balkans, Bulgares, et certains Turcs, considéré comme intermédiaire entre les nordiques et les arménoïdes), la sous-race hamite (Berbères du Sud, Égyptiens, Habesha, etc), la sous-race arabide (Bédouins arabes, Juifs yéménites), la sous-race iranide (Iraniens de l'Est, Baloutches, Pachtounes et certains Pakistanais) ainsi que la sous-race touranide (Géorgiens, Tchétchènes et certains peuples turcs).

Expression « de type caucasien »[modifier | modifier le code]

Certains pays utilisent le mot « caucasien » pour les personnes europoïde, comme les États-Unis pour des raisons essentiellement historiques et politiques. Ce terme est ainsi préféré à celui d'europoïde qui fait référence à une origine européenne. Cette expression évite également l'ambiguïté qu'il pourrait y avoir au sujet des hispaniques dans le cas du mot « blanc »[4].

L'usage est cependant plus ancien, puisque le Littré de 1863 indique : « Race caucasienne, nom donné à la race humaine blanche, supposée issue du Caucase et des environs »[5]. Il revient cependant en force par le biais de certaines traductions.

C'est notamment le qualificatif employé dans les fichiers de suspects de la police française (notamment le STIC – système de traitement des infractions constatées)[6].

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Oxford English Dictionary: "a name given by Blumenbach (a1800) to the ‘white’ race of mankind, which he derived from the region of the Caucasus."
  2. Blumenbach, De generis humani varietate nativa (3rd ed. 1795), trans. Bendyshe (1865). Quoted e.g. in Arthur Keith, Blumenbach's Centenary, Man, Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland (1940).
  3. Georges Montandon l'a utilisé en 1933 dans son ouvrage La Race, les Races (Paris, Payot, 1933) pour désigner la « Grand'race europoïde » divisée en « Race blonde », « Race brune ou méditerranéenne » etc. et qui comprenait les populations de type « européen » (Europe, Corne de l'Afrique, Afrique du Nord, Moyen-Orient, etc.). Egon Freiherr von Eickstedt utilisait lui, en 1934, le terme europide pour désigner les mêmes populations.
  4. Categorization of humans in biomedical research: genes, race and disease, Neil Risch, Esteban Burchard, Elad Ziv, and Hua Tang
  5. "Ethnic and cultural determinants influence risk assessment for hepatitis C acquisition", Anouk Dev, Vijaya Sundararajan, William Sievert
  6. Police - Le fichage ethno-racial maintenu ?A.Guillet, 11/12/2008, LCI.fr