Angle facial

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Angle facial.png

L'angle facial est une mesure qui permet d'évaluer le prognathisme d'un crâne, c'est-à-dire la projection plus ou moins avancée des mâchoires et de la face.

C'est l'angle aigu formé par les deux droites (OP) et (MN), avec :

  • O point le plus bas de l’orbite oculaire;
  • P point le plus haut du trou auditif;
  • M point le plus proéminent de l’os maxillaire supérieur entre les alvéoles des deux incisives supérieures centrales;
  • N rencontre de la suture des os nasaux et de l'os frontal.

Sciences[modifier | modifier le code]

Prognathisme chez les ancêtres de l'homme[modifier | modifier le code]

L'angle facial augmente des plus anciens représentants du genre Homo à l'Homo sapiens (homme actuel). Quelques valeurs approximatives obtenues à partir de fossiles types de la lignée humaine :

Médecine[modifier | modifier le code]

Histoire des sciences[modifier | modifier le code]

Louis Jean-Marie Daubenton (1716-1800) et Petrus Camper (1722-1789) avaient initié une méthode fondée sur la mesure de l’angle facial pour différentier l'homme et l'animal. Reprise par Georges Cuvier (1769-1832) et Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844), la méthode trouve une nouvelle application : le degré d’inclinaison du front est censé indiquer la place laissée libre au cerveau et donc l’intelligence[1].

En 1949 : thèse raciste et obsolète[modifier | modifier le code]

En 1949, il existait une théorie raciste enseignée dans les écoles primaires communales. Le livre de Leçons de choses comportait une page concernant l'angle facial, sur laquelle figuraient alignés, trois profils :

  • à gauche, l'homme blanc, matérialisé par le profil du David de Michel-Ange, sur lequel était tracé un angle facial de 90° ; son front est sensiblement vertical ;
  • à droite, le chimpanzé dont l'angle facial de 45 % matérialise l'animalité, sa relative inaptitude à apprendre ;
  • au centre, l'homme noir, l'Africain dont l'angle facial avoisinait 60° affichant sa position intermédiaire entre l'homme blanc, perfection, et le chimpanzé, animalité ; son front est très incliné quoique moins que celui du chimpanzé.

[réf. nécessaire]

L'angle facial était alors mesuré entre la ligne passant par le front et la point du menton, d'une part, une autre passant sous le maxillaire inférieur.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Carole Reynaud Paligot, La République raciale, p. 22. Voir aussi le bref essai Le Chapeau de Cuvier de Stephen Jay Gould