Science forensique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La science forensique, ou la forensique[1], regroupe l'ensemble des différentes méthodes d'analyse fondées sur les sciences (chimie, physique, biologie, neurosciences, informatique, mathématique, imagerie, statistique) afin de servir au travail d'investigation de manière large : une opération qui a pour but « la découverte de faits, l'amélioration des connaissances ou la résolution de doutes et de problèmes. Concrètement, il s'agit d'une recherche poussée d'informations, avec le but de l'exhaustivité dans la découverte des informations inconnues au début de l'enquête et parfois la volonté de publication des informations collectées »[1].

Elles englobent les méthodes de police scientifique, de finance forensique (en), d'informatique forensique, de médecine légale (analyse physiologique et psychiatrique), d'intelligence stratégique et de renseignement.

Elle est enseignée par exemple à l'université de Lausanne en Suisse[2] ou à l'université de Cergy-Pontoise en France[3].

Cristallisation de la discipline forensique et distinctions avec des sciences connexes[modifier | modifier le code]

Elle constitue une science innovante émergente et ses contours tendent à se cristalliser notamment par une approche méthodologique générale sur les « techniques d'investigation » communes aux différents champs d'application. Science expérimentale elle ne s'envisage que comme appliquée.

Science appliquée, elle n'est pas une épistémologie ni une sociologie. Elle se distingue de la criminalistique et des études de renseignement. Elle embrasse un large spectre de métiers où l’enquête est centrale.

Bien qu'ayant des traits communs avec la médecine légale et les sciences cognitives, la forensique ne se confond pas avec ces disciplines.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme de « forensique » vient de l'anglais forensic, lui-même dérivé du latin forum désignant une « place publique » ou un « lieu de jugement ». Le principe de la forensique est la mise en lumière par l'investigation.

À la « preuve », issue du vocabulaire de la police, la forensique préférera la « trace ». En ce sens la forensique a pu être définie comme suit : « La science forensique propose une réflexion épistémologique en recherchant une unité au travers de l’étude de la trace et de son potentiel informatif considérable, son objectivité et sa neutralité. »

Professions[modifier | modifier le code]

Hormis dans le monde de la recherche où se développent des recherches interdisciplinaires en science forensique, les spécialistes en forensique sont généralement

  • policiers,
  • médecins,
  • informaticiens (en sécurité des systèmes d'informations particulièrement),
  • financiers (consultants forensiques dans des cabinets, auditeurs forensiques dans des institutions comme l'AMF, analystes forensiques des organisations comme l'OCDE), ingénieurs de la police scientifique (recrutés spécifiquement pour ce type de compétences),
  • agents de renseignements,
  • architectes[4] pour analyser, par exemple, les traces des conflits dans les villes en guerre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Science forensique », sur criminologie.com (consulté le 23 juin 2019)
  2. « Bachelor en Science forensique », sur Université de Lausanne (consulté le 23 juin 2019)
  3. « L'université de Cergy-Pontoise s'intéresse aux sciences forensiques », sur Ministère de l'intérieur (consulté le 23 juin 2019)
  4. « Qu'est-ce que la Forensic architecture ? », sur France Culture,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]