Roche plutonique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les roches plutoniques sont des roches magmatiques grenues, en général de grande extension géographique (formant un pluton). On les rencontre dans les massifs montagneux, jeunes (Alpes, Himalaya, Andes) ou vieux (Massif armoricain, Massif central).

Les roches plutoniques se forment par refroidissement lent d'un magma. C'est la lenteur du refroidissement (typiquement, plusieurs dizaines de milliers d'années) qui permet la formation de gros cristaux (au minimum, visibles à l’œil nu). Elle est due à la grande profondeur de mise en place du pluton. Les roches plutoniques affleurent ensuite grâce à l'érosion qui cisèle les montagnes et retire les couches de terrain sous lesquelles le pluton s'était installé.

Les roches filoniennes (aplites, pegmatites), formées en périphérie des plutons, sont parfois classées parmi les roches plutoniques. Mais elles sont plutôt considérées comme un groupe intermédiaire entre les roches plutoniques et les roches volcaniques[1].

Classification[modifier | modifier le code]

Une des roches plutoniques couramment rencontrées est le granite. Cependant, il existe un large éventail de roches plutoniques, variant par leur composition minéralogique et chimique.

Classifications chimiques[modifier | modifier le code]

Les classifications chimiques en usage pour les roches magmatiques en général, s'appliquent en particulier aux roches plutoniques : une roche magmatique est classée comme acide, intermédiaire, basique ou ultrabasique en fonction de sa teneur en silice SiO2.

Classification visuelle[modifier | modifier le code]

La taille des cristaux des roches plutoniques permettant de les appréhender à l’œil nu ou à la loupe, les roches plutoniques sont préférentiellement classées en fonction des proportions de leurs différents minéraux. Les grands groupes de roches plutoniques sont déterminés par la proportion de minéraux clairs (quartz, feldspaths et feldspathoïdes) et de minéraux foncés (ferromagnésiens : olivine et pyroxènes)[2] :

Classification minéralogique[modifier | modifier le code]

Une classification minéralogique plus précise que la précédente est basée sur les proportions (en volume, généralement) des trois principaux minéraux ou groupes de minéraux (normées à 100 %, c.-à-d. en ignorant les éventuels autres minéraux).

Classification simplifiée. En bleu, les domaines de roches courantes.

Roches plutoniques à quartz
Streckeisen for intrusive quartz igneous rocks fr.svg
Streckeisen for intrusive foid igneous rocks fr.svg
Roches plutoniques à feldspathoïdes

Diagramme des roches ultramafiques (c.-à-d., comportant plus de 90 % de minéraux ferromagnésiens).

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guide des minéraux et des roches, p. 190
  2. Charles Pomerol et Maurice Renard, Éléments de géologie, Masson, , 11e éd., 629 p., p. 241.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]