Intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis EMDR)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires ou EMDR, d'après l'anglais eye movement desensitization and reprocessing) est un type d'intervention à visée psychothérapeutique mise au point par Francine Shapiro à partir de 1987.

Historique[modifier | modifier le code]

La thérapie EMDR est mise au point à la fin des années 1980 par une Américaine, Francine Shapiro, qui a découvert l'effet bénéfique des mouvements oculaires au cours d'une promenade dans un parc en 1987[1]. Ainsi elle utilise ce constat dans sa thèse doctorale en psychologie comportementale, puis elle publie sa première description de l'EMDR. Depuis elle consacre sa carrière à la promotion et à la diffusion de cette thérapie[2].

Cette technique est mentionnée par l'Inserm en 2004[3],[4], l'Association américaine de psychiatrie en 2004[5], la Haute Autorité de Santé en 2007[6], l'Organisation mondiale de la santé en 2013[7].

La thérapie EMDR utilise un modèle de traitement en 8 phases[8]:

  • Les deux premières phases, le recueil de l'histoire du patient (phase 1) et la préparation (phase 2) marquent le début de la psychothérapie et reflètent les principes fondamentaux de toute prise en charge thérapeutique
  • Les phases 3 à 7 (évaluation, désensibilisation, installation, scanner corporel et clôture) sont celles qui utilisent les stimulations d'attention double. Elles ne peuvent se déployer que grâce aux phases précédentes qui ont élaboré une conceptualisation de cas définissant des buts psychothérapeutiques, ainsi que les moyens donnés pour y parvenir
  • La dernière phase, la réévaluation (phase 8), consiste à vérifier les effets thérapeutiques et permet, par les informations recueillies, de mettre à jour le ou les plans de ciblage définis en phase 1 et d'adapter ou ajouter des éléments tant au plan de traitement (phase 1) qu'aux outils d'autorégulation émotionnelle (phase 2)

La thérapie EMDR s’adresse à toute personne (du bébé à l’adulte) souffrant de perturbations émotionnelles généralement liées à des traumatismes psychologiques. Il peut s’agir de traumatismes tels les violences physiques et psychologiques, les abus sexuels, les accidents graves, les décès, les maladies graves, les incendies, les catastrophes naturelles, les situations de guerre et attentats, … Il peut s’agir aussi d’événements de vie difficiles qui peuvent être la source d’émotions ou de comportements inadaptés ou excessifs dans la vie quotidienne (enfance perturbée, séparations, interruption de grossesse, deuils, difficultés professionnelles, etc.)[9].

Plusieurs études concernent l'EMDR[10],[11],[12],[13],[14]

Critiques[modifier | modifier le code]

Les critiques concernant l'EMDR estiment que nombre d'aspects de la thérapie EMDR comme l'exposition au stimulus traumatisant, la relaxation et l'association sont empruntés à d'autres méthodes classiques utilisées pour traiter les effets du stress post-traumatique. Alors que « des recherches bien contrôlées font admettre des effets thérapeutiques de cette procédure », Jacques Van Rillaer relève que « les discussions sont loin d’être closes sur son explication, du moins dans la communauté des psychologues scientifiques »[15].

Le psychologue Nicolas Gauvrit estime qu'il est difficile d'identifier les raisons d'une amélioration de l'état d'un patient. En effet, la demande de mouvement oculaire ne vient selon lui qu'en deuxième partie de la séance, après un « entretien diagnostique » au cours duquel « l’image traumatique est évoquée, ramenée à la surface »[1].

Richard McNally (en), psychologue et professeur à Harvard, estime pour sa part que les mouvements oculaires n'ont aucun effet spécifique, et que la thérapie ne doit rien à ces mouvements, ce qu'il résume par la phrase : « Ce qui est efficace dans l'EMDR n'est pas nouveau, et ce qui est nouveau n'est pas efficace. »[16]

Le neurologue Steven Novella indique qu’à moins d’utiliser des groupes de contrôle lors des interventions en EMDR, il est impossible de savoir si la théorie neurologique la soutenant a quelques valeurs que ce soit. Il estime que les explications neurologiques actuelles sont artificielles et non convaincantes. Il ajoute que jusqu’à présent la recherche clinique a été incapable d’exclure les effets placébo comme causes[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nicolas Gauvrit, « L’EMDR : ça marche... même si on ne bouge pas les yeux ! », Science... et pseudo-sciences, n° 281, avril 2008, [lire en ligne]
  2. Gouvernement du Canada, « EMDR », sur TERMIUM Plus, .
  3. « Synthèse des travaux du groupe d’experts réunis par l’Inserm dans le cadre de la procédure d’expertise collective, pour répondre aux questions posées par la Direction générale de la santé (DGS) concernant l’évaluation des psychothérapies », sur INSERM,
  4. « Evaluation de l'efficacité de la pratique de l'hypnose (dont EMDR) », sur www.inserm.fr,
  5. « Practice guideline for the treatment of patients with acute stress disorder and posttraumatic stress disorder », sur www.apa.org,
  6. « Guide-Affection de longue durée : Affections psychiatriques de longue durée, Troubles anxieux graves », sur www.has-sante.fr, , p. 17
  7. « Guidelines for the Management of Conditions Specifically Related to Stress », sur www.who.int, , p. 37-39
  8. Stratégies thérapeutiques des traumas, Presses Universitaires François Rabelais, , 50-52 p.
  9. « A qui s'adresse l'EMDR », sur www.emdr-france.org
  10. « Bisson J, Andrew M. Psychological treatment of post-traumatic stress disorder (PTSD). Cochrane Database Syst Rev. CD003388 », sur www.cochranelibrary.com,
  11. « Bradley R, Greene J, Russ E, et al. A multidimensional meta-Analysis of psychotherapy for PTSD. Am J Psychiatry 2005 », sur www.ajp.psychiatryonline.org,
  12. « Davidson PR, Parker KH. Eye movement desensitization and reprocessing (EMDR); A meta-analysis. J Consult Clin Psychol 2001 », sur www.ncbi.nlm.nih.gov,
  13. « Maxfield L, Hyer L. The relationship between efficacy and methodology in studies investigating EMDR treatment of PTSD. J Clin Psychol 2002 », sur www.onlinelibrary.wiley.com,
  14. « Van Etten ML, Taylor S. Comparative efficacy of treatments for post-traumatic stress disorder: a meta-analysis. Clin Psycho Psychother 1998 », sur www.deepblue.lib.umich.edu,
  15. Jacques Van Rillaer, « L’impact psychologique des traumatismes et son traitement », Science... et pseudo-sciences, n° 294, janvier 2011 [lire en ligne]
  16. Cité par Jacques Van Rillaer, « L’impact psychologique des traumatismes et son traitement », Science... et pseudo-sciences, n° 294, janvier 2011 [lire en ligne]
  17. Steven Novella, « Psychological Placebos », sur Science-Based Medecine (consulté le 10 février 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • El-Hage, W. et Bilodeau, M., Stratégies thérapeutiques des traumas, Presses Universitaires François Rabelais, mai 2018
  • Tarquinio, C. et P., L’EMDR : préserver la santé et prendre en charge la maladie, Elsevier Masson, avril 2015
  • Marx, C., L’EMDR. L’histoire, la méthode et les techniques pour se libérer de ses traumatismes et dépasser ses blocages, Eyrolles Pratique, novembre 2013
  • Benault, M., & Larivée, S. (2005). Guérir avec l'EMDR : preuves et controverses. Revue de Psychoéducation, 34(2):355-396.
  • Gauvrit, N. (2008). L’EMDR : ça marche... même si on ne bouge pas les yeux !, Science... et pseudo-sciences, 281:33-36, [lire en ligne].
  • Roques, J. :
    • EMDR- Une révolution thérapeutique, La méridienne, Desclée Debrouwer, parution septembre 2004.
    • Guérir avec l'EMDR - Traitements - Théorie - Témoignages, le Seuil, janvier 2007.
    • Découvrir l'EMDR, InterEditions mai 2008.
    • Essai d'anatomie psychique basé sur les neurosciences" tome 1 de Psychoneurobiologie - Fondement et prolongements de l'EMDR, BoD janvier 2015.
  • Servan-Schreiber, David, Guérir. Robert Laffont - 2003.
  • (en) D. Servan-Schreiber & J Schooler, M.A. Dew, C. Carter et P. Bartone « EMDR for Posttraumatic Stress Disorder: a pilot, blinded, randomized study of stimulation types », Psychotherapy and Psychosomatics, 2006;75:290-297.
  • Shapiro, Francine :
    • Manuel d'EMDR, InterEditions - mai 2007.
    • EMDR as an integrative Psychotherapy approach, Experts of Diverse Orientations Explore the Paradigm Prism, American Psychological Association, Washington, 2002.
    • Des yeux pour guérir, Éditions du Seuil, 2005.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]