Aaron Temkin Beck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aaron Temkin Beck
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Université Brown
École de médecine de Yale (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Conjoint
Phyllis W. Beckο (d) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Judith Beck (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Chaire
Membre de
Distinctions
Prix Albert-Lasker pour la recherche médicale fondamentale
Prix Albert-Lasker pour la recherche médicale clinique ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Liste détaillée
Membre de l'Académie américaine des arts et des sciences
Prix Albert-Lasker pour la recherche médicale fondamentale
James McKeen Cattell Fellow Award ()
Joseph Zubin Award (d) ()
Heinz Awards ()
Sarnat Prize ()
Prix Grawemeyer ()
Strecker Award (d) ()
Prix Albert-Lasker pour la recherche médicale clinique ()
Robert J. and Claire Pasarow Foundation Award for Distinguished Contributions to Neuropsychiatric Research (d) ()
Bell of Hope Award (d) ()
Prix Prince-Mahidol ()
Edward J. Sachar Award (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Aaron Temkin Beck, né le à Providence et mort le à Philadelphie[1], est un psychiatre américain et professeur émérite de l'Université de Pennsylvanie.

Il est considéré comme le père de la thérapie cognitive et de critères d'évaluation mondialement utilisés (dont Beck Depression Inventory (BDI), Beck Hopelessness Scale, Beck Scale for Suicidal Ideation (BSS), Beck Anxiety Inventory (BAI) et Beck Youth)[2].

American Psychologist le classe dans les 5 psychiatres les plus influents de tous les temps. Il est aussi considéré comme une des personnes les plus influentes dans le champ de la santé mentale et de la psychiatrie en Amérique[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Aaron T. Beck, annuaire du lycée Hope, 1939

Né de parents juifs Ashkénazes ukrainiens, Elizabeth Temkin et Harry Beck, à Rhode Island, Beck est le cadet de 4 enfants. Il fait ses études à l'Université Brown où il sort diplômé en 1942, avant de recevoir son doctorat en médecine à l'Université Yale en 1946[4],[5].

Beck s'était initialement inscrit en psychiatrie à Yale mais a été découragé par ses premiers cours sur la psychanalyse, qu'il considérait comme du "nonsense". Finalement, après avoir un stage en psychiatrie, il devient fasciné par cette approche et passe sa première partie de carrière à étudier et faire de la recherche sur celle-ci, en particulier sur le traitement de la dépression. Cependant après plusieurs années à travailler sur la psychanalyse, il en conclu que l'approche manque de rigueur scientifique, de structure et de preuves empiriques. Il se concentre alors sur l'approche cognitive, et ses recherches dans ce domaine s'intensifient après avoir accepté un poste dans le service de psychiatrie de l'Université de Pennsylvanie.

Il fonde l'Institut Beck avec sa fille en 1994, pour la recherche et la thérapie cognitive. Selon cet institut, plus de 2000 études ont démontré l'efficacité des thérapies comportementales et cognitives[5].

Il meurt le chez lui à Philadelphie, à l'âge de 100 ans.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Beck se marie en 1950 à Phyllis W. Beck, et auront ensemble quatre enfants : Roy, Judith, Dan et Alice. Sa femme fut la première juge femme à la cour d'appel du Commonwealth of Pennsylvania. Leur fille, Alice Beck Dubow, deviendra également juge à cette cour, tandis que Judith S. Beck deviendra thérapeute[3],[6].

Travaux[modifier | modifier le code]

Beck développa plusieurs échelles d'évaluation, et publia plus de 6000 articles et 24 livres durant sa carrière[3].

On lui attribue la « triade de Beck », décrivant les facteurs alimentant de la dépression majeure, soit des idées négatives sur soi-même (1), le monde (2) et le futur (3).

Il décrit la notion de schémas cognitifs, filtres à travers lesquels l'expérience est perçue et évaluée, à l'origine de pensées automatiques.

Chez les patients déprimés, Beck remarque que le traitement des informations est biaisé par des erreurs cognitives qui génèrent plutôt des pensées automatiques négatives.

Beck préconise des techniques cognitives visant la modification ou l'assouplissement des pensées négatives dans le cadre d'une alliance thérapeutique sur un modèle humaniste et emphatique qui consiste en une coopération patient/thérapeute (empirisme collaboratif) centrée sur l'ici et maintenant.

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Benedict Carey, « Dr. Aaron T. Beck, Developer of Cognitive Therapy, Dies at 100 », sur The New York Times, (consulté le )
  2. Pierre Alvin, « Le suicide d'hier à aujourd'hui », dans Pierre Alvin, L'envie de mourir, l'envie de vivre, Doin, , 288 p. (lire en ligne), page 51.
  3. a b et c (en) « Psychologist Aaron Beck and the Founding of Cognitive Therapy », sur Verywell Mind
  4. (en) K. Fatih Yavuz et M. Hakan Türkçapar, « Aaron Temkin Beck (born July 18, 1921-) Biography - », Journal of Cognitive-Behavioral Psychotherapy and Research, vol. 1, no 2,‎ , p. 77–80 (lire en ligne, consulté le )
  5. a et b « Mort du psychothérapeute Aaron Beck, père de la thérapie cognitive », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. (en) « Aaron Beck », dans Wikipedia, (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]