Philippe Breton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne l'anthropologue et sociologue. Pour l'évêque français, voir Philippe Breton (évêque). Pour les homonymes, voir Breton (homonymie).
Philippe Breton
Description de cette image, également commentée ci-après

Philippe Breton (Strasbourg, 2009)

Naissance (64 ans)
Béthune
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Autres activités
Philippe Breton est par ailleurs secouriste bénévole à la Croix-Rouge française du Bas-Rhin, où il a été directeur départemental de l'urgence et du secourisme jusqu'en 2013. Il a rejoint la direction nationale de l'urgence et du secourisme en 2014 au titre de conseiller technique national opérationnel (CTNO).
Formation
Docteur d'État en Sciences de l'information et de la communication, Docteur en Psychologie[1]
Distinctions
Prix de philosophie morale et politique de l'Académie des sciences morales et politiques.

Philippe Breton, né en 1951, est professeur des universités au Centre universitaire d'enseignement du journalisme (CUEJ) à l'Université de Strasbourg. Il y anime le séminaire "police-justice" et y donne un cours intitulé "Faits divers, catastrophes, génocides".

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Breton centre ses études à la fois sur l'anthropologie de la parole, des pratiques de l'argumentation, notamment l'argumentation politique, et sur l'anthropologie de la violence. Ses travaux de recherche et ses nombreux ouvrages sont publiés et traduits dans de nombreuses langues. Il est par ailleurs directeur éditorial du site de l'Observatoire de la vie politique en Alsace (http://www.ovipal.com) et commentateur régulier de la vie politique sur France 3 Alsace.

Il développe, dans plusieurs textes récents, la notion originale d'« onde traumatique » destinée à rendre compte des phénomènes de diffusion sociale, dans le temps et dans l'espace, des effets traumatiques de la violence des mœurs et des guerres.

Dans son ouvrage l'Utopie de la communication, il montre comment le terme « communication » a changé son acception après la Seconde Guerre mondiale : une nouvelle idéologie est née, fondée sur un humanisme tragique hérité des drames de Hiroshima et Auschwitz. Il montre ainsi que la notion contemporaine de communication est issue des pionniers de la cybernétique, en premier lieu Norbert Wiener.

Son ouvrage Convaincre sans manipuler (2008 et nouvelle édition en 2015) est conçu comme un manuel de rhétorique destiné à « apprendre à argumenter ». Construit autour de très nombreux exemples, ce livre s'inscrit dans la perspective d'une approche à la fois éthique et efficace de la parole. Il s'inspire des nombreux stages de formation à l'argumentation que l'auteur a animé auprès de différents publics (enseignants, magistrats, cadres). L'ouvrage s'inscrit dans la suite d'une réflexion systématique et concrète sur les conditions d'exercice de la parole : La parole manipulée (La Découverte, 2004) et Argumenter en situation difficile (La Découverte, 2004, Pocket, 2006).

En 2009, dans Les refusants. Comment refuse-t-on de devenir un exécuteur ?, il explore dans les situations de crimes de masse et de génocide, les raisons qui convainquent des « hommes ordinaires » de se transformer en exécuteurs et celles qui, a contrario, dissuadent certains de ceux-ci de passer à l'acte. Il revisite dans cette perspective la problématique de la vengeance comme moteur de l'action.

En 2015, Philippe Breton publie aux éditions J-C Behar, Une brève histoire de la violence. Dans cet ouvrage, l'auteur soutient que la violence, sous toutes ses formes, a toujours existé. Qu’il s’agisse de l’anthropophagie, de l’esclavage, de la guerre, de la mise à sac et du pillage, de la brutalité des mœurs jusqu’à l’homicide, des violences sexuelles, du génocide, du crime en série ou du terrorisme, tous ces comportements accompagnent l’histoire de l’Homme depuis l’origine. Mais cette violence n’est jamais, selon l'auteur, sauf dans le cas de dérèglements extrêmes de la conscience, l’expression d’une « pulsion sauvage ». Elle est toujours guidée et encadrée par des normes, qui disent, dans une société donnée, à un moment de son histoire, ce qu’il est légitime de faire, et ce qui ne l’est pas. La lente prise de conscience des souffrances et de l'onde traumatique qu’elle engendre, le refus de la vengeance, le goût pour le bonheur individuel et le développement économique, un désir croissant de civilité, ont conduit de nombreuses sociétés à se donner les moyens de faire reculer, le plus possible, la violence dont l’Homme est capable.

Cet ouvrage s'appuie sur un site : https://www.une-breve-histoire-de-la-violence.com, qui permet d'en présenter de façon plus détaillée la problématique, de développer un système de notes détaillées, d'actualiser les exemples, de constituer une base de données de référence sur les différents thèmes évoqués, de nourrir par des chroniques les différents aspects qui y sont abordés.

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1987. Une histoire de l’informatique. Paris: La Découverte (édition de poche : Seuil, coll. « Points sciences », Paris, 1990 ; prix 1988 du jury de l’Association française des informaticiens ; traduit en espagnol, grec, italien, portugais).
  • 1989. Les technosciences en question. Éléments pour une archéologie du XXe siècle (en collaboration avec Frank Tinland et Alain-Marc Rieu). Paris : Champ Vallon, Seyssel.
  • 1989. L’explosion de la communication. La naissance d’une nouvelle idéologie (en collaboration avec Serge Proulx). Paris & Montréal : La Découverte & Boréal (édition de poche : La Découverte/poche, Paris, 1996 ; traduit en arabe, espagnol, portugais, russe, vietnamien, publié en Algérie : Éditions Casbah).
  • 1990. La Tribu informatique. Paris : Métaillié (Grand prix de la littérature informatique 1991).
  • 1992. L'Utopie de la communication Paris : La Découverte (édition de poche : La Découverte/poche, Paris, 1997, 2004 ; traduit en italien, portugais, publié en Algérie : Éditions Casbah).
  • 1995. À l’image de l’homme. Du Golem aux créatures virtuelles. Paris: Seuil, coll. « Science ouverte » (traduit en portugais).
  • 1996. L’argumentation dans la communication. Paris : La Découverte, coll. « Repères », Paris, 2003 (traduit en portugais).
  • 1998. L’option informatique au lycée (en collaboration avec Éric Heilmann et Guislaine Dufour). Paris : Hachette classique.
  • 1998. La parole manipulée. Paris : La Découverte (édition de poche : La Découverte/Poches, Paris, 1999, 2004 ; Prix de philosophie morale et politique 1998 de l’Académie des sciences morales et politiques ; traduit en portugais (Portugal et Brésil), en hongrois, en serbe, en roumain).
  • 2000. Histoire des théories de l’argumentation (en collaboration avec Gilles Gauthier). Paris : La Découverte, coll. « Repères » (traduit en portugais).
  • 2000. Le culte de l’Internet. Une menace pour le lien social?. Paris : La Découverte (traductions en italien, en roumain).
  • 2002. L’explosion de la communication à l’aube du XXIe siècle. Paris: La Découverte (nouvelle édition entièrement refondue)
  • 2003. Éloge de la parole. Paris : La Découverte (traduction en italien, portugais, Brésil)
  • 2004. Argumenter en situation difficile. Paris : La Découverte (traduction en portugais, Brésil)
  • 2006. L’incompétence démocratique. La crise de la parole au cœur du malaise (dans la) politique. Paris : La Découverte.
  • 2008. Convaincre sans manipuler - Apprendre à argumenter. Paris : La Découverte.
  • 2009. Les refusants. Comment refuse-t-on de devenir exécuteur. Paris : La Découverte.
  • 2009. Le silence et la parole contre les excès de la communication (en collaboration avec David Le Breton). Toulouse : Érès.
  • 2011. The culture of internet and internet as a cult, social fears and religious fantasies, Litwin books, Duluth, Minennota, USA
  • 2012. L'explosion de la communication, édition entièrement révisée, La découverte, en collaboration avec Serge Proulx

Textes en ligne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Analyse des communications entre informaticiens et utilisateurs scientifiques d'un centre de calcul du CNRS, thèse de 3e cycle de Psychologie soutenue à l'Université Louis Pasteur (Strasbourg) en 1981 [1]