Pascal Lardellier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pascal Lardellier, né en 1964 à Lyon, est professeur des universités en sciences de l'information et de la communication à l’université de Bourgogne, par ailleurs auteur, chroniqueur et conférencier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il suit une formation pluridisciplinaire à Lyon (Lettres, publicité, journalisme, théories des SIC, histoire, anthropologie…). Il enseigne à Dijon depuis 2000, et est rattaché au laboratoire CIMEOS (équipe d'accueil 4177), équipe 3S (« Sensoriel Sensible Symbolique »). Il a auparavant enseigné sous différents statuts dans les universités de Nice-Sophia-Antipolis (maître de conférences), Lyon 2 (ATER), Lyon 3, Nancy-Metz ou Saint-Étienne (chargé de cours). Responsable d’un « Master Recherche » Communication et médiations (UFR Langues et communication, université de Bourgogne, formation classée SMBG depuis 2014) , directeur d’une dizaine de thèses ou d’HDR, toutes inscrites en 71° section, vice-Président du Conseil Scientifique de l'IUT de Dijon, il est auteur d’une vingtaine d'ouvrages en son nom propre, et d'une dizaine d'ouvrages dirigés ou codirigés. Il a aussi dirigé 10 numéros de revues scientifiques francophones, entre 1998 et 2013 (revues Degrés, MEI, Publics et Musées, Epistémé, Les Cahiers du Numérique, Le Discours et la langue...). Pascal Lardellier a par ailleurs organisé une vingtaine de colloques ou de séminaires, internationaux pour la plupart d’entre eux. Il donne régulièrement des cours et des conférences en France et à l’étranger (Corée du Sud, où il est chargé de cours à la Koryo University de Séoul, Bulgarie, Roumanie, Qatar, Congo-Brazzaville…). Il tient un séminaire à l'ESCP Europe, sur « Mythes et rites de la consommation postmoderne », est directeur scientifique de Propedia, Laboratoire de recherche du groupe IGS (Paris), et corédacteur de la revue franco-coréenne Epistémé.

Pascal Lardellier publie régulièrement des livres et des articles théoriques sur des thématiques liées aux médiations technologiques (les TIC) ou symboliques (les rites) ou encore au sensible. Ses travaux interrogent les nouvelles formes du lien social et de la culture et le statut des relations, notamment amoureuses, dans les réseaux numériques. Sur ce thème, il a publié deux ouvrages (2004, 2012). Sa réflexion est plus globalement d'inspiration anthropologique, dans la lignée de l'"anthropologie des mondes contemporains" (M.Augé) et d'une sémiologie post-barthésienne (Nos modes, nos mythes, nos rites. Le social entre sens et sensible, 2013) . Directeur d'une collection à l'L'Harmattan (collection "Des Hauts et Débats"), il mène une enquête au long cours sur les « pseudo-théories du décodage du non-verbal », publiée sous une première forme en 2008 (Arrêtez de décoder).

Il s’exprime régulièrement (interviews) dans les médias francophones (RTL, Europe 1, France-Inter[1], France-Culture[2], Elle, Radio Suisse Romande, M6, France 5, Arte, TF1, Canal +...) et tient des chroniques d'analyse de l'actualité et des faits de société dans plusieurs journaux et magazines (dont Le Républicain lorrain) . Il a été président (2009-2010) du Comité d’expertise des filières « information-communication » de la Belgique francophone pour le compte de l’AEQES (Agence pour l'évaluation de la qualité de L'enseignement supérieur, Communauté francophone de la Belgique). Il a participé à soixante-quinze jurys de thèses et d'HDR, et en a présidé vingt-cinq (Metz, Dijon, Besançon, Paris 8, Montpellier 3, Lyon 3, Toulouse...)[réf. nécessaire].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages personnels[modifier | modifier le code]

  • Le journal d’entreprise. Les ficelles du métier (Les éditions d’Organisation, 1998)
  • Les miroirs du paon. Rites et rhétoriques politiques dans la France de l’Ancien Régime (Honoré Champion, 2002)
  • Théorie du lien rituel. Anthropologie et communication (L’Harmattan, Paris, 2003)[3]
  • Le cœur Net. Célibat et amours sur le Web (Belin, 2004)
  • Les nouveaux rites. Du mariage gay aux Oscars (Belin, 2005)
  • Le pouce et la souris. Enquête sur la culture numérique des ados (Fayard, 2006)
  • 11 septembre 2001. Que faisiez-vous ce jour-là ? (L’Hèbe, 2006)
  • Les célibataires. Idées reçues (Le Cavalier bleu, 2007)
  • Arrêtez de décoder. Pour en finir avec les gourous de la communication (L’Hèbe, 2008)
  • La guerre des mères. Parcours sensibles de mères célibataires (Fayard, 2009)
  • Opéra bouffe. Une anthropologie gourmande de nos modes alimentaires (EMS, 2011)
  • Les Réseaux du cœur. Sexe, amour et séduction sur Internet (F. Bourin, 2012)
  • Nos modes, nos mythes, nos rites. Le social, entre sens et sensible (EMS, 2013)
  • Rites, risques et plaisirs alimentaires (EMS, 2013)
  • Les ados pris dans la Toile. Regards croisés sur les cyberaddictions et autres techno-dépendances adolescentes, Le Manuscrit, 2014 (avec Daniel Moatti)
  • Génération 3.0. Enfants et ados à l'ère des cultures numérisées (EMS, 2016)

Ouvrages dirigés ou codirigés[modifier | modifier le code]

  • À fleur de peau. Corps, parfums et odeurs (dir., Belin, 2003)
  • Violences médiatiques. Contenus, dispositifs, effets (dir., L’Harmattan, 2003)
  • Des cultures et des hommes (dir., L’Harmattan, 2005)
  • Le Réseau pensant. Pour comprendre la société numérique (EUD, 2008)
  • La Métamorphose des cultures. Sociétés et organisations à l'ère de la mondialisation (dir., EUD, 2011)
  • Entreprise et sacré. Regards transdisciplinaires (Hermès Lavoisier, 2012)
  • L'Engagement. De la société aux organisations, L'Harmattan, 2013 (avec Richard Delaye)
  • Formes en devenir. Approches technologiques, communicationnelles et symboliques, ISTE, Londres, 2014
  • Actualité d'Erving Goffman, de l'interaction à l'institution (dir.), coll. Des Hauts et Débats, L'Harmattan, Paris, 2015

Affiliations[modifier | modifier le code]

  • Membre du Laboratoire sur l’image, le sensible et les médiations en information et communication (LIMSIC/3S, EA 4177), à l’université de Bourgogne.

Références[modifier | modifier le code]