Désertines (Allier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Désertines
Désertines (Allier)
Maison de la culture de Désertines.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Montluçon
Intercommunalité Montluçon Communauté
Maire
Mandat
Christian Sanvoisin
2020-2026
Code postal 03630
Code commune 03098
Démographie
Gentilé Biachets, Biachettes ou Désertinois, Désertinoises [1]
Population
municipale
4 465 hab. (2020 en augmentation de 3,74 % par rapport à 2014)
Densité 535 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 21′ 21″ nord, 2° 37′ 21″ est
Altitude Min. 193 m
Max. 384 m
Superficie 8,34 km2
Unité urbaine Montluçon
(banlieue)
Aire d'attraction Montluçon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Montluçon-2
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Désertines
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Désertines
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Désertines
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Désertines
Liens
Site web [1]

Désertines est une commune française située dans le département de l'Allier, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Limites administratives de la commune.

La commune de Désertines est située dans le Massif central, au nord-ouest de la région Auvergne-Rhône-Alpes et à l'ouest du département de l'Allier, non loin de la Méridienne verte (ou Méridien de Paris) et du méridien de Greenwich.

Elle appartient à l'ancienne province historique du Bourbonnais. Elle se situe dans l'aire urbaine de Montluçon qui concentre 78 167 habitants en 2007 et 32 communes[2]. Elle appartient à l'unité urbaine de Montluçon qui regroupe les communes de Désertines, Domérat, Lavault-Sainte-Anne, Montluçon, Prémilhat, Quinssaines et Saint-Victor[3]. Désertines est située à 2 km de Montluçon, 60 km de Moulins, 61 km de Guéret, 73 km de Clermont-Ferrand, 82 km de Bourges, 87 km de Châteauroux et 279 km de Paris[4].

Ses communes limitrophes sont[5] :

Communes limitrophes de Désertines
Saint-Victor
Désertines Saint-Angel
Montluçon

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Les régions naturelles d'Auvergne (le bocage bourbonnais est représenté en rouge, au nord-ouest de la région Auvergne)

La vallée du Cher sépare la commune en deux ensembles géologiques : l'un est constitué par des formations cristallines[6] partie est de la commune, l'autre sur la partie ouest appartient aux formations tertiaires et quaternaires de la vallée du Cher.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée à l'ouest par le Cher.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Désertines est accessible via la route nationale 144 déclassée en route départementale (D.2144) qui traverse la commune sur un axe nord-est-sud-ouest et permet de relier l'aire urbaine montluçonnaise à Bourges et Riom. L'ancienne route nationale 371, déclassée en route départementale (D.2371) rejoint la commune par le sud-est et relie Montluçon à Montmarault. Désertines est également accessible par l'autoroute A71 au niveau de l'échangeur entre l'A71 et l'A714[7].

Désertines n'est pas desservie par le réseau ferroviaire, la gare la plus proche est celle de Montluçon-Ville.

L'aéroport de Montluçon Guéret est situé sur la commune de Lépaud dans la Creuse. Il est situé à 40 km de Guéret, 20 km de Montluçon et 22 km de Désertines[8]. L'aérodrome de Montluçon-Domérat est situé au lieu-dit Villars sur la commune de Domérat. Les Ailes Montluçonnaises, fondé en 1944, et l'Aéroclub Léon Biancotto fondé dans les années 1970 proposent des voyages, des baptêmes de l'air ou encore une école de pilotage[9].

Certaines lignes de bus de Montluçon (Maélis) desservent Désertines.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Désertines est une commune urbaine[Note 1],[10]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[11],[12]. Elle appartient à l'unité urbaine de Montluçon, une agglomération intra-départementale regroupant 6 communes[13] et 53 965 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[14],[15].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montluçon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 58 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[16],[17].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (37,6 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (30 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (35,4 %), forêts (19,6 %), prairies (13,4 %), zones agricoles hétérogènes (12,6 %), cultures permanentes (5,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (5,8 %), terres arables (5,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,2 %)[18].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Désertines fait partie de l'aire linguistique du Croissant où parlers occitans et de langue d'oïl se rencontrent et se mélangent[19]. Le dialecte précis qui y est parlé est le marchois dans sa variante septentrionale, dit « Biachet » (Biachés)[20]. Dans cette langue la ville se nomme Desartines[21]. En 1174 dans la Charte de création de la paroisse d'Argenty par Guillaume de Montluçon apparaît le nom d'Étienne de Désertines[22].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Le maire sortant Lucien Dubuisson ne s'est pas représenté en 2014. La liste de Christian Sanvoisin remporte l'élection municipale de 2014 avec 51,72 % des suffrages exprimés, vingt-et-un sièges au conseil municipal dont cinq au conseil communautaire. Il bat Abdennabi Zaher (21,46 % des voix, trois sièges) et Robert Rivat (26,80 %, trois sièges dont un au conseil communautaire). Le taux de participation s'élevait à 69,28 %[23].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le maire sortant, Christian Sanvoisin, a remporté les élections municipales de 2020 au premier tour. Le conseil municipal, réuni le pour élire le maire, a désigné huit adjoints[24].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1971 juin 1995 Gérard Ranoux PCF  
juin 1995 mars 2014 Lucien Dubuisson PCF  
mars 2014 En cours
(au 28 mai 2020)
Christian Sanvoisin[25] PCF Retraité
Conseiller départemental du canton de Montluçon-2 (2015-2021)
Réélu le [24]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[27].

En 2020, la commune comptait 4 465 habitants[Note 3], en augmentation de 3,74 % par rapport à 2014 (Allier : −2,17 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0001 0221 0351 1451 1371 1961 1611 3511 413
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6491 5911 7771 9672 0202 3502 3202 3502 592
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 0003 0802 9602 9232 8923 2173 2363 7293 997
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
4 3314 6974 5934 9124 9614 6464 4884 4654 232
2017 2020 - - - - - - -
4 4224 465-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 26,7 %, soit en dessous de la moyenne départementale (29,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 36,6 % la même année, alors qu'il est de 34,6 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 2 035 hommes pour 2 397 femmes, soit un taux de 54,08 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (52,05 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[30]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90 ou +
2,6 
11,1 
75-89 ans
14,9 
21,4 
60-74 ans
21,7 
22,3 
45-59 ans
22,4 
14,5 
30-44 ans
14,2 
13,9 
15-29 ans
11,2 
15,7 
0-14 ans
13,1 
Pyramide des âges du département de l'Allier en 2018 en pourcentage[31]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90 ou +
2,7 
9,8 
75-89 ans
13,4 
20,6 
60-74 ans
21,4 
21,2 
45-59 ans
20,1 
15,9 
30-44 ans
15,2 
15,5 
15-29 ans
12,9 
16 
0-14 ans
14,3 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Georges du XIIe siècle.
  • Maison de la culture (locaux de l'ancienne poste).
  • Ancien lavoir.
  • Château Besson.
  • La commune fait partie du vignoble de la région de Montluçon.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Nés à Désertines[modifier | modifier le code]

Morts à Désertines[modifier | modifier le code]

Inhumé à Désertines[modifier | modifier le code]

Liés à Désertines[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Andrée Méténier-Esbelin Si Désertines nous était conté, Désertines, 1989, Art et culture, 198 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/allier-03
  2. « Recensement 2007 : Aire urbaine 1999 : Montluçon (100) », sur site de l'INSEE (consulté le )
  3. « Composition communale de l'agglomération : 03502-Montluçon », sur site de l'INSEE (consulté le )
  4. « Distance orthodromique entre Désertines et ... », sur www.lion1906.com (consulté le )
  5. Géoportail (consulté le 30 avril 2017).
  6. P. Morin, « Causerie en promenades géologiques », Bulletin des Amis de Montluçon,‎
  7. « Carte de Désertines avec axes », sur Viamichelin (consulté le )
  8. « Distance orthodromique de Lépaud », sur www.lion1906.com (consulté le )
  9. « Site de l'aéroclub des Ailes Montluçonnaises », sur pagesperso-orange.fr (consulté le )
  10. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  11. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  12. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  13. « Unité urbaine 2020 de Montluçon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  14. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  15. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  16. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le )
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  18. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  19. « Atlas sonore des langues régionales de France - Zone du Croissant », sur https://atlas.limsi.fr/ ; site officiel de l'Atlas sonore des langues régionales de France,
  20. Jean-Pierre Baldit, « Les parlers de la Marche. Extension et caractéristiques », Patois et chansons de nos grands-pères marchois. Haute-Vienne, Creuse, Pays de Montluçon (dir. Jeanine Berducat, Christophe Matho, Guylaine Brun-Trigaud, Jean-Pierre Baldit, Gérard Guillaume), Paris, Éditions CPE,‎ , p. 22-35 (ISBN 9782845038271) :

    « Le marchois : variétés internes (section) »

  21. Essai de toponymie rurale du centre de la France, Ed. Cercle d'archéologie de Montluçon, 1996.
  22. Andrée Méténier-Esbelin, Si Désertines nous était conté, Désertines, Art et culture, , 198 p., p. 18.
  23. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  24. a et b « Municipales 2020 : Christian Sanvoisin retrouve le fauteuil de maire de Désertines (Allier) », La Montagne, (consulté le ).
  25. Liste des maires de l'Allier [PDF], sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 27 septembre 2014).
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  30. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Désertines (03098) », (consulté le ).
  31. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Allier (03) », (consulté le ).
  32. Jean-Daniel Lafond : un désir d'Amérique
  33. « François-Xavier Demaison en tournage dans l'Allier d'où est originaire sa famille », La Semaine de l'Allier,‎ (lire en ligne) :

    « « Mon père est né à Montluçon, mon grand-père à Aubusson, ma grand-mère à Désertines et on avait une maison à Evaux-les-Bains. J’y passais les vacances ». »