Domérat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Domérat
Église Notre-Dame.
Église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Montluçon
Canton Montluçon-1
Intercommunalité Montluçon Communauté
Maire
Mandat
Marc Malbet
2014-2020
Code postal 03410
Code commune 03101
Démographie
Population
municipale
8 985 hab. (2014 en augmentation de 0,06 % par rapport à 2009)
Densité 253 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 21′ 40″ nord, 2° 32′ 07″ est
Altitude Min. 197 m
Max. 376 m
Superficie 35,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Domérat

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Domérat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Domérat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Domérat

Domérat est une commune française située dans le département de l'Allier, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Domérat est située à l'ouest de Montluçon.

Ses communes limitrophes sont[1] :

Communes limitrophes de Domérat
La Chapelaude Vaux,
Saint-Victor
Huriel Domérat
Quinssaines Prémilhat Montluçon

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La ville est traversée par le Boisdijoux, le Bartillat et la Magieure.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La ville est traversée par la route départementale 916, ancienne route nationale 716 reliant Montluçon au sud-est à Huriel à l'ouest, ainsi que par la route départementale 943, ancienne route nationale 143, sur l'axe Montluçon – Châteauroux. Ces deux routes permettent un accès à l'autoroute A71 Paris – Clermont-Ferrand ou Guéret via la route nationale 145 (échangeur 39 pour la D 916 et échangeur 38 pour la D 943)[1].

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

La ligne de Montluçon à Saint-Sulpice-Laurière passe sur le territoire communal. Les gares les plus proches sont à Montluçon et à Huriel.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Transports aériens[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La ville se développe beaucoup depuis les années 1950-1960, grâce à sa situation en périphérie de Montluçon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ancienne commune de Givrette est réunie à Domérat en 1809.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Domérat (03).svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'azur à la bande d'or chargée d'une bande de gueules, accompagnée de deux grappes de raisin aussi d'or, tigées et vrillées de sable, feuillées de sinople.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1929 1939 Eugène Jardon PCF Député
1959 1975 Albert Poncet PCF Cultivateur
1976 mars 2008 Jean Desgranges PCF Conseiller général de Domérat-Montluçon-Nord-Ouest (1985-2004)
mars 2008 en cours
(au 8 avril 2014)
Marc Malbet[2] PS Retraité de l'enseignement
Conseiller général de Domérat-Montluçon-Nord-Ouest (2004-2015)
Conseiller départemental du canton de Montluçon-1 depuis 2015

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

D’après le recensement Insee de 2007, Domérat compte 9 000 habitants (soit une augmentation de 2 % par rapport à 1999).

La commune occupe le 1 036e rang au niveau national, alors qu'elle était au 1 019e en 1999, et le 6e au niveau départemental sur 320 communes.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2014, la commune comptait 8 985 habitants[Note 1], en augmentation de 0,06 % par rapport à 2009 (Allier (département) : 0 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 810 1 456 1 367 2 113 2 812 3 006 3 022 3 169 3 130
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 129 3 221 3 438 3 524 3 506 3 554 3 657 3 616 3 513
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 353 3 535 3 147 2 830 2 831 3 044 3 019 4 177 5 072
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
5 685 5 725 7 139 8 534 8 875 8 812 8 996 9 000 9 004
2013 2014 - - - - - - -
9 033 8 985 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (31,1 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (29,2 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48 % d’hommes (0 à 14 ans = 16,8 %, 15 à 29 ans = 13,3 %, 30 à 44 ans = 18,1 %, 45 à 59 ans = 22,6 %, plus de 60 ans = 29,1 %) ;
  • 52 % de femmes (0 à 14 ans = 14,4 %, 15 à 29 ans = 11,5 %, 30 à 44 ans = 18,4 %, 45 à 59 ans = 22,8 %, plus de 60 ans = 33 %).
Pyramide des âges à Domérat en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,1 
7,8 
75 à 89 ans
10,4 
21,0 
60 à 74 ans
21,5 
22,6 
45 à 59 ans
22,8 
18,1 
30 à 44 ans
18,4 
13,3 
15 à 29 ans
11,5 
16,8 
0 à 14 ans
14,4 
Pyramide des âges du département de l'Allier en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,7 
9,0 
75 à 89 ans
13,5 
16,2 
60 à 74 ans
17,1 
22,3 
45 à 59 ans
21,2 
19,5 
30 à 44 ans
18,0 
16,1 
15 à 29 ans
14,1 
16,4 
0 à 14 ans
14,4 

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École Françoise-Dolto (maternelle).
  • École Denis-Diderot (maternelle et primaire).
  • École Marcel-Pagnol (maternelle et primaire).
  • École Alain-Fournier (maternelle et primaire).
  • École Paul-Langevin (primaire).
  • École Victor-Hugo (primaire et perfectionnement).

Soit un total de 33 classes pour environ 750 élèves.

  • Collège Louis-Aragon.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du vignoble de la région de Montluçon.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame, des XIIe et XIXe siècles, sur laquelle figurent les initiales RF (République française). La crypte située sous le chœur de l'église est l'une des plus grandes et des plus belles du département. Elle date du XIe siècle et elle est classée monument historique[9], comme le chœur de l'église, seul vestige de l'église du XIIe siècle. Celui-ci témoigne, comme à Huriel, du style roman berrichon.
  • L'Hôtel-de-Ville construit par l'architecte montluçonnais Gilbert Talbourdeau (1902).
  • Château de Vignoux inscrit au titre des monuments historiques[10]
  • Musée de la Vigne.
  • Château et parc de la Pérelle.
  • Domaine et château de Brignat, reconstruit au XIXe siècle par la famille Guilhomet et passé ensuite par alliance aux familles d'Horrer et de Maussion de Candé, qui s'en séparent dans les années 1960. Actuel centre Jean-Nègre, appartenant à la ville de Montluçon, il est utilisé pour des classes vertes et comme centre de loisirs.
  • Ancien lavoir dans le hameau de Couraud.
  • Place Bacchus et sa statue représentant le dieu romain du vin.
  • Grand oratoire de Crevant datant du XIXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Géoportail (consulté le 30 avril 2017).
  2. Liste des maires de l'Allier [PDF], sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 26 juin 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  7. « Évolution et structure de la population à Domérat en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 novembre 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population de l'Allier en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 novembre 2010)
  9. « Église Notre-Dame », notice no PA00093084, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  10. « Château de Vignoux », notice no PA00093083, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Perrin et Jacques Blondelon, Domérat, la mémoire du temps : l'histoire de Domérat, des origines à nos jours, Charroux, Éditions des Cahiers bourbonnais, 2000, 383 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]