Lamaids

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lamaids
Lamaids
L'église Saint-Jean-Baptiste.
Blason de Lamaids
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Montluçon
Intercommunalité Communauté d'agglomération Montluçon Communauté
Maire
Mandat
Fabien Thavenot
2020-2026
Code postal 03380
Code commune 03136
Démographie
Gentilé Lamaisiens, Lamaisiennes [1]
Population
municipale
225 hab. (2020 en augmentation de 11,39 % par rapport à 2014)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 18′ 11″ nord, 2° 25′ 57″ est
Altitude Min. 399 m
Max. 505 m
Superficie 8,02 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Montluçon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Montluçon-4
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lamaids
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lamaids
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Lamaids
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Lamaids

Lamaids est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans la région naturelle de la Châtaigneraie bourbonnaise. Lamaids est située à l'ouest du département de l'Allier, à la frontière avec le département de la Creuse, sur un axe routier européen (Route Centre-Europe Atlantique ou RCEA).

Quatre communes sont limitrophes[2] :

Communes limitrophes de Lamaids
Saint-Martinien
Lamaids Quinssaines
Nouhant (Creuse) Viersat (Creuse)

Transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par la route nationale 145, axe d'intérêt européen (E62). La mise à deux fois deux voies progressive de la RCEA en 2007, au sud du tracé historique de cette route, a permis de retrouver une attractivité perdue par le trafic incessant de poids lourds[3]. L'ancien tracé est déclassé dans la voirie départementale (D 745).

Un échangeur dessert le village (no 41). C'est de là que débute la D 40, permettant aussi de desservir Huriel. Le territoire communal est également desservi par les routes départementales 150, en direction de Viersat (prolongée en D 41 dans la Creuse) et 450 en direction du hameau de l'Âge, à l'ouest de Saint-Martinien[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lamaids est une commune rurale[Note 1],[4]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montluçon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 58 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (85,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (63,5 %), zones agricoles hétérogènes (21,7 %), forêts (10,4 %), zones urbanisées (4,4 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Templiers et les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

Lamaids est une ancienne maison de l'ordre du Temple qui faisait partie de la province templière d'Auvergne[Note 3]. Après la dévolution de leurs biens aux Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, Lamaids conserve son statut de commanderie au sein du grand prieuré d'Auvergne[Note 4] puis devient ensuite membre de la commanderie de Lavaufranche[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 Noël Meunier   Retraité EDF
En cours
(au )
Fabien Thavenot[13]   Agent à la Direction interdépartementale des Routes Centre-Ouest[13]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2020, la commune comptait 225 habitants[Note 5], en augmentation de 11,39 % par rapport à 2014 (Allier : −2,17 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
196158226256270270280359389
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
369325326313314337426423446
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
350346347302281268232216232
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
184184166145134136140190218
2020 - - - - - - - -
225--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lamaids dépend de l'académie de Clermont-Ferrand.

La commune forme un regroupement pédagogique avec Quinssaines et Saint-Martinien et y adhère depuis 2003. Les élèves suivent leur scolarité à l'école élémentaire de Quinssaines[18].

Ils poursuivent leur scolarité au collège d'Huriel[19] puis dans les lycées de Montluçon[20].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lamaids Blason
De gueules au chevron d’azur bordé d’or, accompagné en chef à dextre d’une croix de malte d’argent et à senstre d’une tête de cheval coupée du même et en pointe d’un clocher du lieu d’or campané de deux pièces de sable mouvant de la pointe[22].
Détails
Nuvola apps important square.svg
Différences entre dessin et blasonnement : chevron non bordé.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Procès de l'ordre du Temple : « Fratris P. de Las Maiz, qui fuit receptus a fratre Humberto de Conborinio tunc preceptore de Paulhaco, in capella domus Templi de las Maiz, Bituricensis diocesis. »[10]
  4. On trouve un commandeur hospitalier de Laz Maitz en 1374/75[11].
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/allier-03
  2. a et b Carte de Lamaids sur Géoportail.
  3. Fabrice Redon, « Les enfants font revivre le village », dans RCEA : la route de la honte, La Montagne-Centre France, , p. 44.
  4. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  5. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. (la) Jules Michelet, Le procès des Templiers, vol. 1, Paris, Imprimerie nationale, coll. « Documents inédits sur l'histoire de France », , 681 p. (lire en ligne), p. 235, lire en ligne sur Gallica
  11. Georges Guigue, Inventaire-Sommaire des archives départementales antérieures à 1790 : Rhône - Archives Ecclésiastiques - Série H - H1 à H 702 - Ordre de Malte - Langue d'Auvergne, t. I, (lire en ligne), p. 197 (H. 244.)
    Ce document comptable permet de connaître le nom des principales commanderies de la langue d'Auvergne au XIVe siècle (1374-75). « In Bituria: Buxerie et Vallisfranchie ; Corsageti ; de Laz Maitz ; ... ».
  12. G. Janicaud, « Commanderie de Lavaufranche », Mémoires de la société des sciences naturelles et archéologiques de la Creuse, t. 27,‎ , p. 235-239, lire en ligne sur Gallica
  13. a et b « Fabien Thavenot élu maire de Lamaids (Allier) », La Montagne, (consulté le ).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  18. « Secteur scolaire », Mairie de Quinssaines (consulté le ).
  19. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'éducation nationale de l'Allier, (consulté le ).
  20. « Sectorisation des lycées - 2GT - Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'éducation nationale de l'Allier, (consulté le ).
  21. Notice no PA00132753, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. https://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=12109