Quinssaines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Quinssaines
Château de Quinssaines, façade occidentale.
Château de Quinssaines, façade occidentale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Montluçon
Canton Montluçon-4
Intercommunalité Montluçon Communauté
Maire
Mandat
Francis Nouhant
2014-2020
Code postal 03380
Code commune 03212
Démographie
Gentilé Quinssainois[Q 1]
Population
municipale
1 453 hab. (2014)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 19′ 41″ nord, 2° 30′ 40″ est
Altitude Min. 295 m
Max. 483 m
Superficie 25,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Quinssaines

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Quinssaines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quinssaines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Quinssaines
Liens
Site web mairie-quinssaines.fr

Quinssaines est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Quinssaines est située à l'ouest du département de l'Allier et de Montluçon, à la limite avec le département de la Creuse. Elle appartient à Montluçon Communauté depuis 2017[Q 2].

Sept communes sont limitrophes[1] :

Communes limitrophes de Quinssaines
Saint-Martinien Huriel Domérat
Lamaids Quinssaines Prémilhat
Viersat (Creuse) Teillet-Argenty

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Quinssaines est situé sur un plateau immédiatement à l'ouest de la ville de Montluçon ; ce plateau se tient à 400 mètres d'altitude environ et domine ainsi largement le bassin montluçonnais de quelques 200 mètres en moyenne ; il se poursuit encore jusqu'au-delà des limites communales avec des altitudes approchant parfois 450 à 500 mètres. Les sols sont également différents de ceux qu'on trouve à Montluçon.

Le bocage bourbonnais tient pleinement sa place sur la commune, avec de nombreuses haies bocagères qui maillent le paysage et de petits taillis, paysage typique de l'ouest du département de l'Allier.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Quinssaines est traversée par la route nationale 145, axe d'intérêt européen (E62) faisant partie de la Route Centre-Europe Atlantique. Un échangeur, situe à l'est de la commune et à cheval avec Domérat et Prémilhat, la dessert. L'ancien tracé est déclassé dans la voirie départementale (D 745). Par ailleurs, la D 151 relie le centre du bourg à Huriel et Domérat au nord et Teillet-Argenty au sud ; la D 242 mène à Saint-Martinien à l'ouest-nord-ouest, la D 306 au hameau d'Aire au sud-ouest, la D 440 vers Prémilhat au sud-est[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est « attesté en 1120 sous le patronyme de parochia de sancti Marcelli de Quintianis ». Plusieurs appellations existaient. Par ailleurs, ce nom pourrait provenir « de la situation d'une villa, à une cinquième borne », du bas-latin quintana ou périmètre défensif, à cinq milles romains autour d'une cité (Montluçon)[Q 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Quinssaines est une commune appartenant au canton de Montluçon-Ouest. Sa population est composée de 1335 habitants actuellement contre 1067 en 1990. Ces derniers sont appelés les quinssainois. Le nom de Quinssaines est attesté en 1120 sous le patronyme de " parochia de sancti Marcelli de Quintianis ", et en 1158, " villa de Quintianis ". Plus tardivement, on trouve les appellations de Quinciana ou Quincianis, Quincaines, Quincanes, Quinzaines, Quinsaignes, en patois Quinss’nai. Dauzat y voit un nom d’homme latin Quincius avec suffixe ana.On peut aussi penser que ce nom provient de la situation d’une villa, sur une voie antique, à une " cinquième borne ". On ne peut non plus exclure une origine à partir du bas latin quintana ou périmètre défensif, soit une zone de 5 miles en profondeur autour d’une cité, en l’occurrence, ici Montluçon. Quinssaines se trouve en effet sur un point stratégique important, justement à 5 miles romains, soit 7,2 kilomètres de Montluçon.Située presque à la limite du Bourbonnais et de la Marche, la commune de Quinssaines s’est développée sur le versant sud d’un massif rocheux dominant la région immédiate de Montluçon. Ces rochers ont marqué la toponymie de noms curieux et souvent peu explicables, tels que : Les rochers de Boisdijoux, la Pierre Foireuse, la Pierre Grenée, la Pierre d’Argent devenue Pièce d’Argent, les rochers de Bonavent ou du Bon Vent…

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal, élu en 2014, est composé de quatre adjoints[Q 3].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1996 mars 2014 Bernard Ducourtioux DVD  
mars 2014 en cours Francis Nouhant[2] SE Cadre

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Quinssainois[Q 1]. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 453 habitants, en augmentation de 8,59 % par rapport à 2009 (Allier : 0 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
750 344 532 822 696 774 750 771 771
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
709 668 697 822 808 813 867 873 906
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
864 901 903 817 774 755 668 652 649
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
700 715 770 1 050 1 071 1 063 1 041 1 338 1 453
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Au recensement de 2012, Quinssaines est la 40e commune du département[7] et la 176e de la région d'Auvergne[8] en nombre d'habitants. Par ailleurs, c'est la deuxième commune du département qui a gagné le plus d'habitants par rapport à 2007 après Yzeure : 256 habitants[7].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Quinssaines dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. La commune fait partie d'un regroupement pédagogique avec Lamaids et Saint-Martinien[Q 4].

Les élèves commencent leur scolarité dans l'école élémentaire de la commune. Ils la poursuivent dans les collèges[9] et les lycées du secteur de Montluçon[10].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Quinssaines. Façade orientale donnant sur la cour
  • Église Saint-Marcel. Nef romane (XIIe siècle) comportant quatre travées et couverte de tuiles ; à l'est, le chevet est plat. Le clocher actuel a été construit au milieu du XIXe siècle pour remplacer un clocher-mur ; c'est un clocher à flèche octogonale de charpente, flanqué de quatre clochetons d'angle, le tout couvert d'ardoises. À l'intérieur, le chœur a été aménagé en 1843.
  • Chapelle Saint-Jean-Baptiste de Coursage des XIVe et XIXe siècles, à l'emplacement d'une ancienne commanderie de l'ordre de Malte.
  • Château de Quinssaines du XIVe siècle.
  • Croix d'Aires, remise en place en 2010, après restauration par Jean-Luc Bourgain. C'est une croix de grès du XVe siècle, sculptée sur chaque face ; elle porte d'un côté un Christ au milieu d'une couronne et de l'autre la Vierge. Elle était située sur un chemin du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle[11][réf. incomplète].
  • Rochers autour de l'église. Point de vue remarquable (altitude : 418 m) sur le bassin de Montluçon. Table d'orientation à droite de l'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  • Site de la mairie :
  1. a, b et c « Histoire de Quinssaines » (consulté le 23 avril 2016).
  2. « Présentation Commune » (consulté le 23 avril 2016).
  3. « Le Conseil Municipal » (consulté le 23 avril 2016).
  4. « Secteur scolaire » (consulté le 23 avril 2016).
  • Autres références :
  1. a et b Carte de Quinssaines sur Géoportail.
  2. Liste des maires de l'Allier sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 6 juin 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. a et b « Recensement : quelles communes de l'Allier ont gagné le plus d'habitants ? », sur La Montagne, (consulté le 2 janvier 2015).
  8. « Recensement : quelles communes d'Auvergne ont gagné le plus d'habitants ? », sur La Montagne, (consulté le 2 janvier 2015).
  9. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'éducation nationale de l'Allier, (consulté le 23 avril 2016).
  10. « Sectorisation des lycées - 2GT - Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'éducation nationale de l'Allier, (consulté le 23 avril 2016).
  11. Cahiers bourbonnais, n° 213, 2010, p. 48.

Source[modifier | modifier le code]