Marcillat-en-Combraille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marcillat-en-Combraille
Marcillat-en-Combraille
L'église Notre-Dame, nef et clocher.
Blason de Marcillat-en-Combraille
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Montluçon
Intercommunalité Communauté d'agglomération Montluçon Communauté
Maire
Mandat
Patrick Capon
2020-2026
Code postal 03420
Code commune 03161
Démographie
Gentilé Marcillatois[1]
Population
municipale
903 hab. (2018 en augmentation de 1,01 % par rapport à 2013)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 10′ 04″ nord, 2° 38′ 03″ est
Altitude Min. 347 m
Max. 535 m
Superficie 35,21 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Montluçon-3
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Marcillat-en-Combraille
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Marcillat-en-Combraille
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marcillat-en-Combraille
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marcillat-en-Combraille
Liens
Site web marcillatcombraille.fr

Marcillat-en-Combraille est une commune française située dans le département de l'Allier, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située dans les Combrailles, à quelques kilomètres du département du Puy-de-Dôme, le bourg de Marcillat-en-Combraille se situe sur une butte, à 495 mètres d'altitude, dominant les vallées de la Tartasse et du Bouron. Bien que chef-lieu de canton jusqu'en , la commune de Marcillat-en-Combraille est aujourd'hui moins peuplée que celles de Durdat-Larequille et de Villebret, plus proches de Montluçon, sous-préfecture du département de l'Allier.

Depuis les élections départementales de 2015, Marcillat-en-Combraille dépend du canton de Montluçon-3[2].

Huit communes sont limitrophes de Marcillat-en-Combraille, dont deux dans le département limitrophe du Puy-de-Dôme[3],[4].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

En arrivant depuis le nord, l'accès routier s'effectue après une succession de virages en lacet. Le bourg est situé à 22 kilomètres au sud de Montluçon par la route départementale 1089, ancienne route nationale 689. Cette route continue vers Pionsat au sud-est.

Le territoire communal est également traversé par les routes départementales 4 (vers Montaigut), 51 (vers Saint-Fargeol), 151 (vers Terjat), 409 (vers La Petite-Marche), 451 (vers Virlet) et 915 (vers Évaux-les-Bains)[3].

Par le passé, le bourg de Marcillat-en-Combraille était situé sur l'ancienne ligne ferroviaire de Montluçon à Gouttières via Néris-les-Bains et Pionsat.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Marcillat-en-Combraille est une commune rurale[Note 1],[5]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[6],[7]. La commune est en outre hors attraction des villes[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (90,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (90,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (63,4 %), zones agricoles hétérogènes (26,7 %), forêts (8,2 %), zones urbanisées (1,7 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, Marcillat obtient une charte de franchise, octroyée en 1258 par Guillaume de Rochedagoux ; cette charte est semblable à celle de Montluçon de 1242. Le seigneur est représenté par un bailli. La censive annuelle va de 6 sous à 1,50 sou. Cette charte contient 53 articles ; elle fut confirmée en par Louis Ier de Bourbon.

En 1973, le comte de Durat installe dans son château du Ludaix Michel-Georges Micberth (1945-2013), pamphlétaire et homme politique qui dirige la Nouvelle Droite française. Celui-ci est arrêté le pour avoir détenu un chéquier volé au nom de l'ancien président de la République Georges Pompidou. C'est l'affaire dite des chèques Pompidou.

En 1991, Marcillat-en-Combraille est jumelée avec la ville de Wadersloh, en Allemagne (Rhénanie-du-Nord-Westphalie).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Henri Désarménien[12] Droite Notaire
Conseiller général
    Pierre Bitard   Vétérinaire
Conseiller général
  Maxime Chatron    
Bernard Barraux DVD puis UMP Industriel
Sénateur (1989-2008)
Conseiller général (1973-2011)
Christian Chito DVD Vétérinaire retraité
Conseiller général du canton de Marcillat-en-Combraille
Conseiller départemental du canton de Montluçon-3
Vice-président du conseil départemental[Note 2]
Président de la communauté de communes du Pays de Marcillat-en-Combraille[13]
[MC 1] En cours
(au )
Patrick Capon   Retraité de la Police Nationale

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Marcillat-en-Combraille dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère une école élémentaire publique[14].

Les élèves poursuivent leur scolarité au collège de La Combraille, situé dans la commune[14], puis dans les lycées de Montluçon[15].

Télécommunications[modifier | modifier le code]

Internet[modifier | modifier le code]

Le (très) haut débit est en cours de déploiement. Pour les entreprises, le FTTO (Fibre to the Office) est prévu pour le troisième trimestre 2018. Actuellement, le débit xDSL (Pro) varie entre 10 et 85 Mbit/s au centre du village.

GSM / Mobiles[modifier | modifier le code]

À mi-2016, selon les mesures des l'Arcep[16] :

  • 4G : Tous opérateurs confondus, 33 % de la commune est couverte en 4G avec 0 % chez Bouygues, 33 % chez Free, 2 % chez Orange, 0 % chez SFR ;
  • 3G : 58 % chez Bouygues, 98 % chez Free, 99 % chez Orange et 75 % chez SFR ;
  • 2G : 86 % chez Bouygues, 99 % chez Free, 99 % chez Orange et 82 % chez SFR.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18].

En 2018, la commune comptait 903 habitants[Note 3], en augmentation de 1,01 % par rapport à 2013 (Allier : −1,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4141 1291 3681 4931 5921 7761 7041 7951 755
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7361 7281 8101 9561 9602 0132 0752 0952 075
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0632 0491 9571 7861 7961 5881 5291 4251 290
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 2071 1471 011976866912902898898
2018 - - - - - - - -
903--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Le jeudi est le jour du marché local.
  • Marché de printemps et Marché de Noël.

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

  • Avenir Combraille : football.
  • Hand' Combraille : handball.
  • T.C. Marcillat : Tennis-Club des Combrailles.

Médias[modifier | modifier le code]

Trois stations FM sont diffusées sur le secteur : la radio locale Radio Tartasse 106.2, RMB 103.9 et Europe 1 105.0.

Économie[modifier | modifier le code]

Commerçants - artisans - entreprises[modifier | modifier le code]

Marcillat-en-Combraille compte une vingtaine de commerçants et artisans. La plupart d'eux sont réunis dans l'ATIC (l'association des travailleurs indépendants de la Combraille).

La zone d'entreprise accueille divers entreprises.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame. Vue de la place du Donjon
Église Notre-Dame. Vue de la place du Donjon
  • Église Notre-Dame, datant des XIIe et XIXe siècles et possédant un chevet roman, inscrit au titre des monuments historiques en 1933[21].
  • Château du Courtioux, une grande bâtisse qui avec ses dépendances et son parc, à proximité immédiate du bourg, fut achetée en 1961 par la ville de Sarcelles et accueillit de cette date à 1991, des colonies de vacances de cette commune de la région parisienne[22].
  • Château du Ludaix, château construit au début du XIXe siècle à l'emplacement d'une gentilhommière du XVe siècle. Il a conservé son donjon médiéval.
  • Château de la Romagère.
  • Château de Fougères.
  • Château de Marcillat, dans le centre du bourg.

Associations[modifier | modifier le code]

  • Arverni, résidence d'artistes. Arverni a pour but de soutenir par tout moyen la création et la recherche artistiques, ainsi que d’amener la population locale à participer activement pour s’enrichir culturellement.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Marcillat-en-Combraille.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
D’azur au lion échiqueté d’or et de gueules, à la cotice d’argent brochant sur le tout.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Michel Peynot, Marcillat et ses environs, La Petite-Marche,
    réimpressions : Marseille, Laffitte Reprints, 1980 ; en 2008, Le Livre d'histoire-Lorisse (ISBN 978-2-7586-0222-4).
  • Édouard Garmy, Marcillat et ses environs,
    réimpression : Le Livre d'histoire-Lorisse, 1993 (ISBN 2-7428-0267-3).
  • Pierre Goudot, Microtoponymie rurale et histoire locale : dans une zone de contact français-occitan, la Combraille. Les noms de parcelles au sud de Montluçon, Montluçon, Société archéologique de Montluçon, coll. « études archéologiques », 2004, 488 p.  (ISBN 978-2-915233-01-8).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. 5e vice-président du conseil départemental de l'Allier chargé des ressources humaines, de l'administration générale et du numérique[13].
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  • Site de la mairie :
  1. Page d'accueil du site de la mairie, consultée le .
  • Autres sources :
  1. https://www.habitants.fr/allier-03
  2. Décret no 2014-265 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Allier.
  3. a et b Carte de Marcillat-en-Combraille sur Géoportail.
  4. « Marcillat-en-Combraille », sur Lion 1906.
  5. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  6. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. « gw.geneanet.org/mangerel?lang=… »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  13. a et b « MONTLUCON-3 », sur le site du conseil départemental de l'Allier (consulté le ).
  14. a et b « Annuaire : Résultats de recherche », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  15. « Sectorisation des lycées - 2GT - Allier » [PDF], sur le site de l'académie de Clermont-Ferrand, Inspection académique de l'Allier, (consulté le ).
  16. « Quel réseau mobile couvre le mieux votre commune ? »
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. Notice no PA00093148, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. Gaëlle Chazal, « Le château du Courtioux a été entièrement rénové pour accueillir de nouvelles populations », sur lamontagne.fr, .