Cumbia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Cumbia
Image dans Infobox.
Monument à la cumbia du Carnaval de Barranquilla, de Barranquilla en Colombie.
Détails
Origines stylistiques
Origines culturelles
Instruments typiques
Caña de millo, kuisi, tambor alegre, tambor llamador, tambora, caja vallenata, guache, maracas, güiro/güira, cabasa, accordéon diatonique, guacharaca, clarinette
Popularité
Élevée dans les années 1990 et 2000 en Amérique latine et au Mexique, modérée actuellement
Sous-genres
Cumbia classique, cumbia sabanera, cumbiamba, cumbia vallenata
Genres associés

La cumbia ou cumba est un genre musical de musique colombienne et une danse traditionnelle folklorique[1] ayant émergé au XVIIe siècle en Colombie[2]. D'abord connue sous le nom de cumba, la cumbia s'est néanmoins répandue en Amérique latine, particulièrement en Bolivie, au Pérou et en Argentine, où elle s'est mélangée aux style musicaux locaux.

À l'origine, les tambours des esclaves servaient à accompagner les veilles funéraires. Les peuples amérindiens des Antilles ont ensuite ajouté à ces rythmes des ocarinas, des flûtes de roseau et des gaïtas (sorte de longues flûtes amérindiennes) aux mélodies, aux paroles et à la danse importés par les colons espagnols.

Il existe de nombreux sous-genres tels que la cumbia classique[3] et des variantes régionales associées telles que la cumbia mexicaine, la cumbia péruvienne et la cumbia villera.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot cumbia viendrait de la langue bantu dérivant du mot cumbé, rythme et danse de Guinée équatoriale (Afrique de l'Ouest), plus précisément de la zone de Mbata. Selon Guillermo Abadía Morales, le terme de cumbia a une relation avec le mot cubain cumbancha qui signifie fête, petit orchestre. La cumbia est un terme qui désigne une musique, un rythme et non un chant. Les défenseurs de la thèse de l'origine aborigène de la cumbia font remonter son nom à celui de Cumbague, un chef emblématique des Pocabuy[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fête populaire à El Hatillo au Panama, en 1890, avec les instruments traditionnels.

La cumbia est née dans les années 1960[1], dans la partie haute de la vallée du río Magdalena à l'est de la Colombie dans l'espace géographique appelé dépression Momposina (es), plus précisément dans la zone qui correspond au pays indigène Pocabuy de la région Caraïbe, avec en particulier Cumbia Sobre El Mar (Marta la Reyna)[5] (cumbia sur la mer, la reine Marta, en espagnol, du groupe Trio Serenata, composée en 1962 par Rafael Mejia Romaní, en hommage de la beauté légendaire de Marta Ligia Restrepo González, surnommé la reine Marta, élue Miss Colombie 1962, et reine du Carnaval de Barranquilla 1963). La cumbia est une danse et un rythme élaborés à travers le métissage culturel entre la culture africaine avec l'apport des esclaves, la culture européenne avec la colonisation espagnole en Colombie et la culture des peuples indigènes[6],[7].

Danseuses de cumbia en Colombie.

Les esclaves africains de cette région se sont servis de chants nommés areítos, qui signifie danser en chantant, pour conter l'histoire de leur groupe ethnique et de faits dignes d'être conservés en mémoire. Ainsi ces chants étaient une leçon historique que gardaient en mémoire ceux qui l'entendaient[4].

Parade de cumbia en Colombie

La présence de ces éléments culturels peut s'apprécier ainsi : par des présence de mouvements charnels, caractéristique des danses d'origine africaine, et par les costumes de cette danse s'inspirent de ceux de la culture espagnole, et sont très proches des habits de l'actuel flamenco : jupes longues, dentelles, paillettes, etc., sans oublier l'intense maquillage des femmes et leur coiffure de fleurs. Les habits masculins eux sont plus proches de ceux utilisés pendant les encierros (tradition selon laquelle les taureaux sont conduits à travers la ville jusqu'au toril avant la corrida), les fêtes de San Fermín à Pampelune : chemise et pantalon blanc, un foulard rouge porté au cou et un chapeau. Pour ce qui est du style musical, les tambours sont d'origine africaine, les maracas, les sifflets et les flûtes d'origine indienne, tandis que les chants et chansons populaires viennent de la poésie espagnole, bien qu'adaptée à la cumbia.

Danseurs de cumbia colombiens

Le premier groupe officiel de cumbia est formé en 1877. Il s'agit de Cumbia Soledeña, et leur chanson la plus connue était Pa gozá el carnaval[4].

Danseurs folkloriques colombiens

Au Panama, la cumbia panaméenne date de l'époque coloniale et a son épicentre dans les provinces centrales. Les différentes déclinaisons régionales ont une descente de la composition chorégraphique et musicale principalement de l'Afrique. Ils font aussi remarquer l'instrumentation et des pas de danse originaux de l'espagnol (l'Andalousie et de Galice), et dans une moindre mesure autochtones[8],[9].

Sous-genres[modifier | modifier le code]

Cumbia classique[modifier | modifier le code]

Llamador colombien.

La cumbia classique (espagnol : cumbia clásica), ou cumbia traditionnelle[4], se compose d'instruments comme la kuisi sigí et la kuisi bunzí qui sont deux types de flûtes indiennes, de maracas, à l'origine faites dans une citrouille et avec à l'intérieur des grains de maïs ou des petites pierres. Il s'agit d'un air dit zambo, c'est-à-dire né de la fusion entre la culture noire et indienne[4]. Ainsi, dans sa composition, on trouve également plusieurs types de tambours qui créent le rythme, à savoir el Llamador (celui qui appelle) tenant le contre temps, l'Allegre, dérivé des congas africaines ayant une sonorité typique de la cumbia, elle tient les solos, ainsi que la Tambora: cylindre délimité par deux peaux et se jouant avec des baguettes, celle-ci fut rajoutée a posteriori pour son caractère festif. Facultativement on y ajoute las guacharacas, un grattoir. La mélodie est donc indienne et le rythme africain. Cette cumbia est seulement dansée, jamais chantée.

Cumbiamba[modifier | modifier le code]

Groupe folklorique d'enfants jouant d'instruments de cumbia, tambour, flûtes et maracas.

La cumbiamba est une variante de la cumbia qui serait née du fait que les esclaves africains ont commencé à parler et ainsi à chanter en castillan. La danse, elle, aussi change car les femmes ne portent pas de voiles à leurs mains. L'instrumentation varie elle aussi, incluant l'accordéon et la flûte de Pan. Chaque membre du groupe a son propre rôle : le premier musicien est le flûtiste, le second joue du tambour, le troisième aussi mais lui joue avec des baguettes, le quatrième n'utilise que sa voix, on l'appelle llamador (celui qui appelle), le cinquième joue des maracas et aussi de la flûte et le dernier est un autre flûtiste mais il n'est pas toujours présent[4].

Cumbia moderne[modifier | modifier le code]

Celle-ci est chantée, aux instruments cités antérieurement s'ajoutent l'ocarina, les flûtes de roseau et d'autres types de tambours, tous ces instruments étant typiques de l'Amérique du Sud. Cette cumbia a donné lieu à la naissance d'autres types musicaux comme le bullerengue[10] ou la saloma[4].

Genres régionaux[modifier | modifier le code]

Panama[modifier | modifier le code]

Parade de cumbia au Panama

Originaire de la Péninsule d'Azuero, la cumbia est traditionnellement jouée à l'aide d'un rabel, un tambour panaméen, et un guáchara ou encore un churuca, le tambour pujador ou llamador , et une guitare. Elle jouit d'une grande popularité dans le pays et c'est la forme qui a la plus évoluée au Panama. La danse traditionnelle est réalisée sous la forme de quatre mouvements : paseo, seguillida, cruce et zapateo. Les femmes son traditionnellement vêtues de jupes de luxe, et les hommes de maillot de corps blanc ou d'une chemise avec un chapeau pintao. La cumbia santena possède des sous-variantes[réf. souhaitée].

  • cumbia cerrada (cumbia fermée) : elle est rapide, en forme de chaîne de couples de la danse dans un groupe de cercle et brièvement fermé puis rouvert.
  • cumbia abierta (cumbia ouverte) : elle est lente et avec un pas dansé dans un groupe.
  • cumbia zapateada : les danseurs tapent du pied en rythme avec la musique.
Tambora panaméenne.
  • cumbia atravesada : cumbia au rythme vif et rapide, traditionnellement plus festive et avec des mouvements plus libres.

Dans la province de Coclé, les thèmes des chansons peuvent aborder la faune, la cuisine, ainsi que des plaisanteries ou des aspects de la vie quotidienne des paysans. La danse est rythmée par des mouvements de la hanche. Une particularité est d'utiliser comme instrument de musique un mortier. Cette cumbia est issue des communautés d'origine amérindienne du district de Ocu et de la province de Veragua. La mejoranera est une guitare typique du Panama. Les danseurs frappent le sol avec leurs semelles[réf. souhaitée].

Autres pays[modifier | modifier le code]

Groupe folklorique colombien de cumbia.

De nombreux pays ont leur propre variante de la cumbia, comme c'est le cas avec l'Argentine avec la cumbia villera, le Pérou avec la chicha[11] (le terme chicha est plus fréquemment utilisé pour les variations musicales antérieures aux années 1990), le Mexique avec la cumbia sonidera, la cumbia banda ou la tecnocumbia. La cumbia péruvienne prend son essor dans les villes de l'Amazonie, et fait partie intégrante aujourd'hui de l'identité péruvienne et porte des noms comme la cumbia guaracha, la cumbia psychédélique, la cumbia amazonienne ou tout simplement la cumbia péruvienne.

En 1966, le péruvien Enrique Delgado fonde Los Destellos, et décide avec le groupe de reprendre la cumbia mais en troquant l’accordéon colombien pour la guitare électrique. A cet influence rock se mêle aussi des caractéristiques de la musique criolla et donne naissance à la cumbia péruvienne[12]. La cumbia péruvienne est aujourd’hui très populaire du Pérou. Les habitants de la capitale la considèrent comme le style le plus représentatif de leur ville[12]. Les chansons La Colegiala ou encore Las Limeñas du groupe Los Ilusionistas ont suscité un grand intérêt dans le monde entier.

Interprètes et diffusion[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Illustration de cumbia panaméenne
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Des difficultés à utiliser ces médias ?

En 1950, la première cumbia est enregistrée. Lucho Bermúdez crée Danza negra (danse noire) connue aussi sous le nom de cumbia colombiana, chantée par Matilde Díaz[13]. En 1953, Flamenco, une cumbia composée par Soledeño Efraín Mejia est lancée[14]. En 1955, apparait le groupe typique Cumbia de Juan Corralito. Dans le même temps, apparait la cumbia de Antonio Lucia Pacheco, avec la pièce musicale Once de noviembre (trad. : « Onze novembre »).

Dans les années 1970 et 1980, le musicien mexicain Rigo Tovar (surnommé le « Jim Morrison mexicain »)[15] mélange la cumbia et le rock utilisant par exemple des guitares électriques, des synthétiseurs, cette fusion s'appelle le cumbia-rock.

Les principaux groupes qui ont diffusé la cumbia et ce au niveau national ou international sont :

Avec tous ces interprètes et l'influence qu'a eue cette musique, il est logique de parler de cumbia lorsque l'on parle de musique colombienne.

Principaux artistes et groupes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Latin » Mexican Traditions » Cumbia », sur AllMusic (consulté le ).
  2. « La Cumbia, une musique de Colombie », sur passion-ameriquelatine.com, (consulté le ).
  3. (es) « La Cumbia: aprende a bailar este ritmo latino », sur dancemotion.es (consulté le ).
  4. a b c d e f et g « Introduction à la Cumbia », sur Audiofanzine, (consulté le ).
  5. a et b [vidéo] Trio Serenata - Cumbia Sobre el Mar sur YouTube.
  6. (es) « La Cumbia - Plaza Colombia ».
  7. Eddie Ferreira, « Ritmos de Colombia ».
  8. (en) Garay, Narciso, Traditions and Songs of Panama: Folk Essay, Belgique, Belge De L'exoansion, .
  9. Mallet, Obarrio Matilde, Vda. of, Sketch of Colonial Life, Panama, Panama Printer, . 61: illus. , 22 cm.
  10. (es) « El Bullerengue (Baile) - EcuRed », sur ecured.cu (consulté le ).
  11. « De la cumbia à la chicha : Lima, le creuset péruvien », sur France Culture (consulté le ).
  12. a et b « Parlons musique - les origines et influences musicales péruviennes », sur Phima Voyages, (consulté le ).
  13. (es) « Luis Carlos Meyer: 105 años del Rey del Porro », sur radionacional.co, (consulté le ).
  14. (es) « Instrumentos, origen, autores y historia de la cumbia - Trabajos ... », sur americasalsa.com (consulté le ).
  15. (es) « Rigo Tovar ciego, pobre y alcohólico; así fue el triste final del "Jim Morrison mexicano" », sur heraldodemexico.com.mx, (consulté le ).
  16. [vidéo] La Colegiala - Rodolfo Aicardi y Su Tipica Ra7 / Discos Fuentes sur YouTube
  17. [vidéo] Caffè Nescafè 1985 La colegiala sur YouTube
  18. (es) « Los Gaiteros de San Jacinto nominated for Latin Grammy award for best folk album 2020! », sur thecarverystudio.com (consulté le ).
  19. « Andrés Landero – La muerte de Eduardo Lora », sur tropicalites.world (consulté le ).
  20. (en) « Aniceto Molina Biography », sur AllMusic (consulté le ).
  21. (es) « Biografia de Anibal Velasquez », sur El Vallenato, (consulté le ).
  22. Guillaume Schnee, « "El Amor No Es Para Los Débiles", la chicha contemporaine de Bareto », sur fip.fr, (consulté le ).
  23. (en) « Bomba Estéreo Biography », sur AllMusic (consulté le ).
  24. (en) « Celso Piña Biography », sur AllMusic (consulté le ).
  25. (en) Thom Jurek, « Chico Trujillo Biography », sur AllMusic (consulté le ).
  26. (en) Thom Jurek, « El Hijo de la Cumbia Biography », sur AllMusic (consulté le ).
  27. (es) « Históricos de la cumbia chilena se unen para revivir a un clásico », sur cooperativa.cl, 27 septiembre 2019 (consulté le ).
  28. (en) Jason Birchmeier, « Los Kumbia Kings Biography », sur AllMusic (consulté le ).
  29. (en) Drago Bonacich, « La Sonora Dinamita Biography », sur AllMusic (consulté le ).
  30. (en) Thom Jurek, « La Yegros Biography », sur AllMusic (consulté le ).
  31. (en) Craig Harris, « Lisandro Meza Biography », sur AllMusic (consulté le ).
  32. (en) Richie Unterberger, « Un Fuego de Sangre Pura Review », sur AllMusic (consulté le ).
  33. (en) Thom Jurek, « Ondatrópica Biography », sur AllMusic (consulté le ).
  34. (en) Thom Jurek, « Pastor López Biography », sur AllMusic (consulté le ).
  35. « Rafael Mejia Romaní », sur www.discogs.com (consulté en )
  36. (en) Thom Jurek, « Sonido Gallo Negro Biography », sur AllMusic (consulté le ).
  37. (en) Steve Huey, « Totó la Momposina Biography », sur AllMusic (consulté le ).
  38. (en) Thom Jurek, « Quantic Biography », sur AllMusic (consulté le ).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]