Totó la Momposina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Totó la Momposina
Description de cette image, également commentée ci-après

Totó la Momposina en 2010

Informations générales
Nom de naissance Sonia Bazanta Vides
Naissance
Talaigua Nuevo (Bolívar) Drapeau de la Colombie Colombie
Activité principale Chanteuse et compositrice
Genre musical cumbia, porro, mapalé
Années actives 1974-présent
Site officiel http://www.totolamomposina.com/

Sonia Bazanta Vides, née à Talaigua Nuevo (Bolívar) le [1],[2] et plus connue sous le nom de Totó la Momposina, est une chanteuse, danseuse et compositrice pratiquant les musiques et danses traditionnelles de la région Caraïbe de Colombie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sonia Bazanta Vides naît le dans le village de Talaigua Nuevo, situé sur Mompos, une île du fleuve Magdalena, dans le département de Bolívar) en Colombie[1]. Elle est la fille de Daniel Bazanta et de Livia Vides[3]. Ses parents sont savetiers de métier[3]. Sa famille, qui a des racines afro-indiennes, pratique la musique depuis plusieurs générations (entre autres, son père joue du tambour et sa mère pratique le chant et la danse)[4]. Sonia apprend le chant et la danse dès l'enfance et se produit dès l'âge de 8 ans[3]. En 1948 éclate la guerre civile appelée la Violencia et la famille de Toto fuit vers la capitale Bogota, où ses parents recommencent leur commerce de savetiers à zéro[3]. Pendant l'adolescence de Sonia, son père achète un grammophone RCA Victor et emmène sa fille tous les samedis pour acheter des disques. Ils se procurent ainsi notamment des albums des Beatles et des Rolling Stones qu'ils écoutent en faisant la fête avec leurs amis, et Sonia apprend de cette façon le twist et le rock'n'roll[3].

Dans les années 1950, la mère de Sonia, Livi Vides, crée à Bogota un groupe de danse afro-indienne appelé Danzas del Caribe[3]. Livia veut que ses enfants soient fiers de leur culture afro-indigène. C'est au sein de ce groupe que Sonia commence à chanter de manière professionnelle. Sonia se déplace de village en village pour y apprendre rythmes et danses locales et s'améliorer dans l'art de la cantadora (chanteuse). Sa musique s'inspire des chansons de travail des femmes et des hommes des villages (pueblos) faites pour accompagner les tâches pénibles de la vie quotidienne, comme la préparation du maïs, le lavage des vêtements ou la construction des embarcations[4].

Sonia entame sa carrière de chanteuse professionnelle dans les années 1960 et prend le pseudonyme de Totó la Momposina ("Momposina" signifiant "originaire de Mompos", son île natale). En 1968, elle prend la tête de son propre groupe musical[4]. Elle se donne pour but de faire connaître les musiques traditionnelles colombiennes des campagnes, peu connues des citadins. À ses débuts, elle est en bute aux moqueries et à l'incompréhension des gens qui ne comprennent pas les sonorités auxquelles elle recourt. D'autres personnes reconnaissent la qualité de sa musique mais affirment qu'elle ne pourra jamais recevoir de prix car ses chansons ne sont pas assez commerciales[5].

Dans les années 1970, Totó la Momposina commence à se produire à l'international[3]. Elle ressent une attirance particulière pour l'Europe, en particulier pour la France et le Royaume-Uni ; à ce moment, les Européens sont davantage ouverts à ce qu'elle fait que les Colombiens[3]. En 1982, l'écrivain Gabriel García Márquez l'emmène en Norvège et elle chante pour la remise de son prix Nobel de littérature à Stockholm[6]. Par la suite, Totó vit à Paris pendant plusieurs années : elle y chante dans le métro, étudie à la Sorbonne où elle se forme à l'organisation de spectacles et fait paraître son premier album[3],[6]. En 1984, elle est contactée par Thomas Brooman qui l'invite à se produire au Royaume-Uni au festival World of Music Arts and Dance, le WOMAD, où elle revient l'année suivante. Les années suivantes sont difficiles : Totó tombe malade, elle a des problèmes de voix, elle souffre du mal du pays et a du mal à intéresser l'industrie de la musique[3]. En 1989 sort son album Totó la Momposina y sus Tambores, édité chez Aspic et distribué par Audivis[6]. En 1991, elle est recontactée par le festival WOMAD via le Ministère de la culture britannique et peut ainsi organiser une tournée internationale. Totó emmène avec elle son fils Marco Vinicio, ses filles Angelica Maria et Euridice et son petit-fils Maria del Mar[3]. À Londres, elle rencontre l'organisateur britannique de la tournée, John Hollis, qui devient un collaborateur régulier. Totó l'invite en Colombie à Carthagène des Indes pour y organiser ses spectacles ; là, il tombe amoureux de l'une des filles de la chanteuse, Euridice[3].

Totó la Momposina entre alors en relation avec le label Real World Records et commence à se faire de mieux en mieux connaître[3]. En 1993, grâce à son travail avec MTM, elle édite un album en Colombie, La Candela Viva[3]. En 1994, elle revient en Europe et se produit notamment à Madrid, à Paris et à Londres[3]. Elle s'installe ensuite quelques années au Royaume-Uni pour son travail, à Sudbury (dans le Suffolk) puis à Bath[3]. Les années suivantes la voient circuler entre le Royaume-Uni, la France et la Colombie. Quelques années après, Totó la Momposina retourne en Colombie afin de garder le contact avec les cultures musicales de son pays[3].

En 2011, Totó la Momposina collabore avec la chanteuse mexicaine Lila Downs pour le clip de cette dernière, Zapata se queda, dans l'album Pecados y Milagros.

Pendant l'été 2015, Totó la Momposina fait une tournée en Europe. En France, elle chante à Lyon aux Nuits de Fourvière, au Cabaret sauvage de Paris, et au Festival du bout du monde de Crozon.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • El Tató (1980)
  • Cantadora (1983)
  • Colombia - Totó La Momposina Y Sus Tambores (1989)
  • La Candela Viva (1993)
  • Carmelina (1995)
  • Pacantó (2000)
  • Gaita Y Tambores (2002)
  • La Bodega (2010)
  • El Asunto (2014)
  • Tambolero (2015)

Récompenses[modifier | modifier le code]

Totó la Momposina a remporté plusieurs Latin Grammy Award en 2011 et 2013 et a fait partie des finalistes pour ces prix plusieurs autres fois[7]. Elle a été finaliste pour le Premio Nuestra Terra de la Meilleure performance folk de l'année en 2014. En 2015, elle a été finaliste pour le Grammy Award du Meilleur album latino tropical[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b BnF
  2. (es) Banrepcultural
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q Information présente dans le livret de l'album Tambolero (2015).
  4. a, b et c Biographie sur le site du label de musique Real World Records. Page consultée le 20 juin 2015.
  5. Totó la Momposina : "la musique va au-delà des armes, des divisions et des langues", entretien avec Totó la Momposina sur le blog Mediapart de Frituremag, le médias des possibles dans le Grand Sud. Page consultée le 17 juillet 2015.
  6. a, b et c « Toto ou l'appel du tambour », article de Martine Lachaud dans L'Express le 29 mai 1997. Page consultée le 17 juillet 2015.
  7. Base de données des Latin Grammy Awards, sur le site des Grammy Awards. Page consultée le 20 juin 2015.
  8. Base de données des lauréats des Grammy Awards sur le site des Grammy Awards. Page consultée le 20 juin 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]