Culture de la Bolivie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Uros people-Lake Titicaca.jpg

La Bolivie est un pays d’Amérique latine qui dispose d'importantes richesses culturelles et naturelles. La culture est très riche, typique et ancestrale. La culture bolivienne est inspirée des civilisations précolombiennes et elle est composée de nombreux rites. Les Boliviens y sont très attachés, tant au niveau gastronomique, religieux où domine le catholicisme, que traditionnel et festif. Le tissage reste une activité artisanale majeure, et permet la confection de vêtements très colorés et différents selon les occasions. La langue la plus parlée est l'espagnol, mais le pays dispose de diverses autres langues régionales. Actuellement, le pays est dirigé par Cristiano Morales.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

La gastronomie[1] a une place importante en Bolivie, la cuisine est très riche et variée. Les Boliviens sont de grands producteurs de quinoa. Le pays dispose aussi d’une capitale gastronomique, Cochabamba, réputée pour son plat typique le pique macho. On y trouve des plats basés principalement sur le maïs et la viande tels que, le plato placeño, la sajta de pollo, le chicharon ou encore le picante mixto.

Le met le plus typique est la salteña, souvent consommé dans la matinée. La sopa de mani, soupe de viande et de cacahuètes, peut être quant à elle la seule nourriture de la journée; elle est traditionnellement dégustée le dimanche en famille. Certaines spécialités appartiennent à des régions boliviennes telles que le chorizo à Sucre, la saice à Tarija, composé de viande hachée épicée et de riz, et la truite Titicaca à Trucha.

Concernant les desserts, on y trouve beaucoup de chocolats notamment le ceibo qui est un chocolat noir d’excellence.

Les boissons sont aussi importantes et sont principalement à base de plantes. La tisane de coca en est l’une des principales ainsi que la chicha qui est une boisson alcoolisée à base de maïs ayant des effets sur les fonctions motrices. Les Boliviens apprécient particulièrement les vins chiliens, les bières et le café qui reste très consommé et produit de façon artisanale.

Fêtes et jours fériés[modifier | modifier le code]

Dates Noms Remarques
2 janvier Jour de l’an
22 janvier Fondation de l’État plurinational Disparition de la République
2 février Carnaval d'Oruro
6 avril (2012) Vendredi Saint Date différente chaque année
1er mai Fête du travail
27 mai Fête des mères
21 juin Nouvel an Aymara
6 août Fête de l’indépendance
2 novembre Fête des morts
25 décembre Noël

Sport[modifier | modifier le code]

Le sport[2] national le plus pratiqué en Bolivie est le football. Il a connu ses débuts en 1886 à Oruro avec son club Oruro Royal. Le football fait partie de l’histoire de la Bolivie et c’est donc un sujet récurrent entre les Boliviens. En 1993, la Bolivie a été très fière de l’évolution d’enfants pauvres devenus des stars et aujourd’hui au cœur de l’Équipe de Bolivie de football, tel que Erwin Sánchez. Cependant le niveau de l’équipe n’est pas des plus élevés.

Le trekking est également pratiqué en Bolivie notamment grâce à la Cordillère des Andes du fait de son importante altitude. Ce sport n’est pas assez développé au niveau des infrastructures pour accueillir les visiteurs et sportifs.

D'autres sports sont pratiqués comme la planche à voile sur le lac Titicaca, le vélo, la randonnée à pieds ou à cheval, la natation ou encore le golf.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Musées et autres institutions[modifier | modifier le code]

Liste du Patrimoine mondial[modifier | modifier le code]

Le programme Patrimoine mondial (UNESCO, 1971) a inscrit dans sa liste du Patrimoine mondial (au 12/01/2016) : Liste du patrimoine mondial en Bolivie.

Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité[modifier | modifier le code]

Le programme Patrimoine culturel immatériel (UNESCO, 2003) a inscrit dans sa liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité (au 15/01/2016) :

  • 2011 : Le carnaval d’Oruro[3],
  • 2014 : La cosmovision andine des Kallawaya[4],
  • 2015 : La sauvegarde du patrimoine culturel immatériel des communautés Aymara de la Bolivie, du Chili et du Pérou[5],
  • 2016 : L’Ichapekene Piesta, la plus grande fête de Saint Ignace de Moxos[6],
  • 2020 : Pujllay et Ayarichi : musiques et danses de la culture yampara[7].


Registre international Mémoire du monde[modifier | modifier le code]

Le programme Mémoire du monde (UNESCO, 1992) a inscrit dans son registre international Mémoire du monde (au 15/01/2016) :

  • 2007 : Échantillon de la richesse documentaire de la musique coloniale d’Amérique[8],
  • 2011 : Fonds documentaire de la Cour d' Audiencia royale de La Plata[9],
  • 2013 : Collection des manuscrits musicaux de la Cathédrale de La Plata[10],
  • 2013 : Collection de documents « La vie et l’œuvre d’Ernesto Che Guevara : des manuscrits originaux de son adolescence et sa jeunesse au Journal de campagne en Bolivie »[11].


Tradition[modifier | modifier le code]

Marché de Cochabamba

Les Boliviens sont très attachés au maintien de leurs traditions ancestrales[12],[13], c’est souvent pour eux l’occasion de faire la fête et de se retrouver. Les traditions les plus courantes sont les suivantes :

  • Les marchés boliviens dont le plus connu est le marché de la Punata, ville de Cochabamba.
  • La feuille de coca est vendue sur des marchés spécifiques et a des vertus médicinales.
  • Le tissage andin est différent selon les groupes ethniques car chacun dispose de ses propres matières, couleurs, formes, symboles. Leurs tissus peuvent être interprétés et lus comme une vision du monde. Il existe trois techniques de tissage : le tissage vertical qui est le plus répandu, le tissage à la ceinture, et le tissage horizontal.
  • La K’oa est une bénédiction qui se déroule chaque premier vendredi du mois pour inaugurer une maison, une voiture ou toute autre nouvelle acquisition. Durant cette tradition, les Boliviens brûlent des papiers sur lesquels on trouve entre autres des décorations et des textes.
  • Le carnaval d’Oruro, classé au patrimoine mondial de l’humanité, est le plus renommé en Bolivie.
  • La fête de San Juan ou la tradition du feu veut que l’on allume un feu où chacun peu brûler ce qu’il souhaite. Le feu est symbole de santé, de prospérité et de fertilité.
  • Les Alasitas qui signifie « achète-moi », est une tradition où l’on achète des miniatures qui représentent un rêve que l’on souhaite réaliser en l’offrant à Ekéko le dieu de l’abondance. À travers cette croyance les Boliviens pensent qu’en ayant la chose en petit, il sera plus facile de l’avoir en grand.

Religion[modifier | modifier le code]

La religion[14] et l'Église tiennent une place très importante dans la société bolivienne. Le catholicisme est la religion d'État.(plus maintenant. La constitution de 2009. actuellement en vigueur stipule que l'état est indépendant de la religion. Châpitre 12 article 41). Il y a en Bolivie 400 000 églises et groupes protestants.

La plupart des Boliviens sont catholiques et vont à la messe deux fois par jour. Cette religion a été imposée par les Espagnols et est une institution car elle est même enseignée à l’école, bien que le nombre de protestants augmente dans le pays. Le rapport à la terre est sacré et la Pachamama, déesse de la fertilité, reste une divinité à honorer. Les Boliviens lui offrent des feuilles de coca, de l’alcool et le sang des animaux. Ils croient au soleil, à la lune, à la terre et à la montagne.

Musique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique bolivienne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.voyage-bolivie.com/infos/gastronomie-bolivie
  2. http://www.routard.com/guide/bolivie/1557/sports_et_loisirs.htm
  3. http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/le-carnaval-doruro-00003
  4. http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/la-cosmovision-andine-des-kallawaya-00048
  5. http://www.unesco.org/culture/ich/fr/BSP/la-sauvegarde-du-patrimoine-culturel-immateriel-des-communautes-aymara-de-la-bolivie-du-chili-et-du-perou-00299
  6. http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/lichapekene-piesta-la-plus-grande-fete-de-saint-ignace-de-moxos-00627
  7. http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/pujllay-et-ayarichi-musiques-et-danses-de-la-culture-yampara-00630
  8. http://www.unesco.org/new/fr/communication-and-information/flagship-project-activities/memory-of-the-world/register/full-list-of-registered-heritage/registered-heritage-page-1/american-colonial-music-a-sample-of-its-documentary-richness/
  9. http://www.unesco.org/new/fr/communication-and-information/flagship-project-activities/memory-of-the-world/register/full-list-of-registered-heritage/registered-heritage-page-2/documentary-fonds-of-royal-audiencia-court-of-la-plata-ralp/#c215076
  10. http://www.unesco.org/new/fr/communication-and-information/flagship-project-activities/memory-of-the-world/register/full-list-of-registered-heritage/registered-heritage-page-2/cathedral-of-la-plata-church-music-manuscript-collection/
  11. http://www.unesco.org/new/fr/communication-and-information/flagship-project-activities/memory-of-the-world/register/full-list-of-registered-heritage/registered-heritage-page-2/documentary-collection-life-and-works-of-ernesto-che-guevara-from-the-originals-manuscripts-of-its-adolescence-and-youth-to-the-campaign-diary-in-bolivia/
  12. http://www.vincetmanu.com
  13. http://www.apapaya.org
  14. http://www.esprit-et-vie.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Javier A. Galván, Culture and Customs of Bolivia, ABC-CLIO, 2011, 183 p. (ISBN 9780313383649)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :