Tinku

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le tinku est une bataille rituelle (lutte similaire au judo et à la boxe), qui se déroule annuellement dans plusieurs villages des hauts plateaux de Bolivie. Plus on recense de morts, plus les tinkus sont jugés réussis, parce que le sang des combattants est considéré comme une offrande pour la Pachamama, la terre mère qui réclame des hommes d'être nourrie de leur sang. Elle leur accordera en retour de bonnes récoltes, la fécondité des épouses et l'abondance des troupeaux de lamas. Les indigènes croient que, s'il n'y a pas de morts, la Pachamama n'aura pas assez d'aliments, et, par conséquent, les récoltes seront de moindre qualité. Les femmes célibataires profitent de cette fête pour trouver un mari ; le terme tinku signifie 'lutte 'et 'bagarre', mais aussi 'rencontre amoureuse'. La période du tinku est également marquée par la célébration de nombreux mariages.

En principe interdits par les autorités, les tinku obéissent à des règles précises : les adversaires se mesurent à force égale, individu contre individu mais tous les coups sont permis et l'acharnement rituel est tel que, parfois, la mort s'ensuit. Si quelqu'un meurt, il n'y a aucune lamentation : son trépas est un honneur qui rejaillira sur sa famille puisqu'il a donné son sang pour la Pachamama. Avant et même au cours de la bataille, les protagonistes ingurgitent d'énormes quantités de chicha, alcool de maïs fermenté, qui surchauffe les esprits.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]