Cricqueville-en-Bessin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cricqueville-en-Bessin
Cricqueville-en-Bessin
La pointe du Hoc.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Bayeux
Intercommunalité Communauté de communes Isigny-Omaha Intercom
Maire
Mandat
Philippe Le Boucher
2020-2026
Code postal 14450
Code commune 14204
Démographie
Gentilé Cricquevillais
Population
municipale
187 hab. (2018 en diminution de 1,06 % par rapport à 2013)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 22′ 40″ nord, 0° 59′ 56″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 39 m
Superficie 8,55 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Trévières
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Cricqueville-en-Bessin
Géolocalisation sur la carte : Calvados
Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Cricqueville-en-Bessin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cricqueville-en-Bessin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cricqueville-en-Bessin

Cricqueville-en-Bessin Écouter est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 187 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune littorale de la Manche, Cricqueville-en-Bessin est située à dix kilomètres d'Isigny-sur-Mer et à vingt-cinq kilomètres de Bayeux, dans le parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin.

Carte de la commune.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cricqueville-en-Bessin est une commune rurale[Note 2],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

La commune, bordée par la baie de Seine, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[7]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (98,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (98,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (43,2 %), terres arables (33,9 %), zones agricoles hétérogènes (21,5 %), zones humides côtières (1,3 %), eaux maritimes (0,1 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Cricqueville-en-Bessin[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Crycavilla en 1096 (Faucon, hist. de Saint-Vigor) ; Crekevilla 1198 (magni rotuli, p. 36)[12].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en -ville au sens ancien de « domaine rural » (ancien français vile « domaine rural, village » du gallo-roman VILLA « grand domaine rural »).

Le premier élément Cricque- représente sans doute un appellatif toponymique d'origine scandinave, à savoir kirkja « église »[13], devenu crique par métathèse de [r]. Il existe quelques cas pour lesquels l'élément ville peut être précédé d'un appellatif vieux norrois, cf. Bouville (Seine-Maritime). L'hypothèse d'un nom de personne norrois *Kriki, non attesté, est donc inutile. En revanche, dans ce cas précis on peut penser que le vieux norrois kriki « crique » peut expliquer le premier élément Cricque- car il existe effectivement une crique en eau profonde qui forme un port naturel sur le territoire de l'ancienne paroisse.

En 1891, Cricqueville devient Cricqueville-en-Bessin[14]. Le déterminant complémentaire en Bessin a été rajouté pour éviter la confusion avec d'autres Criqueville dans le même département.

Le gentilé est Cricquevillais.

Pointe du Hoc[modifier | modifier le code]

Il s'agit quasiment d'une tautologie, les sens de l'ancien normand hoc s'étant perdu, on lui a adjoint le terme français pointe. Hoc est un appellatif toponymique issu du vieil anglais hōc qui avait également le sens de « pointe de terre, cap ». Il a donné l'anglais hook « crochet », mais qui conserve également, dans de rares usages, le sens de « cap étroit » ou « spit or narrow cape of sand or gravel turned landward at the outer end » Cf. Sandy Hook, New Jersey. Il s'est hypothétiquement croisé avec l'ancien scandinave haka « menton » employé à l'accusatif, c'est-à-dire höku, et l'ancien scandinave haki « crochet »[15]. Il existe de nombreux homonymes en Normandie, notamment dans le Cotentin, le pays de Caux et le Roumois, comme le havre et la pointe du Hoc près d'Harfleur, le pré du Hoc à Martin-Église, le Hoc à Saint-Pierre-en-Port et à Aizier, etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1989[16] mars 2008 Louis Ledevin SE Agriculteur
mars 2008[16] avril 2014 Frédéric Pain SE Agriculteur
avril 2014[17] En cours Philippe Leboucher[18] SE Employé de laiterie
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[18].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[20].

En 2018, la commune comptait 187 habitants[Note 3], en diminution de 1,06 % par rapport à 2013 (Calvados : +0,6 %, France hors Mayotte : +2,36 %). Cricqueville a compté jusqu'à 481 habitants en 1831.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
480477458434481477443425408
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
439446432437430401418393365
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
346361328236259242261233229
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
197200190157171182183192190
2018 - - - - - - - -
187--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  7. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  8. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  9. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 13 mai 2021)
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 13 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Célestin Hippeau, Dictionnaire topographique du département du Calvados, Paris, 1883, p. 92 [1]
  13. René Lepelley, Étymologie des noms de communes de Normandie, éditions Charles Corlet, Presses universitaires de Caen, 1996, p. 104
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Cricqueville-en-Bessin », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 26 février 2010)
  15. Jean Renaud, Les Vikings et la Normandie, Éditions Ouest-France, 1989, p. 170
  16. a et b « Atmosphère explosive pour l'élection du maire Frédéric Pain », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 7 janvier 2016)
  17. « Philippe Le Boucher élu maire à 50 ans », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 7 janvier 2016)
  18. a et b Réélection 2020 : « Municipales à Cricqueville-en-Bessin. Un second mandat pour Philippe Le Boucher », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 10 avril 2021)
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  23. « Église », notice no PA00111267, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. Le patrimoine des communes du Calvados, vol. 2, Paris, Flohic Éditions, , 1715 p. (ISBN 2-84234-111-2), p. 958

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :