Gilles Perret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perret.
Gilles Perret
Description de cette image, également commentée ci-après
Gilles Perret lors d'un débat au festival de Mouans-Sartoux en octobre 2013.
Naissance (50 ans)
Mieussy (Haute-Savoie)
Nationalité Drapeau de la France française
Profession Réalisateur - Documentariste
Films notables Walter, retour en résistance
Les Jours heureux
La Sociale

Gilles Perret, né le [1] à Mieussy[2] (Haute-Savoie), est un réalisateur et documentariste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études d'ingénieur en électronique, il décide de s'orienter vers le cinéma[2].

Depuis 1999, Gilles Perret consacre sa caméra à la Haute-Savoie. Préoccupé par les problématiques économiques et sociales, sa production devient davantage tournée vers les problématiques sociales à partir de 2003[3].

Gilles Perret réalise le film Walter, retour en résistance sur la vie et les convictions de Walter Bassan, qui est à l'origine du premier rassemblement le 4 mai 2007 sur le plateau des Glières en opposition à la venue de Nicolas Sarkozy : « M. Sarkozy ne sert pas la mémoire des Glières et de la Résistance, M. Sarkozy se sert des Glières »[4].

Il est l'un des fondateurs de l'association Citoyens résistants d’hier et d’aujourd’hui, née des rassemblements citoyens au plateau des Glières de 2007 et de 2008[5].

La projection en 2009 à Montpellier du film Walter, retour en résistance, dans lequel apparaît Stéphane Hessel, fait prendre conscience à Sylvie Crossman, fondatrice d'Indigène éditions, du sens de la parole d'Hessel[6]. Il est par ailleurs à l'origine du livre Indignez-vous ![7],[8],[9].

À l'occasion de la venue de Nicolas Sarkozy le 8 avril 2010 aux Glières, Gilles Perret indique : « Il n'y a pas d'attaques contre les personnes, mais contre une politique qui attaque de façon vive le programme du CNR. On a fait des résistants des icônes, mais on a oublié leur projet ! »[4],[10].

C'est l'ambition que représente son film Les Jours heureux sorti en 2013 faire revivre l'esprit du Programme du Conseil national de la Résistance[11]. De la même manière, il rend hommage au fondateur de la Sécurité Sociale, Ambroise Croizat, et aux débuts de la Sécurité sociale en France dans La Sociale (2016)[12].

Filmographie[modifier | modifier le code]

La filmographie est sur le site Vues de Quincy[13] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]