Gilles Perret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perret.
Gilles Perret
Description de cette image, également commentée ci-après

Gilles Perret lors d'un débat au festival de Mouans-Sartoux en octobre 2013.

Naissance (49 ans)
Mieussy (Haute-Savoie)
Nationalité Drapeau de la France française
Profession Réalisateur - Documentariste
Films notables Walter, retour en résistance
Les Jours heureux
La Sociale

Gilles Perret, né le [1] à Mieussy[2] (Haute-Savoie), est un réalisateur et documentariste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études d'ingénieur en électronique, il décide de s'orienter vers le cinéma[2].

Depuis 1999, Gilles Perret consacre sa caméra à la Haute-Savoie. Préoccupé par les problématiques économiques et sociales, sa production devient davantage tournée vers les problématiques sociales à partir de 2003[3].

Gilles Perret réalise le film Walter, retour en résistance sur la vie et les convictions de Walter Bassan, qui est à l'origine du premier rassemblement le 4 mai 2007 sur le plateau des Glières en opposition à la venue de Nicolas Sarkozy : « M. Sarkozy ne sert pas la mémoire des Glières et de la Résistance, M. Sarkozy se sert des Glières »[4].

Il est l'un des fondateurs de l'association Citoyens résistants d’hier et d’aujourd’hui, née des rassemblements citoyens au plateau des Glières de 2007 et de 2008[5].

La projection en 2009 à Montpellier du film Walter, retour en résistance, dans lequel apparaît Stéphane Hessel, fait prendre conscience à Sylvie Crossman, fondatrice d'Indigène éditions, du sens de la parole d'Hessel. Il est par ailleurs à l'origine du livre Indignez-vous ![6],[7],[8].

À l'occasion de la venue de Nicolas Sarkozy le 8 avril 2010 aux Glières, Gilles Perret indique : « Il n'y a pas d'attaques contre les personnes, mais contre une politique qui attaque de façon vive le programme du CNR. On a fait des résistants des icônes, mais on a oublié leur projet ! »[4],[9].

C'est l'ambition que représente son film Les Jours heureux sorti en 2013 faire revivre l'esprit du Programme du Conseil national de la Résistance. De la même manière, il rend hommage au fondateur de la Sécurité Sociale, Ambroise Croizat, et aux débuts de la Sécurité sociale en France dans La Sociale (2016).

Filmographie[modifier | modifier le code]

La filmographie est sur le site Vues de Quincy[10] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]