Nouvelle France industrielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant la France
Cet article est une ébauche concernant la France.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le projet nommé « 34 plans Nouvelle France industrielle[1] » est le nom donné aux « plans de réindustrialisation de la France » mis en place par le gouvernement français et présentés le par le président François Hollande et Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif.

Historique[modifier | modifier le code]

Au terme d’un an de travail conduit au sein du Conseil national de l’industrie (CNI), le gouvernement a engagé une réflexion stratégique destinée à déterminer les priorités de politique industrielle de la France. Elles sont le résultat d’une analyse très approfondie des marchés mondiaux en croissance et d’un examen précis de la place de la France dans la mondialisation pour chacun de ces marchés.

Les priorités retenues l’ont été au regard de trois critères :

  1. se situer sur un marché de croissance ou présentant des perspectives de croissance forte dans l’économie mondiale ;
  2. se fonder essentiellement sur des technologies que la France maîtrise, sur leur diffusion dans l’économie et leur développement ainsi que sur l’industrialisation d’une offre industrielle nouvelle ;
  3. occuper une position forte sur ce marché avec des entreprises leaders, ou disposer d’un écosystème académique, technologique, économique et industriel permettant d’y occuper une place forte.

Les plans et la validation des feuilles de route[modifier | modifier le code]

Des chefs de plan, très majoritairement des industriels, ont été désignés. Ces chefs de plan sont les organisateurs du travail collectif et des projets collaboratifs. Ils rendent compte des avancées de leur plan et ont préparé des feuilles de route. Pour valider ces feuilles de route, un comité de pilotage (Copil) réunissant des acteurs publics et privés a été mis en place sous l’autorité du Premier Ministre. Sa composition incarne un mode de fonctionnement interministériel par projets, dans lequel public et privé se retrouvent dans une démarche de co-construction. Cinq personnalités qualifiées, Patrick Bertrand, Jean-Martin Folz, Pierre Gardonneix, Agnès Lemarchand, Muriel Pénicaud, issues du monde industriel apportent en outre leur expertise industrielle et contradictoire à la discussion.

Liste des 34 plans de reconquête industrielle et des chefs de projet:

La seconde phase du programme est lancée par Emmanuel Macron le 19 mai 2015[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Construire l'industrie française du futur, sur le site economie.gouv.fr.
  2. http://cupfoundation.wordpress.com/2013/11/14/la-nouvelle-france-industrielle/.
  3. « L'Industrie du futur, deuxième phase de la Nouvelle France industrielle », Le Parisien,‎ (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]