Debout les femmes !

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Debout les femmes !

Réalisation Gilles Perret
François Ruffin
Sociétés de production Les 400 Clous
Pays de production Drapeau de la France France
Genre documentaire
Durée 85 minutes
Sortie 2021

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Debout les femmes ! est un film documentaire français réalisé par Gilles Perret et François Ruffin, sorti en octobre 2021.

Il avait comme titre provisoire Les premières de cordées contre-attaquent[1]. Le titre finalement choisi fait référence à l'Hymne du MLF (parfois intitulé Debout les femmes), qui est interprété collectivement dans la dernière scène du film[2],[3].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film retrace le parcours des députés François Ruffin et Bruno Bonnell rédigeant le rapport sur les métiers du lien de 2019 à 2020[4]. Ils se rendent à Amiens, Abbeville, Dieppe, Maisnières et Paris, à la rencontre d’auxiliaires de vie sociale, d'accompagnants d'élèves en situation de handicap, de femmes de ménage, etc. et mettent en évidence la précarité de leur activité[5].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Sortie et accueil[modifier | modifier le code]

Des avant-premières en cinéma ont lieu dès août 2021 et le film sort en salles le .

Accueil critique[modifier | modifier le code]

L'accueil critique est globalement positif avec une note moyenne de 3,3/5 sur le site Allociné[6] ; toutefois, deux quotidiens classés à droite (Le Figaro et Le Parisien) et deux hebdomadaires (Le Point et L'Express) ont refusé d'évoquer le film dans leur section critique.

Plusieurs journaux ont remarqué que les auteurs ont signé un « film féministe de classe »[7],[8].

L'Humanité encense « un beau film touchant, incarné, féministe et souvent drôle ». Tout en mettant en garde sur le fait qu'il est signé par un « duo engagé à gauche », le quotidien La Voix du Nord a estimé que le film est « juste, émouvant et galvanisant »[9]. Ce documentaire « politique et citoyen »[10], parfois même qualifié de « documentaire explosif, mais surtout profondément humain »[11] et « souvent drôle »[12], se conclut par une « très belle séquence finale », selon Ouest France[10], et « en apothéose » selon Paris-Normandie[12].

« En lutte contre l’indifférence », selon Le Télégramme de Brest[13], le film est avant tout composé de « poignants portraits » d'auxiliaires de vie, femmes de ménages, aide-soignantes, infirmières, qui « mettent en lumière la précarité de leur statut et un dévouement insuffisamment reconnu », a commenté L'Obs[14], en les plaçant en particulier, selon Libération, « dans une lumière inhabituelle et le prisme puissant de la lutte sociale »[15]. Concernant l'approche des deux cinéastes, Le Monde y a vu « le talent de conteurs populaires de Ruffin-Perret : sensibiliser un large public à une cause, mais en soignant toujours le storytelling », en recourant à une méthode efficace, qui « informe et émeut d’un même mouvement » et fait « émerger des personnages »[16]. Les Inrockuptibles y ont décelé aussi « un vrai talent de portraitistes »[7].

Plus sévère, Thomas Baurez déplore dans Première « un documentaire social bien français », tout en reconnaissant que les « lignes sont faites pour être bougées »[17], tandis qu'Olivia Cooper-Hadjian dans les Cahiers du Cinéma fustige le « choix de cette forme proche de certaines émissions de divertissement »[18].

L'accueil du public est globalement très favorable, avec une note moyenne des spectateurs de 4,4/5 selon Allociné[19].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pour sa première semaine de diffusion, du 13 au , le film a totalisé 33 988 entrées[20] dans 93 cinémas (moyenne de 365 entrées par copie). Le précédent film du duo, J’veux du soleil (paru avant la pandémie de COVID-19), avait attiré 74 619 spectateurs[21] pour sa première semaine d'exploitation.

Contexte[modifier | modifier le code]

Quelques jours après la sortie du film avait lieu le vote de textes budgétaires importants à l'Assemblée nationale[22]. Des amendements, en lien direct avec les thèmes du film, ont été déposés par François Ruffin, l'un des deux coauteurs, suivi par des députés de différents groupes politiques[22], pour demander que le budget de l'Etat revalorise les « métiers du lien », en particulier les auxiliaires de vie auprès des personnes âgées[22], via en particulier la généralisation pour ces salariées d'« un fonctionnement à la tournée » du matin ou du soir[22]. Ils ont été présentés au cours d'une conférence de presse par François Ruffin, Bruno Bonnell (LREM), Delphine Batho (Génération écologie), Cédric Villani (ex-LREM), Sébastien Jumel (PCF) et Dominique Potier (PS)[22].

Distinction[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Debout les femmes !" : le titre du nouveau film de François Ruffin a été choisi à Blois, La nouvelle république, 27 janvier 2021
  2. Hortense de Montalivet, « "Debout les femmes!", l'ode au féminisme de François Ruffin sur les métiers du lien », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  3. Claudine Colozzi, « Debout les femmes ! : François Ruffin met en lumière les « travailleuses de l’ombre » », sur faire-face.fr, (consulté le ).
  4. Ce rapport se trouve à Rapport d'information déposé en application de l'article 145 du règlement, par la commission des affaires économiques, en conclusion des travaux d'une mission d'information sur les « métiers du lien » (M. Bruno Bonnell et M. François Ruffin).
  5. "Debout les femmes !", la dure réalité des travailleuses précaires filmée par François Ruffin , France info, Véronique Dalmaz, 29 septembre 2021
  6. « Critiques presse », sur Allociné.
  7. a et b "François Ruffin et Gilles Perret : un documentaire furieusement féministe" par Ludovic Béot le 13 octobre 2021 dans Les Inrockuptibles [1]
  8. Article d'Ève MOULINIER, dans Le Dauphiné le 7 oct. 2021 [2]
  9. "Sortie ciné : «Debout les femmes!», une cause juste, le film aussi" par Catherine Painset le 12/10/2021, dans La Voix du Nord [3]
  10. a et b Article de Thomas Baurez le 17 octobre 2021 dans Ouest France [4]
  11. Article de Copélia Mainardi le 14/10/202 dans le magazine Marianne [5]
  12. a et b "Les aides de vie sociale dieppoises, des invisibles sur le devant de la scène" par Anne-Sophie Groué le 5/04/2021 dans Paris-Normandie [6]
  13. "À Rennes, François Ruffin « en lutte contre l’indifférence »", dans Le Télégramme de Brest le 28 septembre 2021 [7]
  14. Critique dans L'Obs [8]
  15. Critique dans Libération [9]
  16. Critique dans Le Monde [10]
  17. Article de Thomas Baurez déplore dans Première [11]
  18. Critique d'Olivia Cooper-Hadjian dans les Cahiers du Cinéma [12]
  19. « Critiques spectateurs », sur Allociné.
  20. « Box-office », sur Allociné
  21. « Box office du film Je veux du soleil », sur Allociné
  22. a b c d et e "Auxiliaires de vie, «métiers du lien»: des amendements transpartisans de députés", dans Le Figaro le 19/10/2021 [13]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]