Brissac (Hérault)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brissac.
Brissac
Le Pont de Saint-Étienne d'Issensac
Le Pont de Saint-Étienne d'Issensac
Blason de Brissac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Lodève
Canton Lodève
Intercommunalité Communauté de communes des Cévennes gangeoises et suménoises
Maire
Mandat
Jean-Claude Rodriguez
2014-2020
Code postal 34190
Code commune 34042
Démographie
Gentilé Brissagols
Population
municipale
621 hab. (2014)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 52′ 47″ nord, 3° 42′ 09″ est
Altitude 145 m (min. : 99 m) (max. : 772 m)
Superficie 44,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative de l'Hérault
City locator 14.svg
Brissac

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Brissac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brissac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brissac
Liens
Site web Site officiel de Brissac

Brissac est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Brissac est situé dans la vallée de l'Avèze (flumine acquae d'Aveza en 1271), un petit affluent de l'Hérault.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Brissac Blason De gueules à la fasce ondée d'argent, accompagnée en chef d'un lion passant d'or et en pointe de trois besants d'argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jean-Pierre Terme    
mars 2008 en cours Jean-Claude Rodriguez PCF Retraité Fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 621 habitants, en augmentation de 0,98 % par rapport à 2009 (Hérault : 6,81 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
731 706 779 875 860 898 949 938 953
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
901 885 883 865 830 832 833 793 779
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
807 740 741 636 668 572 542 449 420
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
416 370 305 285 365 442 555 615 621
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château[modifier | modifier le code]

Le château de Brissac (tours Bermonde) date du début du XIe siècle. Il appartient aux seigneurs de Ganges pour moitié, et à la maison de Roquefeuil pour l’autre. Il est reconstruit presque entièrement dans la première moitié du XVIe siècle.

L'église paroissiale Saint-Nazaire-et-Saint-Celse[modifier | modifier le code]

L’église romane, dédiée à saint Nazaire et saint Celse, était le siège d'un prieuré dépendant de l'abbaye d'Aniane : elle est mentionnée pour la première fois en 1123. Sa construction remonte au XIIe siècle[5].

Notre-Dame-du-Suc[modifier | modifier le code]

Le sanctuaire Notre Dame du Suc se situe à l'entrée de la vallée de la Buèges sur les pentes de la Séranne, au sud-ouest du village[6].

Saint-Étienne d'Issensac[modifier | modifier le code]

Au sud du village, dominant l'Hérault, le long duquel on peut apercevoir deux châteaux très originaux, dont une ancienne papeterie, à l'architecture mêlant pierres et briques avec tourelles d'angle formant sortes d'échauguettes, se dresse la chapelle Saint-Étienne d'Issensac, aujourd'hui désaffectée. Avant la Révolution, elle était l'église paroissiale d'une communauté d'environ 70 habitants[7]. Il s'agit d'un édifice roman au plan très simple : nef unique de deux travées terminée par une abside semi-circulaire[8]. L'appareillage des pierres calcaires est particulièrement soigné[9]. L'édifice a été remanié par la suite : les arcatures aveugles de l'abside ont pratiquement disparues, et la voûte de la nef date vraisemblablement du XVIIe siècle[8].
En contrebas de la chapelle se dresse le pont de Saint-Étienne d'Issensac, d'origine médiévale, qui franchit l'Hérault. Datable du XIVe siècle, il a été fortement restauré et il subsiste vraisemblablement peu d'éléments de l'ouvrage d'origine[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  5. Jacques Lugand, Languedoc Roman, p. 27-28
  6. Site du Sanctuaire Notre-Dame-de-Suc, « Page d'accueil »
  7. a et b [PDF]Conseil Général de l'Hérault, « Le Pont de Saint-Etienne-d'Issensac (Brissac) », sur www.cg34.fr
  8. a et b Jacques Lugand, Languedoc Roman, p. 28
  9. Pierre Clément, Églises romanes oubliées du bas Languedoc, p. 332


Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [PDF] Conseil Général de l'Hérault, « Le Pont de Saint-Etienne-d'Issensac (Brissac) », sur www.cg34.fr
  • Jacques Lugand, Jean Nougaret et Robert Saint-Jean, Languedoc Roman, Zodiaque, coll. « La nuit des temps » (no 43), (ISBN 2-7369-0017-0), p. 27-28
  • Pierre Clément, Églises romanes oubliées du bas Languedoc, Presses du Languedoc, (ISBN 2-85998-118-7), p. 332
  • Si Brissac m'était conté, dépliant patrimoine, Office de Tourisme Cévennes Méditerranée.
  • Francis Delmas, Alain Lignon, Brissac notre commune de 1830 à 1930, éditeur "Imprimerie des Cévennes " à Sumène-30-
  • Francis Delmas, Alain Lignon. Brissac par la carte postale ancienne, éditeur "Imprimerie des Cévennes " à Sumène-30-

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]