Bellegarde-Sainte-Marie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bellegarde.

Bellegarde-Sainte-Marie
Bellegarde-Sainte-Marie
L'abbaye Sainte-Marie-du-Désert
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Léguevin
Intercommunalité Communauté de communes Save Garonne Coteaux de Cadours
Maire
Mandat
Martine Cazeaux-Calvet
2014-2020
Code postal 31530
Code commune 31061
Démographie
Gentilé Bellegardiens
Population
municipale
200 hab. (2015 en diminution de 2,44 % par rapport à 2010)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 40′ 21″ nord, 1° 06′ 52″ est
Altitude Min. 139 m
Max. 285 m
Superficie 11,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Bellegarde-Sainte-Marie

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Bellegarde-Sainte-Marie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bellegarde-Sainte-Marie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bellegarde-Sainte-Marie

Bellegarde-Sainte-Marie est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Bellegardiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune de l'aire urbaine de Toulouse est située à 32 km au nord-ouest de Toulouse. C'est une commune limitrophe du département du Gers.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Bellegarde-Sainte-Marie est limitrophe de HUIT autres communes dont trois dans le département du Gers.

Carte de la commune de Bellegarde-Sainte-Marie et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Bellegarde-Sainte-Marie[1]
Vignaux Garac Thil
Encausse
(Gers)
Bellegarde-Sainte-Marie[1] Le Castéra
Monbrun
(Gers)
L'Isle-Jourdain
(Gers)
Sainte-Livrade

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par l'Arsène, un affluent de la Save.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 168 hectares ; son altitude varie de 139 à 285 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Par la route, la D24 passe au nord du village et permet de rejoindre Garac et Le Castéra. La D58 va jusqu'à Sainte-Livrade en passant par le centre, tandis qu'un chemin permet de rejoindre la D42, puis Vignaux. Le village fait aussi parti du réseau Arc-en-Ciel de Haute-Garonne.

Pour le train, la D58 rejoint la D42 puis celle-ci la D42b pour aller jusqu'à la gare de Mérenvielle. Il y a aussi la gare de l'Isle-Jourdain en passant par la D58, puis la N224.

Enfin, pour l'avion, l'aéroport de Toulouse-Blagnac est international et peut-être rejoint avec la voie rapide débutant à l'Isle-Jourdain.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bellegarde-Sainte-Marie est la contraction de Bellegarde et de Sainte-Marie.[3]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[4],[5].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la Sixième circonscription de la Haute-Garonne de la communauté de communes Save Garonne Coteaux de Cadours et du canton de Léguevin (avant le redécoupage départemental de 2014, Bellegarde-Sainte-Marie faisait partie de l'ex-canton de Cadours) et avant le 1er janvier 2017 de la communauté de communes des Coteaux de Cadours.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 en cours Martine Cazeaux-Calvet DVD Fonctionnaire

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2015, la commune comptait 200 habitants[Note 1], en diminution de 2,44 % par rapport à 2010 (Haute-Garonne : +7,35 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
300321374363361360350373387
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
445420407448446385394386399
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
339353293259269284264233224
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
186140158145162176192210200
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[10] 1975[10] 1982[10] 1990[10] 1999[10] 2006[11] 2009[12] 2013[13]
Rang de la commune dans le département 365 374 435 378 398 388 390 384
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

Commune rurale avec une agriculture basée sur la culture de céréales (maïs, blé…).

Enseignement[modifier | modifier le code]

Bellegarde-Sainte-Marie fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée par un regroupement pédagogique intercommunal avec les communes de Garac et Le Castéra pour les classes de la maternelle au primaire.

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Chasse, pétanque,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes des Coteaux de Cadours[14].

Une déchetterie est présente sur la commune de Cadours[15].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Frère Marie-Joseph Cassant (1878-1903), moine de l'abbaye Sainte-Marie-du-Désert, béatifié par le pape Jean-Paul II le .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. « Bellegarde-Sainte-Marie - Wiktionnaire », sur fr.wiktionary.org
  4. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  5. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031416.html.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  11. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  14. http://www.coteauxcadours31.fr/fr/environnement/environnement.html
  15. http://www.coteauxcadours31.fr/fr/environnement/dechetterie-de-cadours.html