Bellegarde-Sainte-Marie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bellegarde-Sainte-Marie
Bellegarde-Sainte-Marie
L'abbaye Sainte-Marie-du-Désert.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Intercommunalité Communauté de communes des Hauts Tolosans
Maire
Mandat
Martine Cazeaux-Calvet
2020-2026
Code postal 31530
Code commune 31061
Démographie
Gentilé Bellegardiens
Population
municipale
191 hab. (2019 en diminution de 8,61 % par rapport à 2013)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 40′ 21″ nord, 1° 06′ 52″ est
Altitude Min. 139 m
Max. 285 m
Superficie 11,66 km2
Élections
Départementales Canton de Léguevin
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Bellegarde-Sainte-Marie
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Bellegarde-Sainte-Marie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bellegarde-Sainte-Marie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bellegarde-Sainte-Marie

Bellegarde-Sainte-Marie (Bèragarda e Senta Maria en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie. Sur le plan historique et culturel, la commune fait partie du pays de Rivière-Verdun, un petit pays d'élection de l'est de la Gascogne, à l'écart des grandes voies de communication, et s'étageant sur les terrasses de la rive gauche de la Garonne, entre la vallée de la Save et la Lomagne, et se prolongeant en Gascogne toulousaine.

Exposée à un climat océanique altéré, elle est drainée par l'Arsène, le Cédat, le ruisseau de la soubire et par divers autres petits cours d'eau.

Bellegarde-Sainte-Marie est une commune rurale qui compte 191 habitants en 2019, après avoir connu un pic de population de 448 habitants en 1872. Elle fait partie de l'aire d'attraction de Toulouse. Ses habitants sont appelés les Bellegardiens ou Bellegardiennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Bellegarde-Sainte-Marie se trouve dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie[I 1].

Elle se situe à 28 km à vol d'oiseau de Toulouse[1], préfecture du département, et à 13 km de Léguevin[2], bureau centralisateur du canton de Léguevin dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[I 1]. La commune fait en outre partie du bassin de vie de L'Isle-Jourdain[I 1].

Les communes les plus proches[Note 1] sont[3] : Le Castéra (1,9 km), Sainte-Livrade (2,5 km), Garac (3,0 km), Vignaux (4,0 km), Ségoufielle (4,7 km), Caubiac (5,2 km), Pradère-les-Bourguets (5,4 km), Lasserre (5,7 km).

Sur le plan historique et culturel, Bellegarde-Sainte-Marie fait partie du pays de Rivière-Verdun, un petit pays d'élection de l'est de la Gascogne sis à l'écart des grandes voies de communication. Ce territoire s'étage sur les terrasses de la rive gauche de la Garonne, entre la vallée de la Save et la Lomagne, et se prolonge plein est en Gascogne toulousaine[4].

Bellegarde-Sainte-Marie est limitrophe de HUIT autres communes dont trois dans le département du Gers.

Carte de la commune de Bellegarde-Sainte-Marie et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Bellegarde-Sainte-Marie[5]
Vignaux Garac Thil
Encausse
(Gers)
Bellegarde-Sainte-Marie[5] Le Castéra
Monbrun
(Gers)
L'Isle-Jourdain
(Gers)
Sainte-Livrade

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est dans le bassin de la Garonne, au sein du bassin hydrographique Adour-Garonne[6]. Elle est drainée par l'Arsène, le Cédat, le ruisseau de la soubire, le ruisseau de la Trappe, le ruisseau d'en Bartau, le ruisseau d'Engaye, le ruisseau des pountils, le ruisseau des vidalets et par divers petits cours d'eau, constituant un réseau hydrographique de 16 km de longueur totale[7],[8].

L'Arsène, d'une longueur totale de 14,1 km, prend sa source dans la commune d'Encausse et s'écoule d'ouest en est. Il traverse la commune et se jette dans La Save à Montaigut-sur-Save, après avoir traversé 10 communes[9].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Bellegarde-Sainte-Marie.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 168 hectares ; son altitude varie de 139 à 285 mètres[10].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2017 étant compris entre 100 habitants et 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2020 est de onze[11],[12].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la sixième circonscription de la Haute-Garonne, de la communauté de communes des Hauts Tolosans et du canton de Léguevin (avant le redécoupage départemental de 2014, Bellegarde-Sainte-Marie faisait partie de l'ex-canton de Cadours) et avant le 1er janvier 2017 de la communauté de communes des Coteaux de Cadours.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 En cours Martine Cazeaux-Calvet DVD Fonctionnaire

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Aucun espace naturel présentant un intérêt patrimonial n'est recensé sur la commune dans l'inventaire national du patrimoine naturel[13],[14],[15].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[17].

En 2019, la commune comptait 191 habitants[Note 2], en diminution de 8,61 % par rapport à 2013 (Haute-Garonne : +7,81 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
300321374363361360350373387
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
445420407448446385394386399
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
339353293259269284264233224
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
186140158145162176192210195
2019 - - - - - - - -
191--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[20] 1975[20] 1982[20] 1990[20] 1999[20] 2006[21] 2009[22] 2013[23]
Rang de la commune dans le département 365 374 435 378 398 388 390 384
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Enseignement[modifier | modifier le code]

Bellegarde-Sainte-Marie fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée par un regroupement pédagogique intercommunal avec les communes de Garac et Le Castéra pour les classes de la maternelle au primaire.

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Chasse, pétanque,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes des Coteaux de Cadours[24].

Une déchetterie est présente sur la commune de Cadours[25].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018 (données Insee publiées en ), la commune compte 70 ménages fiscaux[Note 3], regroupant 189 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 26 110 [I 2] (23 140  dans le département[I 3]).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 4] 4,6 % 6 % 4,1 %
Département[I 5] 7,7 % 9,6 % 9,3 %
France entière[I 6] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 119 personnes, parmi lesquelles on compte 74,3 % d'actifs (70,2 % ayant un emploi et 4,1 % de chômeurs) et 25,7 % d'inactifs[Note 4],[I 4]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et du département.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction de Toulouse, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 1],[I 7]. Elle compte 27 emplois en 2018, contre 27 en 2013 et 23 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 87, soit un indicateur de concentration d'emploi de 31,8 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 58,4 %[I 8].

Sur ces 87 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 19 travaillent dans la commune, soit 22 % des habitants[I 9]. Pour se rendre au travail, 92 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 1,1 % les transports en commun, 3,4 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 3,4 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 10].

Activités hors agriculture[modifier | modifier le code]

16 établissements[Note 5] sont implantés à Bellegarde-Sainte-Marie au [I 11]. Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 31,3 % du nombre total d'établissements de la commune (5 sur les 16 entreprises implantées à Bellegarde-Sainte-Marie), contre 25,9 % au niveau départemental[I 12].

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune est dans les « Coteaux du Gers », une petite région agricole occupant une partie nord-ouest du département de la Haute-Garonne, caractérisée par une succession de coteaux peu accidentés, les surfaces cultivées étant entièrement dévolues aux grandes cultures[26]. En 2020, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 6] sur la commune est la culture de céréales et/ou d'oléoprotéagineuses[Carte 2].

1988 2000 2010 2020
Exploitations 22 16 18 17
SAU[Note 7] (ha) 977 1 084 1 005 520

Le nombre d'exploitations agricoles en activité et ayant leur siège dans la commune est passé de 22 lors du recensement agricole de 1988[Note 8] à 16 en 2000 puis à 18 en 2010[28] et enfin à 17 en 2020[Carte 3], soit une baisse de 23 % en 32 ans. Le même mouvement est observé à l'échelle du département qui a perdu pendant cette période 57 % de ses exploitations[29],[Carte 4]. La surface agricole utilisée sur la commune a également diminué, passant de 977 ha en 1988 à 520 ha en 2020[Carte 5]. Parallèlement la surface agricole utilisée moyenne par exploitation a baissé, passant de 44 à 31 ha[28].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Frère Marie-Joseph Cassant (1878-1903), moine de l'abbaye Sainte-Marie-du-Désert, béatifié par le pape Jean-Paul II le .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  3. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  4. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  5. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  6. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  7. Les données relatives à la surface agricole utilisée (SAU) sont localisées à la commune où se situe le lieu principal de production de chaque exploitation. Les chiffres d'une commune doivent donc être interprétés avec prudence, une exploitation pouvant exercer son activité sur plusieurs communes, ou plusieurs départements voire plusieurs régions.
  8. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[27].
  • Cartes
  1. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).
  2. « Recensement agricole 2020 - Carte de la spécialisation de la production agricole par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée (SAU) moyenne par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée par département », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Recensement agricole 2020 - Carte de la surface agricole utilisée (SAU) par commune et de la SAU moyenne », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Métadonnées de la commune de Bellegarde-Sainte-Marie » (consulté le ).
  2. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Bellegarde-Sainte-Marie » (consulté le ).
  3. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans la Haute-Garonne » (consulté le ).
  4. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Bellegarde-Sainte-Marie » (consulté le ).
  5. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la Haute-Garonne » (consulté le ).
  6. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  8. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Bellegarde-Sainte-Marie » (consulté le ).
  9. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  10. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  11. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 à Bellegarde-Sainte-Marie » (consulté le ).
  12. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 dans la Haute-Garonne » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Stephan Georg, « Distance entre Bellegarde-Sainte-Marie et Toulouse », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Bellegarde-Sainte-Marie et Léguevin », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. « Communes les plus proches de Bellegarde-Sainte-Marie », sur www.villorama.com (consulté le ).
  4. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 364-365.
  5. Carte IGN sous Géoportail
  6. « Le réseau hydrographique du bassin Adour-Garonne. » [PDF], sur draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr (consulté le )
  7. « Fiche communale de Bellegarde-Sainte-Marie », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le )
  8. « Carte hydrographique de Bellegarde-Sainte-Marie » sur Géoportail (consulté le 4 novembre 2021).
  9. Sandre, « l'Arsène »
  10. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  11. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  12. https://elections.interieur.gouv.fr/municipales-2020/031/031061.html
  13. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Bellegarde-Sainte-Marie », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  14. « Liste des ZNIEFF de la commune de Bellegarde-Sainte-Marie », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  15. « Liste des espaces protégés sur la commune de Bellegarde-Sainte-Marie », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  20. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  23. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  24. http://www.coteauxcadours31.fr/fr/environnement/environnement.html
  25. http://www.coteauxcadours31.fr/fr/environnement/dechetterie-de-cadours.html
  26. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  27. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  28. a et b « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Bellegarde-Sainte-Marie - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  29. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans le département de la Haute-Garonne » (consulté le ).