Blondeur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un Européen aux cheveux blonds (Akseli Kokkonen).
Une fille ouïghoure avec des cheveux blonds naturels (Xinjiang, Chine).

La blondeur est l'attribut des personnes ayant des cheveux de teinte plutôt claire, « jaunes » ou dorés, blond vénitien, cendrés, platine, etc.

À l'état naturel, cette caractéristique se rencontre en grande majorité chez les populations blanches européennes ou d'ascendance européenne, mais on la trouve également sur le pourtour méditerranéen, en Asie centrale (peuples turcs), ou exceptionnellement dans d'autres régions du monde (cas des Nouristani d'Afghanistan, des Kalash du Pakistan, des Mélanésiens du Pacifique ou des Aborigènes blonds d'Australie).

Historique[modifier | modifier le code]

Durant l'Antiquité, les femmes grecques et romaines aiment changer de couleur de cheveux pour suivre la mode qui prône parfois la blondeur. Elle se teignent les cheveux à l'aide de produits alcalins (eau de chaux, dérivés d'ammoniac du type fientes de pigeon ou urine fermentée d'enfants[1]) qui favorisent la pénétration dans la tige capillaire de différentes lotions éclaircissantes (suc et jus de végétaux telle que la camomille, Orcanette des teinturiers, huile de lentisque et lie du vinaigre)[2]. La blondeur est particulièrement prisée chez les prostituées romaines et les hétaïres grecques, d'où la sulfureuse réputation des blondes[3].

À la Renaissance italienne, les femmes se teignent en blond vénitien. Au XVIIe siècle, les perruques blondes pour les femmes leur évitent les décolorations à base de fientes de pigeon ou de soude qui avaient encore lieu au siècle précédent[4].

Joanna Pitman dans son livre Les Blondes, une drôle d'histoire : d'Aphrodite à Madonna considère la courtisane parisienne Rosalie Duthé comme une des premières blondes notoirement idiote en se basant sur la pièce de 1775 Les Curiosités de la foire qui caricatureraient sa bêtise. Notons tout de même que l'ascension sociale et financière de Rosalie Duthé, qui mourut riche et âgée après avoir connu l'Ancien Régime, la Révolution française et sa Terreur et le Premier Empire, est difficilement compatible avec un tel défaut. Le modèle de la blonde idiote refait surface en 1925 sous la forme de Lorelei Lee, personnage du roman Les hommes préfèrent les blondes et qui est incarné par Marilyn Monroe dans le film éponyme d'Howard Hawks sorti en 1953[5]. Dans les années 1950, se développe au cinéma le type de la « Holywood blonde » avec des actrices à la chevelure blonde platine oxygénée, telles que Marilyn Monroe, Jayne Mansfield, et Betty Hutton. Judy Holliday se spécialise dans le renversement du stéréotype de la blonde idiote, dans une série de films (Comment l'esprit vient aux femmes, Une femme qui s'affiche, Je retourne chez maman) de George Cukor[6].

Symbolique[modifier | modifier le code]

Jeune fille aux cheveux platine.

Dans la symbolique occidentale, la blondeur a plusieurs significations.

La femme blonde est l'image de la mère, de la Sainte (iconographie religieuse), de la femme mariée : cette figure a dérivé vers le stéréotype de la blonde dans les fictions ; alors que la femme brune représente plus souvent la maîtresse ou l'aventurière et la femme rousse la tentatrice. Chez les Québécois et les Néo-brunswickois, on utilise le terme ma blonde, pour désigner son amoureuse, sa conjointe, son épouse, donc la femme que l'on aime (d'où ou d'après la chanson populaire « Auprès de ma blonde »).

Le blond est aussi souvent la couleur des cheveux des jeunes enfants (d'où l'expression « nos chères têtes blondes ») la blondeur des enfants a souvent tendance à évoluer avec le temps, cette évolution peut être naturelle ou influencée par des éléments extérieurs tels que la pollution urbaine[réf. nécessaire] ; par extension, il symbolise la pureté. Les anges sont également souvent représentés blonds dans la religion chrétienne, tout comme le Christ dont on trouve de très nombreuses représentations en blond foncé aux yeux bleus[réf. nécessaire].

La blondeur fut également envisagée comme un symbole de pureté, mais ethnique. Dans les différentes monarchies germaniques et nordiques qui furent instaurées en Europe lors de l'extension des royaumes barbares au début du Moyen Âge, le cheveu blond et long était un signe de vigueur qui distinguait les peuples septentrionaux et occidentaux des Romains. Toutefois, chez les Romains, les cheveux blonds étaient aussi valorisés, car il n'était pas rare que les dieux soient représentés avec des cheveux blonds (bien que cette couleur de cheveux soit peu fréquente parmi les populations méditerranéennes).

Dans les cultures qui descendent de ces royaumes, il subsiste des traces de cette positivité associée à la blondeur dans le langage courant. Ainsi, en anglais, le terme fair qui signifie juste ou honnête désigne aussi cette couleur de cheveux.

Cette symbolique de la pureté a été utilisée dans le discours nazi sur la « supériorité » prétendue de la race aryenne, construite autour de raisonnements idéologiques sur les évolutions raciales.

De nos jours, la culture hollywoodienne et l'image d'actrice blonde donnent une connotation péjorative à la blondeur (voir aussi La blonde « hitchcockienne »). Elle symbolise la vie facile et légère, la superficialité, et ouvre la voie aux politiquement correctes blagues de blondes. Cette nouvelle forme de discrimination est passée dans les mœurs.

Les hommes préfèrent les blondes : mythe ou réalité ?[modifier | modifier le code]

Selon une étude déclarative sur un échantillon représentatif d'étudiants américains, les femmes interrogées estiment que les hommes préfèrent les blondes dans 82,8 % des cas, puis les brunes ou châtains dans 10,3 % des cas en enfin les rousses dans 6,9 %. Les hommes pourtant déclarent trouver les femmes les plus belles celles qui ont des cheveux châtains ou bruns à 44, 8 %, blonds à 37,9 % et rousses à 17, 2 %Dans les sociétés occidentales, les soins aux cheveux représentent chez la femme la première source d’investissement financier dans les soins liés au visage[7],[8]. En fait, la texture, la longueur mais aussi la couleur jouent des rôles distincts dans le jeu de la séduction et le pouvoir séducteur de la teinte a une origine évolutive et sociale. Pour les sociobiologistes, si les hommes trouvent les brunes plus belles, ils sont plus attirés par les blondes pour deux raisons : leur rareté (les blondes naturelles représentent environ 5 % de la population mondiale) ; une apparence plus jeune et donc en meilleure santé, ce qui est associé à un meilleur potentiel reproductif[9]. Le facteur sociologique permet également d'expliquer ce phénomène : un cliché bien ancré veut que les femmes blondes soient plus attractives et aient une plus grande sensualité, ce qui explique qu'elles bénéficient d'une hypermédiatisation : les magazines américains de mode présentent 35 % de blondes et perpétuent ce stéréotype, sans omettre l'enjeu mercantile sous-jacent à cette surreprésentation, l'industrie cosmétique incitant les lectrices à acheter des teintures de cheveux pour ressembler aux mannequins blonds[10]. Enfin les blondes sont encore plus surreprésentées dans les magazines pour adulte et la pornographie : associées au sexe facile, elles stimuleraient davantage la libido des hommes et expliqueraient le sur-fréquence d'histoires graveleuses à leur sujet[11].

Anthropologie[modifier | modifier le code]

Distribution géographique des personnes aux cheveux blonds en Europe : jaune représente 80 %, orange clair 50-79 %, brun clair 20-49 %, brun foncé 1-19 %, noir 0 %.

La mutation du gène MC1R ayant abouti à la couleur blonde s'est produite il y a 11 000 ans, pendant la dernière période glaciaire. Il est possible que le caractère blond ait été apprécié par les hommes préhistoriques pour sa rareté. Selon l'anthropologue canadien Peter Frost, sa fréquence en Europe aurait pour origine une sélection sexuelle, à l'époque du Paléolithique[12].

France et Europe occidentale[modifier | modifier le code]

La France comportait par exemple en 2002[13] environ :

  • 10 % de blonds (surtout dans le nord et l'est de la France, en Normandie et en Bretagne) ;
  • 50 % de personnes aux cheveux châtain (du clair au foncé) ;
  • 20 % de personnes aux cheveux gris ;
  • 10 % de personnes aux cheveux noirs ;
  • 5 % de roux ;
  • 2,5 % de bruns foncé ;
  • 2,5 % de personnes aux cheveux blancs.

"La France dans son ensemble, trouve, mais 4% de la couleur des cheveux noir et presque noir, 23% de brun foncé, 43% de brun moyen, 14% de brun clair, 12% des divers degrés de blond, et environ 4% de rouge-brun et rouge. (...) La répartition régionale de la couleur des cheveux en France suit de près celle de la stature. Bien que la position des Français à l'égard de la pigmentation des cheveux est intermédiaire entre blond et noir, la ligne diagonale du Mont Saint Michel à Orléans, Lyon et la frontière italienne divise le pays en un quadrant nord-est, où le poil est un peu plus léger que le milieu, et un sud-ouest, où il est un peu plus sombre. Des taux élevés de cheveux noir et brun très foncé se trouvent pas dans le pays en général alpin, mais le long de la pente des Pyrénées, dans le pays de langue catalane, et sur la côte méditerranéenne. Cheveux blonds est fréquente le long de la Manche, dans les régions habitées par les Saxons et les Normands, en Bourgogne et le pays limitrophe de la Suisse, et en bas du cours du Rhône. Dans le nord de la France, il semble suivre en amont des fleuves qui se jettent dans la Manche. La couleur des cheveux des départements occupés par des Flamands, et des autres directement sur le canal de l'Angleterre en Normandie, semble être presque aussi léger que dans les comtés anglais du sud; les cantons côtiers de Bretagne sont plus légers que ceux intérieures, et se rapproche de l'état de Cornouailles. De la même manière, les départements français du nord-est sont probablement aussi blond que certaines des provinces du sud de l'Allemagne.

Pays Nordiques[modifier | modifier le code]

Femme blonde d'origine suédoise.

Les pays nordiques sont ceux où les blonds sont les plus nombreux (près de trois-quart de la population). Cela s'explique principalement par la situation géographique de ces pays et la relative homogénéité de la population. Les chercheurs Nina Jablonski et George Chaplin (2000) ont montré la corrélation entre la pâleur de la peau (généralement associée chez les Européens à un déficit général en mélanine qui se traduit également au niveau des cheveux) et la faible quantité de radiations UV typique des hautes latitudes.

Océanie[modifier | modifier le code]

Garçon blond au Vanuatu.

La blondeur existe aussi dans des populations non-européennes, comme c'est le cas en Océanie. Le gène, du fait de l'isolation insulaire, se serait transmis et répandu parmi ces populations. En Polynésie, selon une communication présentée par Jean Poirier[14] (1921-2009), la plupart des anthropologues penchent pour un peuplement d'origine mongole (et peut-être proto-indonésienne) sur lequel se seraient greffés des éléments caucasiens. Quant à la blondeur des Mélanésiens, cela peut être due à la mutation de plusieurs gènes de pigmentation, elle peut être attribuée aussi bien à l'exposition au soleil qu'à la sélection sexuelle, et est combiné à une peau foncée[15].

Blondeur pathologique[modifier | modifier le code]

Garçon atteint d'albinisme total.

L'albinisme peut donner chez certaines personnes une couleur blonde aux cheveux, mais il n'est pas en jeu chez les blonds ordinaires.

Les déficits nutritionnels graves chez les jeunes enfants peuvent aussi entraîner un pâlissement de la chevelure.

Chez les albinos ou les personnes âgées aux cheveux entièrement dépourvus de pigment, on peut parfois observer une coloration jaune pâle due à la kératine.

Blondeur artificielle[modifier | modifier le code]

La coloration blonde des cheveux, mise en avant par les stars du cinéma comme Brigitte Bardot ou encore Marilyn Monroe (Les hommes préfèrent les blondes), ou de la musique comme Lady Gaga, se répand dans le milieu de la télé, du cinéma, du show-biz et dorénavant dans toute la société, grâce aux campagnes publicitaires sur les produits de teintures.

Orientation politique des blondes en France[modifier | modifier le code]

Une enquête et un sondage menés en 2010 pour le magazine Causette ont tous deux conclu que les blondes sont proportionnellement plus nombreuses à droite qu'à gauche[16],[17]. Elles représentent ainsi :

  • sur les trois échantillons de l'enquête conduite par Antonio Fischetti :
    1. parmi les conseillères régionales élues en 2010 : 62 % de celles du FN, 55 % de celles de l'UMP et 25 % de celles du PS[16] ;
    2. parmi les femmes membres des instances dirigeantes des partis politiques : 49 % à droite et 27 % à gauche[18] ;
    3. parmi les inscrites de sites de rencontre spécialisés selon les idées politiques : 44 % à droite et 23 % à gauche[16],[18] ;
  • sur un échantillon représentatif de la population féminine française de plus de 18 ans, sondé par l'Ifop : 27 % des sympathisantes de droite (dont 8 % de blondes naturelles et 19 % de blondes teintes) et 19 % des sympathisantes de gauche (dont 5 % de naturelles et 14 % de teintes)[16].

Antonio Fischetti avance deux explications à ces résultats : d'abord, la pratique de la coloration des cheveux, qui est le fait de la majorité des blondes en France, renverrait à une vision des rôles sexuels plutôt traditionnelle, où la femme séduit l'homme par son physique, plus cohérente avec les idées de droite ; quant aux blondes naturelles, d'autant plus courtisées qu'elles sont minoritaires dans la population, elles auraient ainsi plus facilement accès aux milieux les plus riches, qui sont aussi, en général, plutôt de droite[16]. L'Ifop, tout en marquant une réticence à aller au-delà du constat, souligne un autre facteur : blondeur déclarée et vote à droite augmentent ensemble avec l'âge[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Franco Brunello, The Art of Dyeing in the History of Mankind, Neri Pozza, , p. 96
  2. François Gilbert, Danielle Chastenet, La femme romaine, Éd. Errance, , p. 52
  3. Jean Noël Robert, Les Modes à Rome, Les Belles Lettres, , p. 69
  4. Joëlle Chevé, Marie-Thérèse d'Autriche, Éditions Flammarion, , p. 57
  5. (en) Victoria Sherrow, Encyclopedia of Hair. A Cultural History, Greenwood Publishing Group, , p. 155
  6. Jean-Loup Bourget, Hollywood, la norme et la marge, Armand Colin, , p. 79
  7. Nicolas Guéguen, « Barbe, cheveux, toison : l'intimité du poil », Cerveau&Psycho, no 26,‎ mars-avril 2008, p. 36
  8. (en) V.B. Hinsz, D. C. Matz & R. A. Patience, « Does women’s hair signal reproductive potential ? », Journal of Experimental Social Psychology, vol. 37,‎ , p. 166–172
  9. (en) Verlin B. Hinsz, Casey J. Stoesser & David C. Matz, « The Intermingling of Social and Evolutionary Psychology Influences on Hair », Current Psychology, vol. 32, no 2,‎ , p. 136-149 (DOI 10.1007/s12144-013-9169-2, [r%20Preferences lire en ligne])
  10. (en) Melissa K. Rich, Thomas F. Cash, « The American image of beauty: Media representations of hair color for four decades », Sex roles, vol. 29, no 1-2,‎ , p. 113-124 (lire en ligne)
  11. Nicolas Guéguen, Psychologie de la séduction, Dunod, (lire en ligne), p. 110
  12. (en) Abstract : « European hair and eye colour : A case of frequency-dependent sexual selection? » dans Evolution and Human Behavior, Volume 27, 2, Pages 85-103 (Mars 2006)
  13. source : Quid 2003, p. 204, c. a
  14. Jean Poirier, L'Élément blond en Polynésie et les migrations nordiques en Océanie et en Amérique, Paris, Société des océanistes (Impr. nationale), 1953, 48 p. : couv. ill. ; Gr. in-8°
  15. (en) Zoë Corbyn, « Blonde hair evolved more than once », Nature (revue),‎ (DOI 10.1038/nature.2012.10587)
  16. a, b, c, d et e Antonio Fischetti, Questions idiotes et pertinentes sur le genre humain : 36 réponses pour en finir (ou pas) avec les idées reçues, Paris, Albin Michel, , 280 p. (ISBN 978-2-226-24397-3), p. 41-43.
  17. Antonio Fischetti, « Comment vote une blonde ? », sur Causette.fr,‎ (consulté le 3 janvier 2013).
  18. a et b « Détails des échantillons », sur Causette.fr (consulté le 3 janvier 2013).
  19. Frédéric Micheau, directeur adjoint du département opinion de l'Ifop, interrogé par Marie Telling, « Morano, Boucles d'or : pourquoi les blondes votent à droite », sur Rue89,‎ (consulté le 5 janvier 2013).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joanna Pitman, Les Blondes, une drôle d'histoire : d'Aphrodite à Madonna, Autrement,
  • (en) Paula Munier, On Being Blonde: Wit and Wisdom from the World's Most Infamous Blondes, Quayside,

Article connexe[modifier | modifier le code]