Lumière intense pulsée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Le ton de cet article ou de cette section est trop promotionnel ou publicitaire. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Modifiez l'article pour adopter un ton neutre (aide quant au style) ou discutez-en.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2009).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir IPL.
Coefficients d'absorption de la mélanine, l'oxyhémoglobine et de l'eau

La lumière intense pulsée (Intense Pulsed Light ou IPL), est une technique utilisée à des fins esthétiques et thérapeutiques. Ses applications sont variées : pour l'épilation définitive (photo-épilation), l'épilation semi-définitive, le traitement des signes du vieillissement, les taches pigmentaires (photo-depigmentation) et le rajeunissement (photo-rajeunissement).

La lumière intense pulsée (IPL) a montré des bénéfices dans le traitement des problèmes de peau: acnés, couperose, malformations capillaires[1]. Une récente étude a conclu sur une accélération du délai de cicatrisation chez des souris traitées à l'IPL à faible puissance[2].

Description[modifier | modifier le code]

Introduite dans les années 1990, La lumière pulsée a obtenue sa première autorisation de mise sur le marché américain par la FDA en 1995 dans le traitement des télangiectasies.

Le principe de la lumière intense pulsée (IPL) repose sur l'émission d'une lumière polychromatique couvrant un large spectre de 400 à 1200 nanomètres. Ce spectre lumineux est filtré en fonction des chromophores visés: la mélanine contenue dans les poils ou la peau, l'oxyhémoglobine des rougeurs localisées et l'eau intradermique. À chaque chromophore correspond un groupe de longueurs d'onde spécifiques (voir illustration).

Les chromophores ciblés, exogènes où endogènes absorbent les photons émis. L'énergie émise se convertit en chaleur pour détruire sa cible: ce processus est appelé "photothermolyse sélective".

La longueur d'onde est sélectionnée en fonction du pic d'absorption du chromophore choisi avec une durée de pulsation lumineuse inférieure au temps de relaxation thermique de la peau afin de limiter la diffusion de chaleur aux tissus environnants. Le temps d'impact du flash lumineux peut varier de 1ms à 100ms, il dépend de la machine utilisée ainsi que du paramétrage voulu.

En pratique, l'application d'un gel est nécessaire, tout comme le contact direct entre la pièce à main et la peau.

En outre, une grande variété de réglages peuvent être sélectionnés afin d'offrir une plus grande polyvalence et précision aux utilisateurs: longueur d'onde, intensité lumineuse (exprimée en fluence), temps d'impact des impulsions (en millisecondes), nombre de passage. Ces combinaisons ont permis un large développement des applications esthétiques et médicales de la lumière pulsée tel que le traitement de l'acné, des troubles de la pigmentation, des lésions vasculaires, de l'hirsutismes, des cicatrices et taches de naissance ainsi que du mélasma[3],[4],[5].

Photo-dépilation[modifier | modifier le code]

La mélanine, ce pigment qui compose le follicule pileux, se dégrade sous l’effet de chaleur produit par les flashs de lumière. Le follicule pileux qui est ancré à 6mm sous la peau, commence à être dégradé dès la première séance d'épilation. Après une exposition suffisamment répétée (4 à 7 séances d'épilation), le follicule pileux est complément détruit, on appelle ce procédé la photo-dépilation[6].

Photorajeunissement ou photoréjuvénation[modifier | modifier le code]

La lumière pulsée à démontré son efficacité dans la stimulation des fibroblastes du derme superficiel et moyen responsables de la production de collagène[7], d'acide hyaluronique et d'élastine.[réf. nécessaire]

Précautions d'utilisation[modifier | modifier le code]

L'épilation à la lumière pulsée ne convient pas à tous types de peau, en particulier, son utilisation pour les phototypes VI (peau noire) et à tous types de poils: poils blonds ou blancs. Le chromophore visé lors de l'épilation est la mélanine, or celle-ci est trop concentrée sur la peau des personnes avec un phototype VI (peau noire), et les poils blancs et blonds n'en concentrent pas assez.

Pendant le traitement, il est impératif de porter des lunettes de protection. Il faut également être vigilant quant aux médicaments induisant des phénomènes de photo-sensibilisation[8]. Après le traitement, il faut bien protéger la peau d'une exposition au soleil (via l'application d'une crème solaire), et ce pendant une durée de 4 semaines[9].

Certains fabricants proposent des épilateurs grand public à base de lumière pulsée, le plus souvent vendus avec l'appellation "épilation longue durée" car leurs puissances ne permettent pas de réaliser une épilation définitive contrairement aux machines à usage professionnel.

Utilisation sur les aliments[modifier | modifier le code]

Avec la sélection de longueurs d'ondes particulières et non utilisées sur l'humain, la lumière pulsée peut aussi être utilisée à des fins de conservation des aliments : elle a pour rôle la suppression des micro-organismes pathogènes dans un aliment[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Heidi Wat, Douglas C. Wu, Jaggi Rao et Mitchel P. Goldman, « Application of intense pulsed light in the treatment of dermatologic disease: a systematic review », Dermatologic Surgery: Official Publication for American Society for Dermatologic Surgery [et Al.], vol. 40,‎ , p. 359-377 (ISSN 1524-4725, PMID 24495252, DOI 10.1111/dsu.12424, lire en ligne)
  2. Trinh Cao Minh, Do Xuan Hai et Pham Thi Ngoc, « Effects of intense pulsed light on tissue vascularity and wound healing: a study with mouse island skin flap model », Plastic Surgery International, vol. 2015,‎ , p. 429367 (ISSN 2090-1461, PMID 25722887, PMCID 4333195, DOI 10.1155/2015/429367, lire en ligne)
  3. Philipp Babilas, Stephan Schreml, Rolf-Markus Szeimies et Michael Landthaler, « Intense pulsed light (IPL): a review », Lasers in Surgery and Medicine, vol. 42,‎ , p. 93–104 (ISSN 1096-9101, PMID 20166155, DOI 10.1002/lsm.20877, lire en ligne)
  4. Giovanni Zoccali, Domenico Piccolo, Piergiorgio Allegra et Maurizio Giuliani, « Melasma treated with intense pulsed light », Aesthetic Plastic Surgery, vol. 34,‎ , p. 486–493 (ISSN 1432-5241, PMID 20225000, DOI 10.1007/s00266-010-9485-y, lire en ligne)
  5. Paul Myers, Patrick Bowler et Samantha Hills, « A retrospective study of the efficacy of intense pulsed light for the treatment of dermatologic disorders presenting to a cosmetic skin clinic », Journal of Cosmetic Dermatology, vol. 4,‎ , p. 262–266 (ISSN 1473-2130, PMID 17168874, DOI 10.1111/j.1473-2165.2005.00202.x, lire en ligne)
  6. « Lumière pulsée, principe et fonctionnement », sur la-lumiere-pulsee.fr,‎ (consulté le 13 avril 2015)
  7. (en) Jang Y.H., Koo G.B., Kim J.Y., Kim Y.S., Kim Y.C., « Prolonged activation of ERK contributes to the photorejuvenation effect in photodynamic therapy in human dermal fibroblasts », The Journal of investigative dermatology, vol. 133, no 9,‎ , p. 2265-2275 (résumé).
  8. « Epilation laser médicale Montpellier », sur www.docteurbeaute.com (consulté le 14 mars 2016)
  9. « Traitement de la pilosité - EO75 et EO60 - E-swin Pro », sur www.e-swin.com (consulté le 14 mars 2016)
  10. La lumière pulsée - Les Seeds Protector