Coupe au carré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La coupe au carré est une courte coupe de cheveux et coiffure féminine où les cheveux sont typiquement coupés tout droits autour de la tête ou au niveau de la mâchoire[style à revoir], parfois de façon asymétrique et souvent avec une frange sur le front.

Histoire[modifier | modifier le code]

Polaire en 1910.

Historiquement, les occidentales ont habituellement porté les cheveux longs, même si des jeunes filles, des actrices et quelques femmes « avancées » ou à la mode ont porté les cheveux courts avant la Première Guerre mondiale[1],[2],[3],[4]. En 1910, par exemple, l'actrice française Polaire est décrite comme ayant « une masse de courts cheveux sombres »[5], une coupe qu'elle avait adoptée au début des années 1890. Ce style n'était généralement pas considéré comme respectable[6], jusqu'à l'impulsion donnée par les inconvénients des cheveux longs pour les femmes engagées dans l'effort de guerre[7],[8]. La fameuse Lady Diana Cooper, qui avait eu une coupe « bob » quand elle était enfant, l'a conservée dans son adolescence, puis comme adulte en 1914. Mais avant la guerre, porter les cheveux courts est précurseur et peu à la mode[9].

Après la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La célèbre danseuse Irene Castle (en) a lancé le « Castle bob » auprès du public américain en 1915 ; à partir de 1920, ce style est rapidement devenu à la mode[10]. Rendu populaire par les stars du cinéma Colleen Moore et Louise Brooks dans les années 1920, il était alors encore considéré comme une sorte de déclaration d'indépendance des jeunes femmes, les personnes plus âgées étant habituées à voir les femmes en robes longues avec de lourdes coiffures. Celles qui portent alors une telle coupe affirment leur audace face aux conventions établies[11] et faire apparaitre sa nuque reste une forme d'érotisme, le tout adapté au style androgyne qui domine la mode et aux larges encolures des robes de l'époque[9]. Les coiffeurs, dont la formation consistait pour l'essentiel à apprendre à arranger et à faire boucler ces longs cheveux, ont été lents à réaliser que les coupes courtes étaient là pour durer et dans de nombreuses villes les femmes ont dû s'adresser aux coiffeurs pour hommes pour se faire couper les cheveux[12],[13]. Bien qu'étant une forme de rejet des coiffures compliquées d'avant-guerre, la coupe au carré nécessite malgré tout un entretien régulier chez le coiffeur, mais avec des séances plus courtes qu'à l'habitude[14],[11].

Bien que dès 1922, le spécialiste mode du Times ait suggéré que la coupe « bob » appartenait au passé[15], au milieu des années 1920 ce style était encore la coiffure féminine dominante dans le monde occidental (sous différentes formes, souvent avec une raie sur le côté, des boucles ou des ondulations, et sur la nuque « à la garçonne »), bien que parfois associé à des pratiques lesbiennes[9]. Il s'est même répandu au-delà, les femmes qui rejetaient leurs rôles traditionnel l'adoptant comme signe de modernité[16]. Les chapeaux cloches également devenus populaires ne pouvaient être portés avec des cheveux longs. Ils ont notamment été portés par les actrices américaines Clara Bow et Joan Crawford, ainsi que par la Néerlandaise Truus van Aalten.

Avec l'arrivée des années 1930, les femmes ont commencé à laisser à nouveau pousser leurs cheveux et les lignes nettes des coiffures courtes ont été abandonnées[17].

Années 1960[modifier | modifier le code]

Cette coupe a été adaptée et réutilisée par le coiffeur britannique Vidal Sassoon dans les années 1960 sous le nom de coupe « Bob »[18]. Sa réactualisation des coupes des années 1920 qu'il réalise parfois asymétriques, courtes, carrées et sans mise en plis en font un symbole d'une forme de coupe au carré[19].

Retour dans les années 2000[modifier | modifier le code]

Types[modifier | modifier le code]

Carré classique à la garçonne[modifier | modifier le code]

Le carré à la garçonne de Louise Brooks dans les années 1920-1930 reste la coupe de référence avec une frange nette au dessus des sourcils et une raie centrale sur le dessus de la tête ; la limite de la frange est située au niveau de l'extrémité des sourcils et les boucles de cheveux viennent sur les joues. À l'arrière, les cheveux sont coupés en V[Informations douteuses] [?] et un rasage de la nuque est nécessaire[11].

Carré classique droit[modifier | modifier le code]

Dans cette coupe créée par Franck Provost et Jacques Dessange durant les années 1960, les cheveux sont coupés tout droit, sans asymétrie[20].

Carré plongeant[modifier | modifier le code]

Victoria Beckham portant un carré plongeant (2007).

Les différentes mèches, situées entre la nuque et l'avant de la tête, sont asymétriques et de longueur différente[21].

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'auteure anglaise Mary Vivian Hughes (en) dit qu'elle avait « les cheveux ras » quand elle était professeure à l'école de filles de Kensington en 1890 ((en) M. V. Hughes, A London Home in the Nineties(1946), O.U.P.)
  2. Dans Les Hêtres rouges d'Arthur Conan Doyle(1892), on demande à une jeune gouvernante de couper sa luxuriante chevelure comme condition de son engagement. Bien que réticente, elle ne considère pas cette requête comme impensable, commentant « Beaucoup de gens s'améliorent en les portant courts, et peut-être que je devrais être de ce nombre » (Many people are improved by wearing it short, and perhaps I should be among the number.).
  3. (en) "The Outbreak in St. Petersburg", The Times, 31 janvier 1905, p. 3; Issue 37618; col. E. : Une femme de la noblesse russe raconte avoir été prise dans une émeute après le meurtre d'un général : « Je tombai juste au milieu d'une foule de voyous qui criaient Hourra ! Ils étaient presque sur moi, et... j'ai crié moi-même Hourra !, avec les yeux qui me sortaient de la tête de terreur. Sans aucun doute, à cause de mes cheveux courts, ils me prirent pour une étudiante, et certains des pires me sourirent d'un air encourageant. »
  4. The Times, 28 juillet 1911, p. 8; Issue 39649, col. A. Un journaliste couvrant le Premier congrès universel des races (en), un événement multiracial organisé à Londres, remarque l'allure décalée des délégués britanniques : « Je ne peux pas dire si les représentants des autres pays sont globalement normaux ou anormaux, mais il est évident que les anglo-saxons présents ici ne sont pas représentatifs de l'homme de le rue... Il y a des hommes aux cheveux longs, des femmes aux cheveux courts... »
  5. The Times, 8 mars 1910, p. 12
  6. Dans une nouvelle américaine de 1906 une femme ayant désespérément besoin d'argent est obligé de vendre sa chevelure. Elle craint la réaction de son mari, pensant qu'il va considérer sa coupe courte comme vulgaire : « Si Jim ne me tue pas, se dit-elle, avant de jeter un second regard sur moi, il dira que je ressemble à une des danseuses de revue de Coney Island. » (O. Henry, The Gift of the Magi,1906)
  7. The Times, 21 novembre 1916, p. 15, Issue 41330, col. G. Une anglaise conduisant des ambulances en Roumanie écrit : « Nous avons abandonné les jupes et vivons en culottes de cheval, blouse, tunique, bottes et caoutchoucs ; l'absence de chapeaux et les cheveux courts sont confortables. »
  8. The Times, 5 août 1918, p. 10; Issue 41860; col E. Article titré : 'The Girl On The Farm' : « La coupe "bob" de beaucoup de filles de la campagne et leurs sarraus répondent à cette description. »
  9. a, b et c Fogg 2013, Le modernisme, p. 240.
  10. (en) New York Times, 27 June, 1920: ‘Vogue of bobbed hair’
  11. a, b et c Fogg 2013, Le carré court - 1926 : la coiffure à la Garçonne, p. 227.
  12. « Original illustration »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) to FITZGERALD, F. S.:'Bernice Bobs Her Hair', Saturday Evening Post 1 May 1920
  13. En 1921, le New York Times a rapporté que les coiffeuses du Connecticut souhaitant faire des « bob » devaient obtenir une licence de barbier : New York Times, 23 août 1921
  14. Fogg 2013, Des vêtements populaires, p. 223.
  15. « La coupe « bob » a été incroyablement populaire ces dernières années ; elle se démode maintenant rapidement parce qu'elle est devenue commune. » The Times, jeudi 4 mai 1922, p. 11, no 43622, col E : « The Woman's View. Fashions In Hairdressing »
  16. En 1928, après l'échec de la tentative de coup d'état communiste à Canton, les femmes aux cheveux courts ont été visées par les représailles : « De nombreuses femmes aux cheveux courts ont été fusillées. Les jeunes communistes coupaient toutes leurs cheveux ; et dans de nombreux cas c'était accepté comme une preuve légitime de culpabilité » ; source : (en) The Times, 18 janvier 1928, p. 13
  17. Un critique commentant une collection de portraits pour le Times note : « Les coiffures sont dans une phase de transition. Il y a la coupe courte d'Eton, beaucoup de coupes à la garçonne et quelques têtes où on laisse pousser les cheveux. » The Times, 14 mai 1930, p. 19, Issue 45512, col. F.
  18. Coup de ciseau — Vidal Sassoon : coiffeur pour dames, Vanity Fair, 30 mars 2015.
  19. Steve Zdatny, « La coiffure dans les années 1950 et 1960 », pages 115 à 129, in : Dominique Veillon et Michèle Ruffat, La mode des sixties, Paris, Autrement, coll. « « Mémoires/Histoire » », , 280 p. (ISBN 9782746710153, présentation en ligne)
  20. http://www.marieclaire.fr/,coupe-au-carre-les-coupes-tendances-et-indemodables,700946.asp
  21. http://madame.lefigaro.fr/beaute/cest-quoi-cette-folie-carre-plongeant-180308-11279

Source[modifier | modifier le code]

  • Marnie Fogg (dir.) et al. (trad. Denis-Armand Canal et al., préf. Valerie Steele), Tout sur la mode : Panorama des chefs-d’œuvre et des techniques, Paris, Flammarion, coll. « Histoire de l'art », (1re éd. 2013 Thames & Hudson), 576 p. (ISBN 978-2081309074) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :