Bibliothèque de la Sorbonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Bibliothèque Robert de Sorbon.
 Ne doit pas être confondu avec Université Paris Sorbonne-Paris IV#Bibliothèques.
Bibliothèque de la Sorbonne
Présentation
Coordonnées 48° 50′ 41″ nord, 2° 20′ 33″ est
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Fondation 1770
Informations
Nombre de livres 3 000 000 (1997)[1]

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bibliothèque de la Sorbonne

Géolocalisation sur la carte : 5e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 5e arrondissement de Paris)
Bibliothèque de la Sorbonne
Géolocalisation sur la carte : Paris/5e arrondissement de Paris/France
Bibliothèque de la Sorbonne

La bibliothèque de la Sorbonne (officiellement bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne) est une bibliothèque interuniversitaire (Paris I, III, IV, V et VII) rattachée pour sa gestion à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et située au 17 rue de la Sorbonne, dans le 5e arrondissement de Paris. Elle doit son nom à son implantation principale au sein de la Sorbonne. La bibliothèque de l'Institut de Géographie, située 191 rue Saint-Jacques, lui est rattachée.

Histoire[modifier | modifier le code]

La bibliothèque de la Sorbonne a été créée en 1770 sous le nom de « bibliothèque de l'université de Paris »[2]. Elle est alors installée dans les locaux du collège Louis-le-Grand, actuel lycée Louis-le-Grand. Le fonds initial combine l'ancienne bibliothèque du recteur Jean-Gabriel Petit de Montempuis, une partie de la bibliothèque du collège de Sorbonne et celles des 28 collèges parisiens supprimés. Il est ensuite complété par des achats. L'université est supprimée en 1793 et les documents de la bibliothèque sont déplacés au dépôt littéraire dit « Louis-la-Culture » (actuelle église Saint-Paul-Saint-Louis). Quelques manuscrits sont alors retirés de l'ensemble pour rejoindre la Bibliothèque nationale, mais le dépôt s'enrichit d'apports extérieurs, notamment de biens confisqués aux Condé, à la Maison de Rougé et aux Montmorency.

Finalement, l'ancien collège[Lequel ?] reprenant des activités d'enseignement, il est décidé, à partir de 1796, d'y réinstaller les livres du dépôt « Louis-la-Culture ». À la création des lycées en 1802, la bibliothèque prend le nom de « bibliothèque des lycées de Paris ». En 1808, elle devient pour la première fois la « bibliothèque de l'université de France ».

En 1823, la bibliothèque déménage de l'autre côté de la rue saint-Jacques pour s'installer dans la Sorbonne, dans les bâtiments du XVIIe siècle[3]. En 1844, Philippe Le Bas est nommé à la tête de la bibliothèque ; jusqu'en 1860, il ne ménage pas ses efforts pour améliorer la situation de la bibliothèque, avec d'importantes acquisitions, une réorganisation des collections et la création de cinq sections. En 1861, la bibliothèque reprend le nom de « bibliothèque de l'université de France ». Léon Renier, qui succède à Le Bas, de 1860 à 1885, poursuit la même politique.

Au moment de la construction de la « nouvelle Sorbonne » sous la direction d'Henri-Paul Nénot, il est décidé de rebâtir la bibliothèque. Les travaux durent de 1885 à 1901[4]. La décoration de l'escalier est du peintre Georges-Antoine Rochegrosse : "Le chant des muses éveille l'âme humaine".

Par le décret du 28 juin 1910, la bibliothèque de la Sorbonne est rattachée à un ensemble plus vaste dénommé « bibliothèque de l'université de Paris ». Cette bibliothèque est composée de cinq sections :

De 1930 à 1970, la bibliothèque de la Sorbonne est le siège de la bibliothèque de l'université de Paris et dispose d'un bibliothécaire en chef. En 1970, les collections scientifiques modernes (depuis 1945 environ) sont transférées à Saint-Victor (bientôt appelé Campus de Jussieu) pour former la Bibliothèque interuniversitaire scientifique de Jussieu (BIUSJ)[5].

En 1972, la bibliothèque forme, avec la Bibliothèque d'art et d'archéologie, la Bibliothèque Sainte-Geneviève et la bibliothèque des étudiants malades, une bibliothèque interuniversitaire A. En 1978, elle retrouve son autonomie et reçoit son nom actuel. Par le même décret, elle se voit confier la bibliothèque de l'Institut de Géographie et la bibliothèque Victor-Cousin.

Locaux[modifier | modifier le code]

La bibliothèque est installée à la Sorbonne dans le bâtiment qui donne sur la cour d'honneur, face à l'entrée principale. Depuis la réouverture en novembre 2013, l'entrée et les inscriptions se font dans un nouveau hall situé à l'intersection des galeries Sorbon et Richelieu. Au premier étage, la bibliothèque propose cinq salles thématiques. La grande salle de lecture, baptisée Salle Jacqueline de Romilly est consacrée à la littérature. S'y ajoutent deux salles philosophie (salles Jankélévitch et Aristote) et deux salles d'histoire, la salle Fustel de Coulanges dédiée à l'Antiquité et Moyen Âge (ancienne salle Saint-Jacques) et la salle Labrousse dédiée à l'histoire moderne et contemporaine. Au quatrième étage est installée la nouvelle salle de Réserve qui assure la communication du fonds ancien et précieux ainsi qu'au fonds Victor Cousin. Ces salles de lecture sont complétées par une salle de consultation des microformes, une salle de groupe étudiants, une salle de groupe recherche pour les doctorants et une salle avec réservation de carrels pour les enseignants-chercheurs, une salle de formation ainsi qu'un espace de détente. Lui est également rattachée la bibliothèque de l'Institut de géographie, située au 191, rue Saint-Jacques.

Statut et organisation[modifier | modifier le code]

La bibliothèque de la Sorbonne est un service interétablissements de coopération documentaire commun aux universités de Paris 1, Paris III, Paris IV, Paris V et Paris VII[6]. Son fonctionnement est régi par la convention signée en 2000 entre les cinq universités[7]. L'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne est l'établissement de rattachement.

Les instances de l'université sont le conseil et le directeur. Le conseil comprend :

  • 35 membres ayant voix délibérative
    • les présidents des cinq universités ;
    • dix enseignants-chercheurs, soit deux par université ;
    • cinq représentants du personnel scientifique de la bibliothèque ;
    • cinq représentants des autres catégories de personnel de la bibliothèque ;
    • cinq étudiants, un par université ;
    • cinq personnalités extérieures ;
  • avec voix consultative
    • le directeur
    • l'agent comptable de l'université Paris 1
    • les directeurs des SCD des universités partenaires et le directeur de la Bibliothèque Cujas
    • le conservateur de la bibliothèque Victor-Cousin et celui de la bibliothèque du Centre de géographie (sauf s'ils sont élus au titre du personnel scientifique).

Le conseil fixe les règles générales de fonctionnement de la bibliothèque. Il étudie et valide la politique documentaire et toutes les activités de partenariat scientifique ou documentaire. Il examine le budget et le compte financier, mais la décision définitive en la matière revient au conseil d'administration de Paris 1.

Le directeur de la bibliothèque est nommé par le ministre chargé de l'enseignement supérieur ; il est généralement choisi dans le corps des conservateurs des bibliothèques. Il a autorité sur le personnel affecté à la bibliothèque et est ordonnateur secondaire de son budget. Il est chargé de la gestion de la bibliothèque au quotidien, mais aussi de préparer et d'exécuter les décisions, selon le cas, du conseil ou du conseil d'administration de l'université de rattachement.

Collections[modifier | modifier le code]

La bibliothèque de la Sorbonne a hérité des collections constituées depuis 1770, à l'exception de celles qui en ont été distraites, en particulier pour les sciences. Néanmoins, ses collections antérieures à 1950 sont aussi riches dans le domaine des sciences dures que dans celui des lettres et sciences humaines. Généraliste en sciences humaines et sociales, la bibliothèque a cependant mis l'accent sur quelques « domaines d'excellence » : l'histoire (hors histoire contemporaine), la géographie, la philosophie et la littérature française[8]. Dans ces domaines, elle acquiert des monographies françaises et étrangères à usage de recherche.

Au-delà de ces « domaines d'excellence », la bibliothèque acquiert des documents en sciences religieuses, ainsi qu'en langue et littérature anglaises, allemandes, espagnoles et italiennes.

La bibliothèque possède plus de 18 000 thèses imprimées, ainsi que 15 000 sur microfiches.

Riche de 17 750 titres de périodiques sur papier, dont 4 370 vivants (et parmi eux une large majorité en langues étrangères), la bibliothèque donne également accès à de nombreux titres de périodiques électroniques.

Les CADIST[modifier | modifier le code]

La bibliothèque de la Sorbonne constitue un Centre d'acquisition et de diffusion de l'information scientifique et technique (CADIST) depuis 1983, d'abord au titre de la seule histoire moderne, puis en 1992 à celui de l'histoire médiévale et moderne. S'agissant de l'histoire médiévale, la spécialité de la Sorbonne se situe plutôt dans le Haut Moyen Âge, l'université de Poitiers traitant davantage le Moyen Âge central.

À ce CADIST, se sont ajoutés en 1989 celui de géographie[9] et en 2008 le nouveau CADIST Antiquité, conjointement avec l'école française d'Athènes.

Fonds anciens et précieux[modifier | modifier le code]

Parmi ses fonds anciens ou précieux, la bibliothèque possède en propre plus de 2 500 manuscrits, ainsi que les archives de l'ancienne université de Paris, plus de 5 000 estampes et plus de 400 000 livres anciens.

La bibliothèque Victor-Cousin comprend près de 500 manuscrits et 30 000 imprimés. La collection dite « Richelieu » comprend des archives de la famille de Richelieu, notamment Louis François Armand de Vignerot du Plessis, duc de Richelieu et d'Armand Emmanuel du Plessis de Richelieu.

Catalogues[modifier | modifier le code]

La bibliothèque dispose d'un catalogue informatisé qui comprend tous les documents entrés depuis 1975 et s'enrichit progressivement de notices pour les ouvrages antérieurs à cette date. Pour les documents dont la notice n'est pas informatisée, il faut recourir aux catalogues sur fiches. Les manuscrits ont fait l'objet de plusieurs phases de catalogage et figurent dans le catalogue collectif Calames. Il existe également un catalogue des estampes.

La bibliothèque Victor-Cousin dispose de ses propres catalogues.

Accès et services[modifier | modifier le code]

L'accès à la bibliothèque est réservé aux personnes inscrites. Le manque de place a conduit à restreindre l'accès aux étudiants en lettres et sciences humaines des universités partenaires à partir de la troisième année de licence et aux autres étudiants à partir du master. La bibliothèque est également accessible aux enseignants-chercheurs et chercheurs français et, sur accréditation, à leurs collègues étrangers. Comme dans d'autres bibliothèques, une personne n'entrant pas dans les catégories précédentes mais justifiant d'une recherche nécessitant la consultation d'un document spécifique peut bénéficier d'un laissez-passer temporaire. La réservation en ligne et la communication des documents ainsi que l'accès aux ressources électroniques sont ouverts à tous les lecteurs inscrits. Le prêt des collections modernes est limité aux enseignants et/ou chercheurs dans une structure publique française de recherche et d’enseignement supérieur, aux doctorants et étudiants en M2 justifiant d’une inscription dans un établissement supérieur public en France et aux étudiants en L3 et M1 des universités partenaires (Paris 1, 3, 4, 5, et 7) et de certains grands établissements (ENC, ENS, INALCO, EHESS, EPHE, INP, Sciences Po Paris).

La bibliothèque est ouverte du lundi au vendredi de 9 h à 20 h, sauf le jeudi, de 12 h à 20 h et de 10 h à 19 h le samedi. Du mois de juillet au 15 septembre 2014 exclu, la bibliothèque reste ouverte en horaires réduits, du lundi au vendredi de 10 h à 19 h, sauf le jeudi, de 12 h à 19 h.

Travaux[modifier | modifier le code]

En septembre 2010 ont commencé des travaux de réhabilitation du site de la Sorbonne qui ont duré jusqu'en novembre 2013. Financés par la mairie de Paris, propriétaire des locaux, ils avaient pour but la mise en sécurité ainsi que le réaménagement des locaux de la bibliothèque. Ils ont débouché notamment sur la création d'un accueil de plain pied avec les galeries Richelieu et Sorbon et de nouvelles salles de lecture.

Ce projet a entraîné un déménagement des collections et une réouverture de la bibliothèque sur le site de Sainte-Barbe, 4, rue Valette. La bibliothèque y a accueilli les lecteurs de mai 2010 à mai 2013, dans deux salles de lecture de l'ancien collège Sainte-Barbe. En mai 2013, la bibliothèque a fermé à nouveau pour re-déménager sur le site Sorbonne.

Blog de la Bibliothèque de la Sorbonne, Site officiel

La réouverture de la bibliothèque a eu lieu le 15 novembre 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]