Jean-Joseph Weerts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Joseph Weerts
Image dans Infobox.
Portrait photographique.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité
Formation
Lieu de travail
Mouvement
Distinction
Œuvres principales

Jean-Joseph Weerts, parfois orthographié Weertz, né à Roubaix le et mort à Paris le , est un peintre français d'origine belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Roubaix, rue des Fabricants, de parents belges au sein d'une fratrie de neuf enfants, il s'initie au dessin dans le cabinet de travail de son père, un constructeur-mécanicien qui avait étudié à l'Académie d'Anvers. Jean-Joseph Weerts intègre ensuite l'Académie des beaux-arts de Roubaix, où il devient en 1858 l'élève de Constantin Mils. Son père décide de soutenir sa vocation et de le laisser s'éloigner du même métier que lui à la condition qu'il fasse ses preuves. En 1866, il expose une nature morte au Salon de Lille. Artiste pensionné de la ville de Roubaix, il entre en 1867 à l'École impériale des beaux-arts de Paris, où il est l'élève d'Isidore Pils et Alexandre Cabanel[1],[2].

À partir de 1869, il est exposé au Salon de peinture et de sculpture. Son premier succès est un portrait de la cantatrice Célestine Galli-Marié, réalisé en 1872. Représentatif du style académique « officiel », il siège au Conseil supérieur des Beaux-arts. En 1890, il participe aux côtés de Pierre Puvis de Chavannes à la fondation de la Société nationale des beaux-arts, à la suite de quoi son atelier devient un lieu de fréquentation mondaine[2]. Au fil de sa carrière, époque où il est « réputé et honoré » relève un article de la bibliothèque de la Sorbonne paru en 2016, nombre de ses tableaux sont acquis par l'État et exposés dans des musées[1].

Il produit près de sept cents œuvres : portraits, peinture d'histoire (notamment la Révolution française et l'histoire militaire) ou d'inspiration religieuse. Son tableau La Mort de Bara, en 1883, lui vaut la Légion d'honneur. Peu de temps après sa réalisation, ce grand tableau est reproduit en photogravure et les centaines de milliers d'exemplaires tirés sont envoyés dans les écoles[1]. On reproduit aussi cette gravure dans des journaux. Cette image va ensuite imprégner la mémoire.

Il décore également un certain nombre de bâtiments publics dans toute la France, tels la Sorbonne (1904, voir infra), la salle des fêtes de l'hôtel de ville de Paris, l'hôtel de la Monnaie (Paris), et l'hôtel de ville de Roubaix, où il peint l'épisode de la charte de 1469 dans la salle Pierre de Roubaix (1913), l'hôtel de ville de Limoges ou encore le grand amphithéâtre de l'université de Lyon[1].

En 1900, il est nommé Rosati d'honneur[3]. Fondateur d'un prix de peinture à Roubaix, il participe également de son vivant, en 1924, à l'ouverture d'un musée consacré à son œuvre, situé dans la mairie de cette même ville, qu'il voulait remercier pour avoir lancé sa carrière[1],[2].

Mort en 1927, il est enterré à Paris au cimetière du Père-Lachaise (82e division)[4]. Une rue de Roubaix porte son nom. Grâce à un comité constitué à cette fin dès le jour de ses funérailles, un monument en son honneur, exécuté par le sculpteur Alexandre Descatoire, est inauguré en 1931 au parc Barbieux de Roubaix[2].

Son neveu, Fernand Weerts, est sculpteur.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g « Jean-Joseph Weerts, peintre de la Fête du Lendit », sur bis-sorbonne.fr, 26 février - 28 avril 2016 (consulté le ).
  2. a b c et d « L'hommage de Roubaix au peintre J.-J. Weerts », Le Petit Parisien,‎ , p. 1-2 (lire en ligne).
  3. Archives de la ville de Fontenay aux-Roses[source insuffisante].
  4. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Versailles, Mémoire et Documents, , 867 p. (ISBN 978-2-914611-48-0), p. 782.
  5. Notice no 00000077473, base Joconde, ministère français de la Culture.
  6. Acheré 1997.
  7. Sabine Bouchy du Palut, « L'Alsace, province perdue », sur Histoire par l'image, .
  8. « France !! ou l'Alsace et la Lorraine désespérées », Musée lorrain.
  9. « Le Grand Amphithéâtre, un cadre prestigieux », Université Lumière-Lyon-II, . Version enregistrée par Internet Archive.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Didier Schulmann (dir.) (préf. André Diligent), Jean-Joseph Weerts (catalogue de l'exposition au musée de Roubaix, au ), Musée de Roubaix, , 64 p. (ISBN 2-906982-06-7).
  • Amandine Delcourt, Chantal Acheré et Bruno Gaudichon, Les Jean-Joseph Weerts de la Piscine (catalogue de l'exposition à La Piscine, Roubaix, 30 juin-2 septembre 2012), Invenit et la Piscine, , 399 p. (ISBN 978-2-918698-32-6).

Sur des tableaux en particulier :

  • Chantal Acheré-Lenoir, « Jean-Joseph Weerts (1846-1927) et la peinture monumentale : La charte des drapiers de Roubaix », Revue du Nord, Villeneuve d'Ascq, vol. 74, nos 297-298,‎ , p. 785–809 (DOI 10.3406/rnord.1992.4777).
  • Chantal Acheré, « France !! ou l'Alsace et la Lorraine désespérées : Un tableau de J.-J. Weerts au musée Lorrain », Le Pays lorrain, vol. 78, no 3,‎ , p. 169–178 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]