Base aérienne 188 Djibouti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La base aérienne 188 Djibouti « Colonel Émile Massart » est une base de l'Armée de l'air française, située sur l'aéroport international Ambouli à Djibouti (dans la Corne de l'Afrique) en fonction depuis mars 1932.

Historique[modifier | modifier le code]

Création de l'escadrille de la Côte française des Somalis (CFS)[modifier | modifier le code]

L’escadrille de la Côte française des Somalis (CFS) est constituée le 1er avril 1933, sur le terrain des Salines, avec trois Potez 25 TOE et un Potez 29 sanitaire détachés du 39e régiment d’aviation stationné au Levant. La base aérienne de Djibouti est transférée sur le terrain de Gabode en 1935[1]. Une piste est également ouverte à Noceto en 1935[2].

L'escadrille fait un voyage de démonstration vers Aden, tenu par les Anglais, le 2 juillet 1937[3].

Jusqu'en 1939, seuls dix Potez TOE 25 appuyés de Potez 29 sanitaires lui sont affectés[4]. Par la suite, une section de quatre Potez 631 sont détachés à Djibouti mi-1939[5] puis en 1939 trois Morane-Saulnier MS.406, dont la mécanique cède sous la dureté du climat[6].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Les forces françaises appuient les Britanniques au Somaliland jusqu'à l'armistice du 24 juin 1940. Les Potez 25 TOE mènent en juin 1940 des missions de reconnaissance en Éthiopie et bombardent le poste italien de Dewele (Éthiopie)[7], lors de la conquête italienne du Somaliland britannique. La Regia Aeronautica bombarde Djibouti du 21 au 23 juin 1940 et deux Savoia-Marchetti SM.79 de la 7a Squadriglia visent l'aérodrome[8].

Le territoire reste sous l'autorité de Vichy alors qu'en 1941 les Britanniques conquièrent l'Éthiopie occupée par les Italiens. La CFS est isolée et soumise à un blocus. Des avions dont deux Potez 29 exécutent des missions de ravitaillement en 1940-1942[9]. Le ralliement aux Forces françaises libres ne se fait que le 29 décembre 1942[10].

L'après-guerre[modifier | modifier le code]

La base aérienne 188 naît en 1948 lorsque le site d'Ambouli accueille une piste en dur et une aérogare[11]

La base a abrité de nombreux types d'avions de combat dont des Douglas AD Skyraider de 1968 à 1973, des North American F-100 Super Sabre en 1972, des Mirage III C de 1978 à 1988 et des Mirage F1 de 1988 à 2001[12].

En juin 1977, à l'indépendance de Djibouti, la BA 188 devient le DA 188 (Détachement air).

Unités actuelles[modifier | modifier le code]

La BA 188 accueille en 2011 une quinzaine d'aéronefs, et étant une base de soutien à vocation interarmées, elle accueille aussi de nombreuses unités de support dont une section de défense sol-air armée de 8 bitubes de 20 mm et 8 postes de tir de missiles Mistral.

Par ailleurs, un bataillon de l'Aviation légère de l'armée de terre et un détachement permanent de l'aéronautique navale (Bréguet Atlantic, puis Bréguet Atlantique 2) y stationnent en permanence.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.defense.gouv.fr/air/dossiers/80-ans-de-presence-aerienne-a-djibouti/80-ans-de-presence-aerienne-a-djibouti  ; Vital Ferry, Ciels impériaux africains 1911-1940 : Les pionniers belges et français, Éd. du Gerfaut, 2005, (ISBN 2-914622-58-9), p. 49
  2. Annick Levaillant, Danièle Rousseau et Pascal Gallien sous la direction d'Agnès Beylot, conservateur du Patrimoine : DIRECTION DE L’INFRASTRUCTURE DE L’AIR 1945-1994. ARCHIVES DE LA DÉFENSE. DIRECTION DE L’INFRASTRUCTURE DE L’AIR. 1945-1994. SOUS-SÉRIE 50 E, RÉPERTOIRE NUMÉRIQUE DÉTAILLÉ, Service Historique de l’Armée de l’Air, 2003, Sous-série 8 C : Côte française des Somalis ; [1]
  3. http://www.defense.gouv.fr/air/dossiers/80-ans-de-presence-aerienne-a-djibouti/80-ans-de-presence-aerienne-a-djibouti  ; Vital Ferry, Ciels impériaux africains 1911-1940 : Les pionniers belges et français, Éd. du Gerfaut, 2005, (ISBN 2-914622-58-9), p. 73
  4. Service historique de la défense, 2011, Sous-série 8C: forces aériennes françaises en Côte française des Somalis. Description Répertoire numérique des archives de l'état-major, de la base aérienne de Djibouti et des unités de l'armée de l'air sur la Côte française des Somalis, vers 1939-1975. Comprend: introduction historique, description du fonds, bibliographie, sommaire.[2] ; http://www.traditions-air.fr/unit/photo/div_Somalis.htm#1 ; http://www.traditions-air.fr/unit/photo/div
  5. Vital Ferry, Ciels impériaux africains 1911-1940 : Les pionniers belges et français, Éd. du Gerfaut, 2005, (ISBN 2-914622-58-9), p. 49
  6. Vital Ferry, Croix de Lorraine et Croix du Sud, 1940-1942 : aviateurs belges et de la France Libre en Afrique, Ed. du Gerfaut, 2005, ISBN 2-914622-92-9, p. 149 ; A.O.I. : les colonies trop lointaines de Mussolini. Archibald Lenoir, La fin de l’empire colonial italien en Afrique orientale, thèse de doctorat en histoire, Paris, 2007, p. 7; Forces françaises à Djibouti - [3].
  7. Vital Ferry, Croix de Lorraine et Croix du Sud, 1940-1942 : aviateurs belges et de la France Libre en Afrique, Ed. du Gerfaut, 2005, ISBN 2-914622-92-9, p. 148
  8. Combats au-dessus de la Corne de l'Afrique, les opérations aériennes en Afrique orientale italienne en 1940-1941 Alexis Rousselot [4]  ; 21 juin 1940 [5] ; 22 juin 1940[6] ; 23 juin [7]
  9. Vital Ferry, Du trimoteur au quadrijet: le transport aérien en Afrique noire francophone, 1940-1961, Éditions du Plaisancier, 2006, ISBN 2-35191-007-9, p. 37.
  10. Vital Ferry, Croix de Lorraine et Croix du Sud, 1940-1942 : aviateurs belges et de la France libre en Afrique, Ed. du Gerfaut, 2005, ISBN 2-914622-92-9, p. 153 ; Sylvain Cornil-Frerrot, «Le ralliement de la Côte française des Somalis à la France combattante», Revue de la Fondation de la France libre, «Après le bel été de la France libre, juin 1942», no 46, décembre 2012, p. 6-7.
  11. http://www.defense.gouv.fr/air/dossiers/80-ans-de-presence-aerienne-a-djibouti/80-ans-de-presence-aerienne-a-djibouti
  12. Jean-Marc Tanguy, « 80 ans de présence aéronautique », sur Le Mamouth,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 28 novembre 2011)
  13. qui remplace le 4/33 Vexin depuis le 3 novembre 2008 : Armée de l'air, « Djibouti : le «Corse» prend le relais du «Vexin» »,‎ 12/10/2010 (consulté le 30/10/2011)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • La BA 188 sur le site de l'Armée de l'Air française
  • 80 ans de présence aérienne à Djibouti [8]
  • Traditions des escadrilles de l'Armée de l'air : Escadrille de la Côte Française de Somalis [9]
  • Album photographique n° I de Joseph Adolphe BIBERT de 1913 à 1939 / CHARTRES et DJIBOUTI – 1934-avril 1939 et Souvenirs de Djibouti [10]