Aveize

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aveize
Image illustrative de l'article Aveize
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton Vaugneray
Intercommunalité Communauté de communes des monts du Lyonnais
Maire
Mandat
Michel Bonnier
2014-2020
Code postal 69610
Code commune 69014
Démographie
Population
municipale
1 122 hab. (2014)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 41′ 39″ nord, 4° 28′ 43″ est
Altitude Min. 428 m – Max. 928 m
Superficie 16,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Aveize

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Aveize

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aveize

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aveize

Aveize est une commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Aveize se situe au cœur des monts du Lyonnais, sur la ligne de partage des eaux, à 3 km au sud de Sainte-Foy-l'Argentière.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Souzy Sainte-Foy-l'Argentière Saint-Genis-l'Argentière Rose des vents
Meys N Duerne
O    Aveize    E
S
Grézieu-le-Marché Pomeys La Chapelle-sur-Coise

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 2, correspondant à une sismicité faible[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée principalement au sud par la Gimond, affluent de la Coise, qui conflue au nord de Saint-Médard-en-Forez[2].

Au nord-ouest, le ruisseau du Bourdat coule près du hameau de l'Argentière avant de se jeter dans la Brévenne dont une partie du cours sépare Aveize de Souzy. En outre, la commune est arrosée par les ruisseaux d'Orjolle, qui marque sa limite nord-est, et Orzon, qui marque sa limite sud-est.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec été tempéré (classification de Köppen : Cfb). La station météorologique la plus rapprochée se trouve à Saint-Martin-en-Haut (Rue de Vaganay), à environ 10,8 km du centre-ville d'Aveize[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2013, le nombre total de logements dans la commune était de 445.

Parmi ces logements, 86,2 % étaient des résidences principales, 6,1 % des résidences secondaires et 7,7 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 80,8 %[4].


Toponymie[modifier | modifier le code]

L’origine du nom de la commune, en raison du magnifique panorama qu'elle offre sur la vallée, pourrait venir du verbe « aviser »[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village au début du XXe siècle.

En 974, un acte de donation contenu dans les cartulaires de Savigny constitue le premier document historique sur Aveize. À la suite de saccage du couvent par les Huns, mais qui furent mis en déroute par le roi Conrad, l’abbaye par ce document voulu montrer son désir de « grouper sous son égide tous les pays environnants »[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Michel Bonnier    
Les données manquantes sont à compléter.
Mairie.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Aveize fait partie de la communauté de communes des monts du Lyonnais.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 122 habitants, en augmentation de 2,09 % par rapport à 2009 (Rhône : 5,17 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
987 952 1 098 1 119 1 071 1 159 1 174 1 208 1 226
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 348 1 399 1 489 1 385 1 375 1 320 1 381 1 279 1 234
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 226 1 231 953 1 690 1 206 1 362 1 391 920 1 230
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 023 917 803 810 904 940 1 063 1 121 1 122
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Aveize dispose d'une école qui accueille les élèves depuis la maternelle jusqu'à la fin du primaire.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Aveize dispose d'une salle des sports ainsi que de deux stades de football dont l'un en gore et l'autre en herbe, ce dernier étant généralement réservé aux matchs officiels et aux compétitions.

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le nombre de ménages fiscaux en 2013 était de 377 et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 20 086,10 €.

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2013, le nombre total d’emploi au lieu de travail était de 451. Entre 2008 et 2013, la variation de l'emploi total (taux annuel moyen) a été de - 1,4 %. En 2013, le taux d’activité de la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 67,8 % contre un taux de chômage de 5,1 %[4].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre d’établissements actifs était de 83 dont 24 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 4 dans l'industrie, 10 dans la construction, 40 dans le commerce-transports-services divers et 5 étaient relatifs au secteur administratif.

Cette même année, 6 entreprises ont été créées, dont 4 par des Auto-entrepreneurs[4].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre[modifier | modifier le code]

Bâtie en 1883, l'église de style gothique possède un clocher en façade à deux étages de baies géminées[11].

Le centre médical de l'Argentière[modifier | modifier le code]

Bâti en 1273 par le seigneur Aymon de Coise, ce lieu est à l'origine un prieuré. Placé sous l'ordre des Bénédictines, il accueille plusieurs religieuses issues des grandes familles des alentours. À cause de l'insécurité qui règne à l'époque, l'architecture initiale comprend un dispositif de défense composé de tourelles, hourds en bois et de mâchicoulis. Toutefois, de cette structure, il ne subsiste aujourd'hui que le porche.

À la suite de la Révolution, au cours de laquelle une grande partie des bâtiments sont détruits, le lieu accueille un séminaire auparavant installé à Roche, dans les monts du Forez. En 1802, l'archidiocèse de Lyon est placé sous l'autorité de l'oncle de Napoléon, le cardinal Fesch. Ce dernier, qui souhaite faire de l'Argentière son « séminaire particulier », entreprend alors la rénovation et l'agrandissement des lieux afin d'y accueillir les meilleurs élèves provenant des plus grandes familles de la région.

Après la séparation de l'Église et de l'État en 1905, les bâtiments sont réaménagés d'abord en hospice puis en sanatorium en 1945.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « deux fleurs » au concours des villes et villages fleuris[12].

Généalogie[modifier | modifier le code]

  • L'association Les généalogistes de la vallée du Gier ou Geneagier a numérisé les registres (1667-1895) et les publie sur son site Internet[13]. Comme toutes les communes du Rhône, ils sont également consultables sur le site des archives départementales.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Balade des hirondelles[modifier | modifier le code]

Aveize Auto-Retro[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]